Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Mori

Admin

John

Admin


 :: Hors de Yokohama :: Les Alentours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sujets piégés • Ft. Steinbeck

avatar
Messages : 72
Pages : 327
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 10:14
Un drôle d'endroitTout était devenu noir. Puis peu à peu, elle ouvrait les yeux, le regard perdu et la vision floue. Il était déjà l’heure de se lever et le réveil n’avait pas sonné ? La lumière semblait celle d’un néon, et elle ne se rappelait pas en avoir chez elle. Elle ouvrit complètement les yeux et se redressa, en position assise dans ce lit qui lui paraissait inconnu aussi, passant ses mains sur son visage, ayant l’impression d’être passée sous les roues d’un camion. Peut-être qu’elle avait trop bu la veille et qu’elle avait simplement la gueule de bois, mais elle n’en était pas sûre, ses souvenirs étaient encore brouillés.

C’est à ce moment qu’elle se rendu compte que cette pièce, elle ne la connaissait pas. C’était une sorte de petite chambre qui ressemblait plus à une cellule qu’autre chose, tout était blanc ou presque. Dont la tenue qu’elle avait, une sorte de robe de chambre bizarre et ... Elle avait des marques de piqûres sur le bras. Elle ne savait pas dans quoi elle s’était fourrée encore, mais ça semblait mal commencer. Ou peut-être était-ce un mauvais rêve et qu’il fallait juste qu’elle se rendorme ?

Rien ne l’empêchait de se promener tout de même, à part que quand elle décida de se lever, ses jambes flageolèrent et elle tomba presque aussitôt au sol. Ça devait être un gros camion qui lui était passé dessus hein. Elle manquait d’énergie et se sentait complètement droguée, ce qui était très mauvais signe. Mais elle ne se laissa pas abattre, s’aidant du lit pour se redresser de nouveau, prenant sur elle et se diriger vers la porte qui ... n’était pas verrouillée. C’était presque trop facile si elle s’était fait capturer par elle ne sait quel malade.

Lentement, elle tourna la poignée, voulant tout de même voir ce qui se trouvait à l’extérieur. Qu’est-ce que c’est que ça ? Un long couloir, avec plusieurs portes, comme une prison. Tsuraya n’aurait jamais imaginé un jour atterrir dans ce qui semblait être un film d’horreur. Les quelques gens qui passaient semblaient soit comme elle, vidés, soit ils étaient en pleine forme, il y en a même un qui lui un coucou. La jeune femme, arborant un air blasé, ignora l’individu et préféra explorer, longeant le mur au cas où elle perdrait l’équilibre. Jusqu’à ce qu’elle arrive à ce qui semblait être une salle commune, il n’y avait pas grand monde, et le peu qu’il y avait la regardèrent, puis firent comme si de rien n’était.
Elle n’avait pas envie de faire partie de ces légumes, et qu’est-ce qu’elle foutait là d’abord ? C’était quoi cet endroit ? Pour le savoir, rien de mieux que d’aller là où il ne faut pas, dans la partie privée par exemple. « Laboratoires & recherches » était écrit au-dessus d’un autre couloir, ainsi que privé, mais ça, elle s’en battait les reins.

Faisant attention à ce que personne ne la voit, elle entra dans ce fameux couloir, passant la porte et évitant à ce qui pouvait être considéré comme des infirmiers ou des scientifiques. Plus loin, une grande baie vitrée qui contenait une salle … où quelqu’un criait, oui, criait. La pièce était peut-être insonorisée, mais on pouvait tout de même l’entendre.

Ce qu’elle vu ensuite allait de paire avec le son précédent. Un homme, allongé sur une table de travail, attaché, se débattait dans tous les sens tandis que trois scientifiques étaient autour de lui, comme des vautours avec leur proie. Ils semblaient lui injecter des choses qui le faisaient souffrir. Tsuraya écarquilla les yeux de surprise, surtout lorsque un pouvoir émana de l’homme qui était attaché, faisant trembler le laboratoire. Et il semblait y en avoir d’autres, des laboratoires et salles d’expériences comme ça.
Mais elle ne put aller plus loin, car quelqu’un arrivait. Elle retourna à la vitesse qu’elle pouvait dans la salle commune. Encore perturbée de ce qu’elle venait de voir, elle se passa une main sur le visage, prenant une inspiration. Un infirmier passa la porte qu’elle venait de franchir et la verrouilla. Ah, ils avaient simplement oublié de la fermer.

Mais ce n’était pas le plus important. Comment elle allait sortir de là ?
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 213
Pages : 621
Date d'inscription : 11/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 16:59
wtf is going on #tsuraya
Putain. Qu'est-ce qu'il avait fait, encore. Il n'avait pas encore les yeux ouverts que John sentait déjà sa terrible migraine. Super. Il avait encore abusé sur l'alcool, c'est ça ? Bah bravo. C'est vrai qu'il se souvenait avoir été faire un tour au bar, d'avoir bu quelques verres. Mais après, c'était le trou noir. Il ne se souvenait même pas être rentré, en fait.Ce qui expliquerait son incompréhension lorsqu'il ouvrit les yeux.

Il était où, putain. C'était quoi cette pièce. C'était certainement pas Rocinante ça, non. Il avait voulu se redresser, oui, mais il avait bien vite regretté vu comme sa tête avait tourné et qu'il avait failli tomber du semblant de lit où il se trouvait. Qu'est-ce que c'était que ce bordel. Il aurait bien tenté de prendre son portable mais il se rendit bien vite compte qu'il n'avait aucune de ses affaires. C'était quoi cette robe de chambre d'hopital ridicule aussi là, il avait l'impression d'être à poil putain. C'était vraiment pas génial, il comprenait rien, et c'était super frustrant. Du coup bah il était vraiment pas de bonne humeur, et il avait l'impression qu'il allait casser la gueule du premier qu'il verrait. Mais il était toujours autant dans le gaz, donc d'abord il allait soupirer et se calmer un peu. Réfléc-Non, ça ne servait pas à grand chose. Il devait juste sortir d'ici, peu importe ce qu'il foutait là.

Donc une fois qu'il fut calmé et sûr de ne pas se casser la gueule quand il se lèverait, eh bien il allait se lever. Et sortir de cette chambre, vu que la porte ne semblait pas verrouillée. C'était bien con, ça. Première erreur, ça ne faisait que motiver John dans son désir de casser des gueules. Quoi. Il avait quoi lui à lui faire coucou l'autre qui avait aussi l'air d'être dans le même était que John. Ouais mais John il avait pas la tête à faire coucou, il allait plutôt lui faire un gros doigt d'honneur. Connard, va. Bon, il avait pas non plus perdu toute sa tête hein, donc il alalit surveiller la venue de potentiel membre du personnel de cet établissement de merde.

Là-bas, par contre, y avait une fille. Enfin une jeune femme qui portait aussi cet habit ridicule, donc il supposait qu'il s'agissait aussi d'une "prisonnière". John s'était rapproché d'elle, relativement discrètement.

" Eh. C'est quoi cette merde..? On est où là ? J'me souviens pas de comment j'suis arrivé là mais j'ai pas le souvenir d'avoir signé pour c'genre de merdier. "


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Pages : 327
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Avr - 20:59
Un drôle d'endroitTsuraya était dans ses pensées, réfléchissant à un plan pour se tirer de là. Elle allait devoir surveiller les infirmiers, et trouver la porte d’entrée, ce qui n’allait pas être le plus dur. Elle aimerait bien trouver ses affaires personnelles d’abord, il avait son portable, elle pourrait appeler Dazai pour qu’il vienne la chercher, mais le truc c’est qu’elle ne savait pas elle-même où elle était.

Mais alors qu’elle allait chercher quelconques vestiaires ou autre, un homme, d’environ le même âge qu’elle, venu lui adresser la parole. Sur le coup elle sursauta, ne s’attendant pas à ce que l’on vienne lui parler. Elle tourna alors vers l’individu blond, tiens, elle avait l’impression de déjà l’avoir vu quelque part. Mais là n’est pas la question, il semblait aussi perdu qu’elle et se demandait également ce qu’il foutait là. C’était rassurant, au moins quelqu’un qui n’est pas un légume.

- J’en sais rien, mais il vaut mieux partir d’ici, et en vitesse.


Elle alla un peu plus loin dans un coin isolé et lui fit signe de venir, lui désignant la porte discrètement et parlant bas.

- Nous sommes des cobayes de laboratoire. Ils nous font des expériences, et si tu es ici, c’est que tu es un détenteur de pouvoir n’est-ce pas ? Tous ceux qui sont ici le sont aussi, nous sommes peu nombreux, mais j’ai l’impression que la salle commune se remplit peu à peu.

Elle lui montra son bras et les traces de piqûres, avec une tête peu convaincue.

- Les tranquillisants ne sont pas sous cachets, on nous drogue littéralement pour ensuite mieux nous manipuler, c’est flippant. On dirait un mauvais film d’horreur ou une série de psychopathes.

Tsuraya n’était pas du genre à faire confiance facilement, elle pensait que c’était quelque chose qui se méritait. Elle n’allait peut-être pas faire confiance à cet homme, mais si il avait envie de partir d’ici, ce qui semblait être le cas, il valait mieux qu’ils se serrent les coudes plutôt que de faire leurs plans chacun de leur côté. C’était assez compliqué comme situation à vrai dire, elle ne savait pas vraiment par où commencer, à part aller chercher leurs affaires, ce qui serait déjà pas mal, la blouse c’est bien gentil, mais bon, on s’en passera.

Et il y a quelque chose qui lui l’intriguait, elle ne savait pas ce qu’ils avaient fait à leurs pouvoirs, ils les avaient enfermés ou est-ce qu’ils étaient encore fonctionnels ? Elle allait tester ça tout de suite. Elle s’approcha d’une petite table basse, essayant de la tirer vers elle avec son pouvoir qui ressemblait à de la psycho-télékinésie. Et ... Cela fonctionnait, mais quelque chose clochait. C’était comme si le pouvoir était sous tranquillisant aussi, il manquait de force, de beaucoup de force. Ce qui faisait que leurs corps et leurs pouvoirs étaient HS, génial.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 213
Pages : 621
Date d'inscription : 11/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Avr - 23:08
wtf is going on #tsuraya
La question, c'était aussi quel putain de jour était-on. Depuis combien de temps John se trouvait-il ici. Deux jours, une semaine ? Un mOIS ? Non. Ca ne pouvait pas faire un mois, il y aurait bien des gens qui se seraient mis à le chercher, quand même. Il espérait. Eeeet c'était dans ces moments là qu'il se disait que finalement, être en binôme ne pouvait pas être si mal. Ah bah il se demandait bien où pouvait se trouver Lovecraft, s'il se demandait où il était passé. Il espérait quand même que oui, un peu au moins ah. Mais John ne pouvait pas se permettre d'attendre qu'on vienne le chercher. Il était pas dépendant à ce point, non. Mais ça n'enlevait rien au fait qu'il soit vraiment très irrité, et qu'il ait le genre de pulsion meurtrière qu'il avait lorsqu'on lui parlait mal, qu'on le traitait comme de la merde ou qu'on était assez con pour le faire vraiment chier.

Mais cette fille là, elle avait pas l'air conne. Elle avait l'air de vouloir aussi sortir d'ici, c'était déjà bon signe. Alors John aurait la gentillesse d'oublier la possibilité de la tuer. De toute façon, il n'était pas certain qu'il en aurait eu la force. Et même s'il ne lui faisait pas totalement confiance, il ne la connaissait aucunement hein, eh bien il allait bien devoir se résoudre à faire travail en équipe, une fois de plus. Parce qu'avec le temps, il avait bien compris que ça pouvait être plus facile comme ça.

" C'est bien ce que je me disais ouais. Ouais, en effet. Ca me tente pas plus que ça, être testé et tout. Fait chier, putain. J'ai rien demandé moi, j'crois que je suis juste allé boire un coup hier soir. "

C'était quoi ça. Ah. Il en avait aussi en fait, des marques de piqures. Il n'avait pas vu. Ca ne lui plaisait vraiment pas, ça.

" Merde. Bah j'peux te dire qu'ils m'auront pas comme ça, c'pas la première fois que j'serai piqué et sans doute pas la dernière. J'compte bien nous faire sortir d'ici, et si possible tous les envoyer au cimetierre. Enculés. Hm. D'solé pour mon langage, ça me saoule juste énormément de me retrouver dans une situation pareille. "

Non mais on ne l'enfermait pas sans raison comme çA HEIN. Ahhh, ça le saoulait. Comment il allait faire pour, comme il l'avait dit, les faire sortir même. Il n'en savait absolument rien non, vu qu'il avait pas son najava, pas ses graines. Bah il était un peu foutu quoi, en gros. C'eeest pas grave. Jusqu'à preuve du contraire il pouvait toujours se battre, un minimum. Et de ce qu'il voyait, la jeune femme pouvait un peu utiliser son pouvoir, et ça c'était pas négligeable. John avait soupiré, presque de soulagement. Par contre, il était presque certain d'avoir entendu des bruits de pas qui se rapprochaient de plus en plus d'eux, oui.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 72
Pages : 327
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Avr - 0:07
Un drôle d'endroitTsuraya regardait toujours la petite table basse, qu’elle effleurait du bout des doigts, elle sentait bien que son pouvoir se vidait, ou du moins comme si il était complètement affaiblit par elle ne sait quelle merde ils lui avaient injecté. D’habitude, cela ne lui aurait pas posé de problèmes, au contraire, mais là ... C’est au moment où on en a le plus besoin du pouvoir qu’il n’est pas disponible, c’est vraiment n’importe quoi. Elle était dans ses pensées, mais les injures de son camarade shooté lui aussi l’interpellèrent, en fait, ça l’avait même fait presque sourire.

- Et encore, enculés est trop poli je pense. Peut-être qu’une personne t’a offert un verre et/ou a mis quelque chose dedans, c’est quasi-certain, sinon je ne vois pas comment tu serais arrivé là... Mais bon. On devrait commencer par-

Et elle entendu également les pas qui venaient vers eux, des pas qui semblaient trottiner, joyeux. Un homme, le même qui leur avait fait coucou plus tôt, venu les aborder. Il était assez grand et avec les cheveux noirs ainsi que les yeux de la même couleur. Il arborait un très grand sourire et semblait être le roi des camés. Il ne fume pas que de la moquette lui, c’est sûr, pensa Tsuraya en le dévisageant tandis qu’il lui avait coupé la parole pour énoncer quelque chose de plus ou moins intéressant.

- Hé, les amis, c’est l’heure du goûter !

Là elle le dévisageait plus qu’autre chose, elle avait vraiment l’impression d’être dans un asile, cette sensation était plus qu’ignoble et le sourire du gars, soit il était faux, soit il avait un dentier digne du chat d’Alice aux Pays des Merveilles, brr. Elle décida donc de l’ignorer, le plan qu’elle avait envie d’élaborer avec le blond s’avérait bien plus intéressant qu’un pain au chocolat ou on ne sait quoi, qui contenait sûrement de la drogue aussi.

- On devrait commencer par s’asseoir.

Reprit-elle, se dirigeant à l’écart des autres et du gogole, s’asseyant et poussant un soupire, elle aurait voulu faire un commentaire sur ce gars, mais il y avait plus important à faire pour le moment. Elle baissa alors nettement le ton de sa voix, espérant que son interlocuteur l’entende.

- Je pense que la première chose à faire serait de récupérer nos affaires personnelles, on pourra déjà voir si l’on peut joindre quelqu’un ou si l’on doit vraiment se débrouiller par nous-même … Ah, et je ne veux pas te donner d’ordre ou quoi, ce n’est qu’une simple proposition.

Elle était assise, les coudes posés sur ses genoux et les mains liées, fixant le blond mais en faisant aussi attention aux alentours et aux caméras de surv- .. Oh merde. Il ne manquait plus que ça.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 213
Pages : 621
Date d'inscription : 11/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Avr - 20:23
wtf is going on #tsuraya
Ah. Eh bien au moins il savait qu'il n'aurait pas à être trop faux et poli avec elle, c'était pas plus mal, il était pas en état de trop rester calme et se ménager dans ses propos, à vrai dire. Il était juste en état de.. Eh bien soit de dormir, soit de défoncer des gueules. Mais il n'y avait effectivement pas d'entre-deux non. Tant pis hein, il resterait dans cet était louche le temps qu'il faudra. Il voulait juste tellement sortir d'ici.

" Ouais en fait. Ma mère me tuerait. Ouais je pense que ça doit être ça. Moi qui me disait que les gens étaient sympas ici, je m'suis bien gourré. Ca m'apprendra à être naïf. 'Fiiin bon. "

Quoi. Oh putain, y avait vraiment quelqu'un qui venait par là. Et c'était pas un membre du personnel, comme John l'avait craint; Non, c'était l'autre abruti qui lui avait fait coucou plus tôt. Génial. Il voulait quoi même. Parce que s'il y avait bien une chose que John voulait, c'était l'étrangler jusqu'à lui enlever son grand sourire de con. Mais il allait se retenir, sourire, et lui faire un doigt d'honneur. Encore. Et la prochaine fois il lui foutrait au fond de la gorge putain. Et sinon, bah il allait aussi l'ignorer parce que c'était probablement la meilleures des choses à faire. Et hocher la tête en la suivant.

" Ouais, je suis du même avis. Encore faudrait-il qu'il y ait du réseau mais si c'est le cas j'devrais réussir à joindre au moins un collègue ou deux. Et puis si j'ai mes affaires ça peut-être plus pratique si on est obligés d'utiliser nos pouvoir pour se défendre, même si je préfère qu'on s'en aille discrètement et revenir les défoncer plus tard tant qu'à faire. Ah, pas d'souci. J'ai l'habitude de bosser en binôme. "

Ce qui était plus ou moins vrai. Il n'avait juste pas l'habitude de changer de binôme, en fait. Mais d'abord il s'en remettrait, et ensuite eh bah il n'avait pas vraiment le choix. Voilà. Tout comme ils n'avaient pas le choix de faire attention. Ils étaient surveillés. Eh bien il allait faire coucou à la caméra avec un grand sourire, peut-être qu'il aurait l'air aussi débile que les autres et qu'ils passeraient inapperçus. Avec un peu de chance ouais. En espérant que ça suffise pour le moment. Et en même temps, il allait en profiter pour essayer de repérer une quelconque porte, des panneaux indicatifs. Mais ça avait l'air assez peu présent, eh.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Hors de Yokohama :: Les Alentours-
Sauter vers: