Forum RPG sur l'univers de BSD !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Yokohama :: Commerces :: Café-Librairie d'Aika Futari Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Entretien d'embauche [PV : Aika Futari]

avatar
Messages : 8
Pages : 38
Date d'inscription : 22/03/2017
Age : 18
Localisation : Quelque part.
Mar 28 Mar - 22:22


« Entretien d'embauche. »

“Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même.”


Antoine ne vivait pas dans le luxe, loin de là. Il louait un petit studio dans la banlieue de Yokohama. Le loyer était plutôt modique, tout comme l'était le logement. Electricité et eau chaude limitées, voire absentes. Murs décrépis, sols poussiéreux, carrelages brisés ... Heureusement, et le jeune français connaissait sa chance, il n'y avait pas d'insectes ou de rats nuisibles. C'était rassurant et surtout, cela lui permettait de coucher à même le sol sur un matelas acheté d'occasion.

Même si Antoine se plaisait relativement dans cette vie assez austère, il savait que cela ne pourrait pas durer plus longtemps. Il avait besoin de trouver un emploi stable et un salaire régulier. Les petits jobs qu'il effectuait au gré de l'offre du marché étaient loin de satisfaire tous ses besoins : acheté de la nourriture pour le mois relevait du parcours du combattant. Il était obligé de faire ses comptes régulièrement. Il comprenait enfin ce que pouvait signifier la précarité, lui qui avait grandi dans une famille plutôt aisée sans être riche. Il apprenait les trucs et astuces sur le tas, à force de côtoyer des personnes dans le même cas que lui. La ville de Yokohama n'en manquait pas, de ces pauvres silencieux et invisibles : il suffisait juste de savoir les repérer, et de vouloir le faire, tout d'abord.

Cependant, la chance semblait sourire au blondinet. La semaine précédente, et depuis déjà quelques longs mois, il s'acharnait à déposer son CV dans tous les commerces de la ville. Pour l'instant, il n'avait reçu que des avis défavorables ou alors, les entretiens qui suivaient l'envoi de ses lettres de motivation étaient souvent infructueux. En bref, l'ancien aviateur commençait sérieusement à désespérer. Mais ce matin-là, il eut une grande en ouvrant son courrier matinal. Un avis favorable l'appelant à un entretien d'embauche! Et le fameux jour était arrivé.

Pour l'occasion, il avait mis ses vêtements les plus décents : un vieux costume noir et une cravate marron, en accord avec ses yeux. Simplicité et banalité semblait de mise pour cet entretien décisif. Le magasin était loin de chez lui. Il n'était même jamais rentré dedans. Et pour cause, il s'agissait d'une librairie : il avait trop peu d'argent pour s'offrir le luxe d'acheter un livre. Pourtant, ce n'était pas l'envie qui lui manquait!

Antoine était loin d'être un grand spécialiste littéraire mais il appréciait la lecture pour ce qu'elle lui apportait : évasion et aventure. C'était un bon moyen de s'occuper pour pas si cher que ça, et un livre pouvait se relire à l'infini! Du coup, la perspective de travailler au milieu des livres l'enthousiasmait assez. Il espérait juste avoir les compétences requises.

Après avoir tenté de discipliner sa chevelure blonde, il prit ses clefs et sortit en hâte de la petite pièce meublée. Il se rendit à la librairie, au centre ville de Yokohama, grâce aux transports en commun et lorsqu'il vit l'enseigne, il s'en approcha, anxieux. Le moment était arrivé. Il prit son courage à deux mains, souffle un bon coup et ouvrit la porte. Quelle ne fut pas sa surprise en se rendant compte que ce n'était pas tout à fait une librairie ... mais aussi un café! Dans sa distraction liée à son inquiétude, il n'avait même pas lu le nom de l'enseigne et le besoin urgent et nécessaire d'un emploi ne lui avait pas laissé le temps de se renseigner exactement sur l'endroit où il postulait.

Toutes les phrases types qu'il avait imaginé dans sa tête en vue de l'entretien se dissipèrent dans un nuage de confusion. Qu'allait-il dire maintenant? Tous ses plans et prévisions étaient violemment contrecarrés! Il aurait à improviser. Presque avec hésitation il s'avança du comptoir et rassembla le reste de sa motivation et de son courage pour saluer la commerçant qu'il ne prit pas la peine de regarder avec attention, trop préoccupé.

« — Hum ... Bonjour. Je suis Antoine de Saint-Exupéry. J'ai déposé mon CV dernièrement et il y a quelques jours, j'ai reçu une convocation à un entretien d'embauche ... »

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 124
Pages : 483
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 16
Localisation : Là où tu n'es pas.
Mer 29 Mar - 22:24
Aika Futari
Antoine de Saint-Exupéry
Entretien d'embauche.
Aika se levait chaque jours très tôt pour gérer son café-librairie auquel elle tenait énormément. En effet, un rêve d'enfance qui se réalise, ce n'est pas tous les jours que cela se produit. C'est pourquoi la jeune fille se leva une nouvelle fois très tôt et se prépara pour se rendre au travail. Son petit appartement ne se trouvant pas très loin de son magasin lui permettait de se lever le plus tard possible tout en étant à l'heure. Elle était consciente de la chance qu'elle avait, mais ce n'était pas pour autant qu'elle se reposait dessus. La rouquine préférait même parfois se lever une bonne heure à l'avance pour que son café-librairie soit ouvert le plus tôt possible. C'est ce qu'elle avait d'ailleurs décidé aujourd'hui. Effectivement, il y a peu de temps, elle avait fait plusieurs demandes de salariés car elle n'arrivait plus à gérer correctement sa boutique. Et quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle reçu une candidature de la part d'un étranger à la consonance très française ! Ce dernier avait d'ailleurs rendez-vous dans peu de temps pour un entretien d'embauche avec la jeune demoiselle qui semblait très anxieuse au fur et à mesure que le temps passait. Mais il fallait la comprendre. Après tout, c'était son premier candidat et elle ne voulait en aucun cas le laisser fuir. Elle avait besoin d'aide, elle le savait pertinemment.

Aika parcourait les grandes rues de Yokohama, le pas pressé et quelque peu hésitant. Elle ne prenait même pas le temps de regarder autour d'elle. Elle n'avait qu'un but en tête : être le plus rapidement possible dans sa boutique. Elle s'y sentait tellement bien qu'il était parfois compliqué de devoir quitter cette librairie le soir. La jeune fille appréciait tellement l'atmosphère qui s'y dégageait, les livres et surtout les rencontres qu'elle y faisait qu'elle ne souhaitait plus rentrer chez elle. C'était un sentiment qu'elle n'avait jamais eu auparavant, et elle souhaitait le garder le plus longtemps possible.

Lorsque la rouquine arriva à bon port, elle était tellement stressée qu'elle eu beaucoup de mal à ouvrir la porte. Après être rentrée dans l'enceinte de la boutique, elle commença par un rapide tour des lieux, puis, remarquant que rien n'avait changé depuis la veille, se dirigea vers l'espace privé qui se trouvait en bas d'un petit escalier en colimaçon. Elle y déposa soigneusement son sac en bandoulière et son long manteau rouge, laissant apparaître un petit pull en laine couleur crème, ainsi qu'un jean bleu légèrement troué au niveau des genoux. Elle réajusta à la perfection ses vêtement, soupira un bon coup, puis remonta d'un pas décidé vers les rayons où étaient rangés toutes sorte de livres. Il pouvait s'agir de livres-documentaires, comme de romans ou encore des journaux répertoriant les nouveautés du Japon. Après avoir vérifié qu'aucun exemplaire ne manquait, elle nettoya la fine poussière qui s'était déposée sur les bouquins durant la nuit. Elle passa également un rapide coup de balais, puis se rendit ensuite vers la partie destinée à la consommation de boisson. Cette dernière était rangée dans un ordre bien précis : en premier, les boissons non gazeuses et gazeuses, suivit ensuite par toute sorte de cafés, puis enfin par les boissons alcoolisées. Tout semblait en place, alors la jeune fille se rendit dehors et tourna la petite pancarte accrochée sur le devant de la porte, de sorte à ce que l'on puisse distinguer facilement le mot "Open".

Après l'arrivée de quelques clients, Aika regarda rapidement sa montre. C'était bientôt l'heure tant attendue. "Il" allait arrivé, et ce dans les minutes qui suivent. Soudain, un bruit de clochette venant de la porte se fit entendre. Des bruits de pas se dirigeant vers le comptoir, et la respiration de la rouquine se stoppa net.

« — Hum ... Bonjour. Je suis Antoine de Saint-Exupéry. J'ai déposé mon CV dernièrement et il y a quelques jours, j'ai reçu une convocation à un entretien d'embauche ... »

La jeune fille sursauta. Elle leva lentement sa tête vers l'inconnu, et ne réussis qu'à distinguer une courte chevelure blonde avant de baisser presque instinctivement sa tête vers ses pieds. Elle pouvait se montrer assez maladroite lorsqu'elle était stressée et elle en était hélas bien consciente. Elle soupira un bon coup, puis posa ses yeux dans ceux de l'étranger, d'un air bien décidé. Quelques secondes passèrent avant qu'Aika ne reprenne ses esprits. Elle était en face d'un jeune français aux yeux chocolatés et à la peau claire, dont les vêtements avait été choisis pour une occasion très précise. Le jeune homme semblait également nerveux car ce dernier n'avait même pas pris la peine de regarder attentivement la rouquine.

« - B... Bonjour. Je suis ravie de vous rencontrée. Je suis Aika Futari, je dirige cette boutique. Bon, et bien, si vous voulez bien me suivre... »

La jeune fille plaça une petite sonnette sur le comptoir, accompagnée d'un mot où il était écrit : "Veuillez sonner si vous avez besoin d'un quelque-conque renseignement" suivit d'un petit smiley. La plupart des clients présents ce matin étaient des habitués en qui elle avait confiance et elle pouvait donc se permettre d'abandonner son poste quelques instants. Elle se dirigea vers l'escalier menant à l'espace privé et fit signe à l'étranger de la suivre. Arrivée au sous-sol, elle ouvrit la porte qui menait à son bureau, puis invita le jeune homme à s'asseoir. Elle tria rapidement les quelques dossiers présents sur la table qui séparait les deux chaises, puis ébaucha un sourire discret.

« Bien, alors si tout est prêt, on va commencer ! Elle marqua un temps de pause, puis reprit. Déjà, comment avez vous connu l'existence de cette boutique ? »
   
Codage par Libella sur Graphiorum


_________________

Merci Koyo-chan pour l'avatar ! ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Pages : 38
Date d'inscription : 22/03/2017
Age : 18
Localisation : Quelque part.
Jeu 6 Avr - 21:31


« Entretien d'embauche. »

“Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même.”


L'interlocutrice d'Antoine semblait aussi inquiète que lui et cela le rassurait, pensait-il en se sentant un peu coupable. Cependant, au contraire de lui, la jeune femme rousse qu'il dominait de quelques centimètres à peine sembla retrouver son courage et fixa de ses yeux marrons le jeune français qui mit toute la peine du monde à ne pas se dandiner de gêne devant elle. Pour tenter de détendre l'atsmophère, il essaya de chercher chez son vis-à-vis un point en commun ou un trait physique qui pourrait un peu le distraire de ce regard insistant. Il remarqua avec un amusement un peu forcé qu'elle avait la même couleur d'yeux qu'elle même s'ils n'avaient pas les mêmes nuances. Premier point. Respire Antoine, tout va bien se passer, ce n'est qu'un entretien d'embauche de toute manière. Bon, d'accord, ça te permettra certainement de manger à ta faim tous les jours et de te trouver un logement moins miteux si tu as cet emploi, mais si tu rates l'occasion, qu'as-tu à perdre réellement?

« — B... Bonjour. Je suis ravie de vous rencontrée. Je suis Aika Futari, je dirige cette boutique. Bon, et bien, si vous voulez bien me suivre... »

Antoine hocha la tête un peu distraitement en regard la jeune libraire s'afférer à déposer une sonnette et un petit message à destination des éventuels clients sur le comptoir de la boutique. Il remarqua qu'elle était assez confiante pour laisser son magasin sans réelle surveillance mais il n'y fit pas vraiment attention : il n'était clairement pas là pour juger. Il voulait juste décrocher un job. Peut-être que si elle l'embauchait, il pourrait faire la surveillance à sa place, justement. Pour l'instant, il se contentait de suivre sa, il l'espérait, future patronne dans l'espace privé qui se trouvait au sous-sol de l'enseigne. Il prit place sur l'une des deux chaises de ce qui semblait être le bureau de la dénommée Aika et croisa ses mains pour se donner un peu de courage dans un tic involontaire mais quelque peu efficace. Finalement, il adressa un sourire maladroite en réponse à celui que lui lança la rouquine.

« — Bien, alors si tout est prêt, on va commencer ! Déjà, comment avez vous connu l'existence de cette boutique ? »

Bam. Une question piège pour commencer. Antoine se mit à paniquer sérieusement. Devait-il lui dire la vérité en lui avouant en fait qu'il ne connaissait absolument pas l'existence de ce café-librairie avant de découvrir la petite annonce de recrutement que sa gérante avait communiquée? Ou devait-il mentir en inventant une quelconque anecdote justifiant de sa présence ne ces lieux? Le français était totalement désemparé mais il tenta de toutes ses forces de contenir son embarras à l'intérieur de lui-même, faisant bien attention de ne rien laisser transparaître sur son visage toujours souriant. Finalement, au bout de quelques efforts autant que de quelques secondes, il réussit à répondre à la question en se redressant un peu sur sa chaise comme pour se donner de l'élan.

« — Très sincèrement, je suis arrivé à Yokohama il y a peu de temps et je n'avais jamais eu l'occasion de visiter votre boutique. J'ai donc découvert son existence par le biais de l'annonce que vous avez publié et qui m'amène aujourd'hui. » dit-il en s'efforçant de masquer son fort accent français.
Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 124
Pages : 483
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 16
Localisation : Là où tu n'es pas.
Lun 24 Avr - 23:00
Aika Futari
Antoine de Saint-Exupéry
Entretien d’embauche
Aika semblait plutôt gênée à la suite de sa question. En effet, après l'avoir posée, son interlocuteur commença à paniquer et à se dandiner nerveusement sur la chaise qui grinçait au rythme de ses mouvements. La gérante regarda dans les yeux le Français dont le visage paraissait soudainement livide, tel une personne venant de voir un fantôme. Aurait-il mieux fallu que cette question ne soit pas posée ? En tout cas, Aika attendait tout de même une réponse de la part de son, peut-être, futur employé.

« — Très sincèrement, je suis arrivé à Yokohama il y a peu de temps et je n'avais jamais eu l'occasion de visiter votre boutique. J'ai donc découvert son existence par le biais de l'annonce que vous avez publié et qui m'amène aujourd'hui. »

La rouquine semblait surprise. Le japonais d'Antoine était pratiquement parfait malgré un léger accent français et pourtant, il paraissait être arrivé au Japon il y a peu. Est-ce que Yokohama était sa première destination ou le jeune homme avait-il déjà vécu dans d'autres villes de l'archipel ? La jeune femme devenait de plus en plus curieuse et commença également à se trémousser d'impatience sur sa chaise de bureau. Elle le regarda fixement dans les yeux pendant un petit moment, puis repensa à la réponse du blond. Ce dernier ne connaissait pas l'existence de sa boutique jusqu'à l'annonce qu'elle avait publié il y a quelques mois. Ainsi, ses efforts pour tenter de trouver un employer n'avaient pas été vain car la présence du jeune homme en était la preuve. Cela rassura la rouquine qui prenait progressivement confiance au cours de cet entretient. Cependant, elle repensa à la soudaine prise de panique de son interlocuteur. Le fait de ne jamais avoir visité la boutique et de ne l'avoir découvert que via une annonce l'avait-il fait paniquer en pensant qu'Aika n'aurait pas apprécié cela ? Certainement. Mais ce ne fut pas le cas car cette dernière continua avec une nouvelle question, sans vraiment rebondir sur la réponse de l'européen.

« - Très bien. Et depuis combien de temps êtes-vous arrivez au Japon ? »

Cette question lui trottait dans la tête depuis que l'homme avait mentionné le fait qu'il était arrivé à Yokohama tout récemment. Elle voulait en apprendre plus sur lui et ne voulait pas hésiter à poser le maximum de questions. Aika avait toujours été très curieuse et lorsqu'une information était susceptible de l'intéresser, elle faisait tout son possible pour recueillir le moindre détail. Il lui était parfois arrivé de découvrir de drôles de choses, mais également des affaires plus dangereuses à cause de cette curiosité presque maladive. Mais cela ne décourageait pas la petite libraire qui allait au bout de ses recherches malgré les obstacles qui pouvaient lui faire face.

Après quelques secondes de silence, Aika décida de prendre quelques notes sur son interlocuteur. Il était important de bien le connaître, surtout professionnellement, pour savoir quelles tâches il pourrait éventuellement accomplir. Elle ouvrit le deuxième tiroir de son bureau où se trouvait ses documents importants et quelques feuilles sur lesquelles elle pouvait écrire et ainsi stocker par la suite dans un dossier spécial. Elle déposa une feuille simple sur la table, puis pris un stylo où un petit porte-clef en forme de livre pendait. La jeune fille ne prêtait guère attention à l'avis des personnes et vivait sa vie comme bon lui semblait. C'est pourquoi ce petit pendentif sur son stylo ne la gênait pas et, au contraire, faisait plutôt sourire la libraire. Elle commença ainsi à écrire les questions qu'elle posait et les réponses d'Antoine, et attendait calmement que le blondinet lui réponde.
Codage par Libella sur Graphiorum


_________________

Merci Koyo-chan pour l'avatar ! ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 8
Pages : 38
Date d'inscription : 22/03/2017
Age : 18
Localisation : Quelque part.
Jeu 8 Juin - 16:24


« Entretien d'embauche. »

“Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même.”


Il y eut un long temps de silence de la part de la peut-être future employeuse d'Antoine lorsque ce dernier répondit à sa question. Cela ne fit que renforcer l'angoisse du blondinet par rapport à sa réponse et la surprise qui se dessina sur le visage de son vis-à-vis n'arrangeait rien. Cependant, cela ne semblait pas être de la surprise exprimant un certain dégoût ou une déception. C'était plus de la curiosité, selon l'ancien aviateur. Cela le soulagea quelque peu et c'est silencieusement qu'il observa la jeune femme sortir un stylo à pendentif et des feuilles vierges d'un tiroir de son bureau après qu'elle lui eut posée une nouvelle question concernant son arrivée au Japon.

« — Je suis arrivé au Japon il y a environ six mois mais je vis à Yokohama depuis un mois et demi maintenant. »

Antoine avait toujours été d'un naturel très observateur : qualité innée qu'il avait développé dans sa profession d'origine. Il accordait beaucoup d'attention aux petits détails et il avait développé une certaine capacité à mieux connaître les gens grâce à cela. Bien sûr, son jugement n'était pas toujours bon et il lui arrivait souvent de se tromper car le diction qui voulait qu'on ne se fiât pas aux premières apparences était souvent vrai. Cependant, ce petit exercice de déduction lui permettait souvent de canaliser son stress et de se faire une première idée de son interlocuteur. Or, lorsque Madame Futari avait sorti ses feuilles et son stylo, il avait pu déterminer quelques petites choses à son sujet, qu'il espérait être juste. D'abord, ce devait être une personne assez distraite et tête-en-l'air car une autre personne aurait sorti son matériel de notes plus tôt. Cependant, ce ne semblait pas être de la négligence au vu de la propreté et du rangement de son bureau. De plus, le pendentif à la forme originale qui se balançait au bout de son stylo montrait son indépendance mais aussi l'amour de son métier et des livres. Étrangement, cela plaisait beaucoup à Antoine qui depuis plus de six mois, exerçait des petits boulots sans grande conviction ni grand investissement. Alors pouvoir discuter avec une personne passionnée par son travail promettait un peu de lumière dans son monde devenu très basique.

Antoine décida de prendre les devants en donnant quelques détails sur son arrivée en terre nippone. Il ne savait pas si son vis-à-vis allait oser lui poser des questions plus intimes et devant sa curiosité, il s'était résolu à dévoiler quelques détails qui feraient peut-être pencher la balance de son côté : Aika pouvait après tout être à la recherche d'audace. Cependant, l'ancien aviateur ne savait pas exactement quoi révéler sur sa vie et les causes de son arrivée au Japon. Il pouvait parler de son ancien travail mais puisqu'il n'y avait aucun rapport entre piloter un hélicoptère et tenir un café-librairie, il résolut d'exclure cette partie de sa vie. Il pouvait toujours parler de ses visions en faisant croire à une maladie neurologique qui l'avait poussé à rencontrer des spécialistes japonais mais Aika cherchait-elle vraiment un malade comme employé? Finalement, le blondinet finit par se jeter à l'eau, tant pis.

« — J'ai toujours apprécié le Japon : l'un de mes meilleurs amis y est né et j'ai appris la langue pendant plus de cinq ans. Je suis venu ici pour commencer une nouvelle vie. Je connais un peu la littérature japonaise en général et mes expériences professionnelles antérieures m'ont appris à m'adapter facilement. »

Sa réponse lui convenait assez. C'était un mélange subtil qu'Aika ne pourrait pas percevoir clairement mais qui était assez clair, selon Antoine, pour ne pas qu'elle lui demande plus d'informations, ce qui l'obligerait à se dévoiler davantage sans possibilité d'user d'abus de langage. Il ne restait plus qu'à attendre les remarques de son interlocutrice, désormais.

Codage by TAC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 124
Pages : 483
Date d'inscription : 15/01/2017
Age : 16
Localisation : Là où tu n'es pas.
Mer 9 Aoû - 0:14
Aika Futari
Antoine de Saint-Exupéry
Entretien d’embauche
« — Je suis arrivé au Japon il y a environ six mois mais je vis à Yokohama depuis un mois et demi maintenant. »

Ainsi, le blondinet était un nouvel arrivant. Pourtant, son japonais était plutôt bien maîtrisé et les clients n'auront aucun mal à le comprendre. Et puis, avoir un étranger comme employé, cela pouvait être utile. En effet, ce n'était pas tous les jours que l'on croisait des Européens vivant au Japon, alors cela pourrait attirer quelques curieux. Cette idée excitait d'avance la rouquine qui commençait à gribouiller quelques notes sur son carnet. Ce dernier était plutôt rempli de petit dessins, de numéros de téléphones ou encore de choses importantes à ne pas oublier. Pourtant, malgré ce manque de professionnalisme n'enlevait en rien à Aika sa qualité de libraire. Elle pratiquait juste ce métier différemment des autres, en le voyant plutôt comme un jeu ou une expérience dans la vie. Et même si ses notes ne semblaient gères nettes pour une quelconque personne, la rouquine s'y retrouvait étrangement bien. Jamais elle n'avait manqué le moindre appel ou le moindre rendez-vous. Elle espérait que cela allait continuer sur la même lignée.

Aika contemplait l'étranger. Il était de taille moyenne, peut-être même un peu petit pour un étranger. Ou bien elle ne connaissait pas vraiment les mensurations des Français. Elle haussa les épaules. Après tout on ne choisis pas son physique, et elle savait elle même qu'elle était plutôt petite pour son âge. Mais ça ne l'empêchait pas d'avoir du caractère et de parfois réprimander certains clients qui abuseraient un peu trop de sa gentillesse. C'était d'ailleurs un point qu'elle devait vérifier chez Antoine. Il fallait voir s'il pouvait se défendre, s'affirmer, surtout dans cette ville qui regroupait différentes classes sociales. Pour cela, elle devra lui faire passer un petit test, un autre jour peut-être, si elle voit qu'il a les capacités et surtout la passion d'entreprendre le métier de libraire.

« — J'ai toujours apprécié le Japon : l'un de mes meilleurs amis y est né et j'ai appris la langue pendant plus de cinq ans. Je suis venu ici pour commencer une nouvelle vie. Je connais un peu la littérature japonaise en général et mes expériences professionnelles antérieures m'ont appris à m'adapter facilement. »

Cela expliquait sa maîtrise de la langue. S'il l'avait étudier avant, cela montrait son investissement dans la culture nippone, mais également dans sa vie quotidienne. Il n'avait pas l'air d'être quelqu'un se laissant vivre, il semblait plutôt déterminé à concrétiser ses projets. En tout cas, Aika avait cette impression et elle fut plutôt satisfaite par sa réponse. Elle se posa tout de même quelques questions sur l'ami évoqué. Mais après tout, elle ne devait pas se mêler à la vie privée des gens, cela ne la regardait pas et n'allait pas la faire avancer dans son entretient. Elle devait plutôt se focaliser sur sa dernière phrase, concernant la littérature japonaise. Là aussi, elle devra lui poser quelques question plus tard concernant cela, même si en tant que libraire, elle pouvait toujours lui apprendre quelques titres pouvant facilement plaire aux clients. Car avant tout, ce métier reposait sur le conseil, bien qu'elle avait également investi dans un petit coin restauration qui semblait plaire à beaucoup de gens.

Alors qu'elle finissait d'écrire sa phrase, elle se demanda où pouvait loger l'étranger. En effet, il valait mieux éviter pour lui que le voyage soit long et dure, car ce métier était, malgré les apparences, plutôt physique. Servir les clients, retenir les commandes, conseiller les livres, les ranger ou encore nettoyer... Tout ça faisait parti du travail, et il fallait plutôt être en bonne santé pour pouvoir l'exercer au mieux. Elle feuilleta un peu mieux le CV d'Antoine qu'elle avait imprimé la veille, lu et examiné, puis ranger dans son tiroir pour le lendemain. Rien ne déclarait un quelconque problème de santé, sur aucun des papiers envoyés. Une bonne chose déjà. Ce qui l'avait le plus marqué dans son CV, c'était bien son ancien emplois. Pilote, en France. Pourquoi avoir arrêter un si beau métier ? Un traumatisme, ou bien s'était-il tout simplement lassé ? Aika haussa les épaules. Autant y aller par petit bout.

- Je vois ! J'espère que le Japon vous plait encore plus désormais, c'est une autre culture, cela n'a pas dû être facile pour vous au départ. Elle marqua un temps de pause puis continua en souriant : Si vous connaissez un petit peut la littérature, cela me facilitera un peu la tâche. Mais c'est toujours plaisant d'apprendre ou de conseiller aux gens, même aux nouveaux employés ! Cette fois, elle émit un petit rire doux, pour lui montrer que cela n'était pas trop grave s'il n'était pas encore à l'aise dans ce domaine. J'ai vu que vous avez été pilote, vous avez dû vivre de beaux moments, non ?

Elle préféra porter la discussion sur son ancien métier, pour voir comment il en était arrivé là. De plus, il est toujours intéressant de voir quelqu'un parler de sois, on peut y voir des facettes que l'ont ne peut pas forcément apercevoir dans un simple interrogatoire.
Codage par Libella sur Graphiorum


_________________

Merci Koyo-chan pour l'avatar ! ♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Entretien d'embauche [PV : Aika Futari]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Entretien d'embauche au Haras des Fougeres
» Entretien d'embauche
» Faut-il mentir sur son CV en entretien d'embauche ?
» entretien d'embauche
» Entretien d'embauche chez Ikea

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama :: Commerces :: Café-Librairie d'Aika Futari-
Sauter vers: