AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 :: Yokohama - Port :: Le port :: Zelda, le bateau de Fitzgerald Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un jour mon prince viendra •• Faulkner/Poe

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Messages : 131
Pages : 344
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Fév - 16:04

ft. Poe-tiron

Mon Prince Charmant~

un jour
on s'aimera (ou pas)

la la la la la~
Faulkner fredonne
Faulkner est content Faulkner est d'humeur
à faire chier (comme très souvent)
et il a décidé (c'est comme ça, tant pis hein) que sa Victime serait
Poe.
(poe-licier, poe-lochon, poe-tage, poe-mmade
j'adore son nom)

il s'est pomponné il s'est fait beau ce matin (parce que pourquoi pas
mais certainement pas pour Poe-lygône)
une pointe d'eye-liner une touche de gloss
des cheveux soyeux
Mais tout ce qu'il trouve à faire
c'est se diriger vers
la bibliothèque. (peut-être qu'il peut charmer Poe-chette ?) pas que j'en aie envie de toute manière, hein

a-Poe-calypse est toujours dans la bibliothèque (mais Comment fait-il) De toute façon C'est sûr
sûr et certain
Qu'il y sera aujourd'hui
et l'autre sifflote un air familier (mais Quelle chanson est-ce
bah
aucune idée
peu importe)

il finit par débarquer (sans honte, sans discrétion)
simplement
comme si on l'attendait
À la bibliothèque.
comme il s'y attendait
la vielle Poe est là "bon~jour~" qu'il s'exclame en s'approchant
"comment allez-vous monsieur Poe ?" chantonne Faulkner,
fort

Car il sait
que le Bruit
est insupportable
à ce cher Poe-teau.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Pages : 214
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Fév - 23:46
Règlement de contesft. Faulkner

En effet, Poe était dans la bibliothèque, que Fitzgerald lui avait laissé comme étant son propre bureau maintenant, car il avait bien compris que le jeune homme avait besoin de calme et de temps à passer seul. Oui, il aimait bien passer son temps seul, avec Karl, donc sans aucun être humain à ses alentours ou dans son cercle vital.

Il était avachi sur sa chaise, le dos courbé et écrivait, gribouillait, chiffonnait certaines feuilles. Il était armé de son stylo à plume, au sens propre et figuré du terme, à l’ancienne comme on dit, mais il aimait bien rester dans les traditions. Et puis il ne se voyait pas aller dans ces magasins appelés grandes surfaces pour aller acheter un malheureux stylo qui ne durera même pas trois jours avec lui. Mais là n’était pas la question. Avec Karl qui dormait paisiblement sur ses épaules, il était en train de faire le brouillon de quelque chose qu’il n’avait jamais écrit auparavant : Un conte. Et pour cela, il avait sorti tous les contes qu’il avait en sa possession (et ceux de la bibliothèque) pour s’en inspirer, regarder un peu le style d’écriture… Les livres étaient ouverts et éparpillés sur le bureau, une personne d’extérieur aurait pu dire que c’était le foutoir, mais pour Edgar, c’était parfaitement organisé. A vrai dire, il avait commencé tout ça la nuit dernière, ou même hier soir. Et il y était encore, car il était aussi perfectionniste, Edgar. Des tas et des tas de brouillons étaient tassés dans la corbeille, et certains traînaient par terre. Mais il continuait, là il venait d’avoir une idée, une très bonne idée même ! Ça venait de lui venir à l’esprit, pourquoi il n’y avait pas pensé plus tpot, il allait faire un-

Karl releva une oreille, puis les deux, puis se redressa d’un seul coup sur les épaules de Poe en sortant les griffes. Il fixait la porte, pendant quelques secondes, avant qu’une personne n’entre. Le malheureux Poe sursauta aux griffes plantées dans ses épaules mais aussi à la porte qui venait de claquer, faisant entrer ce mystérieux et INSUPPORTABLE personnage qu’était William Faulkner. « Bonjour » lui a-t-il dit. « Au revoir », aurait voulu lui répondre Poe. « Comment allez-vous Monsieur Poe ? » avait-il rajouté. « Mieux quand t’es pas là » aurait été une réponse convenable selon l’écrivain.

Oui, Edgar Allan Poe était énervé, remonté et sur les nerfs. Car non seulement il avait pas dormi depuis deux jours, mais en plus IL VENAIT DE PERDRE SON IDEE. Il avait réfléchi très longtemps à son intrigue de conte, qui lui est venue à l’esprit il y a quelques minutes de cela, pour que Faulkner ne vienne le perturber en ouvrant la porte comme un bourrin et ne chante à tue-tête. A croire qu’il en faisait exprès ce … Bon, du calme Edgar. Il veut peut-être simplement quelque chose et il te laissera tranquille. Oui, c’est sûrement ça, hein.

- Bonjour, qu’est-ce que je peux faire pour vous, Faulkner ?

Avait-il dit en relevant doucement la tête vers lui, mais son regard était loin d’être doux lui. Ses cernes étaient encore plus présentes que d’habitude et sa bonne humeur semblait être partie en fumée. Cela pouvait se savoir, avec le ton de sa voix, mais aussi par le fait qu’il avait appelé William par son nom de famille. D’habitude il se serait contenté d’un « William-san » mais là, sûrement pas. Faulkner, ce serait très bien pour cette fois. Pendant qu’Edgar insultait en anglais Faulkner un nombre incalculable de fois dans sa tête, Karl, lui était descendu des épaules de son maître pour venir sniffer le kimono du nouvel arrivant non sans se méfier.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
Pages : 344
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Mar - 12:47

ft. Poe-tiron

Mon Prince Charmant~

un jour
on s'aimera (ou pas)

hé hé hé hé hé
mission (déjà) accomplie
Faulkner savait bien que sa simple existence
suffisait à exaspérer clo-Poe-rte
et il Jubile déjà intérieurement
(et extérieurement aussi, vu son sourire)

"ne soyez pas timide, je sais que vous êtes ravi de me vo- uh ?"
il s'interrompt
se tait un bref instant
(profites-en, Poe-tager)
à cause d'un animal qui vient salir
son
Kimono.

alors là, n o n
ça ne va pas du tout.
Faulkner grimace et saisit (du bout des doigts) l'animal
par la peau du cou
"je ne te permets pas, Karl", qu'il feule en le reposant sur le bureau

un soupir
après cette brève interruption
il va pouvoir répondre à l'autre, peut-être
Faulkner le toise, maintenant qu'il est tout près
(bien trop près)
passe un doigt sous son menton et lui relève la tête
"hmmm vous m'avez l'air bien fatigué, faites attention"
sourit-il, mielleux
Avant de s'écarter, je n'ai pas envie de prendre un coup non plus

"serait-ce à cause de tous ces feuillets ? mais qu'est-ce que vous écrivez donc encore là ?"
et Faulkner ramasse
une feuille qui traînait par terre
et commence à la lire
(en vérité je m'en fiche, j'espère juste qu'il n'aie pas envie que je lise)
"il était une fois, dans un château esseulé…"
un… conte ?
une histoire pour enfants ?
Qui aurait cru
que Poe-rte-manteau
savait s'adresser aux enfants ? Faulkner ricane
elle est bien bonne celle-là.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Pages : 214
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Mar - 15:53
Règlement de contesft. Snicket

Et Faulkner avait raison. Rien que le fait que Poe puisse l’apercevoir dans son champ de vision l’exaspérait au plus haut point. Comme quand il voyait des gens tout court, mais LUI c’était différent, parce qu’au lieu de chercher la merde, il venait carrément la déposer lui-même, que le fait de faire chier les gens était quasiment sa principale occupation. Poe avait ces gens là en horreur.

Il avait bien vu que Karl était parti sniffer le kimono de Faulkner, mais il ne bougea pas d’un pouce, il y avait juste jeté un coup, prêt à entendre ce que voulait ce cher individu qui venait de se pointer dans son bureau. Mais il en fût autrement. Le raton-laveur venait de dégoûter l’androgyne au point qu’il l’attrape par la peau du cou, même si il n’avait rien fait de méchant. Poe était prêt à se lever mais il n’en fit rien, car Karl ne se débattait même pas, comme si Faulkner était simplement en train de le promener. Mais il avait bien fait Karl, car la grimace qu’avait fait son interlocuteur avait bien amusé Poe, même si cela ne s’était pas vu du tout. Car les traits du visage de celui-ci n’avaient pas bougé d’un pouce.

Puis ceux de Faulkner étaient maintenant bien trop près, et il le toucha même, lu relevant le menton. Erk. Rien qu’un individu dans son espace vital le dégoûtait, mais en plus si c’était Faulkner et qu’en plus il le touchait, là, ça le mettait hors de lui. Il avait donc reculé, à peine Faulkner avait déposé le doigt sur son menton, assez reculé même, à presque 1 mètre de lui, tout en restant collé à sa chaise. Et depuis quand il s’intéressait à lui ou à ce qu’il écrivait ? Edgar n’était pas bête, il savait très bien que Faulkner s’ennuyait et ne voulait qu’une seule chose : Se distraire en emmerdant.

Il toucha même aux quelques feuilles qui étaient tombées par terre, ses derniers essais d’écriture. Génial, il ne manquait plus que ça. Il n’avait pas honte d’écrire des contes, c’est juste que ses écrits, tant qu’ils n’étaient pas officiels, n’étaient pas censés être lus selon lui, et certainement pas par lui. Il ricanait même, tout en lisant la première phrase. Edgar était définitivement blasé de ce collègue… Mais il eût peut-être une idée, une idée qui lui donnera sûrement du calme pour quelques temps.

L’écrivain se rapprocha alors du bureau, tout en ramenant la chaise avec lui, et s’asseya de nouveau, les coudes posés sur le meuble et les mains liées au niveau de son visage. Il prit alors un visage plus décontracté avant de s’exprimer.

- Justement, en relisant quelques contes, Mr.Faulkner, il y a quelque chose qui m’avait fait pensé à vous.

Edgar saisit alors un conte, un beau livre qui plus est, et le tendu à son interlocuteur.

- Je suppose que vous connaissez celui-ci, il est très connu et son histoire est assez triste malgré la Happy End. Je vous cite.

« Il était une fois un gentilhomme qui épousa en secondes noces une femme, la plus hautaine et la plus fière qu'on eût jamais vue. »

Peu après les paroles de Poe, le livre que tenait probablement Faulkner se mit à briller, les pages se tournant d’elles-mêmes à une vitesse folle. Edgar Allan Poe avait activé son pouvoir.

- Je suppose que tu connais mon pouvoir aussi, Faulkner. Black Cat in the Rue Morgue. Ce que je te demande est de finir le conte, jusqu’à la FIN, par tes propres moyens, sans tes pouvoirs. Amuse-toi bien.

Mais ce que n’avait pas prévu Poe, c’était que le livre en question puisse également le concerner, il avait juste un doigt sur ce foutu livre. Qu’est-ce qu’il se passe ?

DONG, DONG, DONG.

Six heures sonnèrent depuis le clocher du château.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
Pages : 344
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Mar - 11:37

ft. Poe-tiron

Mon Prince Charmant~

un jour
on s'aimera (ou pas)

aaaah oui oui oui
Faulkner rigole
rigole probablement trop même
Mais qu'est-ce que c'est drôle de le voir reculer comme si j'avais la Peste
aujourd'hui s'annonce être une très
bonne journée
Le voilà déjà fort satisfait et il n'a qu'une envie
continuer.

enfin
pas continuer à Lire hein
il en a vraiment rien à cirer des contes
Je ne suis plus un Enfant après tout
mais com-Poe-te semble en avoir
décidé
autrement

d'ordinaire Je me serais méfié Mais c'est qu'il sait intriguer Faulkner
(rien de plus simple à vrai dire
parlez-lui de
lui-même)
Faulkner qui s'approche donc et prend le petit ouvrage
Faulkner qui se demande Quel conte pourrait le concerner
c'est une vraie question ça
une quelconque légende
sur la beauté peut-être ?

« Il était une fois un gentilhomme qui épousa en secondes noces une femme, la plus hautaine et la plus fière qu'on eût jamais vue. »
hmmm oui
ça Me dit quelque chose
(encore une histoire pour enfants)
Mais je ne suis certainement pas hautaine, peuh


ah mais
Je me suis fait avoir
(comme un bleu)
pas faute de savoir
que le pouvoir de Poe de vache
s'utilise avec un livre, hein.
et l'androgyne essaie de Lâcher ce putain de bouquin (je n'ai jamais aimé lire de toute façon)
Mais c'est
Trop
tard.

un étourdissement
et il revient à lui le brun

et puis
un hurlement
Qu'est-ce que c'est que ces haillons tout sales ?!
in-ad-mi-ssible
Oh je jure qu'il ne perd rien pour Je vais lui faire la Poe Mais quel espèce de RAH JE DÉTESTE CETTE ENFLURE D'ECRIVAIN Comment ose-t-il Il va me le
hhhh c'en est déjà t r o p

un regard aux alentours
c'est une maison Il y a une cheminée mais Personne ici
bon eh bien puisque
c'est comme ça
Faulkner explore
à la recherche
de nouveaux vêtements
Peu de chances de trouver un kimono dans un conte occidental mais au moins… ah… n'importe quoi…
(il sait bien
qu'il faut finir le conte pour sortir mais
hors de question
que ce soit
dans cette tenue)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Pages : 214
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Mar - 13:31
Règlement de contesft. Faulkner

Dans le grenier où se trouvait Faulkner, il faisait assez froid, le vent passant par la petite lucarne d’où il pouvait apercevoir le grand château blanc au loin. Quand « la jeune femme » se fût levée de son ramassis de paille, quelques brindilles étaient restées dans ses cheveux, ainsi que dans les haillons que portait celle-ci. Les vêtements que portait Faulkner n’étaient ni plus ni moins qu’une sorte de jupe munie d’un tablier, mais tout était sale, troué et abîmé par les travaux qu’effectuait quotidiennement la jeune femme.

Elle avait beau fouiller, il n’y avait rien que quelques balais et autres ustensiles de nettoyage, quelques foulards du temps où elle était enfant. Sur le sol était posé une photo, de Faulkner, avec son père et sa mère tous souriants, car oui, Faulkner avait pris la place de Cendrillon, comme si tout depuis le début était lié à lui. Malgré que ce soit un grenier, c’était propre et bien aménagé, Faulkner en avait apparemment pris soin.

Et pendant qu’il était à la recherche de nouvelles loques plus propres et jolies que celle qu’il portait, un cri strident venu d’en bas, quelqu’un râlait après elle.

- CENDRILLON ! Où est notre petit déjeuner ? Va tout de suite nous préparer ça, souillon !

La marâtre. Elle avait une voix perçante, si bien que Cendrillon l’eût entendue depuis le grenier alors que sa belle-mère exprimait sa colère depuis sa chambre.

Apparemment les tâches que Cendrillon devait effectuer était simples, mais pénibles : Faire le linge, faire à manger, s’occuper des pavés, du jardin, mais aussi faire les chambres de ses deux belles-sœurs qui étaient bien plus pénibles qu’une cour d’enfants hyperactifs. Mais elle avait de la chance, Cendrillon, car pour l’instant, Anastasie et Javotte -qui étaient leurs noms, et que Faulkner savait apparemment déjà- dormaient encore, faisant la grasse matinée pendant que la jeune femme devait se hâter à faire la bonne.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
Pages : 344
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Avr - 0:11

ft. Poe-tiron

Mon Prince Charmant~

un jour
on s'aimera (ou pas)

oooouh je sens que
ça va être
le plus beau
jour
de ma vie
Faulkner peste Faulkner s'active Faulkner met ce grenier-frigidaire
en bordel
mais rien
rien
rien
de mieux à porter que ces insupportables torchons
(rien que ça le met
hors de lui)

mais alors en plus ce cri strident
Inacceptable. d'habitude c'est moi qui les émets les cris stridents
et J'ai l'ouïe fine ça me casse les oreilles
"VA TE FAIRE FOUTRE CONNASSE
J'AI BESOIN DE NOUVELLES FRINGUES AVANT TOUTE CHOSE"
Comme si. Faulkner allait. S'abaisser à.
ça.
sans réfléchir il a gueulé Mais ça a eu
beaucoup moins d'effet que prévue
Vieille Poe l'a privé de ses précieux pouvoirs
mais quelle Enflure il ne perd rien
pour attendre.



… … …
m e r d e

Faulkner n'avait pas
réfléchi
en effet (c'est problématique)
il ne se rend compte que maintenant
qu'elle a dit Cendrillon
et que Cendrillon
c'est lui.
Ahem euh Comment dire hm Bon Ce n'est pas comme ça que je vais faire avancer le conte ni en Sortir Putain ça me saoule déjà cette
histoire


Faulkner connaît vaguement le conte
il a deux ou trois
souvenirs C'est
une beauté réduite en esclavage ? Mmmmmmh
Je crois qu'elle va au bal, séduit le prince
et puis cette histoire avec la chaussure

finalement ce n'était pas
une si mauvaise idée que de réclamer
de beaux vêtements
(il pourra aller au bal avec et en finir)
Alors Faulkner descend
prêt à se battre avec l'autre pétasse qui ose lui faire porter ça.
Bring it on.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Pages : 214
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Mai - 13:46
Règlement de contesft. Faulkner

Désolé, j'ai édité sans le vouloir. Quand Cendrillon entra dans les chambres des deux jeunes sœurs, celles-ci la jugeaient, comme si elle était sortie de nulle part, ou pire encore, comme si elle était toujours sale. Elles la regardaient comme si elle était un rat sorti d’un mur. De la méchanceté, c’est tout ce que ces filles pouvaient éprouver pour la jeune femme qui prenait leur linge.

- Bon tu te dépêches de sortir ? J’en ai marre de t’avoir dans mon champ de vision.

Avait dit Javotte dans un regard hautain, clairement, Cendrillon dérangeait tout le monde, mais était aussi très utile, et c’était sûrement la seule raison pour laquelle ces femmes la gardaient. Pourtant Cendrillon était dans sa propre maison, chez elle. Mais elle était comme un meuble, ou même pire encore, le meuble aurait été bien mieux traité que cette pauvre Cendrillon.

Pendant que la jeune femme était partie se changer dans les combles, la belle-mère commençait à perdre patience, et recommença à parler d’une voix forte et insupportable, tout en sonnant la clochette de la cuisine qui résonnait dans toute la maison.

- Cendrillon ! Dépêche-toi ! Si tu ne te hâtes pas nous seront en retard pour le bal de ce soir. Auquel tu n’es pas conviée bien sûr. Je tiens à ce que tout soit parfait !  Sers-nous notre petit déjeuner et arrêtes de traîner !

Oui, cette famille était insupportable, et peut-être tout autant que le vent froid qui passait par la petite fenêtre du grenier où se trouvait la jeune femme. La robe qu’elle venait de prendre à ses deux sœurs lui allaient bien mieux qu’à elle, c’était certain, même si elle était un peu grande. C’est qu’Anastasie et Javotte ont un corps bien plus enrobé que celui de Cendrillon qui se faisait mince.

- Bon allez là tu nous fait perdre notre temps, parce que NOUS on va au bal et NOUS allons être les plus belles.


- Oui, et puis sans oublier que NOUS allons nous marier avec le prince.

Quelles insupportables femmes.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 131
Pages : 344
Date d'inscription : 29/07/2017
Age : 20
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Juin - 19:29

ft. Poe-tiron

Mon Prince Charmant~

un jour
on s'aimera (ou pas)

aaaaaaaaaaaah
aaaah mais qui m'a foutu
des """soeurs""" pareilles. (question
rhétorique bien sûr
Poe-timaron va prendre cher)
Faulkner n'est même pas
descendu qu'il a envie de
se défenestrer. (ça lui rappelle chez lui
son vrai "chez lui"
avec sa fratrie
insupportable)(et Dieu sait qu'il
n'avait pas besoin de ça)

Mais réfléchis un peu Faulkner
Avant de se précipiter pour leur casser la figure Peut-être que Ce serait mieux de Mmmh oui Oui oui ce serait bien
Alors il les rejoint
dans une chambre au pif (et il est jaloux)
et force un sourire
"mes bien sûr mes chères soeurs…"
(si sa voix pouvait grincer
elle le ferait certainement)

ugh.
Mais qu'est-ce qu'elles sont laides ça devrait être interdit
par la loi
d'être aussi moche (et ça se dit ma "famille"
laissez-moi rire) plutôt mourir que servir
des morues comme elles. peuh.
son sourire
sans qu'il n'y puisse rien
devient grimace
et alors qu'il embarque le linge sale (berk)
il vole une robe propre cachée parmi les autres
hahaha je les ai bien eues

Maintenant elles peuvent aller se faire foutre.
en sortant (discrètement)
il se demande bien
s'il n'y a pas une clef
pour les chambres de ces gueulardes
Mieux vaut
ne pas rêver

et remonter au frigo pour se changer en
espérant que ça ne soit
pas trop grand C'est qu'ils n'ont pas la même
carrure
Je suis plus féminin qu'elles deux réunies c'est
fou ça
Et
en deux temps
trois mouvements
il a changé de robe (ça va tout de suite mieux)(même si c'est effectivement
trop grand)(au moins c'est beau).

alors maintenant
le plan c'est
de partir très
vite.
Si possible en les enfermant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 71
Pages : 214
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Aoû - 3:21
Règlement de contesft. Faulkner

Quand Cendrillon entra dans les chambres des deux jeunes sœurs, celles-ci la jugeaient, comme si elle était sortie de nulle part, ou pire encore, comme si elle était toujours sale. Elles la regardaient comme si elle était un rat sorti d’un mur. De la méchanceté, c’est tout ce que ces filles pouvaient éprouver pour la jeune femme qui prenait leur linge.

- Bon tu te dépêches de sortir ? J’en ai marre de t’avoir dans mon champ de vision.

Avait dit Javotte dans un regard hautain, clairement, Cendrillon dérangeait tout le monde, mais était aussi très utile, et c’était sûrement la seule raison pour laquelle ces femmes la gardaient. Pourtant Cendrillon était dans sa propre maison, chez elle. Mais elle était comme un meuble, ou même pire encore, le meuble aurait été bien mieux traité que cette pauvre Cendrillon.

Pendant que la jeune femme était partie se changer dans les combles, la belle-mère commençait à perdre patience, et recommença à parler d’une voix forte et insupportable, tout en sonnant la clochette de la cuisine qui résonnait dans toute la maison.

- Cendrillon ! Dépêche-toi ! Si tu ne te hâtes pas nous seront en retard pour le bal de ce soir. Auquel tu n’es pas conviée bien sûr. Je tiens à ce que tout soit parfait !  Sers-nous notre petit déjeuner et arrêtes de traîner !

Oui, cette famille était insupportable, et peut-être tout autant que le vent froid qui passait par la petite fenêtre du grenier où se trouvait la jeune femme. La robe qu’elle venait de prendre à ses deux sœurs lui allaient bien mieux qu’à elle, c’était certain, même si elle était un peu grande. C’est qu’Anastasie et Javotte ont un corps bien plus enrobé que celui de Cendrillon qui se faisait mince.

- Bon allez là tu nous fait perdre notre temps, parce que NOUS on va au bal et NOUS allons être les plus belles.


- Oui, et puis sans oublier que NOUS allons nous marier avec le prince.

Quelles insupportables femmes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama - Port :: Le port :: Zelda, le bateau de Fitzgerald-
Sauter vers: