Forum RPG sur l'univers de BSD !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Yokohama :: La Mafia Portuaire :: Cachots Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I will not forgive. [PV Kôyô]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 207
Pages : 1153
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Mer 24 Mai - 14:18
MY target

AKUTAGAWA Ryûnosuke

&

OZAKI Kôyô

Un faible bip retentit au moment où Akutagawa pressa sur la touche pour raccrocher. S'ensuivit par la suite un silence mortuaire durant lequel il abaissa lentement son téléphone.

Les nouvelles qu'il venait de recevoir était affligeantes. Et terriblement énervantes.
Le tigre-garou avait été repéré. Il avait été vu dans le parc en train de porter tranquillement ses courses, comme si rien ne s'était passé. Comme si le mafieux ne l'avait pas transpercé plusieurs fois avec Rashomon. Alors qu'Akutagawa avait été mis de côté dû à ses blessures et devait attendre de se rétablir tout en ne se faisant pas tuer durant cette période, le tigre osait sortir dans la ville pour faire des courses. Il n'y avait pas de doute pour le mafieux, le tigre était en train de se moquer de lui, lui montrant qui était le plus fort entre les deux.
S'il le pouvait, Akutagawa serait allé au parc et aurait frappé le tigre jusqu'à ce que son stupide sourire d'innocent disparaisse. Malheureusement... Il ne pouvait pas. Ses blessures étaient encore trop importantes pour qu'il se permette un combat contre lui.

Et puis... L'information qu'il venait de recevoir ne s'arrêtait pas là.

Kôyô Ozaki, une des cadres de la mafia, avait été présente sur les lieux et avait engagé un combat contre le tigre-garou, l’amochant plus que ce qu'il avait pu faire jusque là. D'après son contact, le tigre avait eu ses jambes arrachées et sa survie n'avait été que grâce à l'intervention d'un spectateur ainsi que la police.

Le tigre-garou avait été à deux doigts de mourir et cela pas grâce à Akutagawa. Et cette information mettait le chien de la mafia hors-de-lui, encore plus que le fait que le tigre-garou soit moins dans un piteux état que lui.  La femme avait osé s'attaquer à SA cible. Il ne va sans dire que ce genre d'action ne pouvait être pardonné. Et le mafieux avait bien l'attention de lui faire payer cet affront.

Néanmoins, Akutagawa ne hurla pas son mécontentement, ni ne détruisit les objets environnants. Il fixait simplement son téléphone avec froideur, comme si c'était la source de tous ses problèmes. Qu'aurait-il fait si jamais le tigre-garou avait été tué ? Comment aurait-il pu espérer être remarqué par Dazai s'il ne pouvait plus montrer qui était le plus fort entre lui et son nouveau disciple ?

Oui... Kôyô Ozaki allait le payer.

D'après ce qu'il avait pu entendre également, elle était désormais en train d'interroger quelqu'un dans les cachots. Bien. C'était donc là qu'il devait se rendre. Et puis, les cachots étant au sein des quartiers de la mafia ainsi qu'un endroit qu'il connaissait bien, la dangerosité du lieu était inexistante.

Ce fut donc, portant son éternel manteau noir et étant recouvert de bandages qu'il se dirigea vers les cachots d'un pas décidé et avec une sérieuse envie de meurtre. Il était tellement obnubilé par sa vengeance qu'il ne prêta aucune attention à ce qui l'entourait. Peut-être que quelqu'un essaya de le dissuader d'aller voir Kôyô, peut-être que quelqu'un lui posa une question, il en avait strictement aucune idée et s'en moquait complètement de toute façon. Ce qui importait dorénavant, c'était Kôyô.

Ses pas finirent par le mener jusqu'aux cachots et il y entra sans plus de cérémonie et toisa directement la mafieuse qui se trouvait effectivement dans ce lieu.

- Comment as-tu pu oser ?

Bien que son ton soit sec, on pouvait discerner dans ses yeux une lueur incendiaire. Akutagawa était à deux doigts d'exploser et peu lui importait les conséquences.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 252
Pages : 430
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Jeu 25 Mai - 8:53
img_rp
I will not forgive
... me neither

Si la trahison de Kyôka avait jeté une ombre sur Kôyô, cette dernière n'en restait pas moins une cadre avec des hommes à gérer. Ils avaient d'ailleurs mal pris le fait d'avoir dû se replier à cause de la police et d'une simple gamine, tout ça alors qu'ils étaient à deux doigts d'avoir le tigre-garou. Pour la jeune femme en revanche, ce n'était que partie remise. Elle retrouverait ce garçon et règlerait ses comptes en temps voulus. Car contrairement à d'autres, elle savait passer à autre chose et se concentrer sur les choses importantes.

Aujourd'hui aurait dû être une journée de paperasse et d'écoutes de rapport de mission. On vint cependant l'interrompre pour une affaire de captif récalcitrant. La cafre n'aimait pas être dérangée pour ein, alors justement, si on venait la déranger, c'est qu'ils n'avaient pas d'autres solutions. Elle quitta donc sa résidence et se rendit aux cachots.
Avec l'aide d'un assistant, il leur fallut deux heures pour faire craquer la victime. Celle-ci avait finit par s'évanouir mais était toujours vivante, au cas où. Kôyô se regarda et constata que son sous-kimono était bon au nettoyage, en espérant que ça soit suffisant pour le ravoir. Elle donna ensuite congé à celui qui l'avait aidé et entendit juste après une autre personne arriver.

- Comment as-tu pu oser?

Kôyô reconnut la voix sans même devoir se retourner. Akutagawa, élève délaissé de Dazai et chouchou -peut-être plus pour longtemps- de Mori était là. Elle se retourna et le fixa. Que lui voulait-il? Vu le ton employé et le regard qu'il lui jetait, elle avait dû faire quelque chose de terrible. Cela dit, avant de lui répondre elle détailla son nouveau "look".

- J'ignorais que tu étais à ce point entiché de Dazai que tu chercherais à lui ressembler, ni que tu te mettrais aux tentatives de suicide... je ne dirais pas si c'est une bonne chose ou non, mais il est certain que tu vas vite le surpasser et réussir là où il a toujours échoué si tu persistes à me parler de cette manière.

Avant cette histoire avec Kyôka, la jeune femme n'avait rien de particulier contre Akutagawa. Il était efficace et c'est tout ce qu'on lui demandait. Seulement, c'était aussi ça qui la dérangeait.

- J'espère pour toi qu'il y a une raison valable à ta venue.

Elle n'avait jamais vu le Chien autrement que comme un pion. C'est bien pour ça qu'il avait ce surnom, non? Il avait certes un peu de responsabilités mais si on lui enlevait sa force, qui lui restait-il au final? Une coquille vide qui ne s'accordait de la valeur uniquement via les yeux de son mentor qui les avait trahi. Kôyô était prête à accorder beaucoup de choses à Dazai, bien qu'il soit son ennemi, mais à Akutagawa, son "allié",...
Le dénouement de son lien avec Kyôka avait, comme on s'en doute, tout empiré. Autant dire que la cadre n'était pas du tout disposée à lui accorder quoique ce soit, encore moins une oreille attentive.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 207
Pages : 1153
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Mar 6 Juin - 12:34
Dazai...

AKUTAGAWA Ryûnosuke

&

OZAKI Kôyô

Alors que Kôyô réagissait à la soudaine présence d'Akutagawa, ce dernier continua de s'approcher d'elle, s'arrêtant néanmoins à une certaine distance d'elle. Si cela avait été Higuchi à la place de la cadre, le mafieux n'aurait pas hésité une seconde à s'approcher encore plus et lui donner un coup dont elle se souviendrait pendant longtemps mais, avec Kôyô, il était préférable de ne pas faire certaines actions et d'avoir une distance de sécurité. Même si Akutagawa désirait ardemment de montrer ce qu'il éprouvait à travers la violence, il réalisait tout de même l'écart qui existait entre lui, un simple chien de la mafia et Kôyô, une des cadres. Il n'était donc pas conseillé d'agir de la même façon dont il traitait ses subordonnés. Pourtant, l'envie était toujours présente.

Et elle s’accentua même à cause des mots prononcés par la mafieuse. Notamment un nom qui attisa encore plus la lueur incendiaire dans les yeux d'Akutagawa.

S'il y avait bien une chose qu'il appréciait et détestait au plus haut point, c'était d'être comparé à son ancien mentor : Dazai. Bien qu'il souhaitait surpasser l'homme qui lui avait tout appris sur la vie à la mafia et qu'il soit enfin fier de lui, il y avait des choses dont il préférait ne pas entendre. Akutagawa rêvait d'être à l'image de l'ancien cadre, le prodige de la mafia, et non à l'image de Dazai, l'idiot aux bandages. Pendant son entraînement sous Dazai, il n'avait connu que l'image de cette personne violente et qui imposait le respect. Jamais il n'avait pu être en la compagnie de ce Dazai qui amusait la foule ; pas que cela lui déplaisait d'ailleurs. Akutagawa avait plus de respect pour la première version de cet homme.

- Je. Ne. Suis. Pas. Entiché. De. Dazai.

Akutagawa martela chaque mot avec de plus en plus de violence au fur et à mesure qu'il les prononçait, coupant également la mafieuse dans ce qu'elle souhaitait lui dire et ne prêtant pas plus d'attention à ce qu'elle disait après. Le nom de son ancien mentor captant toute son attention.

Cependant, il n'oublia pas non plus la chose pour laquelle il était venu. Le tigre-garou. S'il y avait quelque chose qui l'intéressait plus que son ancien mentor, c'était bien lui. Le nouveau protégé de Dazai. Akutagawa s'était promis qu'il ferait tout pour montrer qu'il était plus fort que ce gamin chanceux. Malheureusement, cette promesse ne pouvait s'accomplir si le tigre-garou mourrai avant. Et c'était là qu'intervenait Kôyô.

- L'affaire du tigre-garou est sous ma responsabilité.

Plus qu'un fait, cette phrase sonna comme une menace à l'égard de la mafieuse.

- Pourtant, je viens d'apprendre qu'une cadre n'avait rien d'autre à faire que de s'y mêler. N'est-il pas outrageant de voir quelqu'un de si haut gradé s'occuper d'une affaire d'un chien comme moi ? N'y a-t-il donc pas d'affaires plus importantes dont elle aurait pu s'en occuper ? Non. Il a fallu qu'elle touche à mes affaires.

Si Akutagawa avait vraiment été un chien, il n'y avait pas de doute qu'il aurait déjà commencer à grogner et montrer ses crocs d'un air menaçant. Mais, il ne l'était pas. Et pour l'instant, ce qu'il pouvait faire, c'était juste serrer ses poings et fixer Kôyô avec une très nette envie de meurtre.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 252
Pages : 430
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Mar 6 Juin - 18:29
Ha! Pas entiché... Oui, et Chûya n'était pas alcoolique et n'était pas non plus remonté contre Dazai au point de presque détruire la maison de Kôyô. Qu'est-ce qu'ils avaient avec la mauvaise foi ici en ce moment... Enfin la cadre ne répondit rien. Inutile de chercher à lui faire entendre raison, ça serait gaspiller ses paroles et son énergie. Quoiqu'il dise, elle était certaine qu'il pensait à lui en ce moment même.

En attendant il était là, avec un regard de plus en plus vindicatif qui ne lui plaisait guère. S'il continuait -et elle ne doutait pas qu'il le ferait-, il allait retourner à l'infirmerie plus vite qu'il le croyait. La jeune femme était loin de se laisser intimider par un jeune pareil, peu importe ces 'exploits' ici. Elle effleura les outils qui lui avaient servi avec le prisonnier précédemment et en nettoya certains, pour occuper ses mains tandis qu'elle écoutait la réponse du Chien.

*Oh, c'est donc ça*

Un sourire en coin apparût sur les lèvres au naturel de la cadre. S'il la cherchait sur ce terrain là, c'était un combat perdu d'avance. Qu'est-ce qu'il s'imaginait? De toute évidence, il s'imaginait être en position de force, il pensait qu'il était totalement légitime pour lui de la prendre de haut... Bon sang, c'était enfin arrivé, elle le détestait pour de bon. Kôyô ne supportait pas les imbéciles et Akutagawa semblait y nager à l'instant où ils 'parlaient'. Elle n'en croyait pas ses oreilles. Il s'enfonçait tout seul, pourtant s'il y avait une chose qu'elle aurait pu lui reconnaître, c'est qu'il avait un minimum d'amour propre... mais au final non.
Ses mains lâchèrent les outils et son regard soutint celui du mafieux tandis que ses doigts tapotaient la table.

- Je suis contente de voir que nous sommes au moins d'accord sur un point. En effet, la cadre avait mieux à faire et n'aurait pas dû s'occuper de la tâche du Chien d'attaque de la Mafia. Seulement le Chien d'attaque est devenu un cabot qui n'est même plus capable de chasser un chaton de gouttière. Il fallait donc bien que quelqu'un fasse quelque chose.

Kôyô quitta la table pour se rapprocher du laquais. Oui, ce n'était que pure provocation, pour voir jusque quand il pourrait contenir cette rage qui devait lui faire frôler la tachycardie.

- Quant à "tes" affaires, elles sont avant tout les nôtres et ce n'est pas à toi de décider lesquelles on te confie, et encore moins si tu peux les garder. On t'a confié le tigre-garou, tu as échoué et tu nous fais paraître faibles et incompétents. On t'a confié Kyôka, tu as échoué à la former et elle est partie avec le tigre-garou que tu avais déjà échoué à capturer auparavant...

Kyôka, le sujet sensible de la cadre. Qu'il ne cherche pas à la prendre par défaut sur ce point.

- Et le pire c'est que tu es en colère, à quoi t'attendais-tu? Les échecs des récentes missions t'ont rendus... dispensable. Et ce n'est pas la peine d'essayer de te dérober derrière les autres... "Dazai avait tout anticipé", "Kyôka nous a trahi et les a aidé"... Tu l'as considérée comme tu te considères toi-même, soit uniquement comme un pion, un outil. Qui accepterait de s'abaisser à ça s'il a un tant soit peu d'amour propre?

Il était clair qu'Akutagawa était la source de leurs problèmes actuels. Et ensuite il osait venir geindre qu'on devait réparer ses conneries? Kôyô le voyait comme un enfant qui pleurait pour une raison absurde, en l'occurrence le fait qu'on lui prenne quelque chose qu'il n'avait jamais eu.
Qui pouvait penser qu'il avait été entraîné par Dazai... De toute évidence ce dernier avait omis de lui enseigner la réflexion et la prise de recul.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 207
Pages : 1153
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Mar 6 Juin - 22:38
Échouer pour réussir

AKUTAGAWA Ryûnosuke

&

OZAKI Kôyô

Alors qu'il parlait, Akutagawa observa les moindres faits et gestes de la mafieuse. Il serait ridicule d'être poignardé alors qu'il parlait. Même s'il était avec un membre de la mafia, il devait être prudent et rester sur ses gardes. Kôyô avait beau être dans le même camp que lui, cela ne changeait pas le fait qu'elle était réputée pour être cruelle, tout comme les autres membres. Au sein de la mafia, c'était la loi de la jungle qui régnait. Si quelqu'un n'était pas assez fort pour survivre, ses jours ici pouvaient se réduire de manière drastique. Alors, être sur ses gardes était nécessaire, peut-être même plus qu'à l'extérieur de la mafia.

Pourtant, même s'il l'observait, ses pensées n'y étaient pas. Il voyait clairement les mains de Kôyô effleurer les outils de torture mais, ça ne lui faisait rien. Peut-être parce qu'il était tellement inconscient qu'il ne comprit pas le message dangereux qui s'y cachait, peut-être qu'il avait très bien compris mais s'en moquait complètement. Après tout, même s'il ne l'avait pas dit clairement, il était venu pour en découdre avec la mafieuse.

La loi de la jungle régnait sur la mafia. Et la seule façon dont Akutagawa savait se faire entendre, c'était par les combats. Les discussions paisibles ne l'intéressaient pas, préférant régler ses différents par la force.

Ce fut donc prêt à assener un coup à Kôyô qu'Akutagawa l'écouta lui faire des reproches à propos de l'homme-tigre. Il fallait s'y attendre. L'échec du mafieux était presque devenu une blague au sein de la mafia mais, cela ne perturbait pas Akutagawa plus que ça. S'il devait connaître les pires humiliations pour qu'enfin Dazai le remarque, il le ferait. Néanmoins, cela ne lui faisait pas plaisir non plus.

- « Échouer, échouer, échouer ». C'est intéressant de t'entendre dire cela. J'ai échoué, oui. Mais... Où est le tigre-garou maintenant ? Je ne le vois pas ici.

Il accompagna le geste à la parole et observa attentivement la salle avant de reporter son attention sur Kôyô.

- Il semblerait que la cadre, aussi forte soit elle, n'a pas réussi à ramener le tigre-garou, non plus. Alors quoi ? Quelle est son excuse ? « Les policiers m'ont empêché de continuer » ? « Il a réussi à trouver de l'aide avant que je n'ai le temps de le ramener » ? C'est pathétique.

Il recula de quelques pas et commença à tourner autour de Kôyô, comme un animal jugeant sa proie.

- Tu pourras dire ce que tu veux, Ozaki, mais, tu as échoué là où j'ai échoué. N'est-ce pas le comble pour un cadre ?

Venait maintenant le sujet de Kyôka. Il était intéressant d'entendre Kôyô aborder le sujet. Elle était plus ou moins entichée de la petite, également.

- Quant à Kyôka. N'oublies pas que c'est elle qui est venue me voir. Elle aurait dû s'attendre à cela au moment où elle m'a supplié de la tuer.

Il fit une pause puis souris à Kôyô. Un sourire à glacer le sang.

- Oh. Tu ne savais pas ça ? Ta petite Kyôka est venue me demander de la tuer. Si je ne lui avais pas donné des missions et avait accompli son souhait à la place, elle ne serait plus déjà de ce monde depuis un long moment. Alors... Peut-être aurais-tu préféré que je lui offre la mort au lieu de lui donner une raison de vivre ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 252
Pages : 430
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Jeu 8 Juin - 13:52
Kôyô sortit une cigarette de l'intérieur de son kimono et l'alluma avec un briquet trouvé au même endroit. D'habitude, elle fumait la kiseru, la pipe traditionnelle japonaise, mais la transporter n'était pas toujours facile alors qu'une cigarette était beaucoup plus pratique. Bref, il lui fallait bien une dose de nicotine pour garder son calme face à l'impulsivité enfantine du sbire devant elle. Contrairement à lui, elle était capable d'un grand sang-froid, même si intérieurement elle était en colère sauf qu'ici... son instinct lui soufflait que ça allait déraper et prendre une très mauvaise tournure.

Sa mâchoire se crispa, imperceptiblement. C'était à son tour de tout déballer il semblerait. Seulement Kôyô ne parvenait toujours pas à le prendre au sérieux. Se rendait-il compte qu'il venait la provoquer juste car elle avait touché à une cible de la Mafia qu'il avait considéré, à tort, comme la sienne exclusivement?
Elle le laissa donc s'exprimer histoire de voir jusqu'où il pourrait s'enfoncer et... il s'enfonça très, très profondément. Au moins elle n'aurait pas à creuser sa tombe, il venait de le faire. Enfin, jusqu'au moment où il se mit à parler de Kyôka.

*Non, tu n'as aucune idée de quoi tu parles gamin*

Si seulement c'était vrai. Malheureusement, Akutagawa ne mentait pas, tout simplement car la vérité crue blesse plus que n'importe quel mensonge, il n'allait donc pas se priver. Sa crispation était sans aucun doute visible maintenant, laissant même la cigarette se consumer sans réellement la fumer. Le silence s'installa quelques secondes entre eux, avant que la cadre se saisisse du bâton de nicotine pour en écraser le bout sur le bord de la table où étaient les outils.

- Pauvre de toi... que sais-tu faire en dehors de la destruction... Tu serais prêt à réduire Yokohama en cendres juste pour un autre gamin... C'est tellement ridicule qu'une gamine a suffit pour te stopper... Et tu penses que l'utiliser comme une marionnette, c'était lui donner "une raison de vivre"?

Sa main s'était saisie à nouveau d'un outil, ses jointures blanches de crispation. Entre son ton, la manière de lui parler qui était revenue et les dernières révélations, elle pourrait le tuer là, sur place. Sa simple position lui en donnait pleinement le droit.

- Kyôka a fait une erreur en allant te voir. Tu étais sans aucun doute la pire personne à qui elle pouvait demander de l'aide. Pour te répondre, non, je n'aurais rien préféré... En revanche, je regrette qu'elle t'ait loupé et donc que tu respires encore.

Akutagawa lui rappelait quelqu'un... Il lui rappelait l'ancien boss, celui avant Mori. Cet idiot qui ne cherchait qu'à anéantir sans s'arrêter, sans vouloir comprendre... Diriger ce n'était pas ça. La cadre pensait être débarrassée de tels hommes, du moins dans les positions importantes de la Mafia. Puis il y avait le Chien. Sa haine envers lui était désormais aussi grande que celle éprouvée envers le meurtrier de son amant et tortionnaire à l'époque.

- J'ai été à la recherche du tigre pour le capturer, certes, mais aussi pour avoir des informations sur elle. Tu n'oublies pas, j'en suis sûre, qu'elle l'a rejoint, donc qu'elle a rejoint l'Agence, donc qu'elle a la possibilité de fréquenter Dazai. Ironique que tu l'aies envoyée le capturer pour qu'au final, elle aille le suivre, te trahissant au passage, comme il t'a trahi.

Kôyô fit le tour de la table, cherchant un outil particulier. A la place, son regard tomba sur un autre objet à même le sol. Elle donna un coup de pied dedans pour l'envoyer vers le Chien.

- Au final, si tu tiens tant à ravoir son attention, il ne reste qu'une solution: retourner dans la rue avec tes loques et un simple carton.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 207
Pages : 1153
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Jeu 6 Juil - 20:05
Du bas fond...

AKUTAGAWA Ryûnosuke

&

OZAKI Kôyô

Si Akutagawa était vraiment capable d'une telle chose, quelqu'un aurait pu dire qu'il était en train de jubiler. Jubiler face au malheur de Kôyô. Il avait envie de la voir souffrir face à la trahison de Kyôka. Néanmoins, la cadre n'était pas cadre pour rien. Elle n'allait pas s'effondrer sur place juste parce que la petite voulait mourir. Et la facilité n'était pas se que demandait Akutagawa. Il aurait été plutôt déçu si cela avait été l'inverse.

Quant à Kyôka, Akutagawa se rappelait parfaitement du moment où elle était venue le voir. Elle lui avait demandé en premier lieu si c'était bien lui qui détenait la capacité capable de trancher n'importe quoi puis, lui avait imploré de tuer son démon et enfin de la tuer. Akutagawa l'aurait fait si seulement elle ne lui avait pas rappelé quelqu'un. Un jeune garçon venant du bas-fond et au regard vide, dénué de volonté pour vivre.
Mais depuis ce moment, beaucoup de choses avaient changé et dorénavant, il devait essuyé non seulement l'échec contre l'homme-tigre mais en plus la trahison de Kyôka. Cependant, ce dernier événement ne perturbait pas plus que cela Akutagawa. La petite avait décidé de quitter la mafia, tant pis pour elle. Elle ne pourrait plus exploiter sa capacité comme il le fallait.

- Écoutes toi parler, Ozaki.

Avec un regard et un ton toujours aussi haineux, Akutagawa s'avança légèrement vers la mafieuse, ignorant le carton à ses pieds.

- Tu trouves ça ridicule que Kyôka a réussi à exploser le cargo, pourtant, tu ne veux pas reconnaître l'idée que si elle a pu accomplir cela, c'est parce qu'elle a été entraîner pour. Si j'ai échoué, c'était en partie à cause de la formation que je lui ai donné. Alors, tu crois vraiment que j'en ai quelque chose à faire du fait qu'elle a eu ce qu'elle voulait ? La réponse est non.

Un semblant de fierté aurait pu être perceptible si Akutagawa n'avait pas été aussi neutre, pourtant, c'était vraiment une sorte de fierté qu'il éprouvait face à la trahison de Kyôka. La petite avait réussi là où peu de gens avaient réussi. Mais surtout, il avait hâte de voir ce que cela allait donné, et comment elle évoluerait à partir de là.

- Quant-à la raison de vivre que je lui ai donné, je crains que tu ne puisses comprendre ne serait-ce qu'une partie. Tout comme le fait que tu ne peux comprendre pourquoi elle est venu me voir. Tu n'es pas comme nous.

L'attention d'Akutagawa se tourna pendant un instant vers le carton.
Avant son entrée dans la mafia, il avait dû vivre dans les bidonvilles avec sa sœur et ses amis. Une vie dure qui n'avait aucune pitié pour des enfants. Mais, tout cela avait pris fin au moment où il avait rencontré Dazai. Ou, tout avait commencé quand il l'avait rencontré. Grâce à cette rencontre, Akutagawa avait pu acquérir une volonté pour vivre. Un but.

- Tu crois vraiment que c'est pour les conditions de ma vie d'avant que Dazai m'a recueilli ?

Un rire échappa des lèvres du mafieux. Un spectacle terrifiant. Déjà que son rire n'avait rien de chaleureux, le fait de voir vraiment Akutagawa rire pouvait faire reculer n'importe qui. En effet, le voir rire n'apportait rien de bon.

- Tu te trompes tellement, Ozaki.

Si Dazai l'avait recueilli, c'était parce qu'Akutagawa avait renoncé à tout espoir de vivre du moment qu'il arrivait à accomplir sa vengeance contre le groupe de malfaiteurs qui avait massacré ses amis. Des malfaiteurs qui travaillaient pour la Mafia Portuaire.
Si Dazai l'avait recueilli, c'était parce qu'Akutagawa n'avait pas hésité à s'attaquer à la Mafia Portuaire, peu importait les conséquences.
Par conséquent, s'il voulait vraiment avoir l'attention de Dazai, il devait devenir plus fort. Plus fort que n'importe qui. Plus fort que la Mafia Portuaire.
Alors, pourquoi ne pas tester maintenant ? Dazai le féliciterait sûrement pour avoir mis Kôyô Ozaki de côté.
Ce fut donc ce qu'il fit, déployant Rashomon et envoyant ses lames mortelles contre la mafieuse.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 252
Pages : 430
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Lun 10 Juil - 18:15
img_rp
I will not forgive
...me neither


Kyôka, ridicule? Avait-elle réellement dit que c'était la petite qui était ridicule? Non, ce n'est pas ce que Kôyô avait dit. La cadre avait uniquement critiqué Akutagawa et sa manière de faire. Enfin... s'il n'était pas capable de comprendre ce qu'elle disait, tant pis pour lui. Ses paroles ne méritaient pas de réponses de toute façon. Chacun était entêté dans sa propre vision et n'en sortirait pas.
A chaque nouveau mot s'échappant des lèvres du mafieux, à chaque flexion de sa voix, à chaque phrase terminée, l'exaspération de Kôyô grandissait tandis que son regard se durcissait. Mais au moins, ils étaient d'accord sur une chose, ils n'étaient en aucun cas comparables.

Seulement qui pouvait savoir si elle n'avait pas été aussi minable que lui un jour? Il n'avait juste pas été là pour le voir, peut-être n'avait-il eu que des échos, ou simplement des murmures indistincts. La jeune femme avait toujours été secrète sur sa vie privée et avec l'arrivée de Mori au pouvoir, la faisant passer cadre un an plus tard, au final beaucoup la connaissaient surtout depuis cette époque. Et puis qui s'intéressait au passé parmi eux?
Bref, la situation se portait peu à ce genre de digression. Le rire d'Akutagawa résonna dans les cachots et quiconque un minimum sain d'esprit se serait mis sur ses gardes à ce moment là. Bien entendu, connaissant le caractère et les exploits du Chien de la Mafia, la cadre l'était déjà depuis un bon moment. Sa main eut en plus le réflexe de se saisir de la lame traînant au milieu des outils précédemments utilisés. Il allait faire quelque chose de stupide... c'était perceptible, ça allait déraper...

Oh faites qu'il soit l'étincelle... faites qu'il attaque le premier. Son insubordination était déjà une raison à elle seule pour que Kôyô le "corrige", faisant peut-être "malencontreusement" une blessure létale à ce cher subordonné. Mais s'il l'attaquait, s'il donnait l'assaut envers un de ses supérieurs, alors la sentence était claire et la cadre se ferait une joie de l'octroyer. C'est pourquoi Ozaki sourit, au moment où Rashômon se déploya.

En un instant, la table sur laquelle se trouvaient tous les outils fut projetée contre les dards noirs se dirigeant vers elle. Une forme fantomatique dorée deux fois plus grande qu'elle venait de la lancer pour dévier l'attaque sur son possesseur. Cette contre-attaque permit à la jeune femme de sauter sur le côté pour esquiver les autres lames de Rashômon sans les lâcher du regard.
Et dire qu'à une époque, à l'image de Kyôka, il lui était impossible de contrôler son démon sans que ses ordres soient oralisés. Aujourd'hui, il lui suffisait d'une pensée pour déverser toute sa force sur ses ennemis. Qu'importe à quel point on le disait puissant, la cadre ne serait pas une tête facile à abattre.

*C'était ta dernière erreur gamin. Attaque le*

L'image était claire dans son esprit, et Yasha l'exécuta. Il plongea sur Akutagawa, lame en avant. Bien qu'elle aurait aimé pouvoir l'achever avec cette seule attaque, il aurait été stupide de penser que cela pouvait réellement arriver. L'objectif de Kôyô était bel et bien autre: dévier son attention. Son spectre était rapide, sa taille elle occupait certainement un grand espace du champ de vision du mafieux. C'est tout ce dont la jeune femme avait besoin pour aller en avant.
A distance, ils pouvaient combattre longtemps pouvoir contre pouvoir. Seulement, au fond ils restaient humains, de simples enveloppes de chair ayant besoin d'un coeur intact pour fonctionner. Une lame en plein coeur, dans le poumon ou en travers de la gorge suffirait à l'arrêter. Et pour cela, il fallait l'approcher.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 207
Pages : 1153
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Mar 25 Juil - 20:14
Cache-cache

AKUTAGAWA Ryûnosuke

&

OZAKI Kôyô

Son attaque fut facilement déviée. Il n'attendait pas moins de la mafieuse. Si elle n'avait pas réussi à l'esquiver, il n'aurait même pas pris cette victoire en considération, étant donné la facilité de la chose, et aurait probablement continué à l'attaquer jusqu'à une quelconque réaction de sa part. Mais tout cela n'aurait pas besoin de se passer, vu la force d'Ozaki. Le combat durera même un certain temps avant que l'un deux ne cède, et cela ne dérangeait en rien Akutagawa qui prenait presque du plaisir à affronter sa supérieure.

De ce fait, un grand démon doré était apparu en un instant, faisant voltiger la table qui supportait les outils vers Akutagawa et ses lames mortelles. Ces-dernières brisèrent la table avec facilité, des morceaux s'écrasant au sol un peu partout dans la salle. Heureusement qu'ils étaient dans les cachots car il n'y avait pas de doute que sinon, quelqu'un serait venu les arrêter au moment où ils auraient entendu le son des outils tombant au sol ainsi que celui de la destruction de la table. Ozaki et Akutagawa pouvaient donc se battre sans interférence, et ne pouvaient non plus appeler des renforts.

Tout cela ne prit que quelques secondes et la prochaine chose qu’aperçu Akutagawa, après avoir lancé son attaque, fut le fantôme d'Ozaki qui se dirigeait droit sur lui, le sabre prêt à transpercer le mafieux. Mais cela ne perturba absolument pas Akutagawa qui s'attendait à une réplique de la mafieuse de toute manière. Ses lames, déjà lancées, prirent un aspect moins tranchant et revinrent dans sa direction mais également droit sur le spectre. Un piège venant de derrière qui stoppa le démon dans sa course à quelques mètres d'Akutagawa, les tissus de Rashômon s'enroulant autour des poignets et la taille du démon et le tirant vers l'arrière pour l'empêcher de s'approcher encore plus.

Cependant, même si Akutagawa venait d'immobiliser le démon, il n'était pas plus rassuré. En se concentrant sur la menace immédiat, il avait perdu la mafieuse de vu.

- Tu te caches derrière les autres maintenant, Ozaki ? Railla-t-il tandis qu'il prêtait attention à son environnement pour repérer la mafieuse. Viens donc m'attaquer toi-même.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 252
Pages : 430
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Mer 23 Aoû - 18:54
Let's play,
lad
Kôyô & AkutagawaOnce I thought I was meant to live under the Light
Then I woke up from my childish dream
And discovered that Power lies with Darkness
Même s'il était immobilisé par Rashômon, le spectre de Kôyô cherchait toujours à atteindre sa cible. Le démon d'Akutagawa pouvait serrer autant qu'il le souhaitait, sa 'proie' était totalement insensible à la douleur, ça lui était totalement inconnu. Un côté de son pouvoir que la cadre appréciait beaucoup. N'avait-il pas que des avantages? Pas de lien à un objet spécifique, pas de contraintes de récitation, pas de liens faisant ressentir à Kôyô ce par quoi était touché son spectre, ... Que lui reprocher? D'autant plus qu'avec son expérience et ses entraînements, la jeune femme était devenue assez endurante pour faire appel à lui de manière soutenue sans ressentir une fatigue handicapante. Il faudrait réellement que la situation soit extraordinaire pour qu'elle ne parvienne plus à le maintenir.
L'excitation du combat, et surtout la perspective de pouvoir enfin régler ses comptes avec le favori de Mori, ces deux points étaient assez motivants pour outrepasser les ordres même de Mori. Ca serait sans aucun doute une première en huit ans de service à ses côtés mais... quelque chose lui soufflait que si cette histoire ne se réglait pas maintenant mais devant leur supérieur, le Chien parviendrait à s'en sortir.

La jeune femme avait réussi à se glisser derrière Akutagawa. Ses mots résonnèrent clairement sur la pierre froide du cachot mais aucun ne l'atteignit. Au moment où il parla, Kôyô ordonna à son spectre de disparaître. N'étant lié à aucun élément tangible, contrairement à Rashômon, Yasha était totalement libre de ses mouvements. Il réapparut quasi immédiatement à peine quelques mètres sur le côté pour trancher les liens du démon qui le tenaient quelques secondes auparavant.
Au même moment, la cadre passa à l'attaque et fonça sur sa cible. Elle asséna un coup dans les jambes pour le déséquilibrer et ainsi pouvoir lui planter un coup de poignard dans la gorge.

- Ne t'inquiète pas, je ne me refuserai pas ce plaisir.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
I will not forgive. [PV Kôyô]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama :: La Mafia Portuaire :: Cachots-
Sauter vers: