Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Sophie

Admin

John

Admin


 :: Yokohama - Centre Ville :: Lieux Touristiques :: Rues Passantes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Charmante rencontre avec un nouveau collègue... ou pas.. [PV KÔTA]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Messages : 31
Pages : 91
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Déc - 20:44
Utile aux services... Elle ? Bon, elle avait peut-être un minimum d'utilité, qui sait. Ou bien peut-être que les services préféraient savoir qu'ils avaient sous leur ''surveillance'' une fille comme elle dont le pouvoir avait rendu fou plusieurs personnes. Surtout que si elle ne maîtrisait pas totalement son pouvoir, ça pouvait être dangereux de la laisser dans la nature. Enfin, il y avait des pouvoirs bien plus dangereux que le sien, et elle le savait, mais ce n'était pas une raison de sous-estimer sa capacité pour autant. Elle haussa les épaules. Ce qu'elle voulait, c'était sa première mission. Peu importe ce que c'était..

Ce que Jun entendait par ''peu importe'', c'était que même une mission d'assassinat ne la dérangerait pas. Au contraire, ce serait la preuve que les services lui accordait assez de confiance pour une mission d'une telle ampleur. En fait, aussi cruel que ça puisse paraître, elle serait plus qu'heureuse si on lui confiait telle mission. Jun était habituellement du genre à se soucier incroyablement d'autrui, trop même, malgré sa timidité excessive. Mais si c'était une mission, c'était juste des ennemis. Ce n'était pas faux de dire qu'elle était comme une poupée qui ne faisait qu'obéir aux ordres, en fait... Mais elle était aveuglée par son dévouement. Si c'était des ennemis, leur sort importait peu. Néanmoins, elle ne dit rien de tout ça. Pas parce qu'elle avait honte de cet état d'esprit, mais plus parce qu'elle n'avait pas le courage de parler autant. Sinon elle assumait entièrement sa façon de penser. En, fait elle ne voyait même pas en quoi c'était mal.

- Arrêtes de croire que tu embêtes tout le monde. On peut pas s’entraîner seul en permanence, tu évolueras jamais comme ça. Le seul vrai poids que tu t’inflige là, c’est de croire que tu en es un.

Jun se mordit les lèvres, ses mains se resserrant contre sa canette de thé, par réflexe. C'était un reproche.. Enfin ça sonnait ainsi.. Elle ne lui en voulait évidemment pas, elle s'en voulait à elle. Elle aurait aimé croire qu'elle n'embêtait pas toujours tout le monde, comme Kôta le lui disait, mais... C'est qu'on lui avait répété tellement de fois qu'elle était un poids qu'elle avait fini par y croire. Elle avait rendu fou des camarades de classe, ses parents ne voulaient plus d'elle et lui avaient bien fait comprendre qu'elle n'aurait jamais dû naître et ferait mieux de mourir. Alors si ça, ce n'était pas être un poids.

- Désolée...

Et Kôta continua à lui faire ''la morale''. Lui expliquant qu'elle ne pouvait pas devenir la meilleure dans son domaine alors qu'elle débutait toujours. Certes mais... Elle était vraiment.. Enfin.. Elle était si.. imparfaite ? Pas qu'elle visait la perfection, elle savait bien que si ça existait, elle serait incapable de l'atteindre. Mais elle aurait osé espéré au moins arriver à la cheville de ses frères. Au moins suffisamment pour les protéger ou faire quelque chose pour eux.

Jun continua encore de l'écouter, un peu touchée malgré elle de ses paroles, s'efforçant de le contredire intérieurement, comme si elle refusait elle-même de s'avouer qu'elle possédait quelques qualités. Il n'avait pas tort. Sur le terrain, elle ne pouvait pas douter. Mais ce que Kôta ne savait pas que sur le terrain, elle n'hésitait pas. Comme si son corps agissait tout seul. Elle usait un peu trop de son pouvoir, et se mettait en danger facilement. En fait, le plus dangereux pour elle, si elle venait à se retrouver sur le terrain, ce serait cette manie qu'elle avait de ne pas faire attention à sa vie, plutôt que son doute et son manque de confiance. Manque de confiance qui restait quand même un problème, en soi.

- Moi je veux bien t’aider. Je ne vois pas en quoi cela ferait de toi un poids ou quelqu’un qui embête. C’est moi qui propose.

Jun ouvrit la bouche, pour s'exclamer un ''si ça ne vous dérange pas !", par réflexe. Mais elle referma aussitôt la bouche. Il lui avait justement dit de ne pas toujours penser qu'elle sera dérangeait tout le monde. Tirant sur le bord de sa jupe d'uniforme, elle resta un instant sans rien dire. Elle n'avait pas besoin d'aide... Non. Elle ne pouvait pas se permettre d'être faible. Elle devait se débrouiller seule. Enfin, dans tous les cas, ça ne pourrait pas lui faire de mal mais.. Malgré tout ce que Kôta disait, est-ce que ça ne le dérangeait vraiment pas ? Il était peut-être juste trop gentil ou avait.. pitié d'elle. Et cette pensée lui faisait mal au coeur et elle se degoûtait d'elle-même. Elle était donc si pathétique ? Elle se mordit la joue, tendue comme jamais.

- Si... vous voulez.. Enfin.. D'a-d'accord.

Jun regretta presque aussitôt d'avoir accepté. Quand est-ce qu'elle serait enfin capable de se débrouiller par elle-même sans avoir à se reposer autant sur les autres ? Et puis, elle se serait sentie mal à refuser une aide qu'on lui proposait. Mais si on lui proposait c'est qu'elle n'était pas encore assez forte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Pages : 202
Date d'inscription : 04/08/2017
Age : 21
Localisation : Yokohama
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Jan - 22:59

Charmante rencontre avec un nouveau collègue... ou pas...


Les Hommes dans leurs candeurs mal placé, avait une incroyable promptitude à vouloir savoir ce battre seul. Incroyable, quand ont sais que l’Homme à toujours divisé pour régné et unis pour la force. Se battre seul en soit, est un atout indéniable, mais ce n’est pas être fort. Quelqu’un de fort, accepte l’aide et plus que tout, sais qu’il ne peut se battre de manière solitaire contre le monde entier. Le faible lui, cherchera à prouver sa valeur en toujours voulant se battre seul, quitte à aller peu à peu en direction de la mort. Je n’étais pas le mieux penser, sans doute, pour dire se genre de chose. Mais… Avais-je le choix ?

Quelque part, oui. Rien ne me forçait à l’isolation. La Bête ? Elle existait certes, mais au final, j’avais fais le choix de m’écarter des autres pour éviter qu’elle ne s’en serve en cible de choix et que je n’ai à supporter l’horreur de voir des êtres proches mourir. Comme dans mon village. Parce qu’au final, de cette seule condition je m’étais petit à petit mis mes propres chaînes. Elles m’allaient, pour certaines, mais d’autres avaient prit place avec le temps, sans que je ne puisse dire non, sans que je ne puisse approuver pour autant. J’étais seul responsable de ma condition et si je n’étais un être aussi pitoyable, depuis bien longtemps, j’aurais laissé le monde s’en sortir de ce monstre aux allures de démon des enfers.

Alors oui, c’était vrai qu’en se monde, des gens comme Jun, qui ont l’impression de gêner par faiblesse, qui semble toujours vouloir être fort, alors qu’il faut aussi savoir être faible pour se découvrir, ce choix de vie est une route dure et tortueuse, mais surtout qui ne mène, comme la mienne, nulle part. Heureux sont les ignorants mais surtout ceux qui vivent ensemble. Les autres qui savent, comme nous, mais surtout qui souffrent, cette solitude nous la partons à bout de bras comme une solution. Comme si la puissance nous épargnerait le contact humain. Comme pour prouver à nous-mêmes que nous somme fort, alors que nous somme les plus faibles des faibles. Quelque part, je me sentais proche de Jun, pas parce que je comprenais son point de vu ou bien parce que je sentais quelque chose en elle, faire écho à mon cœur. Non. Juste un instinct, celui d’un animal qui reconnaît l’un des siens dans une espèce différente.

- « T’inquiète, je mors pas. Et puis avec ma chance, je suis presque sûr que tu va me mettre une tannée de tous les diables. »
J’eus un sourire a cette pensée. Cela en serait ironique ! Moi qui lui propose de l’aider, pour finir au tapis après quelques échanges ? Une belle leçon d’humilité. Pas que j’en avais pas, ou bien que je n’étais pas modeste, à vrai dire, je passais mon temps à me rabaissais en permanence, mais pas sur tout. Ont trouve toujours plus fort que soit, moi le premier, j’étais mon propre ennemi. Rien de pire quand ont veux lutter seul !
- « J’apprendrais peut-être même des trucs. Moi tu sais, j’ai appris sur le tas, niveau technique, c’est un peu hétéroclite. »

Clairement niveau grâce avec moi, ont pouvaient repasser, parce qu’en combat j’étais efficace, mais certainement pas beau à regarder. Vous me direz, que foutre des coups de pieds retourner, sa n’as jamais était pour la beauté du geste, mais croyez moi, même un débutant verrais le problème. Je suis taillé pour la fuite, pas le combat. Alors forcément, j’ai des techniques de défense, plus que d’attaque. Utilisant force adversaire contre eux-mêmes. J’étais plus dans les coups bas et vicieux, que l’affrontement direct, impossible à gagner pour moi. J’étais taillé comme allumette, qui certes avait des muscles, mais une allumette quand même. Encore que j’avais gagné un peu de poids, depuis que j’avais des repas réguliers, même si je ressemblais à un glouton quand je mangeais.

Je sentis mon téléphone vibrer dans ma poche. Je le sortis donc pour voir qui m’avait envoyé un message. Cependant, il ne s’agissait que d’un rapport rapide d’infos que j’avais demandé, aussi je ne pris même pas la peine de répondre ou de le regarder plus de trois secondes, avant de le ranger.
- « Tu es souvent en salle d’entraînement ? Histoire que je sache quand passer, si un jour tu veux faire des passes. »
Je prenais une gorgée de mon café tiède, en grimaçant. C’était dégeu c’est truc, vraiment. Je me demandais pourquoi j’en buvais encore. Ah oui… Fallait tenir les heures de filature.

@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Pages : 91
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Jan - 14:42
- T’inquiètes, je mords pas. Et puis avec ma chance, je suis presque sûr que tu va me mettre une tannée de tous les diables.

Jun tortilla un de ses mèches de cheveux, secouant un peu la tête, sans démentir totalement. Elle était gênée qu'il pense cela d'elle et avait peur qu'il la surestime mais elle savait qu'elle était quand même capable de se battre un minimum. Elle avait tendance à se rabaisser, mais parfois, elle ne pouvait tout simplement pas ignorer qu'elle avait quelques compétences. Parce qu'une fois mises en pratique... Disons que les faits ne trompent pas. Et c'était un fait qu'elle n'était pas aussi fragile qu'elle en avait l'air. Le problème venait peut-être surtout du fait qu'elle n'était jamais satisfaite. Et du fait qu'elle se comparait aux autres. Encore, si elle ne faisait que se comparer. Mais elle idéalisait aussi un peu tout le monde, la comparaison n'en était que plus cruelle. Et faussée aussi. Là en était toute l'ironie.

- J’apprendrais peut-être même des trucs. Moi tu sais, j’ai appris sur le tas, niveau technique, c’est un peu hétéroclite.

L'idée d'apprendre quelque chose à quelqu'un.. Surtout quelqu'un qui lui paraissait plus expérimenté qu'elle... C'en était embarrassant. Elle n'avait rien de particulier. Il ne fallait pas qu'il espère trop d'elle.. Et elle n'avait pas vraiment de technique particulière. Enfin.. Quelque part, si. Jun n'avait pas vraiment de grande force brute, ça se voyait à son gabarit. Bien sûr, à force d'entraînement, elle avait quand même acquis quelques muscles et une certaine force qu'on ne lui soupçonnerait pas à première vue, et supérieure à quelqu'un de "lambda". Mais face à un individu expérimenté, qui lui, avait une vraie force, ce n'était pas grand-chose, au final. Alors ce qu'elle avait appris à force d'entraînement, c'était où frapper. Sur le corps, il y a des endroits plus sensibles que d'autres, où il n'y a pas besoin d'une force phénoménale pour faire mal. Et à utiliser ces fameux points sensibles, sa petite taille pouvait devenir un atout. Ainsi que sa rapidité. Quand elle n'était pas stressée comme dans toute conversation purement sociale, hors combat, ou hors "travail des services", ses mouvements étaient bien plus fluides et lui conféraient une rapidité ce qui devenait un avantage certain. De plus, Jun étant souvent sous-estimée, elle avait l'avantage de la surprise. Mais quand elle pouvait, elle évitait le corps à corps. Ce n'était pas pour rien qu'elle avait un katana. Autant s'en servir.

La jeune fille hocha malgré tout la tête à ce qu'il disait, pour montrer qu'elle écoutait. Elle ne voulait surtout pas qu'on pense d'elle qu'elle n'était même pas capable d'être attentive à ce qu'on lui disait ! Même si parfois le stress semblait la rendre longue à la détente, elle prenait du temps à remercier, s'excuser, et prononcer les autres politesses d'usage, tant elle en perdait sa langue, elle savait au moins écouter. C'était la base. Bien qu'elle ne savait pas vraiment répondre, par contre. Elle aurait bien aimé avoir plus de répliques, plus de répondant mais elle n'y pouvait rien. Quoique, avec Yumi, elle avait parfois un certain répondant. Mais au final, ça ne valait pas grand-chose, vu la facilité avec laquelle il pouvait la manipuler. Il avait juste à dire "mais si tu ne fais pas ça, je serais triste..." et voilà. Mais ça, n'importe qui pouvait lui dire, qu'elle s'exécuterait aussitôt. Ou presque toujours.

- Tu es souvent en salle d’entraînement ? Histoire que je sache quand passer, si un jour tu veux faire des passes.

Souvent ? Ah ça oui, pour une agente qui alliait son travail des services au lycée, on pouvait dire qu'elle y était souvent. Bon, à côté d'un membre qui n'avait pas d'autre travail, elle était certes moins présente, mais on voyait quand même qu'elle y accordait beaucoup de temps libre. Peut-être même un peu trop ? Car entre ça et les devoirs. Surtout que vu ses difficultés, elle y consacrait aussi pas mal de temps aux devoirs, pour au final avoir une feuille pleins de blancs tant elle avait sautait des lignes, n'ayant pas suffisamment de réponses. Jun pouvait passer des heures sur un minuscule exercice, sans sembler se décourager d'y répondre, pour n'écrire à peine trois lignes une fois terminé. Mais c'est que si elle ne savait pas quoi dire, elle n'allait pas non plus s'inventer une vie, à la fin. Mais soit. Et le sommeil dans tout ça ? Eh bien heureusement qu'elle n'était pas du genre à avoir des insomnies et que seule dans sa chambre, son refuge, elle se sentait suffisamment en sécurité pour s'endormir rapidement, car sinon elle n'aurait vraiment pas beaucoup d'heures de sommeil. Déjà qu'elle devait en avoir à peine 6. Mais cela lui suffisait.

- J'essaie d'y aller tous les soirs, après les cours...

Au Japon, les cours terminaient toujours à 16h, et normalement il y avait les clubs après. Pas obligatoire, mais c'était mieux d'en avoir. Et tous les élèves ne semblaient pas se poser plus de questions, et presque tous étaient inscrits à un club. Rares étaient ceux qui n'en avaient pas. Jun faisait partie de ceux-là. En même temps, avec sa timidité, imaginez la tenter de s'inscrire à un club, et ensuite avoir l'obligation de sociabiliser un minimum. Vous le voyez ? Non ? C'est normal. C'était tout bonnement impossible pour elle. Peut-être qu'un jour... M'enfin, le temps qu'elle en soit capable, elle ne serait déjà plus au lycée. Mais disons que la salle d'entraînement après les cours, remplacer en quelque sorte les activités de club qu'elle n'avait pas.

- De 16h30 à 18h30, environ... Plus si je peux... Et le week-end, aussi..

16h30, le temps de faire le trajet jusqu'aux quartiers des services, et de se changer. Elle avait d'ailleurs prévue d'y aller ce soir. Et le week-end, les horaires étaient un peu aléatoires tant qu'elle s'entraînait quand même assez à son goût.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Pages : 202
Date d'inscription : 04/08/2017
Age : 21
Localisation : Yokohama
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Mar - 16:37

Charmante rencontre avec un nouveau collègue... ou pas...


Avais-vous déjà eut l’impression de parler pour trois ? Ou quatre ? Personnellement, cela ne m’étais encore jamais arrivé, vu ma façon d’être, c’était normal, j’avais une sacré manie de faire motus et bouche cousus, parce qu’une fois lancé, quand je parlais, je m’arrêtais difficilement. Vu que je n’avais pas eut l’occasion souvent de parler ainsi à des gens ou même des collègues comme elle, je ne pouvais que me sentir gêner, de parler comme si j’étais le seul de la pièce. C’était perturbant. Je n’aimais pas ça. J’aimerais qu’elle participe un peu plus, mais au vu de sa timidité maladive ou bien de son je m’en foutisme complet, difficile de savoir ce qu’elle veut ou fait.

Elle avait le mérite d’être régulière, cela dit. Beaucoup plus que moi. C’était déjà un miracle, que je sois là plus de trois fois par semaine. Avec mon job j’étais dehors à toutes les heures possibles et inimaginables, un bourreau de travail, bien que ça ne m’apportais pas toujours de bonne chose. Parfois, c’était même l’inverse. J’essayais de ne pas trop m’approcher des endroits malfamés, mais souvent, je n’avais pas le choix, c’est dans se genre d’endroit qu’ont trouve les informations les plus importantes. Il m’était arrivé plusieurs fois de finir dans une altercation que j’avais vite quitté en prenant la fuite. Ca, je courrais comme personne, un vrai monstre de vitesse. Peut-être à cause de Baskerville ? Allez savoir.

Dans tout les cas, il était certains que mon activité était physique alors le parcours, c’était un peu ma seule porte de sortis en cas de pépins. Je m’étais mis en tête de connaître la ville et ses toitures, pour fuir. Rare, sont ceux qui peuvent suivre là-haut. Enfin, tout ça pour dire que pour être aussi régulier, je ne savais vraiment pas comment elle faisait. Elle devait être chargée, niveau programme.
- « Dis donc, t’es régulière… Je ne sais pas comment tu fais. Moi si j’arrive à me caser un entraînement par semaine, je suis déjà bien content. »
Je lui offris un sourire amusé, il fallait dire qu’elle était encore en apprentissage, contrairement à moi qui avais était jeté directement dans le job. Je me l’étais voulut, je ne voulais pas de contact avec les autres, moi aussi. Mais voilà, à force, ont est obliger. J’avais beau freiner des quatre fers, j’étais incapable de ne pas faire de lien. Comme un barrage en train de s’effondrer sous la pression de l’eau. Je savais que c’était juste une question de temps, avant que tous ceux avec qui j’avais tissé des liens meurent.

L’inévitabilité du destin était quelque chose que je ne pouvais contrôler. De toute manière, je tuerais des gens quand même. Eux, ou les autres, ça changerais quoi au final ? Ils étaient plus proches de moi, certes, mais… La mort reste la mort, avec ca fatalité, avec ma fuite, avec, comme toujours, le fardeau de quitter à nouveau un endroit, après l’illusion de pouvoir enfin s’installer et de vivre normalement, arrive la désillusion de l’enfer et de la terreur. Etait-ce cruel, de penser que les tuer étaient préférable à tuer des innocents que je ne connaissais pas ? Car au moins, je connais la valeur des personnes tuées. Si des innocents meurent… Je ne sais pas ce que je ferais. Même si c’est ainsi à chaque fois. Même si je me promets que c’est la dernière fois. Rien ne tiens jamais, aussi sûrement que je m’étais bâtis des murs pour m’isoler, j’en avais aussi bâtis les armes pour les faire tomber sur moi.

- « Hummm… Donc ça veux dire que tu comptais y aller se soir non ? Je ne te retiens pas au moins ? Si tu veux tu peux y aller. Je sais que j’ai tendance à être collant parfois. N’hésite pas à me dire si je suis trop ennuyant. »
La blague, moi ennuyant ? C’était presque ironique. Mais elle ne me connaissait pas, alors j’essayais de faire bonne figure, prétendre et paraître comme toujours. La seule chose qui ne changeait jamais, c’était la fatigue, toujours sous mes yeux. Comme des sourires du chat de Cheshire, maladif et sadique. Rare cela dit, était ceux qui n’en avaient pas ici. Un épuisé, parmi tant d’autre. Quoi de mieux pour cacher un arbre, qu’une forêt.
- « Ou je peux venir avec toi pour taper un peu la discute si tu as envie et ensuite je te laisse t’entraîner. Au choix. »
Le choix, elle ne l’avait pas vraiment, mais au point ou j’en étais, est-ce que ça importait vraiment ?

@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Pages : 91
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mai - 16:24
- Dis donc, t’es régulière… Je ne sais pas comment tu fais. Moi si j’arrive à me caser un entraînement par semaine, je suis déjà bien content.

Jun haussa les épaules. Régulière ? C'était le moins qu'on puisse dire, mais à ses yeux, ça n'était pas encore suffisant. Si seulement elle pouvait arrêter les cours, tout simplement... Mais Madoka ne serait pas d'accord. D'un certain côté elle comprenait son point de vu, une éducation était importante. Mais à quoi bon ? Elle était tellement nulle qu'elle pouvait être qualifiée de cas désespéré. Il n'y avait plus aucune utilité à chercher à l'instruire, comme tout adolescent normal de nos jours. Ah.. Et tout simplement était-elle une adolescente normale, déjà ? Rien que son pouvoir la rendait relativement différente. Et venait ajouter à cela son passé pour le moins peu commun et son appartenance aux services... Oui, elle n'était pas une adolescente normale, alors ça ne servait à rien de faire comme les autres, d'aller au lycée, de faire ses devoirs. Elle pourrait s'investir tellement plus pour les services si elle arrêtait les cours ! Cours qu'elle haïssait même si elle continuait de faire des efforts, en espérant recevoir un jour un bon bulletin qu'elle pourrait montrer fièrement à ses frères. Quitte à subir autant d'heures de cours, autant qu'elle puisse se vanter des résultats.. Même juste un peu. Mais non. Elle n'était pas assez forte pour ça.;

- C'est le moins que je puisse faire... Pour les services.

Oui... Pour les remercier de ce qu'ils avaient pour elle et ses frères, surtout pour ses frères, elle se devait d'aller au plus loin de ses capacités, de se surpasser et ce afin de devenir la meilleure agente possible. Elle voulait leur être utile. Et ne pas faire honte à ses frères. Quoique, Yumi devait pas avoir honte de grand-chose, et au contraire, ça l'amuserait bien si elle n'arrivait à rien, il pourrait se moquer d'elle et la taquiner m'enfin. C'était Yumi.

- Hummm… Donc ça veux dire que tu comptais y aller ce soir non ? Je ne te retiens pas au moins ? Si tu veux tu peux y aller. Je sais que j’ai tendance à être collant parfois. N’hésite pas à me dire si je suis trop ennuyant.

Un hochement de tête. Oui, elle comptait y aller ce soir. Comme tous les soirs. Haussement d'épaules et nouvel hochement de tête. Si, il la retenait. Une personne polie s'empresserait sans doute d'ajouter "mais ne vous en faîtes pas", ou quelque chose comme ça. Elle... Disons que ce n'était pas méchant à ses yeux d'acquiesçer par rapport au fait qu'il la retenait. Elle disait juste la vérité, mais ça n'était en aucun cas un reproche. Avoir une conversation avec un collègue n'était pas si.. déplaisant. C'était juste incroyablement et terriblement stressant. Elle secoua la tête. Non, non, elle ne le trouvait pas ennuyeux ! C'était de sa faute... C'était juste elle qui n'était même pas capable de faire face à qui que ce soit d'autre que ses frères... Et encore, même avec eux elle pouvait paraître renfermée. C'était... Pathétique.

- Ou je peux venir avec toi pour taper un peu la discut' si tu as envie et ensuite je te laisse t’entraîner. Au choix.

La proposition surprit un peu Jun qui ne put malgré tout s'empêcher de l'apprécier, au fond d'elle. Même si son visage restait toujours aussi impassible, vide, sans émotions. Si elle était capable d'avoir une aussi grande palette d'expressions qu'une personne lambda, elle attirerait sans doute moins de méfiance.

- Cela.. ne me dérange pas. Enfin... Si vous n'avez rien d'autre à faire. J-je veux dire.. Je ne veux pas prendre sur votre temps...

Quoique. Il ne devait pas avoir tant de choses à faire pour perdre son temps avec quelqu'un comme elle.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Pages : 202
Date d'inscription : 04/08/2017
Age : 21
Localisation : Yokohama
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mai - 19:43

Charmante rencontre avec un nouveau collègue... ou pas...


Alors que Jun haussais les épaules comme pour en signifiait l’air dérisoire de cette façon d’être, je me demandais pourquoi Jun avait finis ici. L’endroit n’était que rarement pour les volontaires et les bénévoles. C’était une voie garage, un monde pour les désespérés qui, pour la plupart, avait tout perdu. Elle semblait encore jeune, cette jeune fille, bien que nous n’ayons pas beaucoup d’années d’écart sans doute, il était clair qu’il lui manquait encore de la maturité. Pas que ce soit un défaut, il serait prétentieux d’ailleurs, de prétendre que j’avais ce dont elle manquait, je manquais moi aussi, terriblement de culture générale et bien des choses. Les calculs basiques et l’écriture étaient les cadets de mes soucis dans ma vie. Ce n’était clairement pas pour ça que je vins ici, de toute manière.

Alors, le moindre que l’on puisse faire pour un endroit pareil, ce n’était pas tellement leur prouver loyauté ou montrer nos efforts comme une sorte de récompense. Comme pour leur prouver qu’ils ont fait le bon choix. Le moins que l’on puisse faire, c’est de trouver autre chose que cet endroit. L’éducation était à ce titre, primordial et d’ailleurs, je doute qu’ils acceptent d’avoir des illettrés ou des imbéciles dans leurs rangs. Ce n’était pas là, le but de l’organisation. Bien que les mois passés ici furent long et douloureux, je savais que j’étais sur la sellette, pour moi, j’étais dans une impasse avec pour seule sortie un trou de souris. Autant dire que j’essayais de faire le moins de vagues possible et d’être discret. J’avais peur qu’ils fouillent mon passé et qu’ils trouvent ce qu’ils cherchent. Si tel était le cas, je ne donnais pas cher de ma peau. Fuir ne serait peut-être pas, cette fois une solution.

Cela dis je fus surpris de voir qu’elle acquiesçait mes paroles suivantes, au moins, elle était franche. Ou alors incapable de mentir ? Cela ne changeait pas grand-chose au final. De toute manière, quitte à l’ennuyer je pouvais toujours aller chercher le sommeil… Qui ne viendrait pas. Je radote je sais. Mais j’y peux rien moi, si toute ma vie j’ai du centrer tout mes intérêts sur moi, faute d’avoir quelqu’un à qui je pouvais prêter de l’attention. Et puis j’étais fatigué, alors j’avais le droit… Je n’eus pas le temps de répliquer, pourtant, car elle sembla prise de remord ou bien simplement rattraper son geste ? Et m’indiqua tout de même que je pouvais venir avec elle, si je le voulais. Si elle ne prenait pas mon temps. Celle-là avait un sérieux problème d’estime d’elle-même et de confiance, c’était assez impressionnant.

Je ne pris même pas la peine de réfléchir. A quoi bon ? Mon tour était finis et j’allais sans doute faire nuit blanche quand même. Je repartirais demain matin pour continuer mon travail, autant en profiter pour faire un entraînement ! Qui sais, peut-être que cela aurait la possibilité de me fatiguer assez pour que je dorme actuellement sans cauchemars… Oui, c’est beau de rêver, je sais.
- « T’inquiète pas va, je n’ai pas grand-chose à faire de toute façon à part dormir. Autant en profiter pour me bouger. Je vais finir par prendre du poids sinon ! »
Je rajoutais un sourire en coin en même temps que je quittais ma position assise pour m’étirais légèrement, étant donné que j’avais toujours ma tasse de café entre les mains. Je la jetterais en chemin, sans doute, de toute manière ce truc était aussi inutile que dégeu…

@ pyphi(lia)


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Pages : 91
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Mai - 12:02
Kôta ne sembla pas même prendre le temps de réfléchir pour accepter. Etait-ce vraiment possible d'être si peu occupé en étant aux services... ? Soit c'était Jun qui était au contraire trop occupée car entre le lycée et son manque de confiance qui la poussait à toujours vouloir dépasser ses limites, et s'entraîner, travailler, encore et encore, même quand ça n'était pas obligatoire. Soit... Kôta exagérait la chose et aurait largement pu trouver de quoi s'occuper. C'est qu'il y avait tellement d'obligations quand on était dans une telle organisation, pensait Jun. Mais qu'importe, ça ne la regardait pas.

La jeune femme hocha doucement la tête, esquissant un timide sourire. C'était une chose rare que de la voir sourire, surtout envers des "inconnus". Et tel un mirage, le sourire s'effaça presque aussitôt alors qu'elle détournait le visage, légèrement gênée. Elle commença donc à prendre le chemin vers la salle d'entraînement, ses mouvements peut-être un peu plus fluides car commençant à prendre confiance même en présence de ce "collègue" malgré encore un grand stress toujours présent. On ne change pas les bonnes vieilles habitudes. Même si en l'occurrence, c'est plus une façon de parler vu que cette habitude n'a jamais rien eu de positif.

C'est assez rapidement qu'ils arrivèrent à la salle d'entraînement, assez spacieuse et correctement équipée. C'est que tout le monde ne maniait pas les mêmes armes, alors il fallait un équipement qui permette à chaque membre de s'exercer. En y repensant, s'entraîner seule au katana n'était pas des plus pratiques... Bien sûr, elle pouvait répéter les mouvements avec lesquels elle avait encore du mal, mais au final, ça ne l'aiderait pas à évaluer sa progression en combat rapproché. Il faudrait peut-être qu'elle demande à Madoka si elle pouvait s'entraîner avec lui... Mais... C'est qu'elle aurait peur de l'embêter.. Même s'il dirait qu'elle ne l'embêtait absolument pas... Non, elle ne voulait pas être une nuisance. Et il fallait qu'elle s'améliore encore d'abord, pour qu'il soit fier d'elle face à son évolution. Même si elle ne le battrait sans doute jamais.

La jeune femme alla posa ses sacs dans un coin de la salle, s'agenouillant pour sortir des vêtements propres d'un des sacs. Elle releva le regard vers là où était Kôta, annonçant simplement, élevant la voix pour qu'il l'entende même si elle n'aimait pas trop parler aussi fort, ayant peur de dire une bêtise comme toujours.

- Je vais juste me changer...

Malgré une timidité encore présente, on pouvait remarquer qu'elle commençait à se cacher derrière sa façade professionnelle. Bientôt, si on ne l'arrêtait pas, elle se jetterait corps et âme dans son entraînement, sans ne plus penser à rien si ce n'est de devenir plus forte.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Pages : 202
Date d'inscription : 04/08/2017
Age : 21
Localisation : Yokohama
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Mai - 9:45

Charmante rencontre avec un nouveau collègue... ou pas...


Un sourire, wouha ! J’aurais au moins réussis ça aujourd’hui. Bon, je devais admettre que cela ressemblait davantage a un levage de commissure des lèvres express, étant donné qu’il sembla durée un millième de seconde, mais c’était déjà ça, je n’allais pas cracher dessus. En chemin, alors que nous marchions dans un relatif silence, je finissais enfin, par jeter mon verre dans une poubelle, tandis que nous arrivions finalement en salle d’entraînement. La jeune fille se dirigea dans un coin de la pièce pour sortir des affaires et m’indiqua qu’elle partait ce changeait. J’hochais la tête pour confirmer que j’avais entendu ses paroles.
- « A tout de suite. »

Je lui dis simplement, avant de me mettre en tête de faire mes échauffements. Parce que c’est bien beau de vouloir s’entrainer, mais il valait mieux éviter le claquage dès le début, n’est-ce pas ? Je me demande si elle voulait faire du corps à corps ou avec des armes, il n’y avait que l’embarras du choix, ici, de toute manière. C’était assez hétéroclite, même. Une fois mes étirements terminés, je décidais tout de même de retirer mes chaussures, si nous allions nous entraîner, je n’allais tout de même pas lui coller des coups de pied de retourner avec des bottes renforcées. Je retirais également mes chaussettes, pour rester pied-nu et j’enlevais mon sweet-shirt à capuche, pour le mettre en boule dans un coin de l’endroit. Pas besoin de donner quelque chose à attraper à mon futur adversaire. Les capuches, c’est pratique pour cacher des yeux rouges sang comme les miens, mais ça l’est beaucoup moins, quand vos ennemis vous attrapent avec pour vous étrangler.

Bien que j’eusse prit des cours, avant, des cours, disons des conseils quand je le pouvais, sur la manière de me battre. J’avais vite appris à faire l’efficacité, au détriment de la beauté de la chorégraphie. Je n’étais pas dans la rue pour faire danseuse étoile, alors pour me battre, j’avais toujours un couteau sur moi, et pour les gros problèmes, mon katana. J’aurais pus choisir une arme à feu, mais c’est trop peut discret et manque cruellement d’endurance. Une fois que vous n’avez plus de balle, reste plus qu’a le jeter sur votre adversaire ou courir pour votre vie. Vous me direz, j’ai bien une arme secrète, n’est-ce pas. Après tout La Bête ne ferait qu’une boucher de se genre de personne. Oui, sans doute que se serait le cas, mais comme je ne la contrôle pas, c’est comme dire a quelqu’un : tu peux envoyer un missile détruire tes ennemis, mais comme tu le contrôle, tu va sans doute tuer des innocents avec. Parce que c’était exactement ça.

Finalement, Jun sortie de sa cachette. Je lui offris un sourire.
- « Alors, tu veux commencer par quoi ? »
Après tout, j’étais là pour aider, pas pour choisir à ça place.

@ pyphi(lia)


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Pages : 91
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Juin - 21:58
La jeune femme troqua son uniforme contre un legging sportif et une brassière de sport qui épousait ses formes absentes. Par souci de pudeur, elle mit aussi un tee-shirt, même si bien de femmes faisaient leurs joggings avec seulement ça pour recouvrir sa poitrine. Quoique... Jun n'était pas vraiment pudique, au fond. Tant qu'un minimum la couvrait, cela lui suffisait -surtout pour le peu qu'elle avait à cacher-. Mais c'est qu'elle ne voulait pas paraître indécente... Et ne tenait pas non plus à ce que les gens s'apitoient sur son sort en remarquant toutes les cicatrices qui l'ornaient. Elle en avait aussi quelques-unes sur les bras et les jambes, mais ça sautait moins à l'oeil. Même si ce fut avec une certaine appréhension qu'elle abandonna sa veste, se frottant machinalement les bras, comme si cela suffirait à faire disparaître les marques blanches, signes de la violence que lui avait subir son père. Elle suspendit ses vêtements à un porte-manteau, avant de sortir des vestiaires, étirant ses bras en même temps.

En voyant Kôta revenir vers elle, Jun ne put s'empêcher de se demander comment il faisait pour toujours lui adresser un sourire. Enfin c'est vrai... Ce n'était pas une personne normale après tout. On ne peux pas être une personne normale tout en travaillant aux Services Spéciaux. Les deux sont incompatibles. Il a forcément un passé douloureux, et même si Jun n'irait jamais le lui demander, elle avait du mal à se dire qu'il pouvait quand même sourire ainsi. Enfin, ça n'était pas le seul... Il y avait Yumi, aussi, son frère. Il souriait tout le temps. Et bien plus que  Kôta. Mais chez Yumi, c'était presque ce qui inquiétait Jun. Elle n'avait jamais été très bonne en relations humaines, mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire que ça n'était pas normal de toujours sourire aussi joyeusement, de toujours avoir le coeur à embêter les autres, alors qu'il avait une telle histoire, elle le savait pertinamment pour partager quelques lignes de son passé avec lui. Enfin.. Ca n'était pas le moment de penser à ça.

- Alors, tu veux commencer par quoi ?

... Bonne question. Jun connaissait son entraînement par coeur, habituellement. Mais c'était individuel. Là... Vu sa question, c'est qu'il comptait pas juste s'entraîner dans son coin, en même temps qu'elle, il comptait bien réellement, s'entraîner avec elle. Elle était tentée de lui retourner la question, craignant de sortir quelque chose qui ne lui convenait pas, mais d'un autre côté... Est-ce que ça ne serait pas au contraire insultant si elle lui demandait de choisir à sa place ? Ca donnerait l'impression qu'elle s'en fichait complètement et voulait juste se débarrasser au plus vite de ses questions, et juste faire le pourquoi pour lequel elle était venue, à la base. Alors que c'était faux... Même si elle ne savait pas comment le montrer, n'osait rien faire sous peur de tout gâcher et de mal paraître, Jun n'était pas mécontente de cette rencontre et encore moins de pouvoir s'entraîner avec quelqu'un. Elle haussa finalement les épaules, réfléchissant méthodiquement.

- Je comptais déjà m'échauffer et m'étirer... Et d'abord m'essayer à quelques mouvements de katana, avant de commencer l'intensif, ça serait bête de se luxer l'épaule. Et après... J-je ne sais pas... V-vous avez un katana.. ? On pourrait.. Essayer d'échanger quelques.. coups.. Et si vous n'en avez pas.. Il y a des armes à disposition, je crois.. A moins bien sûr que vous ne préféreriez autre chose.. Le corps à corps, non.. ?

C'est que la demoiselle avait retenu le fait qu'il avait dit, au début de leur conversation, être plus corps à corps même s'il "n'avait rien contre les lames". Et dans le cas de Jun, c'était la même chose mais dans le sens invers. Elle était plus katana, mais n'avait rien contre le corps à corps. De toute façon, faire l'impasse dessus aurait été idiot, car si elle était désormais, ses poings étaient la seule chose qu'il lui resterait. Avec son pouvoir. Mais il n'agissait que sur une personne et la rendait vulnérable pendant le moment de l'utilisation, alors ça n'était pas toujours judicieux de s'en servir.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 48
Pages : 202
Date d'inscription : 04/08/2017
Age : 21
Localisation : Yokohama
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Juin - 22:34

Charmante rencontre avec un nouveau collègue... ou pas...


Ca sonnait comme un bon plan, ses paroles. Je pris un air pensif un instant. Je n’avais pas prit mon katana avec moi, mais qu’à cela ne tienne, je pourrais toujours me servir directement dans l’armurerie. Pour le corps à corps, là aussi je n’avais rien contre, c’était normalement à elle décider. Elle avait, cela dit, fait un premier pas en donnant une vague idée de son plan, je pouvais bien faire l’étape suivante, après tout, au vu de sa timidité, cela devait être une épreuve pour elle. Peut-être que je me montrais trop invasif, mais jusqu’ici, elle n’avait pas montrer de signe d’agacement, cela dit, si elle était aussi expressive en permanence, c’était peut-être qu’elle n’était pas capable de le dire si jamais je gênais, elle pourrait toujours une combine pour fuir, je savais pas avance qu’elle avait des qualités assez grandes pour ça. Quand on ne peut pas vocaliser son inconfort, on le montre.

Finalement, après quelques secondes de réflexion j’hochais à nouveau la tête.
- « Et bien… On s’échauffe, on fait quelques passes au katana et si jamais tu es toujours motivé pour continuer dessus, on restera sur les passes. Si jamais tu ne te sens pas à l’aise ont pourra toujours ce tourner vers le corps à corps. Qu’en dis-tu ? »
Alors que je répondais, je me mettais en même temps à m’échauffer, rester immobile trop longtemps alors qu’on s’apprête à combattre n’était pas une bonne idée, autant rester actif, ça tiens chaud et sa fait les muscles, mine de rien. Il était curieux de voir les habitudes des autres en entraînement, leurs manies, leurs façons de combattre. Mais aussi les stratégies, le langage du corps et bien souvent, leurs déplacement. J’avais pour ma part, appris à ne pas dévoiler mes compétences à l’adversaire, peu importe que cela soit une simulation de combat ou un duel a mort.

Je n’allais évidemment pas éviscérer cette pauvre Jun, il ne fallait pas pousser le bouchon, mais l’observer et m’échauffer à ses côtés me donnais une idée de ses facultés et de ses aptitudes. Il ne m’avait échappé ses cicatrices blanches sur les bras, difficile ici, de trouver des gens qui n’ont pas un vécue à faire pâlir les services sociaux. A moi seul, j’avais de quoi finir en prison pour le reste de ma vie, dans plus de cinq pays ! Autant dire que je ne faisais pas le fier non plus. Mes cicatrices étaient moins nombreuses, les seuls visibles actuellement, étaient celle de mes poignets, des marques profondes, comme si des menottes avaient étaient trop serrés pendant très longtemps. Avec le temps, ses dernières c’étaient atténuées, mais elles étaient toujours là, comme des couronnes aux péchés immondes, me montrant chaque jour qui passe que je n’étais rien d’autre qu’un animal.

Mes yeux rouges, eux aussi, en avait effrayé plus d’un, lorsque je ne portais pas ma capuche, les gens s’écartaient, me regardaient étrangement, mais au final, la plupart du temps ici, ils se contentaient de me jeter un coup d’œil avant de poursuivre leurs routes. C’était quelque chose d’agréable, de ne pas être traiter du « fils du Diable » tout les quatre matins, ou qu’on ne cherche pas à vous tuer juste parce que vous êtes différent. Jun d’ailleurs, imperturbable, ne semblait même pas y faire attention. Quelque part, je la comprenais, parfois, on vivait tellement d’horreur, qu’il en était difficile de ne pas en être désabusé juste derrière. Au point de ne plus être choqué par grand-chose. Un stoïcisme que même certaines personnes n’arriveraient jamais à atteindre. Une impassibilité, dont cela dit, pas mal d’entre-nous se seraient bien passés.

L’échauffement terminé, j’allais récupérer dans un coin de la salle un katana en bois, on n’allait pas s’entre-tuer à coup de ferraille, il ne fallait pas exagérer. Me remémorant qu’elle voulait commencer simple, je n’allais pas de suite sortir le grand jeu et je me contentais de sortir la garde la plus classique de ses dernières, le "Shegan no Kamae", mon arme de bois pointé vers l’avant, je prenais des appuis solides, pour garder une balance équilibrée.

@ pyphi(lia)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama - Centre Ville :: Lieux Touristiques :: Rues Passantes-
Sauter vers: