Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Sophie

Admin

John

Admin


 :: RP abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ce que cache l'Enquiry Glass [PV-Haruki]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Messages : 290
Pages : 1297
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Sep - 20:45
La curiosité est un vilain défaut. Akiko est souvent la première à le dire, alors qu'elle était elle-même de nature curieuse. Elle avait remarqué Haruki du coin de l'oeil et avait supposé que la porte qu'il venait d'emprunter mener chez lui. Sans doute l'espace situé au-dessus du bar. Beaucoup de commerçants ou autres habitaient au-dessus de leurs commerces, il n'y avait là rien d'étonnant. Mais la jeune femme était intriguée, elle ne savait pas pourquoi, c'était comme ça. Elle ne voulait pas se contenter de partir faire son "petit tour de shopping" puis rentrer à l'Agence et subir les remontrances auxquelles elle s'était préparée. Pourtant elle se freina tout de suite. Elle n'était pas tombée aussi bas, hors de question de commencer à espionner Haruki.

De toute façon, elle avait tout ce qu'elle voulait savoir. Si elle avait voulu en savoir plus, c'était avant qu'il fallait poser des questions et lui demander quel était son pouvoir. Maintenant il fallait qu'elle s'arrête. Elle continua de marcher et s'arrêta devant une vitrine faisant mine d'observer les tenues que portaient les mannequins exposés. Mais en réalité, elle avait surtout un très bon point de vu sur la porte que venait de passer le barman. Elle se décida à malgré tout entrer dans la minuscule boutique pour ne pas faire trop louche, tout en surveillant ladite porte de l'intérieur. Haruki était sans doute parti chercher ses affaires pour son "urgence". Elle allait juste attendre qu'il sorte et observer de loin ce dont il avait justement besoin pour sa mission d'espionnage. Rien d'autre. Elle s'arrêterait tout de suite après. Ironique qu'elle prolonge ainsi l'affaire quand on pense qu'au début elle n'attendait que le moment de pouvoir partir. Mais le temps avait beau s'écouler, rien. Il ne sortait pas. Elle sortir son portable pour avoir l'heure. Dix minutes. Au moins dix minutes qu'il était chez lui. Le gérant de la boutique s'approcha d'elle pour se renseigner sur ce qu'elle cherchait, mais elle le renvoya gentiment et poliment, un sourire aux lèvres même si une soudaine envie meurtrière l'envahissait.

Qu'est-ce qu'il faisait ? Il n'avait quand même pas osé lui mentir ? Cette urgence était-il donc au début juste une excuse pour fuir et s'enfermer chez lui ? Sortant de la boutique d'un pas vif, elle respira longuement, tentant de se calmer. Elle s'arrêta devant la porte, et cessa tout geste. Non, il était peut-être juste au téléphone... Pour sa "mission". Mais... Elle commença à envisager dix milles raisons qui expliqueraient la raison pour laquelle Haruki était toujours enfermé chez lui, avant de secouer brusquement la tête. La réfléxion, c'était bien, mais il y avait un moment où il fallait de l'action. Elle avait déjà suffisamment réfléchi pour aujourd'hui. Elle allait arrêter, et décider de faire comme il lui plaisait. Jusque-là, elle avait peut-être ignorer les consignes de sa propre enquête, mais elle avait tenté de garder un minimum de... "tenue". Au point où elle en était, à quoi bon ? Elle frappa à la porte. Mais comme elle s'y attendait, aucune réponse. Il faut dire qu'elle n'avait pas frapper très fort ni attendu plus d'une ou deux secondes.

Bon comment allait-elle pouvoir entrer là-dedans ? Elle allait éviter de faire comme dans les films et de démolir la porte, les réparations coûteraient cher. Et en serait-elle capable ? Quant au crochetage de serrure, elle n'était malheureusement pas très douée en ça. Faisant le tour de la ruelle, elle tenta de trouver un moyen de rentrer. Ne trouvant rien, elle leva les yeux, par réflexe, et s'arrêta sur une des fenêtres. Elle se figea. Non... C'était vraiment une mauvaise, très mauvaise idée. Mais... Bon comment atteindre cette fenêtre ? Un rapide balayage des lieux lui donna sa réponse. ...Décidément elle avait envie de faire demi-tour, finalement. Escalader une poubelle... Elle avait une dignité... Hors de question de... Bon. Il n'y avait personne ? Tant mieux. Au fond si elle avait optée pour le crochetage de serrure, elle se ficherait complètement de si quelqu'un la voyait, à part si ce quelqu'un appelait la police, mais là... C'était différent. C'était un coup à détruire sa réputation. Pas le fait de rentrer par effraction chez quelqu'un, mais le fait d'escalader cette foutue poubelle.

Pourtant, ni une ni deux, elle largua ces talons, les fourrant dans son sac et réussit tant bien que mal à grimper sur la poubelle. Heureusement qu'elle était agile. Elle se sentait idiote, perchée ainsi. Alors qu'elle ne l'était absolument pas. Normalement. Elle se dépêcha donc de vérifier que la fenêtre n'était pas fermée à clé. Heureusement que non, tiens. Elle réussit donc à l'ouvrir, se battant quand même un peu, mais tout ça sans faire trop de bruit. Une fois cela fait, elle l'enjamba avec malgré tout quelques difficultés pour l'atteindre, mais l'important : elle avait réussit. Son premier réflexe fut de fermer soigneusement la fenêtre, de la verouiller, même, et de ré-enfiler ses talons, comme si de rien n'était. Hors de question de laisser qui que ce soit deviner au premier coup d'oeil ce qu'elle venait de faire. Elle épousseta rapidement ses vêtements commençant à parcourir l'appartement où elle venait d'atterrir. En soi l'appartement paraissait agréable quoique un peu trop surchargé de babioles en tout genre. Akiko ne s'y attarda pas, violer un domicile privé était déjà suffisant pour lui donner un sentiment proche de la culpabilité alors hors de question de commencer à jeter un oeil à ses affaires privés en plus de ça, sauf si nécessaire. Elle commença à avancer, sans savoir qu'elle se dirigeait vers la chambre d'Haruki, sans savoir qu'il dormait (à moins qu'il ne se soit réveillé ?) et accomplissait bel et bien sa mission, sans rien savoir du tout, en fait. Ce n'était pas très prudent, mais elle avait du mal à imaginer Haruki l'attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 13 Sep - 23:56
Invité
Haruki avait lentement laissé le médicament faire son effet, après avoir pris soin de mettre son réveil pour dans trois heures, sans quoi il serait bon pour ne se réveiller qu’au coucher de sa cible. Il prenait d’ailleurs grand soin à toujours mettre deux réveils par jour sur son téléphone, au cas où une panne surviendrait sur le réveil de sa table de chevet. C’était une habitude qu’il avait depuis qu’il s’était retrouvé, une fois, à suivre un infirmier, qui avait travaillé 24h non-stop un jour d’urgence. Cela avait fait bien drôle au blond de se réveiller le lendemain, totalement perdu au vu de ses 24h heures d’absences.

Après avoir viré ses chaussures, il s’était enroulé dans ses couvertures tout habillé. Il n’avait pas eu la motivation de se changer, surtout pour tout juste trois heures de sommeil. Et puis, ce n’est pas comme si l’inconfort allait le réveiller. Il avait tout de même eu du mal à se laisser aller au sommeil, stressé par sa conversation d’Akiko. Il ne pouvait s’empêcher de se demander

Son affaire était simple, même enfantine, bien loin des complots ou trafic qu’il avait l’habitude de voir. C’était juste une pauvre femme prête à mettre une somme déraisonnable d’argent juste pour savoir si son mari la trompait. C’était pathétique dans un sens, mais c’était de l’argent plus que facile. Elle aurait pu payer un détective, ou suivre son mari elle-même, mais visiblement, c’était urgent pour elle de savoir ce qu’allait faire son mari, là, maintenant. Ce que pouvais faire la jalousie quand même…

Haruki n’avait rien entendu de ce qu’il se passait dans le salon, et dormait profondément dans son lit, un air paisible sur le visage. Quand son don faisait son effet, il était assez difficile à réveiller, en sachant que lui-même était souvent bloqué dans ses propres rêves. Il avait fini par lâcher l’étui à lunette qu’il tenait en main, bien trop plongé dans les bras de Morphée pour s’en préoccuper plus longtemps. Ce n’était qu’un point de départ pour commencer son rêve. Comme une lumière qui lui disait où était la personne qu’il voulait observer. Quiconque le verrait maintenant pourrait juste penser qu’il fait une sieste, après une longue journée de travail. Alors que de son point de vue, il était en voiture en train de regarder un téléphone l’informant de ses rendez-vous de la journée. Il était vraiment en dehors de sa réalité, et il faudrait vraiment le secouer ou lui vriller les tympans pour le sortir de son rêve de force.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 290
Pages : 1297
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 16
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Sep - 16:19
La main sur la poignet de la porte, Akiko hésita un instant. Elle haussa finalement les épaules. C'était un peu tard pour faire demi-tour. Elle avait escaladé une poubelle pour entrer par effraction par une fenêtre chez Haruki et maintenant, elle hésitait à ouvrir cette porte, se demandant ce qu'il se cachait derrière ? C'était parce qu'elle était aller trop loin et en avait bien conscience maintenant qu'elle était là, mais Akiko était du genre à s'assumer. A ne jamais reculer. Elle n'allait pas changer maintenant. Elle ouvrit donc finalement la porte, la faisant coulisser doucement, sans pouvoir étouffer le grincement pour autant. Bon, pour la discrétion c'était mort. Haruki avait du l'entendre venir, là, sauf s'il.... Il dormait.

Non ? Vraiment ? Il se foutait de sa gueule ? C'était quoi comme urgence, ça ? Elle serra les poings, se retenant de faire éclater sa colère. Expirer, respirer. Respirer, expirer. Il y avait sans doute une explication... logique, à ça... Non ? Non. Elle avait beau chercher, elle ne voyait pas. A moins que dormir ait un rapport avec son pouvoir. C'était pas impossible. Mais là, elle en doutait. C'était pas impossible mais tellement peu probable au fond. Elle compta jusqu'à cinq mentalement, et se détendit quelque peu. La colère ne servait à rien, il fallait toujours rester calme en toutes circonstances. Bon, elle ne pouvait pas se vanter de toujours respecter cette règle, mais... Soit.

Akiko réfléchit, ne sachant que faire. Faire demi-tour ? Il était encore temps, mais non. Même dans la défaite elle restait tête haute, alors elle n'allait pas abaisser les bras pour si peu et fuir lamentablement. Non, non et non. Le réveiller ? "Hey ! Comment ça va ? Je t'ai suivi jusque chez toi, mais je t'assure que je suis pas une folle psychopathe." Y avait mieux comme réveil. Attendre ? Oui m'enfin, elle avait beau se savoir plutôt belle femme, elle doutait qu'une vision d'elle soit ce qu'Haruki au réveil. Surtout que selon son humeur, l'expression de son visage pouvait tout de suite la rendre mon attirante. Elle s'adossa au chambranle de la porte, ouvrant la fermeture éclair de son sac et y fouillant par réflexe. Son sac contenait habituellement solution à tout. Qui sait tout ce que les femmes pouvaient cacher dans leurs sacs à main. Surtout Akiko. Mais là, il n'y avait strictement rien. Elle lâcha un nouveau soupir, leva les yeux au ciel en réalisant l'immense connerie qu'elle venait de faire, se réprimandant presque intérieurement et tape dans ses mains pour faire du bruit et réveiller le dormeur. L'air de dire "allez hop, hop, hop, la sieste est finie !".

- Pas très poli de dormir quand on a une invitée...

Non, jamais elle ne perdait son célèbre sens de l'ironie. Mais elle avait malgré tout lâché ça à voix basse car elle ne pouvait malheureusement pas renier la culpabilité qui la rongeait quand elle se rendait compte de l'ampleur de son acte. Ainsi qu'une certaine colère à l'encontre d'Haruki, colère qui avait le mérite d'effacer en partie sa culpabilité. Il avait osé la rouler... Ah ça oui. Et il allait le regretter. Elle n'allait pas le blesser, hein. Akiko n'était pas violen... Enfin si. Mais elle savait... se retenir ? Et elle pouvait se montrer très imaginative afin d'éviter la violence. Même si au vu de son effraction, elle n'oserait pas se montrer trop méchante, c'était mental.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: RP abandonnés-
Sauter vers: