Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Sophie

Admin

John

Admin


 :: Hors de Yokohama :: Le Monde :: Amérique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Flashback] L'a-Poe-calypse (Ft.Edgar)

avatar
Messages : 134
Pages : 488
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Fév - 19:38
Nice to meet you
Ce voyage scolaire aux Etats-Unis aurait dû être amusant. Mais il n’y avait rien d’intéressant dans l’activité idiote qu’est de « faire des magasins », même s’il devait l’admettre : faire des courses était nécessaire. Joseph était avec un groupe de personnes de sa classe, jouant à la perfection le rôle qui lui a été confié : les surveiller. N’ayant aucune envie de s’intégrer au groupe pour uniquement discuter avec son ami, Arthur s’ennuyait, ce qui ne présageait rien de bon.

Il se baladait nonchalamment dans les rayons, tout en se disant -car il pouvait entendre sa voix portante, et pour avoir observé l’homme en rentrant- que le commerçant était un salopard imbu de lui-même. Bon certes, il pouvait sûrement rentrer dans cette catégorie, mais il ne prenait pas les gens pour des imbéciles… Ah, ça aussi ? Bah mince alors…
Ce qui était sûr, c’est qu’il ne se permettrait jamais de monter les prix comme ce type le fait.

C’est pourquoi il pouvait s’entrainer au vol à l’étalage sans remords, conclut-il sûr de lui.
Mais que voler ? Il n’allait pas risquer gros non plus. Il s’arrêta au rayon fruits et légumes.
Ce n’était pas la grande classe de dire à son ami « j’ai volé une pomme », Joseph aurait plus tendance à se moquer qu’à le féliciter. Et il y avait de quoi…

Qu’importe, au point où il en est… Et puis il ira la remettre en place une fois qu’il aura annoncer son méfait.
Il observe de chaque côtés.
Hormis un militaire venant dans sa direction, il n’y avait personne de ce côté ci du magasin. Et bien…Cela rajoute un peu de piquant à la situation. Ça sera encore plus satisfaisant de réussir alors qu’il y a des témoins.

Seulement, c’était une grossière erreur de sa part, commise par un excès de confiance en soi.
Le cœur battant, il se saisit du fruit et mit la main discrètement dans sa poche.
Il fit demi tour, tournant le dos au militaire brun, pour s’éloigner calmement…


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Pages : 151
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Mar - 20:21
Tout ça pour une pomme.ft. Tutur

Ce mercredi se devait d’être comme tous les autres mercredis, c’est-à-dire calme et presque ennuyeux. Mais Edgar lui n’avait pas le temps de s’ennuyer en ce moment, enfin pas vraiment. Il avait adopté depuis peu le petit raton laveur qui à cette heure était sûrement en train de dormir sur le canapé du salon. D’ailleurs cela faisait plusieurs fois que la bestiole réclamait de sortir, ce que le militaire ne voulait pas, il n’avait pas envie qu’il se fasse tuer par on ne sait quel abruti pour sa peau, ou peut-être qu’au fond il ne voulait simplement pas qu’il parte définitivement.

Là il avait fini son service pour aujourd’hui, ses collègues l’avaient laissé devant le magasin où il devait acheter deux trois trucs tout en faisant un salut militaire. Car bon, avec le grade de Sergent-Major on est pas n’importe qui non plus. Ça faisait du bien à Edgar de se savoir reconnu par ses collègues, mais aussi être reconnu tout court. Le Sergent-Major Poe portait beaucoup d’attention à l’honneur qu’on pouvait attribuer à autrui mais aussi à recevoir. On ne dit pas non à un petit compliment de temps en temps.

C’est à ce moment qu’il entra dans le magasin, saluant le commerçant qui le toisa juste. Quel connard, pensa Edgar. Donc il haussa la voix. « BONJOUR. » avait-il dit, jusqu’à ce que le commerçant se doive de le saluer pour ne pas faire honte, non sans grommeler. Ce qui valu un sourire satisfait au militaire qui s’était fait remarquer par tout le monde maintenant et qui se dirigea dans les rayons. Mhh.. Ouais, chocolat. Céréales.. Biscuits pour Karl .. Quelques petits trucs pour se faire de la bouffe vite fait. Et oh, pourquoi pas des fruits, ça faisait longtemps qu’il avait pas mangé sain -ou mangé tout court- et c’est donc tout naturellement qu’il alla dans le rayon des fruits et légumes, remarquant un petit jeune qui rodait depuis tout à l’heure. Il hésitait ou triait les fruits ?

Ah lala, il faut tout leur apprendre à ces jeunes. Edgar allait vers les pommes, car il en avait envie aussi, mais alors qu’il se tenait à quelques mètres de l’étudiant, il vit celui-ci faucher la pomme et la mettre """"discrètement"""" dans sa poche. Le Sergent haussa un sourcil en le voyant faire, mais il avait à peine le temps d’ouvrir la bouche pour lui faire une remarque que le commerçant s’était précipité vers celui-ci pour l’attraper par le bras et le serrer comme si il n’était qu’un objet, il gueulait littéralement.

- Petit con ! Je t’ai vu voler la pomme ! Tu vas la remettre tout de suite à sa place, et je vais appeler la police. Mais tu ne vas pas t’en tirer comme ça.

Le marchand leva alors une main vers le jeune homme et s’apprêta à le frapper lorsque le militaire se retrouva, faisant une ou deux têtes de plus que le marchand (qui était assez petit) et avait saisi le poignet de celui-ci, le serrant tout en arborant un sourire angélique.

- L’Armée est arrivée avant la Police monsieur. Qu’est-ce que je peux faire pour vous ?

Mais au lieu de s’adresser au commerçant comme il aurait du le faire, il parlait directement au voleur. C’était le comble, mais Edgar avait horreur de la violence. Peut-être que cet étudiant n’avait pas les moyens de s’acheter à manger et il allait se faire frapper seulement à cause de ça ? Faut arrêter les conneries.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 134
Pages : 488
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Mar - 0:10
Nice to meet you
Il ne s’attendait pas à ce que le commerçant débarque et lui saisisse le bras. Il ne pouvait pas lui en vouloir cependant, et il faut dire qu’il s’était fait prendre comme un débutant. Ce qu’il était, certes, ce n’était pas la peine d’en rajouter. Voler n’est pas une activité tout à fait noble, mais il ne regrettait pas pour autant.
Le sale type avait levé la main sur lui et Arthur, agissant avec impulsivité, aurait répliqué en le mettant à terre. Le militaire était intervenu avant de qu’il ne puisse créer un scandale.
L’homme lui parle et lui pose une question. Il a quand même un peu honte, comme en témoigne le léger rouge à ses joues. Il secoue la tête et repose la pomme à sa place comme si rien ne s’était passé.

« Rien. »

Il répond par un simple mot un air de défi au visage. Arthur pense qu’il est un cas désespéré, et que ce n’est pas pour rien qu’on le lui répète souvent. Le commerçant semblait réfléchir, les regardant tour à tour, avant de le lâcher, et partir en maugréant. Le jeune homme resta silencieux un moment, observant nonchalamment le militaire -remarquant quelques poils d’un animal qui n’était pas ceux d’un familier- avant de finalement reprendre la parole.

« Bon bah, salut. »

Pas de merci, pas de bonne journée, et encore moins d’excusez moi. Il s’était retourné rapidement pour cacher son visage devenu bien trop rouge. Il savait qu’il aggravait son cas, mais la fuite paru en ce moment même une excellente idée.
Il commença une marche rapide pour s’éloigner du militaire, sortant du magasin en courant, non sans entendre le sale type à la caisse lui crier de rester. Il ne devrait définitivement pas faire cela, mais il se surpris à sourire et s’amuser de la situation. L’adrénaline.

Il descendit la rue à toute vitesse, esquivant les personnes et autres obstacles avec agilité, le cœur battant dans les oreilles, avant de trouver une ruelle sombre et sans issue pour se cacher.
Le dos appuyé contre le mur, reprenant sa respiration, il envoya un message à Joseph pour lui dire où il était.
Il rejoindrait les autres quand ils sortiront du magasin. Il était mieux ici de toute manière.
Dans un soupire, il mit les mains dans ses poches, et attendit.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Pages : 151
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Mar - 16:01
Poe-mmeft. Tutur

Edgar Allan Poe n’était pas bête non plus, et assez observateur. Il avait bien vu la lueur d’impulsivité qu’avait eu le petit jeune quand le commerçant lui avait attrapé le bras, et c’est pour cela qu’il était intervenu en premier, il n’avait pas voulu que cela se finisse mal pour lui. Il ne connaissait pas Arthur, mais son travail était de protéger la population non ? ET puis il y a quelque chose qui s’appelle solidarité aussi. Peut-être qu’il n’avait pas assez pour s’acheter à manger ou autre.

Edgar cligna des yeux plusieurs fois lorsque le jeune prononça « rien ». Comment ça rien ? Il n’était pas en train de se faire agresser par le marchand là ? Ah bah tiens, le marchand qui a préféré utiliser la fuite en bougonnant, ce qui n’était pas plus mal. Bon, il aimerait bien discuter avec ce petit jeune et lui demander quelques explicat- « Bon bah, salut. » HEIN ? Mais il est en train de fuir aussi là ? C’est quoi cette ville de fous ? Bon, bah tant pis. Alors qu’il allait retourner à ses courses, s’en fichant royalement que le petit jeune se soit cassé en courant -quoi qu’un peu amer de pas avoir eu un merci-, le gamin fit tomber son porte-monnaie de sa poche juste devant la porte du magasin.

Quel boulet. Pensa Poe alors qu’il attrapa l’objet trouvé et sortit du magasin, voyant ce jeune homme toujours courir. Il n’avait pas le choix maintenant. Edgar commença alors à courir aussi.

- Eh, attend !

Mais le fugitif ne laissait rien paraître, il courrait vite en plus cet enfoiré. Mais avec l’entraînement, Edgar courait aussi assez vite, et était de nature assez athlétique, donc il le rattrapa en moins de temps qu’il ne le faut, ayant failli trébucher lorsqu’il tourna dans la ruelle peu après lui, essoufflé un petit peu quand même. Pourquoi il a voulu se cacher de lui ? Il n’allait pas l’arrêter pour le vol d’une malheureuse pomme. Le vol à l’étalage c’est mal mais quand on a pas d’arg- .. Wait. Il a un porte-monnaie. Donc de l’argent.

Edgar fronça les sourcils et regarda le jeune homme, lui tendant son porte-monnaie. Il avait beau avoir les sourcils froncés, cela se voyait qu’il était assez perplexe.

- T’as fait tomber ça en sortant.

Il y eût un petit silence, puis le militaire se passa une main dans les cheveux, dégageant légèrement sa frange qui commençait à se faire longue quand même. Il s’adossa au mur en face du fugitif et se gratta la nuque. Il avait quelques questions à lui poser, mais ne savait pas trop par quoi commencer. Il était jeune et sûr qu’il n’était pas du coin, il l’avait entendu avec son accent quand il avait parlé, ça ressemblait un peu à de l’Ecossais. Voyage scolaire peut-être ? Ou immigré ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 134
Pages : 488
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Mar - 1:38
Nice to meet you
Arthur fût surpris de voir l’homme débarquer dans la ruelle aussi rapidement. Après coup, il se dit que ce n’était pas étonnant venant d’un militaire. Le jeune homme accepta son porte monnaie, comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Le merci était encore une fois optionnel, mais cette fois, c’est parce-que il était trop occupé à se maudire intérieurement. Il multipliait les erreurs, et cela l’agaçait. Il était bien trop exigeant avec lui-même.
Quand il releva la tête après avoir remis l’objet dans sa poche, il pouvait voir que l’homme se posait des questions. Il décida de donner quelques réponses de lui-même.

« C’est juste parce-que je m’ennuyais. Cela parait idiot, mais je m’entraine à voler pas pour devenir un délinquant, ni un cambrioleur, juste parce-que ça entraine mes réflexes et ma concentration. »

Il haussa les épaules, d’une manière qui voulait dire croyez moi si vous voulez, ça m’est égal.

« Je viens de Londres. Un voyage scolaire. Je pouvais bien me faire passer pour un gamin étranger sans argent pour me tirer d’affaire, c’est ce que vous avez cru dans le magasin… ça répond à vos questions, ou y en a d’autres ? »

Il le regardait d’un air malicieux, la tête légèrement inclinée, portant un intérêt certain à son interlocuteur.

« J’en ai une, quel animal avez-vous ? Je ne reconnais pas ce genre de poils sur vos manches… »

Il y avait des choses plus intéressant à lui poser, et plus conventionnel comme son nom, par exemple.
Mais non, la curiosité de Doyle ne pouvait être intéressé par de tels futilités.
Il savait aussi que généralement, on se présenter, mais il ne doutait encore les intentions du brun. Bien que celui-ci ne semblait pas avoir de mauvaises intentions…


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Pages : 151
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Mar - 15:20
Sergent Major Allan Poeft. Tutur

Edgar, toujours adossé au mur, regardait Arthur, ou du moins il ne savait pas encore comment il s’appelait. Il regardait ce jeune homme qui semblait être insupportable, sans gêne et malpoli. Mais Poe était sûr d’une chose, c’était qu’il était intelligent, ça ne se voyait peut-être pas, mais il pouvait le ressentir, rien qu’à sa façon de parler, ses gestes et .. Ses paroles.

Alors que le militaire n’avait pas ouvert la bouche pour sortir un seul mot, il se fit devancer par le délinquant qui lui expliqua le pourquoi du comment. A vrai dire Edgar s’en fichait un peu, ce n’était pas ce qui l’intéressait, qu’il soit à un voyage scolaire ou autre. Mais ce qui capta son attention était l’une des phrases de celui-ci. « Juste parce que ça entraîne mes réflexes et ma concentration. » Ah oui ? Il en était sûr, ce n’était pas un voleur comme les autres, c’était bien la première fois qu’on lui disait que voler servait à s’épanouir intellectuellement.

Il le regarda alors, sans répondre, le laissant parler, il était clairement intrigué par ce jeune homme. Il ne le lâchait pas du regard. Il chercha dans les poches intérieures de sa veste militaire et sortit un paquet de cigarette, sortant une cigarette ainsi qu’un briquet et commença à fumer. Il prit une bouffée et semblait se détendre, il ne prenait qu’une seule cigarette par mois, car il ne voulait pas devenir accro et ne pouvait pas avec son travail, cela l’aurait ralenti dans ses capacités physiques.

Il regardait maintenant ailleurs puis fut captivé par la dernière question d’Arthur. Il avait des poils de Karl sur lui ? Il se regarda et effectivement, quelques-uns au bout de ses manches. Il avait l’œil ce gamin. C’était la faute de Karl aussi, il dormait parfois sur son uniforme et n’avait pas forcément le temps de faire attention à ça. Edgar eût alors un sourire, il semblait content de parler de son animal, même si il appréhendait la réaction du garçon.

- Un raton-laveur. Il s’appelle Karl et il est domestiqué.

Mais bon, c’était bien de parler de Karl mais il ne savait même pas comment s’appelait son interlocuteur. C’était mieux de le savoir pour s’adresser à lui non ? Mais peut-être qu’il ne le donnerait pas aussi facilement. Alors il lui donna son nom en premier.

- Je m’appelle Edgar Allan Poe, ou Sergent-Major Allan Poe, comme tu veux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 134
Pages : 488
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 1:25
Nice to meet you
Arthur l’observa sortir un paquet de cigarette de sa poche, et en fumer une. Il lui en demandera plus tard. Poe regarda sa manche avec étonnement, et lui sourit, bien qu’il paraissait tout de même méfiant à l’idée de parler de son animal. Quelque chose de pas commun, donc…
Un raton laveur ? Le jeune homme dirigea son regard vers les poils, et se rendit compte que cela faisait sens. Karl était un nom original, aussi.

« Hm… »

Il ne jugea pas du tout le fait que cet homme à un animal qui n’était pas sensé être domestiqué, et était même plutôt intéressé, contrairement à ce qu’il laissait voir. Le militaire se présenta et il releva les yeux vers lui. Edgar Allan Poe ? A ses yeux, cela faisait plus nom d’écrivain que de Sergent-Major. Mais il ne fit pas de commentaire pour une fois.

« Je vous appellerais monsieur Allan Poe. Je me nomme Arthur Conan Doyle, je suis ici en voyage scolaire… »

Il haussa les épaules. Son téléphone sonna pour signifier qu’il avait reçu un message, et y jeta un œil. Joseph lui indiquait qu’ils étaient passé au magasin d’a côté. Arthur haussa un sourcil.

« Qui n’a pas de réel intérêt. »

Il rangea son portable en roulant les yeux tel l’adolescent qu’il était, puis resta silencieux un moment. L’odeur de la fumée parvint à son nez, et il pencha la tête, se rappelant de sa précédente réflexion.

« …J’peux avoir une cigarette s’il vous plaît ? »

Il s’en ficherait pas mal si le type lui ferait le blabla de « fumer c’est mal ». Il le savait très bien. Il arrêterait un jour ou l’autre…Sûrement.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 31
Pages : 151
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mai - 20:38
Juste une hein !ft. Tutur

Edgar observa le garçon, encore une fois, Arthur Conan Doyle hm ? C’était un beau nom, et ça faisait plus britannique qu’écossais, enfin, il pensait qu’il était écossais, vu son accent .. Et il lui avait dit non ? Non.. Non. Il était déjà perdu mais fit comme si de rien n’était, reprenant une bouffée de sa cigarette qu’il laissa s’échapper en soufflant en tournant la tête, pour éviter d’en mettre dans la figure du jeune homme.

- Enchanté, Arthur. Ravi de faire ta connaissance.

Il lui tendit donc une main en souriant, attendant la poigne de son interlocuteur, puis cligna des yeux de surprise, de scepticisme aussi, il prenait peut-être un peu trop ses aises Edgar, avec cet homme.

- Enfin, si tu me permets de t’appeler par ton prénom, ce serait bien plus facile pour communiquer, et plus rapide aussi.

Il remarqua également qu’Arthur avait regardé son téléphone avec nonchalance, comme si il était blasé ou que ça n’avait pas d’importance. Ah, ces jeunes et la technologie. Edgar savait à peine faire fonctionner le sien, et quand il sonnait, il se mettait à sursauter et à bafouiller en on ne sait quelle langue. Mais tout ça n’était pas son problème, ça ne le regardait pas qui lui écrivait ou ce qui pouvait s’y dire. Cependant il n’était pas vraiment d’accord avec lui sur un point.

- Tu sais, tu devrais profiter de ces voyages, ce n’est pas tous les jours que tu peux découvrir une nouvelle culture et enrichir tes connaissances, et qui sait, cela te sera peut-être utile pour plus tard. Alors si ce sont seulement les gens qui t’ennuient, tu n’as qu’à tracer ton chemin tout seul, surtout si ce ne sont des personnes peu ou pas importantes à tes yeux… Enfin ce n’est qu’un conseil, tu en fais ce que tu veux.

Il semblait un peu gêné de lui faire la morale alors qu’il ne le connaissait qu’à peine, peut-être qu’au fond il voulait juste lui faire partager ses opinions, et c’est toujours intéressant de parler avec une personne intelligente comme Arthur, et agréable aussi.

Cependant, il sembla tiraillé quand il lui demanda une cigarette. Il était bien trop jeune pour fumer et en soi il n’avait pas trop le droit. Mais d’un autre côté, il n’avait rien à lui dire, il n’était pas son professeur ou son père. Alors il sortit son paquet de nouveau, et lui en donna une, ainsi que le briquet, ça serait mieux oui.

- Tiens, mais tu ne le dis à personne hein ?

Avait-il ajouté en ayant un sourire en coin et semblant amusé.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 134
Pages : 488
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Mai - 13:42
Je comptais pas fumer comme un pompier.
Poe semblait gêné à l’idée de l’avoir appelé par son prénom.

« Hm… Oui, vous pouvez, cela ne me dérange pas… »

Il haussa les épaules. De toute manière, l’homme devant lui ne lui semblait pas si vieux que cela... Puis il s’en fichait. Il regarda Edgar, qui venait de faire un monologue sur l’importance des voyages, et Arthur eut un léger sourire amusé.

« C’est ce que je fais déjà. Les autres de mon âge ne s’intéressent pas aux mêmes choses que moi… J’aurais aimé pouvoir découvrir l’histoire du pays… Sa culture comme vous dites… »

Il regarda ailleurs.

« Et savoir comment se porte notre ancienne colonie »

Son sourire se transforma en sourire en coin. Il l’observa hésiter à lui donner une cigarette, s’attendant au refus… Il cligna des yeux quand il accepta. Non, il ne s’attendait pas à cela. Surtout après sa réaction quand il avait prononcé son prénom par inadvertance.

« Pour un militaire, vos morales sont bizarres… »

Il la prit délicatement – le briquet aussi, cela sera sans doute plus simple.

« Merci… »

Il l’alluma, lui redonna son briquet, et prit quelques bouffées.

« Ma mère serait tellement fière de moi… »

Marmonna t-il sur un ton ironique. Elle ne l’avait certainement pas éduqué comme cela : Joseph était décidément une mauvaise influence... Il secoua doucement la tête avant de regarder le militaire à nouveau.

« Vous ne rentrez pas vous occuper de votre raton laveur ou… Faire autre chose… De plus important ? »

Il pencha la tête. Il avait sûrement une vie chargée, et rester discuter avec un « délinquant » n’était sûrement pas sa plus grande priorité.



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Hors de Yokohama :: Le Monde :: Amérique-
Sauter vers: