Forum RPG sur l'univers de BSD !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Yokohama :: La Mafia Portuaire :: Logements de la mafia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La nuit apporte les rêves mais l'aube ramène la réalité [PV Madoka - En cours]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 257
Pages : 449
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Mer 23 Aoû - 20:47
Last nightKôyô & MadokaOnce I thought I was meant to live under the Light
Then I woke up from my childish dream
And discovered that Power lies with Darkness
Que Kôyô ait un amant, ça n'était pas un secret et une lubie depuis... depuis le premier en qui elle a eu assez "confiance" pour lui confier son corps ne serait-ce qu'une nuit. Elle avait 19 ans et venait d'être officiellement nommée cadre. Le jeune homme était plus âgé qu'elle et ils avaient souvent travaillé ensemble. Il n'y avait pas eu une once d'amour dans cette histoire, uniquement du bon temps et du respect, condition minimale pour pouvoir la connaître de cette sorte .
Ca avait duré quelques mois, avant qu'il aille à l'étranger et ne revienne jamais. Kôyô avait ensuite trouvé quelqu'un d'autre pour quelques mois à nouveau. Cela dit, elle n'était pas ce qu'on qualifierait de "croqueuse d'hommes". Certes, il lui est difficile de refuser le plaisir par moments mais, comme elle tient à faire un minimum confiance à la personne d'abord, à l'apprécier, au final, à 26 ans, la cadre ne compte que quatre amants différents au cours de ces sept dernières années, en comptant des périodes de "célibat". Cinq amants, en fait, si on compte celui partageant actuellement son lit.

Madoka, un de ses hommes depuis moins de deux ans, amant depuis bientôt un an. Même s'il était un peu plus jeune que sa supérieure, ça ne semblait pas le déranger. Kôyô lui faisait par ailleurs assez confiance pour lui tourner le dos. Un détail pour certains mais pas à ses yeux. Même inconsciemment, la jeune femme ne dormait pas dos à quelqu'un, sauf si elle jugeait qu'il n'y avait aucun risque, ou du moins, presque pas.
C'est ainsi qu'elle se réveilla ce matin-là, dos à lui. On passera les détails -forts plaisants sans nul doute- de leur nuit car les premiers rayons du soleil éclairaient de plus en plus la chambre et leur lit. Kôyô bougea légèrement, entendant derrière elle la respiration calme de son compagnon de la nuit. Son regard se porta vers la porte de la chambre, rappel que dès qu'elle la franchirait, son devoir l'appellerait.
La jeune femme se retourna donc pour faire face à Madoka et l'observer dormir. Elle ne parviendrait jamais à l'admettre, mais c'était agréable de se réveiller comme ça de temps à autre.

Ses doigts effleurèrent la peau du jeune homme, pas pour le réveiller, c'était juste une petite pulsion. Tant qu'il restait endormi, elle ne lui ferait rien. Seulement, maintenant Kôyô savait, et par conséquent cette nuit avait été la dernière.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Pages : 39
Date d'inscription : 16/08/2017
Mer 23 Aoû - 22:04

La nuit apporte les rêve mais l'aube ramène la réalité
❝PV Kôyô Ozaki❞

Madoka Takadono • Agent des Services Spéciaux envoyé en tant qu'espion dans la Mafia. Infiltré depuis 20 mois, il est devenu l'un de leurs hommes au sein de l'équipe de Kôyô Ozaki, Cadre de la Mafia Portuaire.

Situation actuelle • Après une tendre nuit dans les bras de Kôyô, Madoka se réveille loin de se douter que sa couverture a été découverte.






Kôyô Ozaki • Cadre de la mafia portuaire, supérieure hiérarchique et amante de Madoka. C'est elle qui était en charge du jeune homme.

❝ Un matin d’apparence ordinaire ❞

Cela faisait près de vingt mois que Madoka avait rejoint la mafia portuaire, deux ans, si il comptait le temps qu’il lui a fallu pour pouvoir entrer dans cette organisation afin de pouvoir mener à bien cette mission qui lui avait été confié par ses supérieurs au sein des services spéciaux. Durant ces 20 mois, le jeune homme avait pu observer le moindre fait et geste de la mafia mais vu de l'intérieur, comprendre leur mode de fonctionnement et de recrutement, plus précisément des détenteurs, mais également se renseigner sur tout les possesseurs de pouvoirs déjà présent au coeur de la mafia.
Il avait été affecté à l'escouade de Kôyô Ozaki, l’une des seules femmes cadre de toute la mafia, une ravissante jeune femme qui plus est, légèrement plus vieille que Madoka mais qui ne le laissait pas pour autant indifférent. Il était donc sous ses ordres, et devait, quelque soit sa mission faire en sorte de la mener à bien, c’était le seul moyen qu’il avait pour pouvoir continuer de travailler sous cette couverture sans éveiller les soupçons. Mais un jour, cette relation purement professionnelle se transforma en quelques chose de plus physique, non sans déplaire au jeune homme. Un an, c’était la durée actuelle de leur relation, enfin relation … ils étaient tout deux amants, l’affaire d’un plaisir furtif pour un temps avant de retourner travailler chacun de leur côté comme s’il ne c’était rien passé avant une nouvelle nuit des plus chaleureuse.

Le jeune homme dormait dans le lit de sa supérieur, profondément endormis après cette nuit qui avait encore une fois permis de libérer leurs instincts sauvage. Il l’avait regardé s’endormir la veille, passant sa main sur le visage de son amante avant de s’endormir à son tour. Toute personne observant Madoka dormir le trouverai adorable, tel un enfant dans les bras de morphée inconscient du terrible monde qui l’entoure et de cette journée qui allait marquer un tournant dans sa situation actuelle.

Madoka sentit quelque chose de doux l’effleurer et ouvrait lentement les yeux observant alors Kôyô au réveil, saisissant la main de sa partenaire lentement.

- Hey …

Il était encore à moitié endormis, sa voix était calme et malgrés les rayons de soleil qui traversaient la pièce, il n’avait qu’une envie retourner rejoindre le pays des rêves, pourtant le visage de Kôyô si près de lui l’avait amené à se rapprocher d’elle collant alors son corps une nouvelle fois contre le sien comme pour capter sa douce et tendre chaleur dès le matin.
Très bientôt ils devraient retourner travailler, et pourtant il aurait aimé plus de temps afin de prolonger cette nuit qui avait été des plus divertissante.


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 257
Pages : 449
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Jeu 24 Aoû - 0:05
Last nightKôyô & MadokaOnce I thought I was meant to live under the Light
Then I woke up from my childish dream
And discovered that power lies with Darkness
Kôyô était habituée à se réveiller tôt, préférant travailler au matin et se garder l'après midi, quand c'était possible, pour ses loisirs ou autres affaires plus personnelles -comprenez shopping, ça lui arrive-. Toutefois, il y avait des jours où le lit était plus attrayant que d'habitude. Surtout les jours où elle ne dormait pas seule. Dans ces cas-là, encore un peu dans l'humeur plus ou moins endiablée de la veille, l'envie de se montrer affectueuse envers son amant la prenait. Ce matin en faisait parti, comme toutes les dernières fois avec lui. Bien qu'elle n'y avait pas prêté attention, à vrai dire c'était le premier qui pouvait se vanter de rendre la cadre flemmarde au matin. Heureusement pour lui, il n'était pas justement du type à se vanter, autrement ses faveurs tourneraient courts.

Même si ça n'avait pas été son intention, l'effleurer avait suffit à le réveiller. Enfin... on voyait qu'il était encore endormi, et cela devait être son propre cas également. Un sourire furtif passa sur son visage, non coutumière des démonstrations de douceur romantique mais elle le laissa l'enlacer. C'était confortable, les bras d'un homme dès qu'on avait suffisamment confiance pour le laisser faire. Et puis, ça lui faisait du bien de baisser ses barrières un peu, de temps en temps.
Seulement, leur nudité à eux deux désormais l'un contre l'autre raviva les souvenirs de la veille. Il n'était pas rare qu'en fait, pour repousser l'obligation d'aller travailler, les amants décident de s'épuiser un peu plus.
Kôyô leva donc légèrement la tête pour aller capturer les lèvres de Madoka. Elle le connaissait maintenant, elle savait qu'il entrerait vite dans son jeu et serait -très- vite d'humeur. S'ajoutant à ses lèvres, une de ses mains caressa son torse puis descendit, descendit... descendit jusqu'à une certaine zone sensible. Ses lèvres finirent par suivre le même cours pour aller mordiller son cou, le laissant se "réveiller" convenablement, puis... descendit à nouveau bien plus bas.

________________________________________
Nous leur laissons ce moment d'intimité sans décrire plus avant qui a fait quoi... bien que Kôyô se sentait d'humeur 'en dessous' ce matin
________________________________________

Après ce nouvel effort, Kôyô aggrava un peu son retard en restant encore de longues minutes dans les bras de son amant le temps de récupérer. Certains diraient que, de toute manière, en tant que cadre, elle pouvait bien commencer quand elle voulait puisqu'aucune réunion ne l'attendait ce matin. Cependant, il y avait encore quelque chose à faire, et pas des moindres. Peut-être que Madoka trouverait déloyal d'avoir eu ce dernier "plaisir" pour ensuite subir ce que la jeune femme avait prévu sauf que... elle s'en moquait bien.

- Reste là, je vais préparer le petit déjeuner.

Un dernier baiser furtif sur les lèvres avant de se saisir d'un kimono simple rapidement noué pour sortir de la chambre. Et une fois le pas de la porte franchi, le travail reprenait.
La jeune femme descendit dans la cuisine et commença à faire chauffer le petit déjeuner, comptant bien en prendre un. Puis ses pas la menèrent dans le salon où elle sortit un revolver d'une des nombreuses planques de la résidence. Elle vérifia qu'il était chargé, sans cran de sécurité puis remonta à l'étage. La porte de sa chambre glissa et, sans cacher son arme, la cadre se plaça face à Madoka. Son visage, encore doux au moment où elle l'avait laissé seul dans le lit, s'était durci pour redevenir celui d'un des dirigeants impitoyables de la Mafia.

- Tu pensais qu'on ne découvrirait jamais rien? A qui transmettais-tu tes informations?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Pages : 39
Date d'inscription : 16/08/2017
Jeu 24 Aoû - 1:47

La nuit apporte les rêve mais l'aube ramène la réalité
❝PV Kôyô Ozaki❞

Madoka Takadono • Agent des Services Spéciaux envoyé en tant qu'espion dans la Mafia. Infiltré depuis 20 mois, il est devenu l'un de leurs hommes au sein de l'équipe de Kôyô Ozaki, Cadre de la Mafia Portuaire.

Situation actuelle • Alors que tout ce passait pourtant bien, la couverture de Madoka est sur le point d'être compromise.






Kôyô Ozaki • Cadre de la mafia portuaire, supérieure hiérarchique et amante de Madoka. C'est elle qui était en charge du jeune homme.

❝ Dure matinée pour les secrets ❞

Le simple fait d’enlacer Kôyô avait permis aux deux amants de se remémorer la folle nuit de la veille, si bien que se laissant porter par leurs pulsions communes, Madoka guidé par les soins experts de sa supérieur se laissa alors tenté par ces prolongations des plus exquises.

*******************

Cet agréable moment passé, Madoka garda un peu plus longtemps dans ses bras Kôyô profitant encore de quelques instants de répit avant de devoir se lever, d’aller se préparer pour ensuite aller travailler avec cette femme, qui, d’une certaine façon avait pris une certaine place dans la vie de Madoka. Non pas seulement à cause de leur relation intime, mais parce que malgré son travail il avait réussi à créer une relation de confiance avec elle. Il savait également qu’un jour ou l’autre sa couverture serait mise à mal et que cette confiance durement gagné mais pourtant sincère disparaîtrait plus rapidement qu’elle n’était intervenue.
Kôyô se leva alors afin de préparer le petit-déjeuner décrochant un baiser furtif au jeune homme qui s’était alors assis sur le lit s'apprêtant à sortir afin d’aller prendre une douche afin de nettoyer toute cette sueur, preuve de leurs ébats encore présente.

- Dépêches-toi … peut-être nous restera-t-il encore un petit peu de temps pour un troisième round …

Non pas pour lui désobéir, mais dans le seul et unique but de se sentir plus à l’aise, Madoka se leva alors du lit dans le plus simple appareil et s’apprêtait à rejoindre la salle de bain avant d’entendre le volet de la chambre s’ouvrir et laisser apparaître cette même femme qui l’avait quitté plus tôt, elle portait toujours le même kimono que lorsqu’elle l’avait quitté, mais elle possédait quelque chose en plus, un revolver pour être plus précis, que Kôyô pointa sur son amant.
Madoka regarda alors en coin la jeune femme le menacer de son arme, le regard de son amante n’était plus celui de la femme qui l’avait quitter peu de temps auparavant, il s’agissait d’un regard beaucoup plus grave. Il n’était pas affolé, il s'était préparé à cette éventualité, même s’il aurait préféré un autre moment ou bien que ce soit quelqu’un d’autre qui décide le découvre.

- Finalement je peux dire adieu au troisième round alors ?

Bien sur qu’il savait que cette question n’était que rhétorique, il connaissait bel et bien la réponse ; Madoka se contenta de sortir une cigarette et de l’allumer faisant fasse à Kôyô, son comportement ne changeait pas, il était le même, cet homme légèrement hautain qui prenait toutes les situations de manière détachée.
Il inspira un grand coup sur sa cigarette avant de rejeter la fumée tout en s’approchant doucement de Kôyô.

- J'espérais surtout qu’on le découvre le plus tard possible …

Il s’approcha alors d’avantage de la cadre, se mettant alors dans la ligne de mire du revolver que tenait Kôyô, il posa sa main sur celle qui tenait cette même arme comme s’il l’invitait à tirer.

- Si tu sais qui je suis tu devrais avoir la réponse à ta question n’est-ce pas ?


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 257
Pages : 449
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Jeu 24 Aoû - 19:05
Last nightKôyô & MadokaOnce I thought I was meant to live under the Light
Then I woke up from my childish dream
And discovered that Power lies with Darkness

Dans cette histoire, ce qui enrageait probablement le plus Kôyô n'était pas le fait de perdre un amant, ni qu'il ait réussi à s'infiltrer dans la Mafia. Non, ce qui l'enrageait c'était qu'ilavait été là, sous son nez, et ne s'était approchée d'elle sans aucun doute pour les informations auxquelles elle avait accès. Heureusement, la cadre ne parlait jamais plus que nécessaire des affaires de la Mafia avec ses hommes, mais depuis qu'il était là, il avait pu engranger tout un tas d'informations préjudiciables à l'organisation.
La tradition -et le bon sens- voulait donc qu'il soit abattu tout de suite, mais la jeune femme voulait tout d'abord savoir ce qu'il avait appris ici. Enfin... cette décision était susceptible de vite changer s'il persistait à se montrer aussi... désinvolte. Pensait-il qu'avoir eu ses faveurs le protégerait? Si c'était le cas, en tant qu'espion, elle espérait qu'il avait un meilleur sens de l'observation que ça.

- Je pense plutôt que tu espérais qu'on le découvre trop tard.

Un agent infiltré finissait par être découvert, aussi ils s'arrangeaient souvent pour quitter le navire avant que ça arrive, sauf celui-ci. Madoka pouvait désormais dire ce qu'il voulait, Kôyô ne jugerait pas ses paroles satisfaisantes tant qu'elle n'aurait pas les informations désirées. Et pour avoir travaillé sous ses ordres, il devait bien savoir comment la jeune femme les obtenait.
S'il y avait pensé, cette perspective ne refroidit pas ses ardeurs -et pas des ardeurs licencieuses pour une fois- et il se permit de se mettre bien en face de son arme. Etait-ce un message pour le tuer maintenant et ainsi le réduire au silence? Oh que non, ça ne serait pas aussi simple.
Kôyô dévia l'arme de quelques centimètres et tira sans hésitation à quelques centimètres de la tête de l'espion.

- Ne fais pas l'imbécile, tu te doutes que je ne demande pas uniquement ça...

Yasha apparut derrière le jeune homme et glissa sa lame sous sa gorge. Même si cela déplairait fortement à Kôyô de répandre du sang dans sa propre chambre, il était hors de question que sa réputation souffre d'un espion en vie sous son nez. Certes elle l'appréciait, elle l'avait apprécié, mais sa position dans la Mafia serait toujours prioritaire.

- Quelles informations as-tu transmis?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Pages : 39
Date d'inscription : 16/08/2017
Jeu 24 Aoû - 22:30

La nuit apporte les rêve mais l'aube ramène la réalité
❝PV Kôyô Ozaki❞

Madoka Takadono • Agent des Services Spéciaux envoyé en tant qu'espion dans la Mafia. Infiltré depuis 20 mois, il est devenu l'un de leurs hommes au sein de l'équipe de Kôyô Ozaki, Cadre de la Mafia Portuaire.

Situation actuelle • Les jours "heureux"
en compagnie de son amante venaient de s'obscurcir, le temps était à l'orage et la situation devenait quelque peu tendu ...






Kôyô Ozaki • Cadre de la mafia portuaire, supérieure hiérarchique et amante de Madoka. C'est elle qui était en charge du jeune homme.

❝ Une situation périlleuse ... quoique ❞


La remarque de Kôyô laissa Madoka perplexe, sa mission était de rester aussi longtemps que possible en place dans la mafia, un mois, six, ou bien dix ans, tout ce qui importait c’était les différentes informations qu’il pouvait leur apporter et bien évidement si possible que leurs agent reste en vie. Il n’avait pas l’intention de fuir la mafia, à moins que ses supérieurs estiment que son travail était suffisant et qu’il pouvait de nouveau reprendre sa vie d’agent ; la remarque lui paraissait donc dénué de sens à ses yeux.
La seule raison qui aurait pu faire de cette remarque une réalité était que Madoka savait qu’il avait été démasqué avant même que l’on vienne lui en “informer” et qu’il prenne ses jambes à son coups laissant alors tout ce qu’il avait pu accumuler durant ces vingt mois.

Les deux amants se regardaient, comme si l’un comme l’autre attendait de voir son partenaire “craquer”, mais ce duel semblait perdu d’avance, que ce soit pour Madoka ou pour la jeune femme qui devait maintenant bien le connaître après tout ce temps passé ensemble.
C’était surement pour cette raison que sa supérieur avait décidé de tirer non loin de sa tête faisant ainsi résonner dans le crâne le bruit du coup de feu, suivi d’un sifflement quelque peu insupportable. Néanmoins, Madoka resta impassible, elle aurait pu lui tirer dessus, mais elle ne le faisait pas. La raison ? Elle voulait tout d’abord connaître toutes les informations qu’il pouvait détenir et qu’il pouvait donc donner aux services spéciaux. C’est également pour cette raison que Kôyô fit apparaître Yasha, sa très fidèle camarade de combat, pour le menacer d’une lame au niveau de la gorges.

Tu oserais t’attaquer à quelqu’un sans défenses ?

Madoka n’avait pas vraiment de doute sur la réponse, bien sur qu’elle oserait, si cela permettait de garder les informations de la mafia en sécurité, Kôyô n’hésiterait pas à tirer et à le tuer sur le champs. Son visage était bel et bien redevenu celui d’une cadre de la mafia.

- Je ne fais pas l’imbécile. Ma question est plus que légitime … A moins que tu ne refuses d’admettre que je suis un espion.

Madoka avait enfin dit ce mot, qui n’avait pour le moment toujours pas été évoqué ; l’un comme l’autre semblait éviter de mettre le point sur ce mot qui était pourtant une évidence au vu de la discussion.
De plus quoiqu’il pouvait se passer, Madoka ne pouvait pas revenir en arrière la plupart des informations avaient déjà été transmises, donc même si il venait à mourir, il aurait fait son boulot. Ne pas répondre pouvait donc être une option, puisqu’il n’avait au final rien à perdre, du moins de ce côté là. La seule chose qu’il y perdrait c’était sa famille, enfin c’était plus sa famille qui perdrait sa présence.

- Disons que j’étais envoyé pour enquêter sur des gens comme nous …

Sa réponse était certe évasive, mais de l’autre il ne faisait que lui dire la vérité, si il avait été envoyé au sein de la mafia c’était pour pouvoir rassembler des informations sur les différents détenteurs de pouvoirs, mais également pour savoir comment la Mafia arrivait à mettre la main sur ces même détenteurs.


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 257
Pages : 449
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Mer 30 Aoû - 19:23
Last nightKôyô & MadokaOnce I thought I was meant to live under the Light
Then I woke up from my childish dream
And discovered that Power lies with Darkness

La commissure des lèvres de Kôyô s'arqua légèrement. Si elle oserait? Il ne pensait pas vraiment cette question, l'ayant accompagnée depuis assez longtemps pour savoir qu'elle n'y réfléchirait pas à deux fois avant de presser la queue de détente de l'arme. Il devait se douter de la suite, non ? Il était sur son territoire, et rien ne la ferait le lâcher. Un peu dommage en fait, car il s'était montré efficace lors de sa présence ici. Tellement efficace à vrai dire, qu'il n'avait jamais dépareillé au milieu de la Mafia. Certes, s'il l'était, il n'aurait même pas pu le rejoindre mais la cadre savait repérer des éléments prometteurs. Dommage que celui-ci ait choisi le camp adverse.
Le sourire en coin s'étira en vrai sourire lorsque son désormais ex-amant daigna glisser qu'elle nierait la vérité.

- Je t'assure que je sais parfaitement ce que tu es. Je te donnais une dernière chance de faire bonne impression en répondant franchement à une question. Il faudra bien envoyer une carte de condoléances à ton supérieur, histoire de montrer que nous savons prendre soin des invités qu'ils nous envoient.

Sûr qu'ils recevraient quelque chose dès qu'elle en aurait fini avec lui. Peut-être une carte indiquant les coordonnées de sa dépouille, ou de ses restes. Yasha avait tendance à avoir la lame trop vive pour garder le corps en une seule pièce. Enfin… cela uniquement après de longues longues heures, et de longs jours d'interrogatoires.
Ah, mais s'il se décidait à parler de son propre chef, alors tout serait bien plus simple. Cependant la réponse ne lui plut pas, comme on pouvait s'y attendre. « des gens comme nous »… le seul point commun entre eux qui valait la peine d'envoyer un homme en infiltration était la récolte d'informations sur les détenteurs d'abilités. Plus les Services Spéciaux étaient informés, plus il leur serait facile de contrer les affaires de la Mafia. Et il était hors de question que ça arrive, personne d'autre qu'eux ne pouvaient règner sur la nuit.

- Dame Ozaki !

Du rez-de-chaussée, la voix d'un des gardes de la résidence arriva jusqu'à eux. Le coup de feu avait dû être aisément audible même de l'extérieur. La cadre ne souhaitait pas qu'on intervienne cela dit, pas dans ces circonstances. Yasha ressserra sa prise sur la gorge de son prisonnier pour qu'il se taise.

- Ce n'est rien, leur ordonna t-elle de la chambre. Retournez à votre poste.
- Madame…
- Je ne vous ai pas donné l'autorisation d'entrer, dehors !

Après quelques secondes, on entendit enfin la porte coulissante de l'entrée se refermer, permettant à Kôyô de se reconcentrer sur sa victime qu'elle détailla de haut en bas. ...Mmmh… si elle savait que la nudité ne le dérangeait pas, même elle trouvait que c'était trop exagéré pour cette situation. Et puis… peut-être qu'elle pourrait jouer un peu, le tester… il était en effet un bon élément, après tout… et elle avait apprécié plus que ses compétences sur le terrain.
Elle fit un léger geste de la main et son démon retira sa lame tout en restant, visible tandis qu'elle détournait légèrement le regard -mais le gardant dans son champ de vision-. Elle garda bien entendu son arme au poing mais la baissa.

- Rhabille toi un minimum... Et dis moi quelles informations tu as transmises. Qu'as-tu révélé de plus sur les cadres ?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Pages : 39
Date d'inscription : 16/08/2017
Ven 8 Sep - 0:07

La nuit apporte les rêve mais l'aube ramène la réalité
❝PV Kôyô Ozaki❞

Madoka Takadono • Agent des Services Spéciaux envoyé en tant qu'espion dans la Mafia. Infiltré depuis 20 mois, il est devenu l'un de leurs hommes au sein de l'équipe de Kôyô Ozaki, Cadre de la Mafia Portuaire.

Situation actuelle • Que pouvait-il lui arriver de pire ? Il venait d'être démasqué par celle qu'il aurait sans doute aimé ne pas l'être, dans une situation de faiblesse de pars notamment sa tenue, en joug par la femme avec qui il partageait ses nuits ... Mais la journée de faisait que commencer.
Pourquoi s'arrêter maintenant ?






Kôyô Ozaki • Cadre de la mafia portuaire, supérieure hiérarchique et amante de Madoka. C'est elle qui était en charge du jeune homme.

❝ Une accalmie ? ❞


Est-ce que Madoka aurait préféré se trouver à un autre endroit ? Bien évidemment ! Même si le début de la matiné lui semblait pourtant si … intéressant et sensuel. Mais la seconde partie, c’était une autre paire de manches, après tout qui rêverait de se retrouver nu, devant une superbe femme, certe, mais qui avait certains vices plutôt violent lorsqu’il s’agissait de faire son travail et qui avait d’une part une arme pointé sur son visage et de l’autre une invocation qui était prête à trancher sa gorge au moindre faux mouvements. Il est vrai également que Madoka avait ses propres vices et ses propres fantasmes, mais il était très loin d’apprécier ce genre de relation, même si le fait d’envisager une relation ennemis mais amants apporterai son lot d’adrénaline, d’excitation et de la “peur” du danger propre à ce genre de relation ; mais pour le moment ce n’était pas forcément ce qui lui trottait dans l’esprit, du moins pas à 100%.

Madoka écouta donc Kôyô qui semblait quelque peu s’amuser de la situation et qui devait surement déjà s’imaginer quelles torture pouvait-elle bien lui faire subir avant que le grand brun à la peau légèrement halé ne daigne répondre réellement à ses questions. Le jeune homme connaissait suffisamment la jeune femme pour savoir que c’était probablement la chose la plus probable auquel elle pouvait penser.
Le fait qu’elle se mette à évoquer la possibilité d’envoyer une carte de condoléance aux services spéciaux suite à ses mauvais traitements le fit rire, pourquoi ? Parce qu’il voyait bien la scène, une carte, écrite à la main avec une splendide calligraphie, indiquant la mort de l’agent Takadono Madoka après avoir été découvert, le tout envoyé dans une enveloppe sur laquelle serait noté l’adresse des services spéciaux et à destination du patron de ces mêmes services.
Il s’était quelque peu retenu car, avec la lame de Yasha sur sa gorge cela aurait très bien pu s’averer encore plus dangereux que cela ne l’étais déjà d’autant qu’il sentit très rapidement la lame se rapprocher d’avantage lorsque l’un des hommes de Kôyô décida de se manifester suite au coup de feu. Quel était la raison pour ce geste ? Après tout qu’aurait-il à gagner en manifestant sa position, si ce n’est aggraver son cas actuel. Bien évidemment qu’il n’aurait pas osé hausser le ton ou même essayer d’appeler l’homme qui était maintenant dans le salon de son ex-amante, et qui lui avait gentiment demandé de bien quitter les lieux.

Finalement après qu’il est quitté les lieux, Yasha se décida enfin à lâcher prise, sous les ordres de Kôyô, qui l’invita par la suite à se rhabiller, car il faut bien le dire, le temps qui était à l’orage avait quelque peu refroidis l’ambiance et la température actuelle de la pièce avait également baissé.
Il s’approcha alors de ses vêtements qui avaient été pour la grande majorité, balancé dans la chambre un peu partout au fur et à mesure qu’il les avait quitté. S’il avait su ce qui allait se passé, il n’aurait surement pas laissé sa folie habituel semer au quatre vents chaque passerelle de tissu qui recouvrait son corps. Il les ramassa les un après les autres, enfin il ne se chargea tout d’abord que de vêtir le bas de son corps avant de se rapprocher de sa veste d’où il en sortit un paquet de cigarette et décida de s’en allumer une histoire de se détendre un peu avant d’enfiler sa chemise sans la boutonner. Il prit son katana et l’accrocha à sa ceinture avant de lever les mains et se rapprocher de nouveau de Kôyô.

- Ne t’en fais pas, je la prends seulement par habitude. Je ne suis pas suicidaire au point de vouloir essayer de t’attaquer alors que tu es en position de force.

Il laissa alors un petit silence avant de regarder la jeune femme dans les yeux, un petit sourire en coin.

- Et tu sais que ce n’est pas forcément me déplaire …

Il ne pouvait pas s’en empêcher, il fallait toujours qu’il en rajoute, surtout dans ce genre de situation, mais aussi parce qu’il connaissait suffisamment la personne qui se trouvait en face lui, suffisamment pour oser dire ce genre de chose, tout en sachant pertinemment que cela ne pouvait que lui retomber dessus à n’importe quel moment.

- De toute façon avec Yasha d’invoquer, je n’aurais même pas le temps de finir de dégainer que je me retrouverai alors embroché sur son katana.

Il pris alors une grande bouffé de sa cigarette avant d’en recracher la fumée.

- Ce ne sont pas spécialement les cadres qui m'intéressent, plus les capacités que possède la mafia mais également la façon dont elle arrive à les faire intégrer leurs rangs.

Madoka alla alors s’installer sur le lite de Kôyô, en position assise bien évidemment, dans une autre circonstance, il l’aurait très probablement invité à le rejoindre pour une énième danse, mais encore une fois, ce n’était pas le moment pour ce genre d’action, même si encore une fois, il pourrait très bien y trouver une certaine excitation.
Il regarda alors le sol, enfin surtout les pieds de Kôyô afin d’observer ses possibles mouvements et qui sait peut-être prédire une éventuelle attaque de la jeune femme.

- Mon but était d’intégrer la mafia par mes propres moyens et à n’importe quel prix afin d’étudier nos semblables aux seins de cette organisation. Le reste n’a jamais été de mon ressort et vos actions non plus.

Il leva alors légèrement le visage, suffisamment pour que son amante puisse voir ses yeux ambré, quasiment doré qui la fixait avec intensité.

- Maintenant laisse moi te poser une question. Depuis combien de temps es-tu au courant de ma “double-vie” ?

C’était la seule chose qui l'intéressait, depuis combien de temps, même si le fait de devoir savoir combien de personne étaient au courant pouvait s’avérer utile, bien qu’au vu de la situation, Kôyô devait être la seule personne au courant. Du moins pour l’instant.


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 257
Pages : 449
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Sam 9 Sep - 19:20
Bien qu'elle l'ait autorisé à se rhabiller, Kôyô observait les moindres faits et gestes de son ex-amant. Elle savait qu'il lui suffisait de dessiner rapidement un symbole spécifique pour contre-attaquer. Pour le moment, il semblait pourtant prédisposé à faire son malin. Elle le connaissait assez bien pour savoir qu'il était souvent -voire même toujours- comme ça. Seulement, au vu de la situation actuelle, il y avait de très fortes chances que ça se retourne contre lui, la cadre n'étant pas du tout d'humeur à tolérer cette légèreté.

La jeune femme ne réagissait pourtant pas, restant debout à le scruter, Yasha à ses côtés. Il avait raison, un simple mouvement de son spectre et sa tête volait. C'était la solution la plus simple, et la plus rapide. D'autant plus qu'il était assez bavard... même trop.

- Que je te laisse me questionner?

Son démon se déplaça alors en un éclair pour asséner un coup violent à Madoka.

- Comme tu l'as remarqué, tu n'es pas en position de force. Je pose les questions, et tu y réponds, non l'inverse.

Et surtout, il n'avait pas à connaître la réponse. Même lorsqu'elle le croyait un vrai membre de la Mafia, elle ne lui confiait pas ce que les cadres savaient, maintenant que la vérité avait éclaté, c'était tout simplement impossible. Cela dit, elle trouvait également étrange qu'un espion n'ait pas cherché à profiter de sa position pour en savoir plus sur eux. Il aurait pu y avoir accès et il se serait retenu? Il avait été désintéressé? Ca aurait pu lui paraître louche... ça lui paraissait louche... seulement elle n'avait pas souvenir qu'une quelconque mission ou trafic avait été mis à mal ces derniers mois, même avant.
Cela ne signifiait pas pour autant qu'il était moins dangereux. Ils pourraient avoir de grosses complications si les Services Spéciaux parvenaient à contrer les pouvoirs de leurs membres.

- Je vais te laisser une chance, et une seule d'éviter les cachots et les tortures. Qu'as-tu révélé exactement à tes supérieurs? Qui leur as-tu vendu ?

Kôyô posait cette question en sachant qu'il ne pourrait y répondre. Que ça soit par loyauté envers ses supérieurs ou parce qu'il ne se souvenait tout simplement pas de tout, même les deux. Seulement, son attitude vis à vis de ces questions pourrait être déterminante pour la suite et ce qu'elle prévoyait de lui faire subir.
Est-ce que leur désormais-ancienne-relation d'amants la rendait plus indulgente ? Hmpf, un cadre ne pouvait avoir de tels états d'âme. Ses actions devaient servir la Mafia et son expansion, en plus de sa propre protection au cas où l’État déciderait d'abattre les têtes qui régissaient cette organisation de la nuit.
Elle se le répétait en boucle, Madoka était un ennemi. Il pouvait la fixer autant qu'il voulait, faire ses allusions, la jeune femme avait appris à se détacher de tout ça, à séparer le travail du reste. Sachant que « le reste », soit sa vie privée, ne devait pas non plus faire ombrage à son supérieur ni ses hommes, au final il ne lui restait que peu voire pas de libertés. C'était un fait qui malheureusement ne lui avait pas encore sauté aux yeux, puisqu'elle se plaisait dans son rôle actuel. Au jeune homme désormais de s'en rappeler et de ne pas espérer, ça avait toujours été une erreur fatale ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Pages : 39
Date d'inscription : 16/08/2017
Dim 10 Sep - 2:16

La nuit apporte les rêve mais l'aube ramène la réalité
❝PV Kôyô Ozaki❞

Madoka Takadono • Agent des Services Spéciaux envoyé en tant qu'espion dans la Mafia. Infiltré depuis 20 mois, il est devenu l'un de leurs hommes au sein de l'équipe de Kôyô Ozaki, Cadre de la Mafia Portuaire.

Situation actuelle • L'interrogatoire sur le rôle d'espion endossé par Madoka en rejoignant la mafia suit son cours.






Kôyô Ozaki • Cadre de la mafia portuaire, supérieure hiérarchique et amante de Madoka. C'est elle qui était en charge du jeune homme.

❝ Un retour à l'Orage ❞


Ne sachant pas tenir sa langue, et surtout parce que Madoka était passé maître dans l’art de n’en faire qu’à sa tête mais surtout de faire le malin, le jeune homme était très souvent embarqué dans de mauvais coup. Bien que cette fois-ci, il s’était embarqué dans un mauvais plan dès qu’il avait décidé d’accepter cette mission d’infiltration au sein de la mafia, de plus bien que non prévu dans les intitulés de sa mission, il s’était également rapproché de l’un des cadres de la mafia et était parvenu à devenir son amant.
Son excès de confiance, fut de nouveau responsable de mauvais traitements, car à peine avait-il eu le temps de poser sa question que Yasha vint lui asséner un coup dans l’estomac le faisant alors tomber, genoux à terre sur le sol. Il se tenait l’estomac, toussant comme pour évacuer sa douleur, puis une fois calmé il leva les yeux vers ceux de Kôyô.

Une dernière chance ?
Bien évidemment, le fait même d’être un espion lui donnait droit à son interrogatoire et à son exécution sans préavis, pourtant elle préféra un huit-clos plutôt que de diffuser l’information. Rien que pour cette attention, on pouvait bel et bien dire qu’il était privilégié et encore maintenant on lui donnait la possibilité de s’en tirer sans dégâts, du moins d’après les mots de Kôyô, il l’a connaissait et savait qu’elle était une femme de parole, pourtant une chose était moins sûr ; il savait également que la cadre serait prête à tout pour sauver la “famille” quitte à trahir une promesse, surtout si cette dernière avait été faite à un espion.
Peut-être bénéficiait-il d’un avantage à avoir été son amant ?

En y réfléchissant elle venait peut-être de là son erreur, d’avoir fait trop de zèle en voulant passer un peu de bon temps avec Kôyô Ozaki et surement d’avoir baisser sa garde auprès d’elle, bien qu’il avait beau essayé de trouver l’origine de son erreur, il ne parvenait pas à la trouver.
Cela ne pouvait pas venir de sa technique d’envoie d’informations, à moins d’être tordus, personne ne pourrait penser à un tel procédé. Il y avait peu de chance pour que cela puisse venir d’une négligence lors d’une prise d’informations, il n’était pas du genre à se mettre à se faufiler pour espionner, il était plutôt expert dans l’écoute et ainsi prendre les informations de façon indirecte sans avoir à se cacher. Comment était-elle parvenue à découvrir ce secret ?

- Ahahahahah ! Je vois … j’ai donc fait cette erreur …

Madoka se mis alors à rire, si il avait fait une erreur c’était sans doute celle-ci. Laisser Kôyô rentrer chez lui. Combien de fois avait-il pu, guider par ses pulsions, invité sa chef sans même penser à s’assurer que tout soit rangé, de dissimuler ses messages codés à l’intensions des services ; peut-être que la curiosité de la jeune femme s’était réveillé au sortant du lit et en se promenant dans son appartement.
Rien n’assurait qu’il s’agissait bel et bien de ce qui l’avait trahit, pourtant il n’y voyait que unique raison, et s’en trouva quelque peu ridicule.

L’agent repris ses esprits, et se releva lentement pour faire face à son “bourreau”.

- Que puis-je ajouter de plus à ce que je t’ai déjà dit ? J’étais chargé de trouver et d’envoyer les informations relatives aux détenteurs faisant partie de la mafia et d’en apprendre plus sur vos techniques d’embauches.

La question n’était pas de savoir s’il en savait plus et qu’il ne voulait pas dévoiler la moindre info, ou au contraire s’il avait déjà dit tout ce qu’il savait. Madoka était entre les deux, il avait bel et bien dit tout ce qu’il savait, mais concernant ce que ferait les services de ces informations, il avait sa petite idée. Le jeune homme avait été recruté pour ça après tout : débusquer, informer, recenser, surveiller et si besoin éliminer les détenteurs de pouvoirs au nom des services.
Beaucoup des membres de la mafia avaient déjà été recenser, leurs noms et leurs capacités étaient déjà connu des services, mais concernant l’étendu de leurs pouvoirs, leurs faiblesses, tout n’était pas encore confiné dans les informations actuelles. Tel était également le travail de Madoka, permettre aux services de connaitre les limites de ces détenteurs pourtant déjà connu dans le département des capacités spéciales.


© Halloween

Revenir en haut Aller en bas
La nuit apporte les rêves mais l'aube ramène la réalité [PV Madoka - En cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» 4 mois - propre la nuit mais pas le jour plus régression
» femelle qui pond mais ne couve pas la nuit
» Que fait votre chiot pendant la nuit?
» Tourterelle bléssée sauver mais ne vole plus se déplace ???
» il m'apporte son jouet toute la journee

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama :: La Mafia Portuaire :: Logements de la mafia-
Sauter vers: