Forum RPG sur l'univers de BSD !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Le personnage :: Présentation :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Agent Akatsuki à votre service...enfin bientôt... (On va dire terminée pour ne pas se faire tuer avec amour trop vite OTL)

avatar
Messages : 35
Pages : 130
Date d'inscription : 07/06/2017
Jeu 8 Juin - 11:54
Habitant
Seïa Akatsuki


Surnom: Agent Akatsuki !
Age: 21 ans
Sexe: Masculin
Nationalité: Japonais
Métier/Rôle dans l'organisation: Étudiant en école de police.
Orientation sexuelle: Hétéro et plus précisément...sister complex AKA siscon !
Signes distinctifs: Ses cheveux décolorés/son aura justicière (s'il vous plaît, faites un geste pour sa crédibilité en péril, croyez-y !)/Des vêtements légers qu'il porte en toute saison vu qu'il a une sœur qui a comme passe temps de lui piquer ses pulls.
Chika Akatsuki de Zombie Loan.

Caractère & Physique

Mais qui est ce bel homme à l'improbable chevelure blanche qui semble respirer l'ordre et la justice par tous les pores de la peau ? Mais ça ne peut être nul autre que moi, le grand, le splendide, le magnifique Agent Akatsuki ! De mon vrai prénom Seïa, avec les kanjis pour ''justice'' et ''transparent'', je suis plutôt pas mal, un mètre quatre-vingt-six sur soixante-huit-kilos, j'entre dans la catégorie détestée des ectomorphes. Mais si vous savez, ces êtres magiques qui peuvent engloutir des quantités astronomiques de nourriture sans prendre le moindre gramme, voici ce que je suis. Beaucoup me détestent pour ça, mais ce n'est pas plaisant d'être une allumette dont son cadet se moque...alors que ce grand gringalet brun plus petit que moi et qui ressemble à une fille est plus que mal placé pour parler ! Il a perdu une bonne occasion de se taire celui-là, comme toujours. Mais bon, c'est pas lui qui plaît aux filles faut le comprendre, c'est pas lui qui a dû éconduire plusieurs demoiselles parce que dans son cœur, il n'y a qu'une seule fille qui compte. Enfin quand on voit ses fréquentations, il y a de quoi s'inquiéter un minimum, entre une pseudo-gangster et un tagueur de murs...

« Abruti de Seïa-onii-chan ! Hurlerait le petit frère en question en me frappant violemment l'arrière du crâne, Je suis d'accord avec toi concernant Nakagawa, mais je te déconseille fortement d'insulter une nouvelle fois Takebashi !! Compris ? »

Mais passons l'aparté...même si en vous décrivant la personnalité de Hikaru-kun, vous pourriez aisément avoir la mienne, puisqu'il vous suffira juste de tout inverser. Ainsi donc, si JE devais me décrire en quelques mots, alors sans hésiter, ce seraient les termes de "génial", "cool", "splendide", "justicier", "brillant" et surtout les mots "Roi du bluff". Problème, je ne suis pas seul. J'ai un frère, une sœur, et leur passion est de me descendre avec les "abruti", "idiot", "imbécile" et autres synonymes ainsi que le mot "surprotecteur". Je suis le grand frère que voulez-vous ? Ce n'est que la preuve d'amour que mes cadets me portent non ? Non ? Mais euh c'est vraiment pas sympa ça ! Comment vous pouvez me juger juste parce que j'ai la joie de vivre ?! Vous êtes si cruels envers moi ! Tant pis, vous ne réalisez pas ce que vous perdez ! Mais soyons plus sérieux voulez vous ?

Je vous préviens, vous me verrez sérieux que lorsque deux choses sont en jeu : ma future fonction, celle de policier car il est IN-CON-CE-VA-BLE que je ne le devienne pas puisque c'est mon rêve et que je fais tout pour l'atteindre bon sang de bonsoir ! Et surtout, ma seconde famille, et plus précisément ma petite sœur et mon petit frère. Indice, une fois en faisant les courses, un type a bousculé mon petit frère, si ça n'avait tenu qu'à moi il serait déjà sous les barreaux à perpétuité après avoir fait un très très long séjour à l'hôpital. Comprenez que je ne tolérerai pas que du mal soit fait à mes cadets, parce que passer plusieurs années de son enfance à en vouloir, faut comprendre que ce n'est pas pour qu'il leur arrive quelque chose facilement. Du coup, là-dessus on peut dire que je suis responsable, prenant mon devoir de grand frère au sérieux, après je dis ça, mais vous faites ce que vous voulez, la seule personne qui a le droit de les taquiner c'est moi compris ?

Je dis toujours que je suis un grand frère avant même d'être un futur agent de police et encore plus avant d'être un homme, je crois que c'est assez clair comme ça. Mais assez parlé de mon amour pour eux sur lequel je pourrais m'épancher des heures, et il est inutile de préciser que je veux être policier parce qu'il faut bien que je sois foutu de protéger mes cadets, sinon quel grand frère je fais ?! Même si je vous concède que ce n'est pas ce que l'on voit au premier abord...parce que si j'ai tant l'air d'un joyeux imbécile, c'est parce que je veux bien m'en donner l'air !

Ce n'est pas pour rien que je me définis comme le Roi du bluff après tout. Je sais mentir, et je le fais très bien. D'ailleurs, c'est ma première source de disputes avec mes cadets, ces trop fiers partisans de l'honnêteté radicale. Tout le monde sait qu'il faut prêcher le faux pour savoir le vrai ! Mais ils sont jeunes, on va leur pardonner parce qu'ils se font si facilement piéger par mes soins ! Et puis vu le nombre de fois que ça a marché, ça prouve que c'est indispensable pour la fonction de gardien de la paix pas vrai ? Oui bon, j'ai l'air d'imposer les trucs dit comme ça, mais je ne fais que ce qui me semble juste ! J'ai des valeurs et je les défendrai quoiqu'il arrive, comme je défendrai autrui ! Enfin ça dépend, si c'est quelqu'un qui a fait du mal à ma famille qui est en feu et que j'ai de l'eau, je la boirais, mais je pense qu'on a tous un Némésis, c'est normal...bon Dieu, parler avec maturité ne me va pas, je laisse ça à mon petit frère, je suis l'aube, lui le crépuscule !

Je préfère plaisanter, détendre l'ambiance, mais ça m'empêche pas d'écouter, je ne suis pas fermé d'esprit non plus, même si ça peut surprendre, mais je suis relativement du genre à aider mon prochain et à me montrer oreille attentive à force d'années d'expérience en tant que grand frère. Et si je vous aime bien, vous aurez droit à votre petit diminutif, n'est-ce pas trop mignon ? Oui je sais me remerciez pas c'est gratuit ! Et j'aime aussi avoir des instants théâtraux, pour le bien de ma fierté sans cesse malmenée par mes cadets, surtout quand j'arrête des voyous aux cheveux roses pétant les vitres de pauvres voitures n'ayant rien demandé à personne, ou quand j'aide une jeune fille aux cheveux de la même couleur à éviter des voyous la poursuivant pour des choses peu nettes. Bon après, j'ai eu quelques échecs dans ma carrière...mais c'était -et ça l'est toujours- cuisant de se dire que vous n'avez pas réussi à empêcher une bataille de purée dans votre cantine à cause d'un rouquin de deux ans votre cadet ! Pire encore...que vous avez dû y participer et l'affronter pour le titre de ''Roi purée'' jamais je ne pourrai oublier ce terrible événement qui mit fin à toute ma crédibilité lorsque j'étais encore au lycée...en plus de ma décoloration qui avait précédé.

Quoi ? La fin approche ! Noon pas possible ! C'est l'heure d'un dernier coup de collier pour vous révéler l'aspect de plus sombre de ma personnalité, celui dont j'ai atrocement honte...non je rigole ! Comment pourrais-je avoir juste honte de moi alors que j'ai tout pour plaire...vous me croyez pas ? Alors qui recevait au moins trois lettres d'amour par semaine dans son casier au cours de ses jeunes années ? Oui, moi ! Sauf que...question filles, il n'y a que ma petite sœur qui m'intéresse. Comprenez moi bien, je ne parle pas d'intérêt dans le sens fraternel et protecteur, ou si je le fais, je ne peux le faire qu'à moitié. À ce niveau là, je dis toujours que si dans siscon il y a ''con'' ce n'est pas pour rien. Et c'est exactement ce que je ressens lorsque je pense à mes sentiments concernant ma petite sœur. Je me sens con.

Bien évidemment que je la considère comme ma petite sœur, même si, comme avec mon petit frère, on a aucun lien de sang. Bien évidemment que je l'adore, que la taquiner pour rien m'amuse, que je souhaite juste son bonheur, et que je veux la protéger. Mais d'un autre coté, même si c'est impossible, j'aimerais qu'elle soit plus que ma petite sœur. Elle est toute innocente, je ne veux pas lui faire de mal, mais...quand même...je ne sais pas si c'est la puberté ou une crise d'hormones, mais je ne peux qu'espérer que ça passe en limitant les contacts avec elle. Heureusement qu'elle a un emploi du temps chargé dans son lycée -pas assez pour ne pas passer du temps avec elle mais assez pour ne pas en passer trop- Enfin bref, je vais passer sur ce sujet que je tente de maîtriser tant bien que mal, car en tant que futur policier, je ne peux pas laisser ça me miner ! Ainsi, je vais finir sur une note magnifique qu'est ma phrase d'accroche et la seule chose que vous avez à retenir de moi :

Je suis l'agent Akatsuki, à votre service !...Enfin bientôt mais on va faire comme si alors chut !


Histoire

Le printemps est la saison de la renaissance...c'est là que je suis né, et plus précisément, un splendide jour de mai, le septième. Autant dire que la chance devait me sourire vu que le cinq et le sept sont censés porter bonheur. Mais elle a plus souri à mes parents, un couple plus tout jeune qui avait eu des difficultés à m'avoir. Bah oui, si la chance m'avait vraiment souri, j'aurais rapidement eu ce que je voulais, c'est à dire un petit frère à taquiner et pour qui je serai un modèle, et une petite sœur à protéger et à taquiner encore plus. Mes parents faisaient de leur mieux, ils essayaient de me faire plaisir, de m'offrir des beaux cadeaux, mais tout petit déjà, j'étais doté d'un grand instinct fraternel qui me poussait à vouloir des cadets à tout prix. C'était la seule chose qu'ils ne pouvaient pas me donner, ça me décevait, car je ne voulais rien d'autre.

À cause de ça, j'étais un gosse assez agité, même si je débordais d'énergie à la base. J'avais de quoi jalouser mes petits camarades qui se plaignaient d'en avoir, et je n'ai jamais compris pourquoi, moi qui les voyais comme des petits anges en admiration devant leur aîné...le temps m'apprendra bien vite combien je me suis trompé en ayant cette conception erroné du petit frère et de la petite sœur. Cependant, je ne pouvais pas le savoir, j'en avais pas ! Et c'était clairement pas faute de demander, sincèrement, je n'y voyais rien de compliqué...j'avais cinq ans aussi, si vous croyez que je connaissais les subtilités de la création de ces chérubins qui ne sont en fait rien de plus que des diablotins avec une auréole ?! Mais ils sont malgré tout si adorables, comment leur en vouloir longtemps ?

Bien évidemment, le bonheur, la chance, tout ça a une fin. Ainsi, dans ma ville natale, Sapporo, où je vivais le plus tranquillement du monde, il a fallu que je chope un coup de froid en plein hiver. Ce qui est assez normal quand on est dans le coin le moins chaud du pays. Donc au lieu d'être en cours, j'étais, du haut de mes sept ans, dans mon lit...avant de passer dessous. Ordre de mon père, qui m'intima alors de fermer les yeux, de me boucher les oreilles, et de faire le moins de bruit possible. Drôle de méthode pour me préserver d'une surprise, de ce que je croyais, parce que j'ai obéi sans me poser de questions sur l'air et le ton affolé de papa, sauf que j'aurais dû. Même si à cet âge je sais désormais que je n'aurais rien pu faire, qui plus est, je n'ai rien fait ce jour là. Le bruit des coups de feu m'était inconnu jusqu'à ce jour, tout comme celui d'une porte brisée, celui de la peur, de la soif de sang, des corps tombant au sol, celui d'objets en tout genre qui se brisent. C'est la première fois que j'ai éprouvé une peur terrible face à ce que j'entendais malgré les conseils de mon père, je le savais, ce n'était pas mon coup de froid qui me faisait trembler, enfin pas seulement.

Je ne suis sorti de ma cachette que lorsque les bruits ont cessé. Trop curieux, j'ai ouvert la porte de ma chambre, prenant soin de déboucher mon nez dans un mouchoir, et j'ai vu la scène. Des hommes en bleu marine emmenant d'autres personnes que je ne connaissais pas. Et...et puis papa et maman, à terre, dans un liquide rouge. Peut-être que c'était l'incompréhension. Peut-être que j'avais trop bien compris, au contraire. Peut-être que c'était l'horreur de la scène qui m'a pris à la gorge. Peut être que c'était un mélange de tout ça mais le fait est qu'au bout que quelques secondes, ou quelques minutes, j'ai du m'appuyer pour vomir avant de perdre conscience après plusieurs instants d'effort pour la conserver.

Je suis donc passé par la case orphelinat, ou rien d'intéressant n'est à raconter. Ou du moins, rien de plus intéressant que mon adoption, par un des policiers présents sur les lieux où j'ai perdu mes parents. Lentement, je me remettais de cette disparition, et commençais à me dire que je ne pouvais pas rester ainsi. Puis cet homme, si sévère mais aussi juste et tout simplement maladroit pour dire des choses gentilles, m'a présenté une nouvelle famille, mais il y a bien plus important que ça. Car dans cette famille qui allait être la mienne, j'avais ENFIN un petit frère et une petite sœur, ce qui ne m'était pas arrivé à l'orphelinat, étant le plus jeune. Alors quand cet homme me les présenta en tant que tels, j'ai juré de les aimer et de remplir mon devoir de grand frère comme il se devait.

On va commencer par le garnement de service, ce mioche avec qui l'entente est loin d'être cordiale, le petit Hikaru-kun ! Et oui je peux le dire ainsi vu qu'il est de six ans mon cadet, et qu'en cet honneur, il faudrait peut être qu'un jour, il n'oublie pas qui je suis. Parce que oui, j'ai bien eu envie de l'étrangler ce petit fourbe dont le passe temps favori est de me tirer toutes sortes de grimaces pendant qu'il monopolise ma sœur alors que je ne le peux pas ! Non mais je vais lui apprendre les bonnes manières moi, car c'est aussi MA sœur ! Et je vais aussi lui faire passer l'envie de faire de moi la victime de ses farces favorites qui consiste notamment en le vol de mes goûters...si jeune et déjà si turbulent, un démon je vous dis. Je ne sais pas de quel bulbe il sort, mais ce fut pénible de le gérer.

Heureusement, à coté, mon adorée petite Mitsu-chan était le calme incarné ! Un vrai petit ange ! Pas un mot plus haut que l'autre, pour ne pas dire qu'elle ne parlait pas fort et pour encore moins dire qu'il faut parfois tendre l'oreille pour l'entendre. Toujours fourrée avec ses pères, c'est un peu l'enfant gâtée qu'on veut protéger, mais qui nous montre bien que ça ne lui plaît pas. Plutôt mature à son âge, c'est toujours elle qui nous calme, mon cadet et moi, et qui tente de nous aider. Il faut dire, elle est plutôt observatrice, et modeste en plus...Et puis comment ne pas fondre devant ses "Seïa-nii" tout ce qu'il y a de plus adorable ? Même des années après, je suis complètement gaga d'elle, par chance, elle en profite pas.

C'est un peu grâce à eux que j'ai décidé de devenir policier, surtout à force d'écouter les affaires de notre tuteur, celui qui exerçait le métier. Si bien que j'avais onze ans lorsqu'il annonça sa mutation à Yokohama...et je tiens à dire une chose...bordel qu'il fait chaud l'été ! Comprenez, j'ai pas grandi dans un océan de chaleur, alors quand on change pour une ville comme Yokohama, bah on crame plus vite ! Jamais je n'oublierais mes premiers coups de soleil...surtout à cause d'un gamin impertinent dit aussi mon petit frère qui aime à me le faire remarquer. D'après ce que notre tuteur nous avait dit, il se passait des choses étranges là bas, et on lui avait demandé de venir prêter main forte à ceux déjà sur le terrain. Tout ce qu'on savait, c'était qu'on rentrerait lorsque tout serait fini -c'est à dire on ne sait pas trop quand- mais on devait d'abord y aller.

C'est ce qu'on fit, et la première chose que j'ai fait en arrivant, c'était de discuter avec ma frangine. Cette petite, qui a quatre ans de moins que moi, je l'avais vue ranger un livre sur l'astronomie dans un carton. Mais surtout, c'était son regard qui m'a frappé. Elle souriait, puis l'instant d'après, elle l'a rangé avec des yeux tristes. Donc ma durant première nuit dans cette ville, j'ai passé un interrogatoire à une petite sœur qui refusait de me répondre jusqu'à ce qu'elle craque. C'est vrai que son policier de père tenait à ce qu'elle suive ses traces. Mais il n'avait pas demandé l'avis de la principale concernée, qui s'était contenté de suivre les entraînements aux arts martiaux sans se plaindre, ni parler de sa véritable vocation. Hikaru-kun n'arrivant pas à dormir, on en a alors discuté tous les trois, et même si elle ne voulait pas qu'on en parle, mon petit frère et moi, on était, pour une fois -miracle !- d'accord, et on a pas hésité à défendre l'honneur, et surtout le bonheur de notre frangine. À vrai dire, ça m'arrangeait pas mal, ma vocation naissante se voyait entravée par une cadette plus douée que moi, et ça me rendait mal à l'aise. J'étais son grand frère, je devais la protéger, mais à quoi je servais si elle ne me laissait pas faire cela ?! Mais euh !

Puis vint ce jour fatidique...ou plutôt, ces deux jours terribles qui marquèrent mon existence à tout jamais. Si vous saviez comme c'est dur de s'en remettre, mon pauvre cœur en est encore tout retourné, tout détruit d'avoir subi de telles épreuves qui l'ont chamboulé comme pas permis ! Mais vous attendez quoi pour sortir les violons et les mouchoirs ?! Bien évidemment que c'est tragique à ce point ! Vous vous doutez bien que je ne raconte que ce qui vaut la peine d'être mentionné ! Donc si je vous dis que ce qui va suivre est grave, c'est que c'est grave !! Et pas qu'un peu ! Ce sont des épisodes qui se doivent d'être relatés par mes soins ! Vous comprendrez vite comment cela a pu me marquer autant, car vous ne savez pas comme la vie d'un grand frère est dure lorsqu'on a des cadets comme les miens ! Même si c'est source d'un grand bonheur, ça reste quand même éprouvant sur les bords, surtout dans ce cas là, je ne vous raconte même pas. Enfin si, je vais le raconter mais ça me fait encore si mal...

C'était un jour d'hiver, tout ce qu'il y a de plus tranquille. Plus précisément, un matin un peu froid. Parti prendre un pull pour me réchauffer, c'est en ouvrant le tiroir que l'horreur me prit de court...l'un d'eux avait disparu sans laisser de traces ! Vous ne vous rendez pas compte de ce que j'ai ressenti ?! J'ai fouillé ma chambre, le panier à linge, puis j'ai commencé à avoir un suspect en tête, soit mon petit frère, que j'ai réveillé. Mais lui-même n'en savait rien, et je ne pus que finir par le croire vu qu'il ne sait pas mentir contrairement à moi. La seule solution était donc de demander à mes tuteurs, et c'est là que la vérité m'a frappé. Ma petite sœur, était avec eux, et tout allait bien sauf que...MON pull se trouvait sur SES épaules !!!! Un tout petit détail choquant auquel j'ai dû m'habituer sans pouvoir rien y faire à part mener une véritable guerre pour sauvegarder sa féminité, tentant de lui faire comprendre que c'était MES pulls à MOI ! Depuis ce jour, elle n'a pas arrêté de me les dérober, mais je ne pouvais pas lutter quand elle me disait : ''Mais...ils ont l'odeur de Seïa-nii.'' avec son regard d'une triste sincérité. C'est vrai que mon petit frère et moi dormions dans le même lit, et elle était toute seule dans sa chambre. Je me suis senti mal d'avoir échoué en tant que grand frère si bien que fréquemment, on se retrouvait tous les trois à se serrer pour passer la nuit dans le même lit...Ce qui ne l'a pas empêchée de continuer à me prendre mes pulls juste parce qu'elle les aime bien !!

Mais là n'est pas le pire, non, le pire, c'était ce jour, avec un ami. On jouait depuis des années à ''cap ou pas cap'', jeu que j'avais renommé ''concours de celui qui fera faire le pire truc à l'autre''...et c'est lui qui a raflé la victoire ce jour là. Je ne suis pas homme à refuser les défis qui me sont donnés, alors je n'ai pas eu d'autre choix que d'accepter, lorsqu'il m'a donné un défi terrible : celui de me décolorer les cheveux, durant ma première année de lycée, en profitant des vacances. J'ai voulu retarder l'échéance, lui expliquer que ça n'allait pas plaire au policier qui était mon tuteur et que c'était un coup à risquer ma peau. Mais il m'a traîné de force chez le coiffeur, décolorant mes cheveux pour qu'ils soient aussi blancs que la neige. Déjà que je n'aimais pas mes yeux au bleu si pâle que dans le blanc de mon œil, on ne distingue presque pas l'iris, sans mes cheveux bruns, ça rendait le tout encore plus horrible ! Et quand je suis rentré, j'y ai pas coupé. Engueulades paternelles, moqueries du petit frère, seule mon adorée petite Mitsu-chan a pris noblement ma défense. Si seulement j'avais réalisé à quel point mes joues étaient devenues rouges lorsqu'elle m'a dit que d'après elle, ça m'allait bien. C'est juste pour ça que je ne les ai pas teints à nouveau.

J'étais con de ne pas l'avoir réalisé, je ne m'en suis rendu compte ni là, ni même lorsque je rejetais nombre de filles qui aimaient mon sens de la justice et ma classe naturelle. Et encore moins lorsque pour répondre à une fille éconduite qui, en larmes, m'avait demandé quel était mon type, je lui avais fourni une description qui correspondait trait pour trait à celle de Mitsu-chan. Lorsque j'ai réalisé à quel point j'aimais ma petite sœur, c'était lorsque j'ai failli la perdre. Ce jour là, elle revenait de cours plus tôt que prévu et devait prendre le métro. Hikaru-kun l'attendait, dans son éternelle passion à monopoliser son attention, et moi, je n'avais pas fini ma journée à l'école de police vu que j'avais un cours de taihojutsu. Cours qui fut interrompu lorsqu'on vint me chercher pour une urgence. Pris d'inquiétude, j'ai foncé, et la nouvelle fut terrible à entendre...ce jour là, j'ai tout simplement perdu le contrôle de moi même.

À cause d'une attaque à la bombe menée par je ne sais trop qui, -comprenez, la conséquence m'a tellement affolé que je ne me suis soucié de rien d'autre- ma sœur, qui avait juste eu la malchance d'être au mauvais endroit au mauvais moment, avait de fortes chances d'y passer ! J'ai donc foncé à la station où se trouvait mon petit frère, et quelques heures plus tard, elle est revenue indemne. Complètement indemne...les vêtements déchirés et le corps tâché de sang mais indemne...qu'importe, ma petite sœur était là et c'est tout ce qui comptait. Je l'ai enlacé comme jamais avant qu'on rentre pour qu'elle aille se doucher. J'ai eu si peur de la perdre ce jour là, la perdre sans avoir été en mesure de la protéger, je n'osais pas y penser. Juste l'idée de me dire qu'elle aurait pu y rester m'a terrorisé pendant plusieurs jours, le temps que j'en trouve la cause. Cette cause m'a encore plus terrifié, et j'ai encore du mal à l'admettre. Admettre que j'aimais ma sœur à ce point, au point de ne plus vouloir être son frère afin de lui témoigner tout mon amour, c'était terrifiant. J'étais son grand frère bordel ! Et je suis un grand frère avant même d'être un homme !

Sur cette pensée, j'ai donc pris une décision qui s'imposait d'elle même. C'est à dire, devenir le meilleur policier qui soit pour protéger mes cadets, et passer le plus de temps possible avec eux...enfin avec Mitsu-chan, vu que Hikaru-kun est toujours avec ses fréquentations dout...j'ai rien dit !! Mais je m'inquiète quand même, il ne va pas déteindre sur eux si ?! Petit frère, ne trahis pas ta famille je t'en prie !! Bah quoi, je ne vais quand même pas lui dire que je l'adore même si c'est vrai ! Il abuse déjà du fait que je sois son grand frère ! Je ne vais pas lui donner raison à ce morveux ! Ce petit démon qui n'arrange pas son cas et qui s'amuse encore à monopoliser notre frangine dans mon dos...j'ai un instinct pour ça ne cherchez pas ! L'instinct du grand frère qui me permet de bien m'occuper d'eux, et celui du futur agent de police pour un jour faire régner l'ordre et la justice dans cette ville car tel est mon objectif !!

Talent

La classe naturelle...ou pas !

Parce que tu l'as ou tu l'as pas ! Mais comme je suis l'agent Akatsuki...comment ça j'ai pas de talent ?! Mais euh c'est vraiment pas sympa ça !

Pseudo: Shi-chan, Hika(chu), Agent Akatsuki, _, (Divinatrice Extralucide) Ponpon...choisissez celui qui vous plaira !
Age: On ne demande pas ça à une demoiselle ! :p
Double-compte? Inconnu au bataillon si c'est le cas !
Comment avez-vous découvert le forum?: Et bien...euh...je connais...des gens...haut placés ? ^^' (Et je suis venu avec de la MANLINESS qui arrive dimanche !)
Votre premier avis sur le forum?: Sympathique, très sympathique ^^
Votre premier avis sur le forum ? Quelque chose à améliorer/modifier/supprimer ?: Une cachette pour ceux qui risquent de se faire tuer avec amour ne serait pas de refus ! xD
Avez-vous lu le manga/regardé l'anime ? Si oui, jusqu'où êtes-vous rendus: Pas encore lu le manga, mais j'ai vu les deux saisons de l'anime ^^'

Code by Frosty Blue de never Utopia



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 207
Pages : 1153
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur




Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Jeu 8 Juin - 21:11
Présentation validée !

J'ai tellement ri quand j'ai vu la petite mention de Kaito et Emi (Comment ça Emi n'est pas fréquentable ? Je suis outrée ! Que dis-je ! Je suis choquée et déçue !). Et puis après, le bulbe m'a achevé xD On se le demande bien Seïa x) Ton frère n'est pas très net xD
Et sinon, non, tu n'auras pas de cachette :o Sois un homme, voyons ! x')
J'ai hâte de croiser ton petit Seïa en rp en tout cas ♥

Mais avant que tu partes gambader dans la prairie, il va falloir que tu te recenses ICI et ICI.
N'oublies pas non plus de créer ta fiche de liens !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Agent Akatsuki à votre service...enfin bientôt... (On va dire terminée pour ne pas se faire tuer avec amour trop vite OTL)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» avis sur mon poulailler enfin (bientôt) fini
» Un dessin de votre cheval
» Antraqua à votre service...
» un nouveau de plus.... enfin bientôt....
» IMEO Chasseur immobilier à votre service

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Le personnage :: Présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: