Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Mori

Admin

John

Admin


 :: Yokohama - Port :: La Mafia Portuaire :: Logements de la mafia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FLASHBACK] Il y a un début à tout. (PV. Mori)

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 72
Pages : 327
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Jan - 16:09
Autant en faire part maintenant
La jeune femme regarda la petite s’éloigner, et suite à ça, semblait se détendre un peu plus, ses muscles se relâchèrent légèrement, mais c’était visible à l’œil nu. Elle n’aimait pas vraiment les personnes tactiles ou qui piétinaient trop près de son cercle vital, du moins à l’époque c’était beaucoup plus prononcé que maintenant, surtout quand elle venait d’entrer à la mafia. Elle se méfiait de tout le monde, et pensait que tout le monde se méfiait d’elle, elle n’avait confiance en personne, ou du moins ne l’attribuait que très peu. En même temps, cela peut se comprendre, quand les personnes auxquelles l’on a le plus placé sa confiance vous envoie dans un foyer dès votre plus jeune âge, sans même une part de compréhension. Peut-être que l’on peut appeler cela un traumatisme ? Sans aucun doute, et sa confiance personnelle ainsi que celle dédiée aux autres en était affectée, même si elle restait toujours un peu naïve.

Pratique avait-il dit ? Elle aurait plutôt dit dangereux mais soit. Elle ne voyait pas du tout en quoi ce pouvoir pouvait être pratique, on dirait juste le talent d’un démon comme dans ce fameux film, Paranormal Activity. Mais là n’était pas la question. La nouvelle recrue observait Mori, elle observait ses moindres gestes, et avait vu qu’il avait plissé les yeux à son hésitation, était-il intéressé par ce qu’elle venait de dire ? Apparemment oui, car il avait certainement prévu des choses pour elle, des missions peut-être. Et il semblerait qu’il ait fait une fixette sur la dernière capacité, celle qu’elle avait eu du mal à prononcer.

- Certainement. Et je pense que c’est ce qu’il serait juste de faire, afin de pouvoir mener les missions à bien, quoi que ce serait plus pour des situations d’extrême urgence ?

Même si cela ne me plaît guère, avait-elle alors pensé. Elle n’était pas spécialement adepte des entraînements sévères, mais elle pensait qu’ils étaient nécessaires, contrairement à la possession. Ses capacités « normales » ne suffisaient-elles pas ? Peut-être que le Parrain était juste bienveillant et voulait développer les capacités de ses membres au mieux, pour le bien de la Mafia, mais aussi pour leur bien personnel.

Ah, et il y avait quelque chose qu’elle avait voulu dire à Mori depuis un moment, mais elle n’osait pas et ne savait pas vraiment comment le dire. Elle n’avait pas envie de faire pitié, mais en même temps, elle lui en devait une, même si de base elle avait plus une dette envers son mentor plutôt que lui. A cette époque, elle avait perdu la lueur de ses yeux, ils semblaient vides, quoique légèrement plus lumineux que quand ils l’avaient recueillie. Elle avait juste l’impression d’être un pauvre petit animal abandonné repris par pitié, et elle avait horreur de ça, de faire pitié. Alors qu’elle décroisa mains et jambes, elle se rapprocha du bord de son fauteuil, légèrement, mais elle se devait de lui dire, même si elle avait peur d’être maladroite dans ses paroles.

- Boss, je tenais également à vous remercier d’avoir donné suite à la demande de Dazai, je ne savais pas si j’aurais eu une occasion de vous le dire, mais cette convocation est bien tombée, je pense que nous avions pas mal de choses à nous dire.

Elle se trouva alors un peu trop rude et autoritaire avec le ton de la voix qu’elle venait d’employé, même si ce n’était pas le cas du tout, alors elle l’adoucit un peu plus.

- Sans vouloir vous offenser bien sûr… Et c’est pour cela que je donnerai le meilleur de moi-même à votre organisation, vous pouvez compter sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 174
Pages : 480
Date d'inscription : 12/06/2017
Age : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Jan - 13:42




Nouvelle RecrueFaut bien avouer que ton cas est extrêmement intéressant. En même temps si ce n'était pas le cas, tu ne serais certainement pas là.
Ton regard s’était à nouveau porté sur Elise. Sans pour autant abandonner tout intérêt pour Namboku. Après tout, elle était le sujet principal de cette entrevue. Mais ce n’était pas non plus une raison pour totalement délaisser la blonde, qui semblait un peu déçue de ne pas voir ce vase finir par terre. Il n’y avait peut-être même aucune raison pour la délaisser ne serait-ce qu’un instant. Et elle était retournée à son ancienne place, sans oublier sa part de gâteau. Enfin. Tu avais d’ores et déjà quelques idées pour lui remonter le moral, mais tant que ça n’avait pas encore l’air trop critique, tu finirais d’abord ce que tu avais commencé. Et puis, elle semblait t’observer autant que tu le faisais. Parfaitement compréhensible, cela démontrait aussi qu’elle n’était pas stupide, c’était plutôt positif. Même très positif.

« ▬ Au moins, nous sommes sur la même longueur d’ondes. »

Même si tu ne l’avais absolument pas fait ressentir dans le ton, C’était ironique. Que vous le soyez ou non, si elle n’était pas d’accord sur un quelconque point qui pourtant aiderait au bien de la Mafia, tu n’allais pas prendre ne serait-ce que deux secondes, pour hésiter. Ca ne servirait autant à rien de perdre du temps que de lui faire croire que c’était intéressant, et qu’il y avait une chance pour son idée.

« ▬ D’extrême urgence, ou d’extrême importance. Enfin, de toute manière, ce ne sera pas avant que l’on soit certain de votre maîtrise. »

Attendre valait mieux que de se précipiter vers l’inconnu et se jeter la tête la première n’importe où n’importe comment. Ce n’était pas non plus comme si elle était votre seul atout, heureusement. Sinon vous ne seriez pas bien loin. Pas existant du tout en fait. Et ce serait plutôt fâcheux, il fallait bien l’admettre.

Des remerciements ? C’était plutôt étonnant. Très étonnant. On en entendait pas tous les jours, c’était sûr. Mais ça ne faisait pas de mal. A personne. Tu avais un peu plus souris. Tant mieux si ça lui allait. En même temps, tu remarquais bien que refuser aurait été passer à côté de quelque chose d’intéressant. Et utile aussi.

« ▬ Tout le plaisir est pour moi. Voir quelqu’un de motivé est plus qu’agréable, je vous remercie de votre dévotion pour l’organisation. Mais vous n’avez pas besoin de vous excuser, vous auriez des remarques spéciales à émettre ? »

Peut-être que c’était ce qu’elle avait voulu faire comprendre en disant que vous aviez pas mal de choses à vous dire. Et tu ne t’étais pas encore lassée de l’écouter, non alors autant ne pas la renvoyer sans avoir le cœur net.

©️ 2981 12289 0


_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Pages : 327
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Fév - 0:59
Essayer d'avoir l'air crédible
La jeune femme écoutait attentivement ce que disais le Parrain, ça c’est sûr, elle ne faisait pas que de l’observer, elle faisait attention à l’intonation de sa voix, et avait décelé quelque chose d’étrange. Il avait pris un ton ironique là non ? C’était très faible, et peut-être improbable, mais elle en était quasi-sûre. Sûrement que le fait d’être ici, à la Mafia, dans le bureau de Mori, signifiait qu’elle n’allait pas avoir d’autres choix que d’obéir et de « donner » de son pouvoir et de sa loyauté.

Alors qu’elle détournait légèrement le regard, réfléchissant à ce qu’elle pourrait faire comme remarque, vu qu’il lui avait posé la question, elle observait Elise qui fixait Mori, elle était mignonne, il n’y a pas de doutes là-dessus. Ses longs cheveux blonds et ondulés allaient parfaitement avec la petite robe qu’elle portait. Elle semblait bien éduquée, mais son caractère était clairement le contraire, elle avait l’air espiègle. Ah, elle aurait tellement eu envie de jouer avec elle à dessiner avec des pastels. Oups là, ça fait tout de même un moment qu’elle fixait Elise, ça allait sembler bizarre, de la part de la jeune fille, mais aussi du Parrain. Heureusement pour elle, elle avait entendu ce qu’il avait dit.

- Oh euh … Non, pas spécialement boss. Je pensais justement que c’est vous qui vouliez me voir pour faire ces remarques spéciales.

A vrai dire, elle se sentait un peu bête, car le « nous avions pas mal de choses à nous dire » était plutôt un « vous », elle s’était mal exprimée, elle était simplement venue là pour le remercier et écouter ce qu’il aurait à lui dire. Tsuraya n’allait pas venir profiter de la convocation pour faire quelconques remarques, surtout négatives, elle tenait à sa peau tout de même, elle allait simplement se contenter de l’écouter et de l’observer, même si maintenant cela se résumait à jeter des regards à la pièce, à Yokohama que l’on pouvait voir par la grande baie vitrée et Elise. Elle commençait à être distraite par la petite et cela ne lui plaisait pas trop. Elle n’était pas là pour jouer avec elle ou faire connaissance, mais parce que le Parrain l’avait convoquée pour parler, ce n’est pas tous les jours et elle n’avait pas envie de faire mauvaise impression dès sa première venue dans la tanière de celui-ci.

C’est pour cela qu’elle redirigeait son regard vers Mori et le fixait intensément, peut-être un peu trop d’ailleurs, on aurait dit une psychopathe. Mais elle ne le voulait pas, elle voulait simplement essayer de se reconcentrer sur son interlocuteur. Elle continua alors, tentant de relancer une conversation avant que cela ne devienne gênant.

- Être parrain est-ce que c’est comme être père de beaucoup d’enfants ?

Bon, cette question était peut-être un peu bizarre aussi, mais tant qu’à faire. Elle n’était plus à ça près, et peut-être que lui non plus ne savait plus quoi dire qui sait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 174
Pages : 480
Date d'inscription : 12/06/2017
Age : 24
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 17:21




Nouvelle RecrueFaut bien avouer que ton cas est extrêmement intéressant. En même temps si ce n'était pas le cas, tu ne serais certainement pas là.
Tu devais bien admettre que ce n’était pas toujours aussi intéressant que de recevoir les nouvelles recrues. Toutes ne passaient pas par ton bureau. Parce que parfois, il t’arrivait de te bouger jusque là, pour aller voir comment ils se débrouillaient en entraînement. Puis leur poser des questions si jamais ils semblaient un tant soit peu intéressant. Ce qui n’était pas toujours le cas, tu devais bien l’admettre. Mais ça ne servait à rien de le leur dire. Ca n’avancerait à rien et ça n’arrangerait strictement personne.

« ▬ Oh, pas spécialement pour le moment. Mais ne vous inquiétez pas vous serez bien vite au courant si jamais c’est le cas. »

Mais ça risquait de ne pas être si joyeux que ça. Toutes les personnes qui mettaient le pied ici n’était pas aussi bien reçues. Oh. Tu restais poli, tu étais toujours poli d’ailleurs. Mais ce n’était pas ça qui t’empêchait de faire quoique ce soit, de décider quoique ce soit de peut-être fatal pour eux. Grandement ou non. Tu ne pouvais pas dire que tu espérais ou non que ce soit son cas. A vrai dire tu ne t’attachais pas aux gens. Très rarement. Mais tu ne le démontrais pas spécialement non plus. Pourquoi le crier sur tous les toits. D’ailleurs Elise pouvait même paraître engageante de temps à autre. Elle venait de se lever, son dessin à la main, avant de se diriger vers la jeune femme, et de le lui tendre avec un sourire.

Ceci dit, sa question te surpris, te faisant arquer à nouveau un sourcil. Un coin de tes lèvres avait tressailli d’ailleurs. Tu en aurais presque ri, mais de manière franche cette fois-ci.On ne te l’avait jamais faite d’ailleurs.

« ▬ Et bien, je n’y ai jamais vraiment pensé de cette manière, mais on peut dire que o-»

Tu étais rarement coupé dans tes phrases. Mais on avait toqué à la porte. Tu avais relevé la tête et fixé le nouveau venu. Un des gardes de devant la porte. On t’annonçait qu’il y avait quelqu’un d’autre pour toi. Ah. Avec tout !a, tu l’avais oublié. Tu te relèves alors, t’inclinant légèrement face à elle.

« ▬ Vous me voyez désolé, je n’ai pas pour habitude de chasser les gens. »

©️ 2981 12289 0


_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Pages : 327
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Avr - 18:27
Le commencement
Tsuraya n’était pas dupe. Elle savait très bien comment cela se passerait si le boss convoquait dans son bureau simplement pour faire une remarque « spéciale », cela ne serait pas très gai et les chances de survies seraient sûrement réduites. Ou même les chances de rester parmi les leurs, à la mafia.

Elle avait envie de lui faire confiance, au Parrain, mais elle ne pouvait tout simplement pas pour le moment, cela prendrait du temps. Elle ne savait plus en qui ou quoi faire confiance en ce moment à par soi-même, beaucoup trop d’évènements se sont passés. Il devait sûrement être au courant du massacre que son pouvoir avait fait au foyer il y a de cela quelques semaines, et c’est peut-être ceci qui l’avait incité à dire oui, mais cela, elle ne pouvait pas savoir, elle ne pouvait pas se mettre à sa place.

Et alors qu’elle restait silencieuse, continuant de regarder le Parrain, quelque chose ou plutôt quelqu’un l’interpella, la petite fille qui dessinait s’était levée et approchée, une fois encore, pour lui tendre une feuille de papier, ou plutôt un dessin. La jeune femme attrapa le dessin et l’observa un moment : Il y était dessiné la petite fille, qui apparemment s’appelle Elise, Tsuraya, qui s’appelait toi. Les deux se tenaient la main et un verre volait, sûrement celui de tout à l’heure. Le vase qu’elle voulait faire tomber par terre, dans le dessin, il était bien tombé. Quant à Mori .. Elle eût presque envie de rire intérieurement, cela ne se voyait pas sur son visage mais .. Cette scène était drôle. Le Parrain serrait la main à une part de gâteau. C’était … irréel, mais drôle. Elle avait de l’avenir cette petite, c’était certain.

Tsuraya se tourna alors vers Elise et commença à approcher sa main de la fillette, sûrement pour lui caresser la tête en signe de remerciement, mais se retint finalement, elle n’avait peut-être pas le droit de toucher à la blonde, et elle n’avait pas envie de lui faire de mal au cas où son pouvoir s’activerait d’un seul coup sans prévenir. Elle fit juste alors ce qui semblait être un sourire.

- Merci.

Les yeux de la jeune femme étaient emplis de surprise et en même temps de .. joie ? Elle semblait contente que la petite lui ai donné quelque chose, à vrai dire elle avait été prise de court.
Elle plia le fameux dessin qu’elle rangea dans sa poche de pantalon, et écouta attentivement le boss, comprenant que sa réponse était un oui, avant qu’ils ne se fassent interrompre par l’un des gardes. Tsuraya se releva alors, et s’inclina légèrement, envers Mori, et Elise aussi.

- C’est déjà un honneur que vous ayez pu me recevoir, boss.

Elle tourna donc les talons, gardant toujours cette expression neutre sur le visage. En passant le pas de la porte, elle croisa juste un autre membre terrorisé de rentrer dans le bureau, et était empoigné de deux autres hommes. Elle préféra en faire abstraction, et continuer sur cette voie et cette nouvelle vie que lui a offert la Mafia. Qui sait, peut-être se reverront-ils dans d’autres circonstances ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama - Port :: La Mafia Portuaire :: Logements de la mafia-
Sauter vers: