AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 :: Yokohama - Port :: Le port :: Zelda, le bateau de Fitzgerald Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Perfect fashion for a perfect lady •• Kôyô/Faulkner

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 136
Pages : 314
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 1:44
beauty is all that matters, right?
la plus belle femme de toutes
qu'il a envie de répondre, Faulkner
Mais
il a bien senti
qu'il ne valait mieux pas s'aventurer sur ce terrain-là
ahem
"c'est bien le problème des Américains, je le reconnais. Si égocentriques…"
(et il sait bien
qu'il en fait partie) "j'espère que leurs manières ne t'importunent pas trop…" (parce que moi si)(cherchez l'erreur)

enfin Bref
"excuse-moi"
Faulkner se tient à l'écart Il se sent
presque menacé par son invitée (et rien, non rien ne l'incite
à désobéir)
invitée qu'il respecte (ce qui est bien rare mais
dès le début il a su
qu'elle serait spéciale)
et qu'il contemple.

Pourquoi se refuser à une si belle vue qui lui est offerte alors qu'elle aurait pu lui demander de sortir, de fermer les yeux ?
Ozaki-san se présente de face (et Faulkner sourit)
dévoile un corps tout à fait plaisant
tout à fait désirable
tout simplement très beau.
Faulkner voit aussi une cicatrice et
un tatouage (à quoi m'attendais-je de la part d'une mafieuse ?)
Mais la contemplation se termine bien trop vite
(ce qui est pour le mieux quant on connaît
la Suite)

il acquiesce et sort tous les accessoires qu'il faut de son tiroir
"évidemment, Ozaki-san. j'ai tout ce qu'il faut", sourit-il calmement
(même s'il est joueur, Faulkner)
délicatement il manipule
le tissu
Comme s'il avait fait ça toute sa vie
le déroule, l'enroule à nouveau
le fait glisser contre ce gracieux corps de femme.
Bien Sûr qu'au passage il profite un peu
(il frôle, il apprécie les courbes, les détails de cette beauté
se permet le contact qu'elle-même avait osé
avec finesse avec
délectation) "bien que je n'en aie jamais douté, tu avais raison à propos de cette couleur", dit-il
simplement
alors qu'il manipule la ceinture.
(il écarte quelques mèches roses
qui auraient risqué de se prendre dedans
et quelle belle chevelure !)

Il n'en faut pas plus
pour satisfaire Faulkner.
code by Kono
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Messages : 334
Pages : 767
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Avr - 8:40
Kôyô a un petit sourire en coin. Oh. Essaierait-il de faire celui qui approuve chacun de ses éternuements pour se faire bien voir? Elle ne pouvait le dire encore mais cette idée restait dans un coin de son esprit.

- Peu importe leurs manières ou leurs défauts. Leur plus grande qualité me fait tout oublier: ils ne resteront pas.

Cette alliance menée à terme, une fois avec le chaton de gouttière dans leurs cales, ils partiront et Kôyô aurait beaucoup de choses dont il faudrait s'occuper.
En attendant la jeune femme se laisse faire. Après tout, se faire habiller de la sorte est une occasion rare. Il fallait qu'elle estime quelqu'un un minimum pour le laisser toucher ses kimonos et les lui mettre, tous ne sachant pas forcément quelle démarche suivre. Mais aujourd'hui, il ne s'agissait pas de ses étoffes, mais de celles d'un autre, alors elle ne dirait rien. Enfin... en dehors des taquineries bien sûr.

- Gestes précis, aucun pli... aurait-on donc l'habitude à ce point d'habiller les autres?

En d'autres termes: suis-je la première à être habillée ou d'autres ont-elles/ils déjà eu ce privilège? Après tout, il était arrivé à Kôyô de laisser certains de ses amants la rhabiller aussi (enfin, ce qu'ils savaient faire), peut-être que ce jeune homme faisait de même? Il ne semblait pas du tout du genre timide malgré ses airs intimidés, nul doute que son côté américain le rendait beaucoup moins prude que les Japonais du même âge.

- Que suggères-tu pour les cheveux?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 136
Pages : 314
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mai - 10:47
beauty is all that matters, right?
Faulkner ne doute pas
qu'Ozaki-san comprend parfaitement son petit
jeu
Mais n'est-ce pas
ce qui le rend si appréciable ?
il l'écoute juste
parler (pendant qu'il termine)
c'est dingue même sa voix est superbe

et D'ailleurs ses mots résonnent un peu trop
amèrement
dans les oreilles du brun (Ah qu'est-ce que j'aimerais bien partir moi aussi
rester au Japon
me débarrasser de ces rustres)
(C'est qu'il n'aime pas beaucoup de monde
dans cette fichue Guilde
je suis certain que je me plairais mieux ailleurs Mais encore Faut-il trouver
un travail
énorme blague)

c'est un rire amusé qui s'échappe de ses lèvres
après cette remarque de la rousse
"eh bien, c'est possible… même si le kimono est particulièrement spécial, tu n'es pas la première~"
qu'il répond, joueur
À quoi bon lui cacher ce genre de choses ?
c'est que Faulkner
même s'il n'a pas spécialement envie de parler
de lui (qui l'eût cru)
est content qu'elle s'intéresse
(Il en faut peu… Comme dit la comptine)

Ayant terminé
avec le tissu
il la regarde quelques instants
Et il n'est pas déçu (pas le moins du monde)
mais Elle a raison Ozaki-san
il reste
ses jolis cheveux
Il s'écarte un instant pour regarder et réfléchir
"Tu disais vouloir les garder détachés ?"
hmmmmmm
Déjà
ça limite les choses à faire (même si on ne va pas les laisser comme ça)
"on peut les onduler pour donner plus de volume, ou en tresser certains…"
c'est qu'il semble réfléchir à voix haute
et dans tous les cas il a
ce qu'il faut pour faire
À peu près n'importe quoi

"j'ai des accessoires aussi, bien sûr…"
et il en sort quelques uns d'un autre tiroir
Ils sont de bonne facture (des fleurs principalement,
des perles et des plumes
autant dire qu'il y a du choix)
"est-ce que tu as des préférences ? ou j'ai le champ libre ?", sourit-il malicieusement
code by Kono
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Messages : 334
Pages : 767
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Mai - 12:28
Ce tissu sur sa peau était une vraie merveille. Cela ne faisait pas si longtemps qu'elle avait dû laisser tomber ses vêtements traditionnels mais ils manquaient déjà à l'ex-cadre. Il y avait un maintien, une élégance qu'elle avait plus de mal à retrouver dans les vêtements occidentaux.
Kôyô se permit de s'observer dans un miroir, admirant les motifs et les couleurs en contraste avec sa peau et ses couleurs habituelles. Ce jeune homme avait bon goût en effet, autrement elle ne se serait pas intéressée à lui remarquez.

La jeune femme le laissa alors réfléchir sur une solution pour ses cheveux. Elle les aime bien détachés mais il a peut-être une idée intéressante. Autant pousser le caprice jusqu'au bout.
Une moue vint d'ailleurs tordre légèrement ses lèvres lorsqu'il proposa son idée.

- Non, pas d'ondulations. Je ressemblerai sinon à ces jeunes qui essaient de se faire passer pour des personnages inexistants aux looks improbables. C'est sans doute bien pour eux, mais pas pour moi.

Et puis quoi encore? Des mèches vertes? Non, ses cheveux étant naturellement assez raides, les onduler irait à l'encontre de ce que la nature avait prévu pour elle, alors qu'il fallait justement sublimer ce qu'elle avait donné... Et Kôyô pensait par moments que celle-ci avait été quand même généreuse avec elle.

- Allons-y pour les accessoires.

Pourquoi pas? Elle en portait d'habitude, enfin avant, voyons ce qu'il allait proposer pour correspondre au kimono et à ses cheveux en même temps.
La japonaise prit alors délicatement place dans un fauteuil, sourire au coin, attendant que son styliste personnel passe au travail.

- Surprends-moi.

Ses mains passèrent dans ses cheveux, les plaçant sur le côté afin de dévoiler sa nuque blanche mise à nue par le placement du kimono. Pour les Japonais, cette zone était assez érotique. Cela dit pour Kôyô, cela reflétait avant tout l'anticipation. Elle avait toujours préféré les amants qui avaient su "préparer l'acte" et une main qui glissait délicatement le long de la nuque pour passer le long du cou avant de, peut-être, se glisser sous le tissu pour caresser ses formes féminines était d'une sensualité délectable.
Ce cher William et elle n'étaient pas dans cette situation mais pour le jeu, pourquoi ne pas faire "comme si"?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama - Port :: Le port :: Zelda, le bateau de Fitzgerald-
Sauter vers: