Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Sophie

Admin

John

Admin


 :: Yokohama - Centre Ville :: L'Agence des Détectives Armés :: L'agence Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je vais mourir! Mon nez est brisé! [Ranpo/Akiko]

avatar
Messages : 138
Pages : 456
Date d'inscription : 08/04/2018
Age : 14
Localisation : Dans la région du fromage tmtc
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Mai - 19:33

Yosano
Akiko

Edogawa
Ranpo

La prochaine fois, je fermerais ma bouche, car là, je souffre!
Si le détective avait su ce qu'il allait se produire juste après ses paroles, il se serait tût. Mais non, il a préféré intervenir. Et son pauvre nez en a subit le coup. D'après Arthur, il est fracturé. FRACTURE. Vous vous rendez compte?

Et le pire dans tout ça, c'est que c'est douloureux. Ranpo n'avait jamais vraiment ressentit la douleur, oui. En étant la raison de la création de l'Agence, jamais il n'avait été blessé gravement. Non pas que là ce soit grave, mais, ça fait mal quoi. Et vu que le détective a ses préférences en matière de médecine, il décidait d'aller voir sa chère Akiko pour le soigner. Il sait qu'elle utilise son pouvoir que si le blessé en question risque de mourir, mais sachez que Ranpo est en train de mourir intérieurement.

Après quelques râleries, sucreries, et pleurnicheries vers Fukuzawa, Ranpo se décidait enfin à aller voir son médecin préféré. Marchant d'un pas plutôt énervé, il allait dans l'infirmerie d'Akiko. Enlevant sa gavroche en signe de respect, il se tournait vers Yosano.

Pointant du doigt son affreux nez, il lui expliquait d'une voix calme, mais douloureuse.

-... On m'a cassé le nez.. Ne me demande pas comment ni pourquoi, puisque je ne veux plus entendre parler de cette histoire. Et du coup, j'aimerais savoir si tu pouvais..enfin tu vois.. me le guérir..? S'il te plait.. Akiko-Chan.

Jamais il ne parle comme ça. Exemple tout bête, Arthur. Ranpo lui parle de sa voix hautaine et moqueuse. Mais là, c'est plutôt différent. Bien sûr, il arrive au détective d'être assez gamin envers Akiko, mais disons que sur certains points, il est différent envers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Sam 2 Juin - 11:57
Invité
Combien de Détectives se plaignent d'Akiko ? De son éternelle manie à traîner n'importe qui au shopping... Ou bien de sa méthode de soins très.. particulière.. Beaucoup. Il y en a vraiment beaucoup qui s'en plaignent. Mais par contre, quand elle était sagement et calmement occupée dans son bureau.. Il y en avait toujours pour venir réveiller le "monstre".

Et cette fois c'était ce cher Ranpo. Et Dieu... Le moins qu'on puisse dire c'est que le médecin de l'Agence ne s'y attendait pas. Alors qu'il pointait piteusement son nez, elle ne put se retenir de pouffer de rire. Ranpo.. Avec le nez cassé.. Elle avait toujours su que son ami détective était une vraie chochotte mais à le voir ainsi, elle se disait que c'était presque exagéré. Il semblait au bout de sa vie ! C'était assez comique en fait... Et Akiko n'était clairement pas discrète à essayer de se retenir de rire. C'est qu'elle craignait fortement de blesser l'amour-propre du détective qui était... Très important.. ?

- ... On m'a cassé le nez.. Ne me demande pas comment ni pourquoi, puisque je ne veux plus entendre parler de cette histoire. Et du coup, j'aimerais savoir si tu pouvais..enfin tu vois.. me le guérir..? S'il te plait.. Akiko-Chan.

Mais elle se reprit rapidement en l'entendant. "On" ? Elle avait comme l'impression que ce n'était pas un simple accident. Et même si elle s'était moqué de Ranpo car cette image de lui l'amusait beaucoup, elle n'aimait pas l'idée que quelqu'un ait pu le blesser intentionnellement. C'est que malgré les apparences il restait une personne à qui elle tenait particulièrement. Mais allez toujours courir pour qu'elle l'avoue. De toute façon, Ranpo le savait bien, et réciproquement elle savait qu'il la comptait comme personne qu'il appréciait.

Le médecin plissa les yeux. Il avait beau vouloir qu'elle ne demande rien, sa curiosité avait été attisée. Et puis bon... N'était-il pas normal d'avoir toutes les informations à disposition quand on devait soigner un "patient" ?  Elle se leva de sa chaise, posant une main à plat sur son bureau.

- Tu sais, Ranpo... Un nez cassé ça peut se soigner sans mon aide.. D'abord appliquer de la glace et attendre quelques jours que le gonflement soit parti et seulement alors consulter un médecin si c'est nécessaire.

Elle soupira, haussant les épaules. Elle avait l'impression de parler à un enfant. Ou plutôt s'amuser à le taquiner en le prenant pour tel. Contournant le bureau, elle s'approcha de lui, un sourire peu rassurant apparaissant sur ses lèvres. C'est qu'elle doutait fortement qu'il veuille garder ce gonflement du nez plusieurs jours durant. Il avait trop de fierté.

- Après... Il y a ma méthode. Ca partira en quelques secondes, au prix de "juste" quelques petites douleurs..

C'est qu'aussi loin qu'elle remontait, elle n'avait jamais eu l'occasion d'avoir Ranpo sur sa table d'examen. Son sourire se fit encore plus sadique à cette idée. Il fallait bien une première fois à tout, non ? Et non elle ne ferait pas de favoritisme sous prétexte que c'était Ranpo.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 138
Pages : 456
Date d'inscription : 08/04/2018
Age : 14
Localisation : Dans la région du fromage tmtc
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juin - 15:48

Yosano
Akiko

Edogawa
Ranpo

Vais-je le regretter...
Si la réaction d'Akiko n'étonnait point Ranpo, il était quand même légèrement vexé. C'était donc si comique qu'il soit blessé.. Le détective fronça les sourcils en entendant le rire du médecin de l'Agence.

-..Je t'interdis de rire!

Il marquait une pause en détournant légèrement le regard.

- Ce n'est pas si drôle que ça...

Surtout la raison de ce nez cassé. Ranpo ne trouve pas ça comique, ni rien d'autre. Ca fait mal, et lui n'a jamais ressentit réellement la douleur, alors oui, il en fait peut être des tonnes, mais que l'on se moque de lui, ça ne passe pas trop..

Le détective haussait les épaules. Oui, il savait très bien que le pouvoir d'Akiko n'était pas franchement utile pour son cas. Mais, avoir ce nez en mauvais état est assez insupportable pour Ranpo. Les autres détectives -surtout Dazai- pourraient très bien se moquer de lui, et il en était hors de question. Jamais Ranpo ne leur laisserait une quelconque occasion de se moquer de lui. 

-Oui..je..je sais mais-

Il coupait sa phrase en voyant le sourire d'Akiko. Le détective connaissait ce sourire peu rassurant. Un léger frisson lui parvenait, mais il tentait de le cacher. Enfin.. jusqu'à ce que Akiko lui dise que sa méthode pourrait faire disparaître l'horreur de son nez. Au prix de quelques douleurs..

Le détective fixait Akiko. Cette dernière abordait le même sourire, mais plus prononcé. Ranpo sait que le médecin de l'Agence est quelqu'un de sadique, mais elle  sait guérir. En soi, c'est normal. Ranpo fut prit d'un léger doute, il pourrait refuser, et attendre que son nez aille mieux tout seul, mais en même temps, ça pourrait être plus rapide avec l'aide d'Akiko. Il se dit que c'était l'une des possibilités qui allaient se présentées à lui si il allait voir Yosano. Il ne pouvait pas supporter l'idée que ses collégues lui fassent des réflexions, et se permettent de rire en voyant sa tête, non.

-.. Je.. j'accepte que tu me soignes avec ta.. méthode.

Allait-il le regretter ? C'était fort probable. Il posait sa gavroche, ainsi que ses précieuses lunettes sur le bureau d'Akiko. En lui même, il se dit qu'après ça, il ira manger autant de snacks qu'il voudra, c'est juste un mauvais moment à passer.. Quoique, Ranpo ne se souvient pas d'avoir demandé les soins d'Akiko dans le passé, donc il ne sait pas tellement comme ça se passe, mais ses collègues, du moins, ceux qui ont déjà dû passer entre ses mains, semblent heureux quand leurs soins sont terminés..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mer 20 Juin - 20:06
Invité
- ..Je t'interdis de rire !

Si ça n'avait pas été Ranpo, Akiko aurait rit de plus belle, allant même jusqu'à se moquer ouvertement. Mais là, elle ne put qu'esquisser un sourire, les yeux rieurs, hochant simplement la tête, lâchant un "Oui, oui", comme elle se serait adressé à un enfant. Il n'y avait bien qu'avec lui qu'elle avait un tel comportement. Pas si drôle ? Oh que si, ça l'était. Ou du moins sa tête. La situation en elle-même... Disons que si ça avait été un accident, Akiko aurait longuement insisté pour qu'il lui raconte tout en détail, pliée en deux de rire en imaginant toutes les situations possibles mais là... Elle n'appréciait pas vraiment l'idée que quelqu'un l'ait blessé volontairement, et de la façon avec laquelle il s'était exprimé, c'était l'impression qu'elle avait eu.

Sans trop faire attention à ses bégaiements, Akiko tapotait des doigts le bois de son bureau, son sourire sadique s'élargissant de seconde en seconde. Elle n'allait pas le forcer. Ca n'était qu'un nez cassé après tout, non ? Mais elle connaissait très bien Ranpo. Il avait trop de fierté. Et elle espérait qu'il céderait sous la pression. Ou qu'il se mette dans de tels états que l'amener à la table d'examens (ou de torture, selon le point de vue), serait des plus simples, et ce avec son entier consentement. Ou presque. Mais ne nous attardons pas sur les détails.

- .. Je.. j'accepte que tu me soignes avec ta.. méthode.

Le "taptap" des doigts du médecin sur le meuble cessa, alors que son sourire sembla enfin se figer. Elle avait eu ce qu'elle voulait, et ça se voyait dans son regard. Elle partit alors dans un de ses rires sadiques, que ceux étant déjà passés par ses soins connaissaient un peu trop bien.  Puis, lentement, elle retira ses gants et les posa sur son bureau. Enfin, elle marcha en direction de la table d'examen, qui, étrangement, était munie de poignets en métal sur lesquelles Akiko fixait les sangles pour attacher les patients. Souriant à Ranpo, elle lui désigna la table, lui faisant signe de s'allonger. Et maintenant qu'il avait accepté, elle ne le laisserait pas fuir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 138
Pages : 456
Date d'inscription : 08/04/2018
Age : 14
Localisation : Dans la région du fromage tmtc
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 22 Juin - 21:03

Yosano
Akiko

Edogawa
Ranpo

Vais-je le regretter...

Après que le médecin ai entendu la réponse -positive- du détective, celle-ci se mit à rire. Un rire qui ne rassurait pas Ranpo, au contraire, il hésitait même à revenir sur son choix. Mais a vrai dire, il pense bien qu'il ne peut pas faire chemin inverse.. Alors il assume sa réponse et attends les indications d'Akiko en ayant un léger stresse en lui. La jeune femme enlevait lentement ses gants noirs et se dirigeait vers sa table d'examen. Le détective la suivait du regard jusqu'au moment où les yeux de Ranpo se perdaient sur la fameuse table en question.. elle était munie de.. poignets en métal?!

-Attends... pourquoi cette table d'examen possède-t-elle des poignets en métal? 

Oui, bon, dorénavant, il ne pouvait pas refuser, ni partir en courant puisqu'Akiko lui fit signe de s'allonger sur cette table. Ranpo fit ce qu'elle lui demande, s'allongeant sur cette table "d'examen" avec un stresse qui ne cessait de monter en lui. Pourtant, paradoxalement, il avait confiance en Akiko, se disait que c'était pour son bien qu'il était là..Enfin, sa conscience espère qu'il ne reviendra pas sur cette table de sitôt, disons que d'être allongé ici ne lui inspire pas confiance, vraiment pas.

En attendant le médecin, Ranpo revenait sur les faits de la blessure de son nez. En soi, c'est en partit sa faute si il est ici.. Mais, il peut passer un peu de temps avec Akiko, ce qui n'est pas pour le déplaire en soi. Mais, ce qui le déplaît c'est que dans sa tête résonne toujours le rire sadique de la jeune femme, qui ne le rassure plus du tout..

-Et.. maintenant..?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama - Centre Ville :: L'Agence des Détectives Armés :: L'agence-
Sauter vers: