AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 :: Yokohama - Port :: Le port :: Zelda, le bateau de Fitzgerald Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C'est le jour du bain I Faulky ♥

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 213
Pages : 782
Date d'inscription : 17/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Jan - 21:27
Et pas que de Dolores. ( Référence tmtc)Je sais pas où t'as lu que l'eau ça lavait mais cette information c'est vraiment un peu de la merde, faut revoir ses connaissances, je sais pas??
Un bateau. Un Putain de bateau. Qui avait eu pour idée d’inventer une merde pareille, et encore pire de l’utiliser. Si un Humain n’était pas capable de marcher sur l’eau, et que tout le monde ne sache pas nager, ce n’était pas pour rien. Ce n’était pas pour construire des machins soi-disant flottant dessus. Qui a tout moment risquait de couLER OUI. Ce pourquoi depuis que tu étais arrivé, tu passais la plupart de ton temps en dehors, sur la terre bien ferme. Mais ce n’était pas possible d’y rester tout le temps. Malheureusement. Et dans ces cas-là, tu restais dans ce qu’on t’avait attribué comme chambre. Qui avait tendance à se transformer en dépotoir bien souvent, oui. Mais tu aimais bien vivre là-dedans au fond. Sinon tu rangerais. Et si tu rangeais, et bien deux heures plus tard tu aurais déjà rejeté divers et multiples merdes sur le sol, l’encombrant encooore une fois. Et de toute façon, tu étais le seul à être généralement.

Mais là tout de suite, c’était une autre affaire. On t’avait proposé d’aller prendre un verre. Chose que tu ne refusais absolument jamais. Tu savais bien qu’après quelques verres, tu ne te rendrais plus trop compte que ce gros machin était sur l’eau. Mais il y avait l’aller. Là maintenant tout de suite. Ou tu sentais clairement que ce truc bougeait. Et trop occupé à regarder les murs, à essayer de te concentrer sur eux, tu n’avais absolument pas regardé où tu mettais tes pieds. Et sans que tu ne demandes rien, sans que tu n’aies le temps de dire quoique ce soit, une de tes chaussures apposait une certaine résistance. Pourquoi ça collait maintenant. Aah. C’était affreux. Plus qu’affreux. C’était quoi ça maintenant.

Une étiquette. Une putain d’étiquette là. Qu’est-ce qu’elle foutait sur le sol. Sur ton chemin. De la grosse merde oui. Au début, t’avais essayé de l’enlever en traînant ton pied le plus possible. Mais c’était visiblement inutile. Te pencher pour pouvoir l’enlever ? Mh. Non. Trop fatiguant. Et bien tu vivrais avec en faisant le plus de bruit possible. Ah bah oui. Si tu pouvais au passage faire chier quelques personnes, ça ne serait pas de refus. Mais tu y étais presque. Tu le voyais au loin, William. Et jamais sa silhouette ne t’avait parue aussi divine qu’à cet instant. Tu avais même un peu accéléré le pas.

« ▬ Eeeh, pt’ite saleté, j’sais pas si tu te rends compte de tout le chemin qu’j’ai du faire jusqu’ici, mais ça a duré une éternité. On est où même ? Mon 5654ème sens m’dit que les réserves d’alcool, c’pas par ici. »

A mieux y penser, tu n’avais jamais du venir ici, ou très trèès rarement. Mais il n’y avait pas besoin d’une réserve entière pour avoir ton verre donc bon. T’étais bien content surtout de l’avoir retrouvé. Et de pouvoir lui parler aussi.

« ▬ Vu qu’t’es plus près du sol, tu voudrais pas m’aider et enlever c’truc ? Ca fait trois kilomètres que j’la traîne mais ça résiste. »

Ah bah s’il pouvait t’aider en plus hein. Même si tu en doutais pas mal. Mais ça ne coûtait vraiment rien d’essayer. Tu pouvais même faire ton regard de chien battu au passage, avec un sourire aussi. C’était toujours mieux de sourire.

© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 136
Pages : 314
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Jan - 21:56
tu pues Snicket putain
ah là là là là
aaaaah là lààààà
Faulkner aujourd'hui il est
mitigé
Mitigé parce que certes il aime bien Snicket
m a i s
Snicket
pue.
(et c'est une hérésie de puer quand on traîne avec moi)

alors Faulkner il a concocté
un Plan
(éblouissant d'intelligence) Et si j'essayais de lui
faire prendre
un bain ?
une idée brillante Pourquoi n'y ai-je pas pensé avant qu'il s'est dit Mais l'erreur sera bientôt
réparée
pour enfin
arranger le cas de l'autre Abruti d'alcoolo là

le Plan il est simple, tout simple vraiment mais
non moins efficace !
comme d'habitude comme
de temps en temps Faulkner
l'a invité à boire quelque part dans
le bateau (très beau bateau d'ailleurs, je ne comprends vraiment pas pourquoi l'autre moufette ne l'aime pas)
Sauf que cette fois c'est
près de la salle de bain.
(un génie, Faulkner)

d'ailleurs
le voilà qui approche l'autre con là (C'est quoi ce bruit de merde ???)
Et ça commence bien Vas-y que je t'insulte Mais quel abruti ce mec pourquoi je bois avec lui Pourquoi je
Soupir.
"ton 36e sens il a tort donc il va se la fermer sinon il boira pas" qu'il répond le petit, avec entrain et bonne humeur mais surtout
en agitant
une bouteille d'alcool qu'il a ramenée ici

et l'autre, l ' a u t r e là il
continue
comme si de rien
n'était et avec une Tronche dégueulasse aussi Mais qui t'a appris à sourire sérieux

ceci dit
Faulkner sourit à son tour
"d'accord. je t'aide à enlever cette merde, à
une
condition."
et là ça pue la merde
(encore plus que toi Snicket)
"tu fermes les yeux et tu me suis jusqu'à ce que je te dise d'arrêter ~"
spoiler alert: mauvaise idée
Ça se voit rien qu'au sourire de Faulkner qui n'a rien
non
rien de rien
d'innocent.
mais il essaye quand même… on ne sait jamais après tout.
code by Kono
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 213
Pages : 782
Date d'inscription : 17/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 7 Jan - 23:14
Et pas que de Dolores. ( Référence tmtc)Je sais pas où t'as lu que l'eau ça lavait mais cette information c'est vraiment un peu de la merde, faut revoir ses connaissances, je sais pas??
Ooh. Les agressivités, elles t’atteignent pas du tout. Déjà parce que t’as commencé, mais ça te fais marrer et que même si on insiste, tu continuera de faire le gosse et dira d’un air persuadé que c’est le noiraud qui a commencé, parce que c’est plus drôle. Et puis, tu vois la bouteille d’alcool. Elle t’appelle. Violemment. Tu ne veux pas briser ses rêves, vous devez être réunis. C’est le destin qui l’a écrit et personne ne se mettra entre vous. Bon. Si. Peut-être William visiblement.

« ▬ Oulah, 36ème ? Tu lui donnes bien trop d’importance là. C’est le 5654ème. Et il me dit qu’il veut bien la fermer, tu l’as persuadé. Je vais finir par l’appeler Saint-Thomas, ils doivent de toute façon avoir un lien d’parenté t’sais. J’t’aurais bien demandé juste pour faire chier la marque, maiiis j’bois même de la merde et j’admets qu’c’est gentil de ta part de l’avoir ramenée. Elle doit se sentir seule, c’bête on va devoir s’occuper de son cas l’plus rapidement possible. »

Ah bah oui. Ce serait bien trop nul de garder le liquide enfermé trop longtemps. Il aimait peut-être pas les espaces confinés. Certainement. Mais soit. Étonnement, t’arrête de faire attention à ce truc d’alcool quand t’entends qu’il y a une condition. Tu combats ta flemme et tu lèves légèrement un sourcil. C’était quoi ça. Pourquoi fallait que tu te mettes à fermer les yeux maintenant et à jouer à Colin maillard ou tu ne savais quelle merde là pourrie de toute manière. Et tes yeux, ils sont pas encore fermés. Son sourire il pue là. Beaucoup.

« ▬ Ouais et tu vas me jeter du haut du bateau ? T’sais quoi, j’préfère encore garder c’te merde. Ou alors t’vas cacher la bouteille et elle va mourir de solitude avant qu’on la retrouve. Elle va rouler loin loin et…Et bah c’sera parfaitement nul. Par contre, j’veux bien te tourner l’dos et que tu m’diriges en prenant mon bras ou c’que tu veux. Mais j’te promets que si je sens qu’on est dehors et trop près de ses putains de vagues, j’te balance dedans. »

Tu n’étais pas stupide, mais ta curiosité avait été piquée en fait. Donc t’avais pas pu t’empêcher de proposer ça. Même si c’était très risqué. Tout comme le mouvement de pied que tu venais de faire vers le mur, espérant vainement que l’étiquette ait soudainement envie de se décoller. Apparemment pas, t’avais juste eu l’air encore plus con à foutre ta jambe en l’air et en plus à te faire à moitié mal.

Là. Voilà. T’avais fini par te pencher et l’enlever avec tes doigts. Bieeen. Comme tu l’avais prévu ça collait tout court sur tes doigts. Gneeh, et même secouer la main ça servait à rien. Mais ce qui marcherait vraiment, ce serait de la coller sur l’épaule de ton interlocuteur. Enfin libéré.

« ▬ Wo. C’vrai que j’aurais pas parié qu’tu coûtais pas trop cher, mais 68 cents, c’est vraiment triste. Pourquoi y a des étiquettes pour des merdes à 68 cents hein. »


© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 136
Pages : 314
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Jan - 13:46
tu pues Snicket putain
putain
mais s é r i e u x
Snicket il baratine de la merde encore plus que d'habitude Comment il fait Comment
c'est
possible Je ne sais pas Est-ce que ce ne serait pas ça son
super pouvoir ?
(en tout cas si ça l'est c'est
bien pourri
un peu comme lui quoi)

cela dit Au fond Ça l'amuse, Faulkner et il
ricanne Comment on peut parler autant juste pour dire "j'ai soif"
un mystère.

eeeenfiiiiin bref
Faulkner est très amusé de la réaction de l'autre
sa condition n'a pas eu (tout à fait)
l'effet escompté Mais
l'autre est
intrigué. Ça se voit. toutes les chances ne sont pas encore perdues
"la bouteille n'ira nulle part, espèce d'idiot
sauf
si tu n'es pas coopératif" qu'il sourit encore le petit
(il est fier de ses bêtises)
"toi par contre… que ce soit de dos ou les yeux fermés, tu vas me suivre
sans regarder.
car j'ai une sur~prise~ pour~ toi~" Même si ça me fait chier
De devoir te prendre par la main
Comme un bébé

et Snicket s'agite On ne sait pas trop Ce qu'il fait Mais c'est
ridicule Pourquoi tu ne peux pas mettre plus d'effort dans ce que tu fais
vraiment Il y a des choses qui m'étonneront toujours
bien que
ce soit très drôl▬
Ah.

… … … Ah.
Ah d'accord.
d ' a c c o r d
ah c'est comme ça que ça se passe hein
Faulkner est
Choqué Offusqué O u t r é
d'avoir cette s a l e t é collée
sur l'épaule, d'un coup.
"soixante-huit cents ? c'est ridicule, pas étonnant qu'elle se soit collée sur toi en premier" mais bien vite Faulkner retrouve
un sourire pervers
"si tu savais combien de gens ont payé au moins mille fois ça pour juste une nuit avec moi~"

et puis il enlève cette immondice de son épaule et
la met sur la bouteille
voilà

Bouteille qui
quand même
a coûté plus que ça (non mais oh j'ai bon goût, Moi)
et qu'il agite encore
sous le nez de l'autre.
"bon allez retourne-toi si tu veux un jour
vider cette charmante bouteille~"
Faulkner est Catégorique (cette fois).
code by Kono
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 213
Pages : 782
Date d'inscription : 17/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Jan - 18:26
Et pas que de Dolores. ( Référence tmtc)Je sais pas où t'as lu que l'eau ça lavait mais cette information c'est vraiment un peu de la merde, faut revoir ses connaissances, je sais pas??
Non mais putain, qu’on ouvre cette bouteille et qu’on lui fasse un sort. Tu étais certain qu’après touut deviendrait plus amusant aussi. Même si tu n’étais pas spécialement de mauvaise humeur, juste toujours à moitié flippé au fond de toi comme à chaque fois que tu restais sur ce putAIN DE BATEAU. Alors tu te concentres sur ce qu’il dit, blah blah. Blaaablahblah. Bien. T’avais quand même saisi l’essentiel. Et idiot n’était certainement pas la pire insulte à laquelle tu avais du faire face jusqu’aujourd’hui. Ce serait un peu inquiétant sinon. Mais t’es de plus en plus intrigué. Une surprise. Ouais ouais. La dernière fois qu’on t’avait promis une merde pareille, tu t’étais retrouvé avec une énorme araignée dans ton lit. Ceci dit, si tu n’avais plus la moindre once de confiance en ton frère, en ton interlocuteur c’était un peu différent. Ah bah il était quand même sympa, lui. Puis surtout, prendre le risque de perdre la bouteille, Nah naaah.

« ▬ Okay, okaaay, on va arrêter les menaces tout de suite mais tu devrais te préoccuper un peu plus du fléau des bouteilles qui disparaissent, c’est une affaire très sombre et extrêmement triste. Désolant le nombre de personnes qui en font fi. Ca aurait pu être réglé depuis des années sinon. Et c’est quoi la surprise. C’est quoi. C’est quoii. C’est quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. »

Tu pourrais continuer longtemps comme ça. Tu continues d’ailleurs par moment à balancer des « quoiiiiii » incessants plaintifs et répétitifs, comme être le bon cadet de la famille te l’as si bien appris. T’étais presque prêt hein à te retourner, si y avait toujours pas cette merde qui semblait beaucoup trop t’aimer. Mais qui était nettement mieux sur son nouveau possesseur. Et son air te fais lâcher un rire, t’arrête tes caprices à deux balles au moins.

« ▬ Ah prends pas trop vite la grosse tête, ils ont sûrement payé pour qu’tu la fermes. Eh, je préférerais payer mille fois ça pour un de tes kimonos. Mais j’ai pas besoin de ça pour passer une nuit avec toi. J’sais toujours où est ta chambre, mine de rien soixante-huit cents, ça peut être persistant et faire énormément de bruit pendant toute une nuit, même laissé devant une porte. »

Parce que tu doutes quand même du fait qu’il t’ouvrirait si ton seul et unique but du moment était juste de l’empêcher de dormir ou simplement de l’emmerder. Enfin. Plus personne ne l’a, mis à part la bouteille et elle ne semble pas se plaindre du tout. Alors tu hausses un peu les mains avant de te retourner et de fixer un couloir beaucoup trop long si jamais il arrivait quoique ce soit.

« ▬ Ouaiiis bah j’espère bien que ce jour s’ra aujourd’hui, et que la prochaine fois on f’ra ça sur la terre ferme aussi. Un jour avec ces roulis où je ne sais quel nom de merde, je vais finir par vomir sur quelqu’un. Mais t’inquiètes, tu seras pas la première personne que je viserai. »

Ca c’était une preuve de gentillesse par contre, tu te ferais presque pleurer à faire preuve d’une aussi grande sympathie.


© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 136
Pages : 314
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Fév - 14:57
tu pues Snicket putain
mais c'est pas vrai
qui m'a foutu un gosse comme ça
pour presque seul ami
Puisque c'est un gosse Faulkner va lui parler comme tel
"c'est ta mère putain ferme ta gueule", qu'il balance
quelque peu
exaspéré

et puis
Aaaaaah mais il est relou et Faulkner
fait la moue "oui bah pense ce que tu veux mais moi j'ai pas besoin de passer la nuit avec toi
tu pues trop"
(le voilà blasé) Il lance un regard
rempli de Jugement
à l'autre déchet là
"et n'essaie même pas de dire que tu peux faire plus de bruit que
m o i, tu vas très vite le regretter" qu'il ricane
(et c'est vrai pour une fois)

Ceci dit je me demande à quoi il ressemblerait en kimono Mais Pas question qu'il en touche un
Tant qu'il pue comme ça
il faut mettre le plan en marche Alors Faulkner n'attend même pas qu'il ait fini sa phrase et
le retourne "quelle délicate attention, tu as ma reconnaissance éteeernelle mon gentil petit déchet"
Maintenant Faulkner attrape Snicket
par le col et il
Le traîne comme ça Jusqu'à l'endroit
fatidique.
On aurait pu faire ça sur la terre ferme maintenant que j'y pense mais tant pis

en quelques minutes à peine (c'est que C'était au bout du couloir)
ils arrivent dans la
salle
de
bain.
(trahison, disgrâce)

et Faulkner ne laisse pas une seconde de répit
à l'autre
Il vient de fermer la porte
à clef, évidemment.
c'est un Sourire maléfique qui se dessine
sur ses lèvres
"c'est l'heure du bain, très cher~"
code by Kono
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 213
Pages : 782
Date d'inscription : 17/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Fév - 0:01
Et pas que de Dolores. ( Référence tmtc)Je sais pas où t'as lu que l'eau ça lavait mais cette information c'est vraiment un peu de la merde, faut revoir ses connaissances, je sais pas??
Aah ouais. Alors comme ça il veut pas te révéler la surprise. Mais t’as déjà vaincu des bouches plus liées que ça, des personnes plus têtues même. Nah ; T’en a aucune idée mais t’as envie d’y croire, t’as envie de te donner une excuse juste pour continuer de l’emmerder en fait. Plus ou moins gentiment. Parce que t’as étonnement pas envie de te retrouver avec des tympans percés ou tu ne savais quoi.

« ▬ Ouais bah si c’est elle la surprise, ça pue un peu quand même. Beaucoup en fait. »

Tu fais la moues quelques instants, mais t’imagines bien que ça l’intéresse et le touche autant que la perte de sa cinquante troisième chaussette en fait. Il te faut un nouveau plan. Ou tout simplement faire du recyclage de plan, à quoi bon se casser le cul et l’esprit.

« ▬ C’est. » Tu prends une grande inspiration absolument pas discrètement, de toute manière le but est de mettre le plus d’air dans tes poumons, que tu libéreras bien vite. Très vite. « ▬ QuoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiIIIIIIIIII »

Très très important d’accentuer le i à partir du186ème. Surtout parce que tu commençais à devoir inspirer oui. Woh. Mais voilà qu’il s’attaque à ton odeur corporelle. Très subtil, très original.

« ▬ Eh, j’me suis pas encore roulé dans la merde non plus. En tout cas, çaaa ne m’a jamais empêché de dormir. »

C’est que t’aurais vraiment touché le fond. Ou alors tu t’y étais habitué ?? Noon. C’était juste lui qui extrapolait, tout simplement.

« ▬ Oh je n’oserais pas, j’sais bien que tu gagnerais en quelques secondes, mais ce serait quand même preesque tentant d’essayer. »

Et de se faire haïr éternellement par toutes les personnes aux alentours, mais ce n’était pas si grave, non. Mais soudainement, on te retourne, et tout ce à quoi tu penses part comme par magie, tu fronces légèrement les sourcils face à l’appellation, réfléchissant.

« ▬ Petit déchet ? J’suis pas petit ! A la limite, gros déchet ma-…Est-ce que je suis gros ?? »

Question devenue existentielle. Quoique non, tu t’en foutais déjà, taant que tu ne devais pas te faire chier à racheter un pantalon là, ça t’irais totalement oui. Mais il te traîne làà. Par le col en plus, c’est pas spécialement agréable. Mais tu dis rien parce que au fond, tu sais que tu vas pouvoir voir cette surprise. Tant attendue. Mais qu’est-ce qu’il faiiit. Où est-ce que vous êêêtes. Le temps que t’essayes de repérer, il ferme la porte, qu’est-ce qu-Pardon.. Un bain. Un bain ?! Pas étonnant que tu ne connaisses pas ce coin de ce batEAU. Non mais il était hors de question de rester là. Une. Minute. De plus. T’aimes pas ce sourire sur ses lèvres non plus. T’espères que c’est une blague, alors tu te mets à rire un peu nerveusement. Très nerveusement.

« ▬ Très trèès amusant. Allez, maintenant qu’on a bien rigolé, tuuu peux rouvrir. »

Tu doutais vraiment que ça fonctionne, maiis au moins t’avais essayé hein. Et t’essayes aussi de l’ouvrir cette porte, en t’agrippant à la clenche. On sait jamais non plus que ce soit mal fermé. Maaais non.

« ▬ Je te préviens, je ne bougerai qu’en présence de mon avocat. »

© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 136
Pages : 314
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 0:40
RIP forever
que Snicket soit petit ou gros
Faulkner n'en a rien à foutre
c'est toujours un déchet
avec une mentalité de gosse
(comme il fait
il a pas 5-6 ans de plus que moi ???)
Vous vous rendez compte
qu'il faut le
t r a î n e r
(littéralement)
au bain ?

en tout cas maintenant
c'est fait c'est réussi c'est irréversible (Faulkner a réussi son coup)
Plus d'échec possible
Et il se met à rire oui
le petit Faulkner
Il rit comme une hyène
(pendant une bonne minute
c'est que la Tête qu'il tire
est merveilleuse)
"oooh mais c'est pas une blague chéri, j'ai décidé de te faire prendre un bain
parce que tu pues vraiment trop, là", qu'il lâche juste (et il sait qu'il a raison Faulkner)

et puis il hausse les épaules
agite encore une fois
La bouteille
sous le nez de Snicket "et moi je suis son avocat et tes idioties ne lui plaisent pas~", ricane-t-il en s'approchant, en l'agitant là
juste là
Si proche et Si loin à la fois
"enfin je sais que c'est déjà dur d'être là pour toi alors on va l'ouvrir quand même hein" (et il s'exécute sinon on ne la boira jamais) "mais je ne te laisse boire que si tu mets ce bain à couler~"

Et Bien sûr
chieur jusqu'au bout
Faulkner porte le goulot à ses propres lèvres
et avale deux gorgées.
"dépêche-toi sinon tout va partiiiir~"
code by Kono
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 213
Pages : 782
Date d'inscription : 17/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 2:39
Et pas que de Dolores. ( Référence tmtc)Je sais pas où t'as lu que l'eau ça lavait mais cette information c'est vraiment un peu de la merde, faut revoir ses connaissances, je sais pas??
Non mais sérieusement. Sééérieusement. C’était une énorme blague et il allait rouvrir là tout de suite. Ou dans quelques instants. Mais le pire, le pire c’était qu’il avait l’air de trouver ça drÔLE. Non mais ça n’avait rien, strictement rien de d r ô l e. Tu voulais bien déconner sur absolument tout, mais il y avait une exception. Une seule. L’eau là. La putain d’eau de sa mère de tu ne savais pas trop quoi parce que aucune insulte ne lui arrivait à la cheville. Faudrait en inventer d’autres. Mais là, t’avais pas tellement le temps de t’en soucier. Non mais c’est bon, ce n’était pas non plus comme si tu puais la mORT. T’allais finir par tuer tu ne savais quel animal, attendre qu’il pourrisse bien et le lui mettre sous le nez. Là il verrait bien ce qui puAIT LE PLUS. Comme si on avait besoin de se laver. Bah le chat que t’avais eu plus petit, il se lavait tout seul. Tu pouvais bien faire comme lui. Ce serait amplement suffisant.

« ▬ Ouais bah tu vas me faire le plaisir surtout de décider d’ouvrir cette porte. Maintenant. »

T’étais plein de bonne volonté en plus, depuis que tu t’étais rendu compte de tout le machiavélisme de son idée, t’arrêtais pas d’enclencher la clenche en boucle, plus ou moins fort. On sait jamais que ça fonctionne d’un coup hEIN. Ce serait vraiment bête de rater la seule seconde où elle pourrait s’ouvrir.

Mais tu t’arrêtes quand même. Pour regarder cette bouteille. Cette si jolie bouteille. Celle à cause de qui tu l’avais aveuglément suivi. Mais bon. En vrai, tu savais que au fond t’étais un peu trop bon trop con et que tu l’aurais suivi s’il te l’avait demandé, sans préciser le lieu d’arrivée. T’aurais juste fait semblant d’un peu plus rechigner.

« ▬ Tu parles la bouteille maintenant ? J’suis sûr qu’elle se sent mal ici elle aussi, Elle aime pas être enfermé là dans une salle puante. Elle demande qu’à sentir l’air frais sur elle et à voir la ville d’abord. »

Et tu pouvais bien la comprendre. Plus que bien même. Et ça te fais du mal, beaucoup de mal de voir qu’il l’ouvre là ici, et qu’en plus il se permette de faire du chantage. Un chantage qui marche plutôt bien. Tu la fixe cette bouteille, tu fixes aussi Faulkner, qui arrive à te donner encore plus soif. T’es en conflit intérieur, ta main lâche presque cette poignée de porte, t’as en tout cas arrêté de la serrer à t’en blanchir les phalanges. Tu ferais peut-être mieux de lui dire directement que si tu ne veux pas de ce bain, c’est à cause de ta peur de l’eau. Et que si une seule goutte d’eau te touche, tu ne répondrais plus de rien pour sortir d’ici. Mais tu prends sur toi. Tu sais pas trop ce qui se passe. Sans doute ta soif qui te donne un élan de courage. Tu te redresses un peu, et durant un instant tu regardes ton cadet avec une certaine lueur de défi dans les yeux. Et lentement, tu t’approches de cette merde là qu’est la baignoire. Elle par contre, tu la fixes très mal. T’es vraiment pas sûr de tes gestes, d’ailleurs ta main tremble un peu. Mais tu fais mine de rien. D’un coup tu tournes un des robinets, complètement au pif, et comme si tu venais de te faire électrocuter, tu retires violemment ta main, tu fais plusieurs pas rapides en arrière, histoire d’être loin de ce truc qui t’horrifies, t’es presque persuadé d’avoir toi-même édifié ton futur bûcher. Sauf que tu ne perds pas totalement le fil non plus. Tu sais très bien pourquoi t’as fait ça. Tu poses une main sur cette bouteille et presque subtilement, t’essayes de la tirer vers la porte salvatrice, en même temps que ton homologue.

« ▬ Tiens t’es content ? T’as tes litres d’eau qui coulent maintenant, alors, merci c’est très gentil, c’était très fun, mais tu m’excuseras, j’aimerais me casser avec elle maintenant. »


© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 136
Pages : 314
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Avr - 12:18
RIP forever
c'est marrant l'ambiance
s'alourdit d'un coup
Je ne vois pas pourquoi dites donc Qu'a-t-il bien pu se passer
enfin
c'est pas pour autant que Faulkner va arrêter
son petit manège
Si bien parti Ce serait bête de tout lâcher maintenant
n'est-ce pas ?

surtout que Oh surprise
il n'a pas mis tant de temps que ça à faire
couler l'eau (tout à fait
étonnant)
même si Ça aurait été bien de ne pas la faire couler
dans le vide Faulkner soupire (et laisse la bouteille à l'autre)
(pas pour longtemps cela dit)

Il va (tranquillement) reboucher
la baignoire "mouais, je ne suis pas de cet avis. surtout qu'elle coulait pour rien et qu'elle est froide en plus"
Maaaaais booooon c'était
déjà ça
"Mais dis donc fdp" qu'il enchaîne
"c'est quoi ton problème avec la baignoire ?"
Si Snicket croyait qu'Il n'avait pas remarqué que
quelque chose
l'emmerdait (l'effrayait ?) avec ça
eh bien Il est bien idiot

Faulkner le fixe en attendant
une réponse. mais bien vite il a
une meilleure idée
il se penche sur la baignoire
(innocemment cela va sans dire)
Trempe sa main
et
très vite
balance quelques gouttes sur la tronche de l'autre citron
du bout des doigts
"elle va pas te manger hein"
(oups)
code by Kono
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama - Port :: Le port :: Zelda, le bateau de Fitzgerald-
Sauter vers: