Forum RPG sur l'univers de BSD !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Le personnage :: Présentation :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I remain vivid ; Satoshi Ito






Invité
Invité
Mar 30 Mai - 20:43
Les Habitants
Satoshi Ito


Surnom: Itoh
Age: 20 ans
Sexe: femme
Nationalité: japonaise
Métier/Rôle dans l'organisation: libraire
Orientation sexuelle: bisexuelle
Signes distinctifs: Elle s’habille uniquement en noir et blanc. Et si l’on regarde son prénom, on remarque bien vite qu’elle porte un nom masculin.
One – Drakengard 3

Caractère & Physique

300 mots minimum
Calme. Tu n’as jamais vu l’utilité de te mettre en colère pour rien, alors qu’il a beaucoup de solutions pour résoudre un problème. Parfois, on prend ton calme légendaire pour de la désinvolture -ce qui n’est pas totalement faux, car tu as cessé de faire attention aux moindres problèmes des autres. Néanmoins, dans les situations de crises, tu es la dernière à t’affoler, ce qui est une qualité, car tu peux toujours réfléchir posément pour arranger les choses. En réalité, c’est une des seules qualités que ton père a reconnues, et qu’il t’enviait presque. C’est d’ailleurs pour cela que tu n’apprécies pas vraiment quand on te reconnait ton calme olympien.
Modeste. Tu ne te mets jamais en avant quand tu accomplis une tâche. Être remarquée, ce n’est pas ce que tu préfères, en fait. Tu te sens obligée de remercier la personne qui te complimente, mais tu n’aimerais pas le faire du tout, car tu te sens redevable en quelque sorte. Et puis tu ne te trouves aucun talent particulier qui vaille qu’on te complimente pour quoi que ce soit, c’est pour cela que cela te gêne plus qu’autre chose.
Jalouse. Tu envies les autres, car ils possèdent ce que tu n’as peut-être jamais eu. Tu as vécu dans une famille aisée, mais il était bien rare que l’on te récompense affectivement, ou avec des cadeaux. Alors quand tu vois des familles heureuses, tu as toujours un petit pincement au cœur, en souvenir de tous les souvenirs malheureux que le concept de « famille » t’a laissé. Cela peut parfois arriver que tu aies des commentaires désagréables, mais tu parviens en général à les garder pour toi.
Observatrice. Tu ne parles pas beaucoup, tu observes, et tu te perds dans tes pensées. Tu adores regarder le monde autour de toi, et arriver à comprendre chaque détail de ce que tu vois. Parfois tu dessines même ce que tu vois, afin de ne pas oublier l’instant précis où tu regardes un endroit ; ce n’est pas du grand art, mais il permet de te créer de beaux souvenirs en aquarelle. Tu n’observes pas que le paysage, tu aimes aussi deviner les goûts et la personnalité des personnes. C’est probablement la chose qui t’amuse le plus quand tu dois interagir avec quelqu’un. Parfois, tu t’inspires même des tics des autres afin de les reproduire. C’est un peu déconcertant, comme « jeu »…
Optimiste. C’est là ta plus grande qualité ; tu sais remonter le moral des autres efficacement. Autrefois tu étais très pessimiste, et ta liberté t’a redonné beaucoup d’espoir, et a transformé ton désarroi en énergie positive. Même si tu contiens ta joie, tu as toujours un petit sourire pour motiver les autres, ou tu essaies d’apporter ton aide de quelque façon quand tu sais que tu es capable d’arranger une situation. Tu as toujours un moyen de transformer un moment triste en quelque chose d’au moins en partie positif, en cherchant une morale optimiste.


Physiquement, tu es très fine, et aussi petite. Tu mesures un mètre cinquante-huit pour quarante-sept kilos, ce qui laisse penser que tu es très fragile. En réalité, tu es assez résistante, et tu possèdes même une force qui peut étonner la première fois, alors que tu n’étais pas vraiment la meilleure quand il fallait faire du sport… Mais ce qui est un « avantage » si l’on peut dire, c’est que tu n’as pas à être embarrassée de tes attributs féminins : tu es une réelle planche à pain. Ce n’est pas vraiment naturel, car c’est là le résultat d’années passées à cacher tes seins avec des bandages, mais quand tu vois des femmes se plaindre de ne pas pouvoir dormir sur le ventre (ce que tu adores) par exemple, tu ne regrettes pas plus que ça de ne pas en avoir.
Et puis, ce n’est pas seulement avec des seins que tu peux affirmer ta nouvelle féminité! Tout d’abord, tu chéris tes cheveux teints en blond qui tombent sur tes épaules, et retenus par un serre-tête la plupart du temps. Tu es très soucieuse d’avoir une apparence impeccable, alors tu fais très attention à ce qui est dans la zone faciale. Tes yeux d’un rouge presque surnaturel sont toujours naturels, sans maquillage, car tes cils sont très longs.
C’est grâce à ce que tu portes que tu montres tes formes. Généralement, tu portes des vêtements assez près du corps, car tu n’as pas de gras à cacher. Il faut dire que même si tu mangeais une dizaine d’hamburgers bien gras, tu ne prendrais presque pas de poids. La nature t’a gâtée… Mais quand tu es chez toi, tu portes surtout des t-shirts amples, pour être libre de tes mouvements, et surtout laisser ton corps respirer, après toute une journée à porter des vêtements étriqués!

Histoire

300 mots minimum
Sa… to… shi.
Satoshi.
Satoshi!
Satoshi… ?
Tu dois attendre quelques secondes avant de te souvenir que Satoshi, c’est ton prénom. Il est le fardeau qui te condamne à être ce que tu abhorres: être considéré comme un garçon, alors que tout indique que tu n’en es pas un. Tu es Satoshi Ito, une enfant que l’on a placé dans un panier, et dont tu ne pourras pas te sortir. Mais voilà, que peux-tu faire face à ça? Si même les autorités ont accepté que tu portes un nom masculin? Ah ça… Ton père possède au moins la qualité d’être influent. C’est bien la seule que tu lui trouves, à ton paternel.
Tu es Satoshi Ito, le seul « fils » de la famille. Tu as deux sœurs aînées qui vivent en quelque sorte leur vie tranquillement, tandis que toi, qui devait être la troisième fille de la famille, tu as déjà déçu tes parents dès la naissance. Ils voulaient un garçon pour reprendre l’entreprise familiale. Comme dans les mauvais films, oui. Mais ils ont probablement eu trop pitié de toi pour t’abandonner, car ils ont décidé à la place de te faire devenir leur fils qui leur manque tant.

Petite, tu n’avais pas de problème avec ça. Un enfant ne réfléchit pas à ce genre de choses, comme « Est-ce que je me considère comme un homme ou une femme? » ; bien sûr que non, au contraire, tu adorais t’habiller comme un garçon car c’était comme si tu étais tout le temps en déguisement. Au début. En grandissant, tu te demandais bien pourquoi tu n’avais pas les attributs masculins, alors que tes parents et tes sœurs disaient « mon fils » ou « mon petit frère ». Et malgré ça, tu tentais de ne pas trop réfléchir à ce sujet. Tu ne remettais rien en question, car tu avais peur. Très peur qu’on te dise que tu es folle. Peut-être avais-tu une maladie, tu pensais. Mais ta carte d’identité ne mentait pas, elle : tu es née fille. Quand tu as finalement décidé d’en parler à ton père, tu… tu as senti toute la déception dans son regard, la déception qui l’a ramené à la réalité. Eh oui, tu n’es pas son fils, aux yeux de l’Etat, mais sa fille.
Tu regrettes tellement de lui avoir parlé ce jour-là. Ton père avait décidé de ne plus te laisser tranquille, et aussi d’attendre de toi l’excellence.

Satoshi, viens là!
Tu tournes ton visage vers la porte de ta chambre, avec un air impassible. Tu fais tes devoirs, dans l’espoir d’obtenir enfin des bons résultats pour ton père, et voilà qu’il t’appelle, de sa voix rauque qui trahit le fait qu’il fume beaucoup. Tu ne peux pas te démultiplier et tout faire à la fois, tu marmonnes, alors que tu te lèves sans motivation aucune vers la porte fermée. Après une petite hésitation, tu ouvres la porte, et réponds à ton père que tu l’écoutes, de là où tu es. Comme s’il t’attendait, il apparait devant toi, en te regardant de haut.

-Samedi soir, ils y a une soirée dans laquelle j’aimerais t’emmener afin de te présenter à mes amis. C’est très important.
-M-mais… Je dois réviser…
-Satoshi. Tu auras toute la journée pour réviser. Je t’enverrai un taxi pour t’emmener à destination. Je suis en déplacement toute la journée. Je compte sur toi mon fils.
-Je viendrai, sans faute..

Tu baisses ton visage fatigué par l’effort, et tu retournes dans ta chambre, lentement. Une fois la porte refermée, tu t’échoues contre ton lit, comme si la demande de ton père avait aspirée toute ton énergie. C’était techniquement le cas. Il t’en demande beaucoup trop, parce qu’il n’a pas confiance en toi. T’es rien ; tu déçois ta famille. Satoshi, toi, adolescente, perdue et brisée, voilà ce que tu es. Et pourtant, tu crois toujours qu’ils seront conciliants envers toi si tu fais de ton mieux. Puis, une autre partie de toi déteste cette famille qui t’a forcée à devenir ce que tu ne veux pas être ; plus le temps passait et plus tu voulais être une femme. La seule solution serait de faire comprendre à ton géniteur que tu veux être une femme, mais seulement quand il te portera haut dans son estime. Peut-être comprendra-t-il…
Tu iras à cette soirée, même si tu voudrais rester chez toi, au chaud dans ta chambre ce soir-là.

Tu n’arriveras jamais à cette soirée. Même si tu aurais voulu de tout ton être y aller, tu n’as pas pu.
Le samedi, vers dix-neuf heures trente, tu attends le taxi que ton père à fait venir pour toi. Tu as mis ton plus beau costume, car tu sais pertinemment ce que ton père attend de toi : te montrer en digne héritier des Ito. On se croirait à l’ère médiévale… T’es pas un prince, et ton père est loin d’être un roi.
Quand le taxi arrive enfin, tu fais un grand sourire au conducteur qui a l’air très sympathique, et tu montes à l’arrière du véhicule. Il te fixe longuement à travers son rétroviseur, ce qui te met mal-à-l’aise. T’espères qu’il n’est pas un de ces types louches qui enlève des enfants…

-V-vous avez un problème?
-Pardonnez-moi, c’est juste que je n’arrive pas à savoir si je dois dire monsieur ou mademoiselle… C’est impoli, désolé.
-En théorie c’est madame, et en pratique monsieur… Faites comme vous souhaitez, ça ne me dérange pas.
-Oh, je vois. Bon, je ne vais pas vous mettre en retard, l’homme qui a commandé ce taxi a dit qu’il fallait que nous allions le plus vite possible.

Tu laisses sortir un petit son pour approuver ce qu’il dit.
Au fur et à mesure, tu as commencé à discuter avec le chauffeur, qui est comme tu l’as pressenti très agréable, tu n’as aucun mal à parler avec lui, car tu ne sens aucune mauvaise intention de sa part. C’est juste un homme honnête qui fait son travail pour gagner de l’argent. Il dit qu’il s’appelle Toh, qu’il doit s’occuper de sa petite fille de quatre ans tout seule car sa femme l’a quitté du jour au lendemain. Tu envies cette petite qui doit avoir un père très aimant et qui fait de son mieux pour qu’elle soit heureuse. Alors en échange, tu parles un peu de toi, en abordant rapidement le fait que tu sois en réalité une femme. Tu te doutais bien qu’il avait compris la subtilité -aussi étrange soit-elle.
Puis, il te regarde de nouveau, avec ses yeux souriants, grâce au rétroviseur, alors tu réponds avec un sourire. Et c’est là que tout devient flou : tu commences à avoir une migraine intense, et le conducteur semble absent. Le pied toujours sur l’accélérateur, il fonce dans une autre voiture.

Le réveil est brutal, et douloureux. Tu es immobilisée dans un lit. L’hôpital…?
Oui, l’hôpital. Et ton père est là, dans son beau costume qui n’a pas de prix tant il doit avoir coûté. Pas un regard compatissant, juste un regard glaçant et implacable qui se pose sur toi. Tu n’oses rien dire, quand bien même tu étais sûre de pouvoir prononcer un mot dans ton état.

-C’est toi qui a fait en sorte de ne pas venir, pas vrai? Et tu as décidé de sacrifier un homme innocent dans le processus. Toh Enjoe, le conducteur, est mort.
Quoi…? Oh non… Sa fille… Mais ce n’est pas de ta faute..!
-Tu ne dis rien, hm? Tant qu’on n’aura pas les résultats de l’enquête, tu seras la coupable pour moi, Satoshi.

« La coupable »? Il t’a traité comme une fille. Il l’a fait. Il l’a fait comme si c’était un affront, quelque chose d’insoutenable, alors que pour toi, c’est comme une délivrance. Tu es une femme à ses yeux car tu ne mérites plus d’être l’héritière de la famille. Il a fallu qu’une tragédie arrive pour qu’il le fasse.

-Je.. Je n’y suis pour rien…

Il est parti, sans écouter ta défense.

Toi tu n’as eu que quelques côtes cassées, ainsi que ton bras gauche. Quasiment rien, comparé à ce pauvre homme qui est mort pour t’emmener à une stupide fête. Et plus tu y songes, plus tu sens que tout est de ta faute, au fond. Comme si quelque chose chez toi avait provoqué cet accident.
Et c’était bien de ta faute, comme disait ton père. Tu as découvert ce don que tu as à pouvoir immobiliser la personne que tu croises du regard ; mais toi, tu finis par souffrir à force d’exercer ton pouvoir. Avec ce nouveau pouvoir, tu es partie, dès que tu as eu assez de courage pour le faire. Tu as pris de l’argent à tes parents, et tu as fui la capitale pour Yokohama, où tu as trouvé un travail de libraire. La propriétaire de la librairie a accepté de t’aider pour les premiers mois en t’hébergeant, puis tu as pu trouver un petit appartement. Et enfin, tu as pu devenir une femme, et changer ce toi qui te répugnais tant.

Tu es Itoh, maintenant.


Talent

100 mots minimum
Harmony
« Pour les personnes qui vivent dans la peur, la modération ne calme rien. Et beaucoup de personnes dans ce monde sont peureuses. C’est comme garder une tirelire quand on ne vide jamais son portefeuille d’abord. »
Satoshi possède le don d’enlever toute volonté à la personne de son choix, plongeant la victime dans un état de béatitude l’empêchant d’agir. Elle peut immobiliser jusqu’à trois personnes maximums pour une durée de trois minutes. Pour que cela s’opère, elle doit croiser le regard de la personne qu’elle souhaite immobiliser.
Cependant, en plus de faire souffrir Satoshi au fur et à mesure qu’elle maintient quelqu’un dans cet état, cela se répercute malheureusement sur sa santé par la suite. Il n’est pas rare qu’à force d’utiliser son dos de façon abusive elle finisse à l’hôpital pour tout et n’importe quoi.

Pseudo: mun
Age: 18 ans
Double-compte? nooope
Comment avez-vous découvert le forum?: Mon ami Eliss s’est ramené avec le forum dans les mains donc j’ai nyoooooms
Votre premier avis sur le forum?: Il est super beau, trop bien
Votre premier avis sur le forum ? Quelque chose à améliorer/modifier/supprimer ?: Nah
Avez-vous lu le manga/regardé l'anime ? Si oui, jusqu'où êtes-vous rendus: J’ai vu les deux saisons de l’anime, et lu les deux premiers tomes sortis en France (la flemme de lire les scans en fait)

Code by Frosty Blue de never Utopia



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 207
Pages : 1153
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Mar 30 Mai - 22:12
Comme c'est toujours plus sympa d'avoir un petit mot de bienvenue sur sa présentation, je te le redis ici: BIENVENUE SATO !

J'espère que tu te plairas parmi nous !
Et bon courage pour ta fiche ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 124
Pages : 483
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 16
Localisation : Là où tu n'es pas.
Mar 30 Mai - 22:27
Bienvenue Sato ! 'O'
Bon courage pour la suite de ta fiche !
Au plaisir de RP avec toi ! :3

_________________

Merci Koyo-chan pour l'avatar ! ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas





Invité
Invité
Mer 31 Mai - 18:17
Waaaaah merci pour vos messages ça fait plaisir ♥ (en plus j'ai déjà un super surnom *petite larme*)

Donc voilà j'ai fini ma fiche plus tôt que prévu parce que j'ai envie de RP avec vous au plus vite, en espérant que ça vous convienne, et bon courage!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 207
Pages : 1153
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Mer 31 Mai - 18:49
Présentation validée !

Tu es l'une des nôtres maintenant '-' Que cela te plaise ou non.

Mais avant que tu partes gambader dans la prairie, il va falloir que tu te recenses ICI, ICI et ICI.
N'oublie pas non plus de créer ta fiche de liens !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
I remain vivid ; Satoshi Ito
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» scanner minolta vivid 910
» Vivid
» Piercing & contrôle aéroport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Le personnage :: Présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: