Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Sophie

Admin

John

Admin


 :: RP abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ce que cache l'Enquiry Glass [PV-Haruki]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Messages : 290
Pages : 1297
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Aoû - 20:04
Les talons d'une dame claquaient contre le sol. Et pas n'importe quelle dame ! Non, non, il s'agissait là d'Akiko Yosano, médecin de l'Agence. Et Détective aussi, même si elle était plus souvent utile dans ce premier domaine. A la grande crainte des membres, bien qu'ils ne pouvaient contester le fait qu'elle était indispensable. La jeune femme s'arrêta finalement devant une enseigne. L'Enquiry Glass. Un habitué assez observateur aurait peut-être reconnu la femme et ce serait dit, tiens, tiens la voilà encore qui vient boire un coup, ça fait un moment qu'elle n'est pas venue.

Sauf que c'était là qu'était l'erreur. Elle ne venait pas boire un coup cette fois. Enfin, si, elle commencerait par ça, prendre un verre. Pas quelque chose de trop, trop fort non plus, ce serait bête qu'elle se laisse avoir par l'alcool. Elle tenait l'alcool, hein ! Ne vous méprenez pas ! C'est juste que... Disons que des fois... Boire ça met de l'ambiance, et... elle peut alors "succomber" à l'ambiance et en perdre son sérieux. Et ça ne devait pas arriver. Donc un verre, pas plus. Pour commencer... Pourquoi tant de précautions ? Parce qu'elle n'était pas venue en ce lieu pour ça, cette fois. Elle n'allait commander uniquement pour pas que son comportement ne paraisse louche. Car louche, ces intentions pouvaient l'être. Elle devait enquêter.

L'agence souhaitait se renseignez plus sur ce bar. Pourquoi ? Secret confidentiel, comprenez. Mais au final, dès qu'Akiko avait su ça, elle avait insisté pour être celle à y jeter un oeil. Elle connaissait l'endroit et avait plutôt une bonne relation avec le patron. Elle aimait bien avoir une petite discussion avec lui, quand leurs horaires respectifs le permettait, ce n'était pas une priorité. Ca changeait du contexte de l'Agence. Est-ce que cela comptait donc pour une "trahison" qu'elle se propose aussi rapidement pour cette mission ? Non, pas vraiment. Pas à ses yeux. Son métier passait bien avant ses relations en dehors. Déjà, pour commencer, elle n'avait presque aucune relation extérieure, car ne voulait pas se lier d'amitié avec qui que ce soit, de peur de le mettre en danger. Bon, après il devait bien y avoir une exception, l'amitié étant une chose naturelle qui vient quand on s'y attend le moins. Mais Haruki n'était pas l'exception. Ce n'était pas comme si elle le voyait si souvent que ça, en même temps.

Elle poussa la porte sans hésiter, et avança rapidement, de sa démarche sûre d'elle, comme à son habitude. Ou presque. Elle se montrait encore plus attentive qu'à ses autres venues. Fouillant discrètement le lieu du regard, tiltant à chaque détail, cherchant une faille. Que dire ? Il y avait une ou deux personnes, qui, à son avis, étaient loin d'être honnêtes, mais rien de bien surprenant dans un bar. Il y avait aussi au moins individu qui posait un tel regard sur elle qu'elle avait envie de lui envoyer son poing dans la figure. Mais malheureusement, ce n'était pas anormal non plus. Une fois, devant le comptoir, elle prit place sur un tabouret et signala sa présence d'un geste. Tiens, c'était justement Haruki qui venait prendre sa commande. Il fallait qu'elle se décide. Continuer de mener l'enquête discrètement ? Ou être directe ? Un soupir. Elle le salua d'un hochement de tête et d'un léger sourire, l'air préoccupé avant de passer commande.

- Un verre de rhum, s'il-te-plaît, commença-t-elle en sortant déjà son porte-monnaie d'une poche de son sac. Son expression se fit alors sérieuse. Et après. Il va falloir qu'on parle, toi et moi. Ca ne peut pas continuer comme ça.

Si Haruki avait quelque chose à cacher, il sentirait peut-être une accusation à travers ce ton. Sans doute même, restait à voir si son comportement le trahirait. Quoi qu'il en soit, Akiko allait la jouer à l'interrogatoire. Elle n'était comme d'autres détectives de l'Agence à remarquer ce qui clochait dans chaque affaire. Certes elle avait un meilleur sens de l'observation et de la déduction qu'un des passants qu'elle avait pu croiser par exemple, mais parfois, ce n'était pas suffisant. Bon, avoir choisi de découvrir le "secret" du bar de cette manière ne l'empêchait de tendre l'oreille, à l'affût de la moindre information intéressante, ni de scruter les lieux, avec une certaine discrétion malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 6 Aoû - 23:14
Invité
Le chiffon se promenait sur le comptoir, nettoyant les traces de bières qui s’étaient échappée d’un verre au moment d’être servis. Haruki le nettoyait consciencieusement, détestant sentir son bar collant lorsqu’il servait un verre ou passait une main contre le bois.

C’était une journée plutôt calme qui s’annonçait, il n’avait presque pas eu à rêver pour ses clients aujourd’hui. Juste un petit rendez-vous le matin, et il avait enfin pu passer sa journée à s’occuper normalement avant d’aller travailler, ce qui lui faisait le plus grand bien.

Le blond sifflotait derrière son comptoir, d’assez bonne humeur, sans faux sourire sur le visage en général destiné aux clients lambda qui le visitaient. Et son sourire s’agrandit un moment en voyant Yosano entrer. C’était le genre de cliente qu’il était ravi de voir entrer. Pas de prise de tête à l’horizon, pas de boulot en plus. Juste quelques verres à servir et une discussion agréable. Il finit de servir deux verres à deux messieurs avides d’un bon verre et fila la servir, son sourire toujours fiché sur son visage. Mais Yosano n’avait pas l’air au mieux de sa forme. Un truc clochait. Et à peine son verre commandé, elle ne passa pas par quatre chemin pour sortir la source de son mal-être. Du moins, elle indiquait qu’un truc n’allait pas entre eux. Ok, mais quoi ?

Haruki avait commencé à servir le verre de rhum mais s’était arrêté dans son élan, légèrement surpris. De quoi parlait-elle ? Leur relation ? Non, ils étaient juste de bons amis. Il n’y avait rien entre eux à part une bonne amitié. Ou alors Haruki avait été totalement aveugle à ce sujet… Non pas qu’il n’aimait pas la jeune femme, il l’appréciait bien, mais il s’était mal imaginé dans ce genre de relation de toute façon. Il se voyait mal dans une gentille petite histoire de couple.

Est-ce que à tout hasard, Yosano faisait allusion à son autre métier ? Le bouche à oreille avait fini par lui parvenir ? Ou quelqu’un d’autre l’avait prévenu ? C’était déjà plus problématique, sans doute. Haruki ne savait pas trop dans quoi elle travaillait exactement, alors allez savoir si cette gentille et jolie jeune femme trempait dans quelque chose de louche ou pas ? Après tout, il est difficilement de savoir qui sont réellement les gens, lui-même étant une preuve vivante.

Le doute était visible sur son visage en tout cas, il ne savait pas quoi en penser. Il espérait juste se tromper sur toute la ligne, et qu’elle allait lui sortir un truc extravagant. Ou encore une blague. C’était bien les blagues. Les plus courtes étaient les meilleures d’ailleurs. Il lui servit donc son verre après son moment d’hésitation, reprenant son sourire tout de suite moins vrai que celui de tout à l’heure.

-« Et voilà… Alors, qu’est-ce qui ne va pas ? »

Haruki se doutait qu’il n’allait pas passer un bon moment, surtout au vu de l’expression de la jeune femme, restait plus qu’à savoir si ça allait juste être un moment gênant, ou un moment vraiment pénible à souhait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 290
Pages : 1297
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Aoû - 21:46
Akiko n'avait pas particulièrement aimer voir le sourire de l'homme disparaître ainsi. Certes, elle ne le qualifierait pas d'ami, mais elle l'appréciait quand même, et avoir comme travail d'enquêter sur une bonne connaissance n'était pas forcément agréable. Oh, ce qu'elle pouvait ressentir dans ces moments, elle le gardait pour elle, mais ça n'empêchait rien au fait... qu'elle se sente coupable ? Non, ce n'était pas ça. C'était son métier et elle faisait pour ses idéaux et ce qu'elle jugeait comme étant bien, pour la sécurité de la ville. Mais elle n'était pas vraiment à l'aise dans ces moments, n'aimant pas la perspective de "gâcher" une relation qui commençait plutôt bien. Bon, dans tous les cas, elle n'aurait pas non plus eu l'intention de la faire évoluer, histoire de ne pas faire planer un potentiel danger sur Haruki. Mais elle trouvait quand même dommage de faire une croix sur les moments de détente qu'elle pouvait passer en ce lieu. Car une fois qu'elle aurait mené cette enquête à bout, elle y arriverait, obligatoirement, elle n'échouait pas, peu importe les résultats, elle serait tout de suite moins bien vu.

Puis elle observait chaque geste, chaque expression, chaque changement chez le barman. Ah. Une pause dans ses mouvements alors qu'il servait son verre. Si elle devait noter chaque détail, elle ne pouvait pas non plus conclure quelque chose de cela, il était après tout normal qu'Haruki soit surpris après un tel début de conversation. Et qu'il se pose des questions. Oui, ne pas tirer de conclusions trop rapides, ce serait une grossière erreur. Le genre de choses qui pouvait couler une affaire, ou amener au mauvais coupable. Bon, là, il n'y avait pas de meurtre ou de vol, donc aucun coupable à trouver. Enfin pas pour l'instant, non pour l'instant elle devait découvrir en quoi ce bar était louche. Après... Qui sait. Ce qu'elle apprendrait la pousserait peut-être à devoir en effet trouver un coupable pour elle ne savait quelle affaire. Elle n'espérait pas. Apprendre que le bar où elle aimait prendre un verre de temps en temps cachait quelque chose de louche n'était pas déjà agréable, et assez pathétique quand on se disait qu'elle, détective depuis des années ne s'en était pas rendu compte. Bon, pour son honneur, détective n'était pas sa première profession. Non, si elle l'était devenue, c'était seulement pour plus qu'un simple membre à l'Agence. Enfin, être médecin de l'Agence était déjà plus qu'un simple membre, mais elle ne voulait pas être l'exception parmis les membres à pouvoir. Elle voulait aussi se rendre utile, le plus qu'elle pouvait.

Haruki déposa son verre devant elle, et elle esquiva malgré tout un sourire en plus d'un "merci". Elle sortit de quoi payer son verre et le posa sur le comptoir, en direction du barman.

- Et voilà… Alors, qu’est-ce qui ne va pas ?

Ce qui n'allait pas... ? Elle ne savait pas si elle devait parler par énigme ou être directe, maintenant. Oh et puis zut. En arrivant, elle n'y était pas allé par quatre chemins alors autant continuer en cette voie. Un soupir. Elle but une gorgée avant de prendre la parole.

- Tu... me caches quelque chose. Et n'essaies pas de me mentir, c'est mon métier de découvrir la vérité. Non, ce n'est pas toi qui me cache quelque chose, sinon, je ne me serais mêlée de tes affaires privés. Mais l'endroit en général. Et franchement, je n'aime pas ça.

S'accoudant, elle fixa Haruki avec insistance. Il n'avait pas intérêt à essayer de lui mentir, elle l'avait prévenu. Que ferait-il s'il le faisait ? Ah ça, elle n'en avait aucune idée pour l'instant. Peut-être pourrait-elle l'intimider ? Son sac qu'elle avait positionné sous le tabouret avait largement de quoi effrayer plus d'une personne. Pour ça qu'elle s'arrangeait pour qu'il soit hors de portée, car si un voleur venait à tenter sa chance, il en ressortirait plus effrayé que la détective au vu des armes parfaitement aiguisées qu'il trouverait. Mais non. La violence n'était pas la solution. Elle ne ferait pas le premier. Et son visage à lui seul avait le don d'intimider lorsqu'elle servait son désormais si connu (au sein de son entourage) sourire sadique. Mais peut-être qu'Haruki se montrerait tout de suite coopératif ? Pourtant il n'avait aucune raison de le faire, pas comme si elle débarquait avec une carte de la police. Et heureusement car s'il cachait réellement quelque chose, il aurait déjà pris la fuite. Ou essayait. Pas comme si Akiko le laisserait fuir s'il tentait de le faire. Mais jusque-là... Elle s'était contentée de laisser sous-entendre qu'elle enquêtait pour son compte, pour sa curiosité, alors aucune raison que ça en arrive à là. Si ? Elle plissa les yeux, continuant sur sa lancée.

- Et je veux savoir ce que c'est. Que tu me le dises ou non, j'ai largement les moyens de le découvrir. Que ce soit à travers les rumeurs ou... autrement. Mais je n'aime pas agir ainsi dans le dos des autres. Alors je te le demande clairement. Et j'aimerais que tu répondes tout aussi clairement et franchement.

Un silence. Elle n'avait pas dévoilé quels étaient les autres moyens de découvrir le secret du bar intentionnellement. Laisser un peu de 'suspense'. Pour voir la réaction d'Haruki. Elle avait pu voir le doute sur son visage, mais ce n'était pas suffisant pour aller plus loin que des soupçons. Non, il fallait qu'elle le coince. A moins qu'il ne cache rien ? Mais maintenant qu'elle avait cette affaire sur les bras, tout lui paraissait plus suspect, et le fait que cet endroit cache quelque chose devenait désormais une certitude pour elle.

- S'il-te-plaît, ajouta-t-elle avant de tremper ses lèvres dans son rhum, laissant la parole au barman.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 8 Aoû - 20:15
Invité
Haruki eut à nouveau un doute. Est-ce qu’elle savait et voulait juste lui faire avouer de sa propre bouche, ou était-elle dans le flou et ne savait rien ? Au vu de son insistance, le barman n’y aurait pas mis sa main à couper. Elle savait un truc, ce n’était pas possible autrement. Et d’un coup, la jeune femme avait l’air bien moins commode. La gentille cliente avait presque disparue.

Au vu de ses questions, et de sa menace dissimulée, Haruki était à deux doigts de la ranger dans la catégorie problème. Et les problèmes, il n’aimait vraiment pas ça. Il allait encore devoir jouer de ses talents de menteur. Ce n’était pas la première fois que l’on soupçonnait lui ou son bar de tremper dans des trucs louches, mais leur manière de demander changeait toujours la réponse du blond.

Quelqu’un qui prendrait ça à la rigolade, ou un air un peu plus gentil, pas trop insistant, arriverait peut être à avoir une réponse positive. Mais là, Yosano n’était clairement pas de ceux-là. Après tout, c’était son « métier » de découvrir ce qui se tramait ici. Et ça ce n’était pas forcément bon. Non pas que la police lui fasse peur, quelques agents venaient aussi à la pêche aux informations ici, du moins ceux qui en avaient le courage.

Non, Haruki n’était vraiment pas prêt à lui dire la vérité. Il fallait maintenant réfléchir à quel mensonge il allait utiliser. Lui et ses collègues s’étaient mis d’accord sur quelques mensonges, pour couvrir le véritable but du bar s’ils étaient sur le point d’être découvert. Elle soupçonnait un truc louche, alors il allait rester dans la louche, histoire qu’elle ait un truc à se mettre sous la dent. Tout naturellement, il répondit, sans stress, ce n’était pas la première fois qu’il donnait cette version de l’histoire.

-« On ne le cache pas vraiment mais on évite d’en parler en fait. Seuls les habitués participent, ils sont assez méfiants envers les nouveaux qui veulent participer. J’ai quelques collègues qui organisent des paris, bien souvent sur des combats qui se déroulent en ville. Il faudra leur demander si tu veux savoir qui les organise et où. Ce n’est pas très légal, mais ça permet au bar de tenir debout, donc je ferme les yeux. »

Il prit un air fatigué, comme si cette histoire ne lui plaisait pas plus que ça non plus. C’était une histoire pas très nette qui pourrait la faire creuser un peu avant qu’elle ne découvre tout. Cela laisserait le temps à Haruki d’en savoir plus sur elle, pour savoir si cette histoire craignait vraiment ou pas. Et il faudrait alors agir en conséquence. Il n’était jamais allé visiter sa vie de tous les jours, ne prenant jamais cette peine pour de simples clients. Selon ce qu’il verrait, il lui dirait la vérité, ou alors demanderait à ce que le problème soit régler, bien que cette idée ne lui plaise vraiment pas. Mais le barman ne pouvait pas risquer que le bar ou lui-même coule à cause d’une simple femme un peu trop curieuse. Il l’avait beau l’apprécier, jamais elle ne passerait avant lui. Surtout après ça.

-« Je peux comprendre que cela soit dérangeant des fois, ils parlent toujours à voix basse, font attention à ne pas se faire repérer… Il y a de quoi de poser des questions quand on n’est pas au courant ! » Plaisanta le barman, le sourire de retour sur son visage. Il devait juste continuer ce petit manège jusqu’à ce qu’elle parte, puis tout irait bien. Et il ne devait pas oublier de récupérer son verre aussi. Il en aurait besoin la prochaine fois qu’il irait dormir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 290
Pages : 1297
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Aoû - 21:02
Oui, Akiko n'avait pas l'air aimable. Enfin, pas qu'elle était méchante, elle restait plus ou moins respectueuse malgré ses menaces. Mais elle ne confondait pas privé et travail. Elle n'allait pas aborder un comportement qui ne lui correspondait pas pour obtenir ce qu'elle souhaitait. Pas pour une situation, aux conséquences si minces. Car peu importe ce qu'elle trouverait, ça ne pourrait pas être pire que les affaires concernant la mafia.

- On ne le cache pas vraiment mais on évite d’en parler en fait. Seuls les habitués participent, ils sont assez méfiants envers les nouveaux qui veulent participer. J’ai quelques collègues qui organisent des paris, bien souvent sur des combats qui se déroulent en ville. Il faudra leur demander si tu veux savoir qui les organise et où. Ce n’est pas très légal, mais ça permet au bar de tenir debout, donc je ferme les yeux.

Akiko fronça les sourcils. Il... se moquait d'elle ? Elle reposa son verre désormais vidé aux trois quarts sur le comptoir, fixa encore un instant le barman et éclata de rire. Elle avait bien compris que ce n'était là qu'une excuse et non pas une blague, mais ça lui paraissait tellement stupide qu'elle ne pouvait que rire. Là, elle avait l'air soudainement plus détendue, ce qui n'était pas réellement le cas, elle n'avait pas perdu son sérieux. Loin de là. De toute façon, elle ne pourrait plus jamais venir se détendre dans ce bar pour mettre le stress de l'Agence de côté, peu importe comment se concluerait l'enquête. Si Haruki ne cachait rien, ce dont elle était persuadée du contraire, le malaise resterait, et s'il cachait quelque chose... Eh bien, elle verrait selon le quelque chose en question sans doute. Et illégal ou pas, elle n'était pas la police, elle ne pourrait pas l'arrêter, alors le temps que les preuves soient rassemblées et les dossiers bouclés, Haruki pourrait prendre la fuite si besoin.

- Je peux comprendre que cela soit dérangeant des fois, ils parlent toujours à voix basse, font attention à ne pas se faire repérer… Il y a de quoi de poser des questions quand on n’est pas au courant !
- Mais oui bien sûr, je te crois !s'exclama-t-elle en levant les yeux au ciel. C'est vraiment illégal, ça ? Si tu le dis, sans doute, mais je viens de découvrir que j'ai enfreint la loi plus d'une fois, alors !

La Détective secoua la tête, comme fatiguée de la réponse du barman. Pourquoi est-ce que tout ne pouvait pas être simple ? Bon, la difficulté c'était bien des fois, mettre du piquant, mais on ne pouvait pas dire que cette affaire lui plaisait particulièrement. Elle en avait déjà assez, en fait. Mais elle comptait bien la mener jusqu'au bout malgré tout. Il fallait qu'elle assume son choix, elle avait décidé de la prendre, alors maintenant, hors de question de s'arrêter là. Elle se pencha et baissa la voix.

- A part bien sûr, si les paris tournent autour des combats qui concernent cette pourriture qu'est la mafia.

Un silence. Elle avait beau avoir parlé à voix basse pour que seul Haruki l'entende, on pouvait sentir tout son mépris pour cette organisation. Pour ça aussi qu'elle ne l'avait pas hurlé. Le bar cachait peut-être quelque chose de "pas très légal", mais rien ne disait que ça concernait la mafia. Inutile, donc, de leur attirer des ennuis avec cette dernière. En fait, il n'y avait même aucune chance que cette affaire ait un rapport avec la mafia, elle aurait été attaquée depuis longtemps sinon. Une Détective de l'Agence ne serait pas passé inaperçue en effet.

- Mais en ce cas... ce serait plus... idiot et dangereux qu'illégal.

Akiko avait fait exprès de mentionner la mafia et d'afficher son mépris, pour bien faire comprendre qu'elle en était une ennemie. Et donc qu'elle avait en effet les moyens de découvrir le secret du bar. Parce que n'importe qui ne résiste pas à la mafia. A cette simple pensée, elle se massa les yeux, l'air soudainement las. Oui, elle n'était pas n'importe qui, et des fois, c'était épuisant. Même si elle ne regrettait pas d'avoir rejoint l'Agence. Mais elle se remit rapidement de cette soudaine fatigue. Enfin soudaine... Non, pas du tout, elle éta it constamment fatiguée mais évitait de le montrer. Il ne fallait pas. Pour que personne ne profite de ses faiblesses, elle ne devait pas les afficher.

- Mais puisque ce n'est pas là ce que cache l'endroit, aucune problème, je suppose. Tu es un très bon menteur, chapeau, je suis impressionnée ! Mais malheureusement pour toi j'ai quelques capacités de réflexion. Alors s'il-te-plaît, continua-t-elle, en penchant la tête sur le côté, une expression nettement moins commode, semblant métamorphosée et armée de son sourire sadique à faire froid dans le dos, ne joues pas à ça avec moi, ça ne marchera pas. Et surtout, je n'aime vraaaaaiment pas qu'on me mente.

Akiko semblait effrayante à cet instant, la jolie jeune femme semblait avoir disparu. Mais ce n'était qu'une façace, en réalité elle pouvait certes intimider les gens, mais elle n'avait pas le droit de faire quoi que ce soit. Une détective qui attaquer les gens... Non ce ne serait pas bien vu. Si elle faisait ça, ça passerait à la presse et la réputation de l'Agence serait définitevement mauvaise. Et, comme si de rien n'était, son visage redevint normal, à se demander si ça n'avait pas été qu'une illusion d'optique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Sam 19 Aoû - 21:50
Invité
Il était maintenant clair qu’Haruki allait rangeait cette femme dans la catégorie des personnes dangereuses. Dire qu’il la voyait visiter son bar depuis tout ce temps, et jamais il ne s’était douté qu’elle pourrait en venir aux menaces. Le regard du barman s’était fait plus froid, plus sévère. Sa cliente l’agaçait réellement. Toute trace d’amitié qui aurait pu rester entre eux avait maintenant disparu, si rapidement. Mais il suffisait d’une menace pour que le blond coupe les liens.

Un sourire en coin s’ajouta à son expression. Elle voulait jouer, elle allait jouer. Il la laissa enchainer ses menaces et allusions avant de répondre, le plus calme du monde.

-« Et qu’est-ce qu’il se passerait si j’étais lié à la mafia ? »

Ce n’était pas vraiment le cas, ayant tout au plus deux clients peut être liés à eux. Lui ne faisait affaire avec aucune organisation directement. Il ne regardait pas l’uniforme ou le titre, juste le porte-monnaie ou les compétences. Et tous avaient un accord avec lui, pas de problèmes, où ils en auraient bien plus en retour. Bon certes, Haruki jouait beaucoup au bluff aussi, vu que personne ne pouvait savoir qui il espionnait et quand.

Il ricana par la suite, préférant éviter tout problème dans l’immédiat. Il avait eu assez de menace de la part de la jeune femme comme ça. Il savait bien qu’il finirait par cracher le morceau, Haruki n’allait pas risquer d’être blessé ou on ne sait quoi d’autre juste pour ça. Si cela tournait vraiment mal, il déguerpirait et recommencerait ailleurs. Il en avait les moyens maintenant. Au pire il irait réclamer à ceux qui n’avaient pas encore payé leurs dettes. Mais le barman préférerait éviter de tout recommencer. C’était long et contraignant. Il était bien ici. Le blondinet allait donc d’abord tenter de savoir qui elle était vraiment, pour savoir si la situation craignait vraiment ou pas. Le mensonge ne semblait pas marcher sur elle de toute façon, ce qui était bien rare… Il allait devoir améliorer ce point.

-« Je te rassure tout de suite, ce n’est pas le cas, du moins je ne crois pas. Je suis du genre à éviter les problèmes si possible.»

Du moins il espérait que ce n’était pas trop le cas. Il n’aimait pas trop jouer dans la cours des trop grands, cela compliquait bien vite les choses. S’accoudant au bar, Haruki regarda sa cliente droit dans les yeux, son sourire totalement effacé dans une moue légèrement agacée. Le sourire éternel du barman n’était plus là, ce qui était bien rare lorsqu’il était derrière son comptoir.

-« Mais avant que je ne te dise quoi que ce soit, je peux savoir qui tu es pour venir enquêter ici ? Surtout en menaçant tout de suite. En général je ne cache rien bien longtemps, mais tu comprendras que tu donnerais envie de s’enfuir à un ours là…»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 290
Pages : 1297
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Aoû - 0:37
Rien qu'à voir le sourire du barman, Akiko comprit que non, ce ne serait pas simple. Il n'allait pas tout déballer en comprenant que mentir n'était d'aucune utilité. Elle n'aimait pas ça, pas ça du tout. Ne pouvait pas s'empêcher de ressentir un certain dégoût. Elle avait apprécié jusque-là les moments passés dans ce bar et voir comme tout tombait aussi facilement, tel un château de cartes ne pouvait que la dégoûter. Oh, elle savait bien que c'était de sa faute, mais demander gentiment... c'était pas dans sa manière d'être. Elle avait peut-être un peu trop l'habitude que tout se complique ? Alors elle choisissait d'elle-même la voix compliquée, plutôt que d'attendre qu'elle lui tombe dessus. Pas forcément la bonne solution, mais ça, elle n'en avait pas vraiment conscience. Après même en demandant gentiment, Haruki ne lui aurait peut-être rien dit... mais il aurait mieux valu tenter.

- Et qu’est-ce qu’il se passerait si j’étais lié à la mafia ?

Akiko lâcha un soupir, trouvant un soudain intérêt à son verre presque vide. Il voulait jouer... Le problème c'est que même si elle avait envisagé cette hypothèse, elle la savait fausse. Sinon elle aurait eu quelques ennuis depuis longtemps. Si quelqu'un de la mafia traînait ici et l'avait vu plusieurs fois, il aurait peut-être eu la prudence de ne pas agir tout de suite, mais il aurait forcément répandu la nouvelle au sein du reste de l'organisation, et un jour ou l'autre ça lui serait retombé dessus. Elle répondit d'un air vague.

- Ca apporterait bien des problèmes.

Mais puisque ce n'est pas le cas... je te laisse continuer..., ajouta-t-elle mentalement. Mais une telle remarque aurait juste été inutile à ce moment-là. Certes, Akiko était provocatrice de nature mais pas idiote non plus. Haruki parlerait à la fin, elle le savait. Et si ça devait prendre du temps... soit. Ce n'était pas pour lui plaire mais avait-elle le choix ? Non. Abandonner n'était même pas envisageable. Elle saisit son verre pour le terminer, et inconsciemment ne put s'empêcher de serrer les poings. Elle n'aimait pas ce petit ricanement, elle avait l'impression qu'il se foutait d'elle. Bon elle pouvait parler, elle. Mais elle avait juste hâte d'en finir là. Des fois c'était amusant les interrogatoires, d'autres fois ça l'était moins. Et là, c'était le deuxième cas. Elle vida ce qu'il restait de son verre d'une traite.

- Je te rassure tout de suite, ce n’est pas le cas, du moins je ne crois pas. Je suis du genre à éviter les problèmes si possible.

Elle hocha la tête. Elle n'avait pas l'air surprise, car elle ne l'était pas, tout simplement. Par contre qu'il évite les problèmes... Bah chaque personne pratiquant une activité illégale préférerait les éviter, sauf les fous à la limite. Ou ceux qui se savaient ou se croyaient plus forts. Mais cette déclaration rayait quand même pas mal de choses, s'il évitait les problèmes il s'agissait d'une chose plus discrète qu'un... trafic de drogue ? Car mine de rien, être doué ne suffisait pas à supprimer les traces. Bon au fond, elle n'avait aucune réelle idée de ce que pouvait cacher Haruki. Oui, elle avait été mise sur plusieurs enquêtes mais avait toujours un partenaire. Elle était surtout médecin, les enquêtes elle n'en avait pas résolu autant que Ranpo. Et on ne la mettait pas sur des cas tordues la plupart du temps. Enfin si c'était possible, mais disons pas des cas trop, trop compliqués non plus. Elle était une bonne Détective, personne ne pouvait le nier mais à côté d'autres membres de l'Agence... ce n'était pas grand chose au final. Heureusement qu'elle avait d'autres avantages.

- Mais avant que je ne te dise quoi que ce soit, je peux savoir qui tu es pour venir enquêter ici ? Surtout en menaçant tout de suite. En général je ne cache rien bien longtemps, mais tu comprendras que tu donnerais envie de s’enfuir à un ours là…

Akiko rit doucement. Un ours ? Mais c'est qu'il la flattait là... Elle n'aurait pas imaginé que ses petits sous-entendus et surtout ce qu'elle considérait comme sa "pièce maîtresse", soit son magnifique sourire sadique pourraient avoir autant d'effets. Sauf qu'en attendant, ce n'était pas un ours qu'elle voulait effrayer mais Haruki. Et malheureusement, il s'en sortait plutôt pas mal. Dans un autre cadre elle aurait plutôt apprécié, mais dans une enquête c'était juste extrêmement agaçant, surtout quand elle pensait qu'il y avait pas si longtemps elle riait de manière... disons plus amicale avec Haruki.

- Menacer... Un bien grand mot, c'est toi qui interprètes ça ainsi. Techniquement, ce que tu affirmes là, je ne l'ai pas dit clairement.

Vrai, elle n'avait fait qu'insinuer.

- Mais soit. Je vais aussi te rassurer en ce cas. Je n'ai pas les moyens de t'arrêter peu importe ce que tu caches, si j'en avais envie je pourrais bien le rapporter à la police, mais sans preuves... on me prendrait surtout pour une folle. Et je ne vais pas non plus me fatiguer à chercher des preuves, merci bien.

Non, il y avait Ranpo pour ça. Elle, elle était plus là pour... jeter un premier coup d'oeil ? Même si le temps que quelqu'un de l'Agence vienne poursuivre sa démarche, Haruki aurait pu s'enfuir. C'est pour ça que même si elle devait avouer être Détective, elle ne dirait pas qu'elle enquêtait sur demande, préférant laisser compendre que c'était pour son compte, seulement par... curiosité ? Après rien ne promettait malheureusement qu'Haruki y croit m'enfin. Si elle gardait le silence, ce serait encore plus louche. Elle avait décidé de jouer franc jeu, autant le faire jusqu'au bout.

- L'agence des Détectives armés, tu connais ? Eh bien j'en suis une de ces Détectives, même si on me connaît plus comme leur médecin.

Oui, parfois les membres avaient tendance à oublier qu'elle était aussi une Détective. Bon en même temps, son rôle principal c'était bien de soigner les blessés.

- Et je risque de me faire taper sur les doigts si on sait que j'ai "menacé" comme tu dis un civil sans raisons valables, grimaça-t-elle, l'air sérieusement embêté.

Et quelque part elle l'était un peu. On lui avait dit de se débrouiller comme elle le voulait mais d'essayer d'éviter de troooop envenimer les choses. Exactement ce qu'elle avait fait. M'enfin, il était un peu tard pour faire marche-arrière, non ? Elle se mordit les lèvres. C'était pas vraiment le moment de penser à ça. Se concentrer uniquement sur ce qu'elle devait faire : lui tirer les vers du nez, comme on dit. Sortant de nouveau de l'argent qu'elle posa sur le comptoir, elle demanda le plus naturellement du monde.

- Un nouveau verre, je te prie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 23 Aoû - 22:28
Invité
Haruki sourit mentalement. La police ne lui faisait nullement peur, certains de ses inspecteurs passant de temps à autres par ici pour tirer deux trois informations. C’était bien ceux qui lui faisaient le moins peur. C’était plus les grosses organisations qui le faisaient douter, car il ne savait jamais à quoi s’attendre avec eux. Des gens mécontents, il en avait vu passer, et cela ne se terminait que rarement bien, pour eux comme pour lui. Ce bar fut reconstruit au moins trois fois depuis son ouverture, souvent mis à sac pour de simples représailles.

-« Ce n’est pas la police qui me fait peur loin de là, ils font partie de mes clients. C’est plus les autres qui m’inquiètent… On n’aime pas la violence ici, et on l’évite du mieux que l’on peut. Mais on a tendance à rendre certaines personnes… mécontentes. C’est difficile d’être du côté de tout le monde.»


Heureusement pour Haruki, si les employés du bar étaient solidaires, c’était bien pour se défendre quand il le fallait. Et par défense, on parle plus de fuite et d’esquive. Seule une personne savait se battre ici, et il n’avait été engagé que pour ça. Et ce n’était pas un champion non plus. Il calmait tout au plus les bagarres d’ivrognes. Plus il y songeait, plus Haruki pensait à le renvoyer d’ailleurs. En cas de gros pépin, il serait le premier à se faire lyncher. Après avoir jeté un coup d’œil sur l’ensemble de son établissement, le blondinet reporta son attention sur la jeune femme. Elle dévoilait enfin son identité. L’agence des détectives. Haruki en avait entendu parler bien sûr, mais n’avait jamais eu affaire à eux. Il s’était douté qu’un jour ils finiraient par venir ici, mais n’avait jamais su quoi en penser. Ce n’était pas comme si le bar était un danger pour la ville. Il se doutait bien que ses victimes avaient des trucs à cacher, pour que quelqu’un décide d’en savoir plus sur lui. Et si ce n’était pas le cas, Haruki refusait bien souvent l’affaire. Il avait juste à dire qu’il n’avait rien trouvé. A part ses employés, personne ne connaissait son don, il était donc aisé de mentir sur la raison de la non réussite de sa mission.

-« Hum, l’agence de détective ? »

Haruki servit un nouveau verre à la jeune femme, l’air un peu plus calme. Il se sentait bien moins menacé maintenant. Non pas qu’il doutait des forces de l’agence, loin de là, jamais il n’engagerait un combat contre eux. Il les voyait plus comme du côté des gentils. Un peu comme la police. En un peu plus vénère. Beaucoup plus même.

-« En fait je pensais que vous seriez venu ici plus tôt. On dirait bien que j’ai réussi à être assez discret jusque-là. »

Ou alors ils avaient probablement autre chose à faire. Ce n’était pas comme si son petit trafic d’informations était si dérangeant. Tant qu’il ne touchait aucun des grands de cette ville.

Haruki voyait bien que la jeune femme en avait marre. Cela avait l’air aussi pénible pour elle que pour lui. Maintenant qu’il savait avoir affaire avec l’agence, mentir plus longtemps était juste inutile. Ils découvriraient bien assez tôt ce qu’il se passait ici, et il valait mieux ne pas se les mettre à dos. Mais il ne pouvait pas en parler ici. Ce n’était pas parce qu’il acceptait d’en parler à une personne qu’il devait le dire devant tout le monde.

-« Ecoute, s’il y a bien une chose que j’aimerais bien éviter, c’est de me mettre l’agence à dos. Si tu veux je te raconte ce qu’on fait vraiment ici, mais… Pas ici. On peut aller derrière ou dehors, comme tu le sens. J’aimerais juste éviter que cela s’ébruite jusqu’aux clients qui n’ont rien demandé. »


Haruki avait baissé la voix, se rapprochant légèrement d’Akiko pour faire le moins de bruit possible. D’un geste discret de la main, sous le bar, il prévenait aussi un collègue. Un simple contact répété du pouce et du majeur suffisait à faire comprendre qu’une personne de plus allait être au courant, et qu’il sortait pour en parler. Ils communiquaient beaucoup par geste dans ce bar, sous le comptoir ou même dans le dos. Tout était bon pour communiquer en silence. Et au moins, il avait une certaine… sécurité ( ?) en ayant quelqu’un au courant de sa sortie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 290
Pages : 1297
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Aoû - 21:12
Akiko ne broncha pas en apprenant que la police faisait partie de ses clients. Elle n'était pas de ces détectives impassibles en tout cas, au contraire, elle riait, souriait facilement, un sourire pas forcément amical pour autant, et à l'inverse elle n'hésitait pas à montrer son mécontentement par moments. Malgré tout, elle savait contrôler ses émotions. Ne pas montrer sa surprise. Et c'est ce qu'elle fit à cette nouvelle. Mais elle n'était qu'à demi surprise. En fait... Non ce n'était pas si étonnant non plus. Et savoir ça réduisait pas mal les possibilités. Ce n'était pas rare que certains policiers mettent les pieds dans des affaires pas forcément légales, mais ce n'était pas un truc trop énorme non plus. Sauf si les policiers en question étaient vraiment sans honneur et ne pensaient à l'argent, là oui, ils pourraient profiter de leur métier pour faire des choses dont on ne les soupçonnerait même pas. Mais si Haruki semblait si détendu à l'idée d'être dénoncé à la police, c'était que ça ne touchait pas de telles... interdictions. Akiko se détendit intérieurement, hochant simplement la tête, surtout en approbation quant au fait qu'il évitait la violence.

Bien que quelque peu rassurée, Akiko réfléchissait à cent à l'heure. Pourquoi est-ce que la police s'intéresserait à un bar qui cachait une activité pourtant pas très autorisée, sans pour autant tenter d'en arrêter le responsable ? Il n'y avait pas dix milles solutions à cette interrogation. Des informations... C'était pour ça qu'ils venaient. Des informations. Mais quel type d'informations ? Pour aider à résoudre leurs enquêtes, sans doute mais... comment Haruki les obtenait-il ? Et c'était là qu'elle bloquait. Elle avait beau vivre entourée de gens aux pouvoirs, l'idée qu'Haruki en possédait un aussi ne l'avait même pas effleuré. Elle sortit de ses pensées en voyant un nouveau verre rempli sous ses yeux et remercia Haruki d'un hochement de tête. Elle en but plusieurs longues gorgées malgré la sensation de brûlure qui envahissait sa gorge. M'enfin ce n'était pas désagréable pour autant, au contraire.

- En fait je pensais que vous seriez venu ici plus tôt. On dirait bien que j’ai réussi à être assez discret jusque-là.

Elle se retint de froncer les sourcils. C'est ça qu'il se vante. Oui, elle était vexée. Elle avait du venir ici plus d'une dizaine de fois, et jamais, jamais, elle ne s'était doutée de rien. Alors c'était même très vexant. Elle se sentait... idiote. Elle s'amusait à dire que "c'était son métier de découvrir ceux qui mentaient" et afficher un air arrogant, alors qu'elle n'avait rien vu. Malgré son expression indifférente, son ego était blessé. Elle aurait bien aimé lâcher "Qui te dit que je ne t'espionne pas depuis longtemps et que j'ai juste décidé de passer à l'action aujourd'hui ?" mais elle resta la bouche close, impassible. Haruki aurait pu la questionner, et à part so hypothèse de "recherches d'informations", elle n'avait pas grand chose. Elle était presque certaine que c'était ça, car elle ne voyait rien d'autre, mais il lui manquait la plus grande pièce du puzzle. Comment ? Pourquoi ? Sur qui ? Au lieu de dire ça elle releva donc le menton et lâcha, à contre-coeur.

- On peut dire. Bravo. M'enfin il faut surtout avouer qu'on a aussi d'autres affaires. Plus menaçantes.

Comme le cas mafia, qui ne se finirait sans doute jamais. Normal que l'Agence ne l'ait pas remarqué tout de suite. Sauf qu'elle, c'était différent. Elle se sentit envahie par une nouvelle vague d'agacement et de... honte, culpabilité ? Elle ne saurait mettre un mot sur ce sentiment. Mais elle allait réparer son erreur en menant cette mission à bien. Et elle semblait justement se rapprocher du but. Maintenant qu'elle avait révélé ça, il aurait été idiot de la part du barman de continuer à se taire.

- Ecoute, s’il y a bien une chose que j’aimerais bien éviter, c’est de me mettre l’agence à dos. Si tu veux je te raconte ce qu’on fait vraiment ici, mais… Pas ici. On peut aller derrière ou dehors, comme tu le sens. J’aimerais juste éviter que cela s’ébruite jusqu’aux clients qui n’ont rien demandé.

Bon.. Au moins il n'était pas idiot. Mais ça, elle n'en doutait pas. Par contre, il lui laissait le choix de l'endroit. Et avec sa méfiance actuelle, une alarme s'alluma dans l'esprit de la jeune femme. Seuls tous les deux ? Non, il cachait un truc. Il y aurait peut-être un invité surprise ? Oh et puis elle savait se défendre, et Haruki avait lui-même dit ne pas vouloir se mettre l'Agence à dos, et pour ça, elle le croyait. Alors il ne devrait pas y avoir de problèmes tant qu'elle-même n'en créait pas. Elle termina cul-sec son verre et se leva calmement en attrapant son sac.

- Oui, il vaudrait mieux éviter, mais nous aussi préférons éviter de se faire des ennemis tant que c'est possible, alors ça ira. Normalement. Un soupir. Il vaut mieux en effet. Je préférerais dehors, alors.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Jeu 24 Aoû - 22:59
Invité
Haruki trouvait presque mignon que la détective cherche des excuses à son agence pour le temps qu’ils avaient mis à venir enquêter ici. Après tout, ce bar existait déjà avant que le blondinet n’arrive ici il y a quelques années. Certes, il n’avait pas la même ampleur qu’aujourd’hui, mais cela restait du domaine de l’information, des données souvent obtenues de manières pas très honnêtes. Le barman se contenta de sourire à la réponse de la demoiselle, évitant une quelconque remarque. Akiko semblait toujours passablement agacée, et vu qu’elle faisait partie de l’agence, et bien ce n’était pas n’importe qui. Au vu des histoires qui tournaient autour de cette organisation, non, Haruki ne voulait vraiment pas subir la colère du médecin des détectives.

Le blondinet dénoua soigneusement son tablier qu’il déposa sur une étagère derrière le comptoir et attrapa ses cigarettes au passage. Il ne pensait pas passer sa pause à parler avec Akiko, et encore moins avec une détective de l’agence, et il espéra que cela ne serait qu’un court mauvais moment à passer. Et que rien de grave n’en résulterait. Contournant le bar, Haruki pointa du doigt la porte d’entrée qu’il rejoint sans trop tarder, en sifflotant, l’air le plus décontracté du monde.

Une fois dehors, il chercha du regard un coin où il n’y aurait pas trop de monde, tout en étant visible depuis la rue. Il n’avait aucune envie d’aller se coincer dans une ruelle avec elle. Il choisit de se caler contre un lampadaire, plusieurs mètres plus loin de l’Enquiry Glass, la cigarette déjà au bec. C’était une mauvaise manie qu’il avait pris après son arrivé dans le bar, mimant sans s’en rendre compte ses ainés. Depuis c’était resté, bien qu’il essayait de se contenter d’une seule cigarette par jour. Du moins il essayait de s’en convaincre, mais à chaque coup de stress, il était partit pour s’en griller une.

Il attendit patiemment que la jeune femme le rejoigne, guettant légèrement les alentours pour être sûr que personne ne soit assez proche pour l’entendre. Haruki ne parlait pas bien fort, juste assez pour qu’Akiko l’entende. Il choisit bien ses mots, car certes, il allait lui parler de ce qu’il se passait ici, mais il n’allait pas non plus tout dire. Et surtout pas sa propre implication dans l’espionnage.

-« Juste avant que je ne commence, tu penses avoir trouvé ce qui se trame ici ? Tu as bien dû comprendre qu’il ne s’agissait ni de drogue ou autre trafic d’armes ou je ne sais quoi. Par contre il est possible qu’il y ait des trafiquants dans mes clients… Mais ça, ce n’est pas vraiment mes affaires. Je laisse les autres s’en occuper.»


Même si Haruki refusait parfois des affaires juste parce qu’il ne voulait pas tomber dans un truc trop louche. Ce qu’il préférait était sans doute d’espionner des suspects ou encore l’espionnage industriel. Ce n’était pas spécialement mauvais, dans le premier cas il aidait, dans le deuxième il emmagasinait un paquet de fric. Le second payait le premier.

Il tira un coup sur la cigarette que tenaient ses lèvres et souffla en regardant le ciel. Il prenait sa pause, donc elle pouvait bien attendre quelques secondes de plus.

-« Donc… C’est assez simple en fait. Ici on ne s’occupe que de l’information, c’est tout. On en achète, on en vend, on en trouve et on en échange. Rien de bien compliqué. Si ça apporte trop d’emmerde, on n’en veut pas. Ou alors ça va couter un max. Plus c’est compliqué, plus c’est cher. Mais après, l’argent n’est pas le seul moyen de nous payer. »


Il connaissait cette tirade presque par cœur. Il la ressortait presque à chaque nouveau, et cela suffisait en général. Il faut dire aussi qu’en général les gens voulaient juste leur info et repartaient aussi sec. Ils n’enquêtaient pas sur le bar ni rien. Ils ne faisaient que passer.

-« Des questions sans doute ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: RP abandonnés-
Sauter vers: