AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 :: Yokohama - Centre Ville :: Zone Résidentielle :: Parc Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Let's get Loud I Fyfy ♥

avatar
Messages : 20
Pages : 106
Date d'inscription : 11/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Sep - 2:11
This life is filled with hurt when happiness doesn't workFyodor & Lewis
Pain without love, pain can't get enough, pain I like it rough 'cause I'd rather feel pain than nothing at all. ••• Un parc. C’était reposant, c’était nettement plus intéressant que n’importe quelle partie de la ville. Ton esprit peut s’y perdre à sa guise pour moults raisons, plus variées les unes que les autres. Sans pour autant y avoir de fil rouge, à force, tu n’en as plus spécialement l’habitude. A force de monter, démonter, remodeler, inventer, dissocier, associer des mots, des idées, des histoires dans tous les sens possibles et inimaginables. Mais cette verdure, cet air, t’apportent du renouveau, te donnent aussi une énorme bouffée au milieu de deux routines beaucoup trop rangées. Sauf que tu n’es pas là par hasard. Tu aurais peut-être préféré. Tu ne sais pas trop anticiper, ni imaginer pour le coup. On t’a envoyé ici. Ce qui t’empêchera de pleinement profiter ce qui se passe, de l’endroit où tu peux être. Pourtant, c’est quelque chose d’assez banal. Des informations à donner. Sauf que la personne à qui tu dois les transmettre est loin d’être banale. Elle fait même partie de la poignée de gens que tu as décidé de respecter, bien souvent pour ton propre bien.

Cependant, ce n’est pas la première fois que tu le croises, que tu vas le voir, lui parler. Alors le pianotement de tes doigts se fait assez calme, il suit même le doux sifflement de ce que tu as défini comme pinson. Tu ne te bougeras pas pour vérifier, tu fais juste confiance à ton ouïe. Mais alors que tout va presque bien, l’Heure dépasse, fuit. Pourtant, tu es certain d’être au bon endroit, tu as vérifié plein de fois. Tu as vérifié l’heure aussi. Totalement juste. Alors quel est le problème. La date ? Le banc, l’arbre juste en face ? Tu cherches, tu cherches même peut-être un peu trop activement, parce que tout ce que tu trouves, ce sont des regards mal avisés, jugeant, te jugeant sûrement.

Soyez ce que vous voudriez avoir l'air d'être ; ou, pour parler plus simplement : Ne vous imaginez pas être différent de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenu ce que vous êtes.

Tu n’as pas le temps de t’attarder sur ces gens. Sur ce qu’ils peuvent penser. De toute manière, malgré la course folle des aiguilles, tu aperçois cette silhouette attendue. Tu te lèves par pure politesse, tu redresses ta posture déjà anormalement raide, mais il est hors de question d’être un tant soit peu avachi. Tes mains sont croisées, derrière ton dos, et tu es bien décidé à le laisser s’installer avant toi-même désormais. Tu essayes aussi le plus possible de sceller tes lèves pour le moment, voulant éviter de faire une quelconque remarque désobligeante. Sauf que ta langue se délie bien plus vite que tu ne le voudrais, et reflète beaucoup trop bien tes pensées aussi.

« ▬ B-Bonjour. V-Vous avez eu d-des retardements, e-embûches sur votre c-chemin ? »


© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Pages : 187
Date d'inscription : 11/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Sep - 19:23
Dit moi tout~
Hm.. vous êtes tranquillement installé. Dans votre fauteuil dans votre QG. Nikolai n'est pas là, vous êtes tout seul. Tranquillité agréable. Vous avez seulement vérifié quelques informations qui vous étaient parvenu par diverses messages. Notés dans un coin de votre tête. Nonchalant, vous regardiez l'heure. Vous n'étiez pas pressé. Quoi que. Oh. Intéressant. L'Ordre avait des informations à vous donner. Seulement, voilà que la jeune aux cheveux blonds vous signait que ce serait l'un de ses membres qui vous donnerait tout ça. Hmm..

Ca ne vous dérangeait pas, si avoir de nouvelles informations était la récompense, vous vous déplaceriez sans soucis. Ni une, ni deux, vous voilà dehors. L'air y est frais. Ahh... une bouffée d'air, et une autre. Prenons notre temps. Rien ne presse. Vos mouvements sont si... paisibles. Difficile de penser que vous êtes, sinistre, parfois. Difficile d'y croire, c'est un fait. Sur le chemin, qui se faisait relativement court, vous vous rongiez les pouces. Les ongles, la peau, tout y passait. Vous vous les mordillez comme si tout était normal. Comme si cette habitude était normale. 

Vous avez prit un chemin ... peut être que ce n'était pas le bon, et sans doute que c'était ça. Mais , vous l'aviez fait exprès. Prendre un peu son temps, profiter. Non, non. Vous traîniez juste un peu, et ceci sans aucune raison. Cependant, le tic-tac horrible d'une horloge vous ramenait à la raison. Oui, vous êtes en retard. Soupirant, vous preniez le chemin le plus court possible de là où vous étiez pour aller à votre point de rendez vous.

Trois minutes s'écoulèrent, et voici que vous faisiez votre entrée. Toujours votre pouce dans la bouche, voici que ce dernier se mit à saigner. Tant pis. Vous observiez le sang perler sur votre pouce tout en marchant droit devant vous. Vous entameriez votre second pouce sur le retou-

Tient. Voilà le fameux membre de l'Ordre que vous deviez rencontrer. Vous arquez un sourcil. Pas la première fois que vous alliez à sa rencontre pour des informations. Lewis... Carroll? C'est ça? Un dernier croc dans votre ongle, et vous alliez en face de lui. Ah oui, son bégaiement était présent. En soit, ce n'est pas ça qui vous dérangerait. Ce qui vous dérangerait, c'est que ses informations soient fades. Ce ne serait pas tellement sa faute, mais vous iriez parler gentiment à sa supérieur dans ces cas là.

- Non, je me baladais juste. Yokohama a de beaux recoins, et donc je m'y suis rendu tout de même.

Pour constater ça de vos propres yeux surtout. Sans soupire, vous vous installiez sur le banc présent juste derrière, les jambes croisées. Votre regard améthyste déposé sur l'homme en face de vous. Le regardant de haut en bas. Hmm. Bien, repassons aux choses qui vous intéressaient. Second pouce en bouche, vous le mordiez, ignorant les regards alentours.

-Bien. Qu'avez-vous de beau à me donner? Des choses intéressantes j'espère? Et au passage, j'espère ne pas trop vous avoir fait attendre.

Même si il répondait oui, vous vous en fichiez. Vous prenez le temps que vous voulez pour venir à un rendez vous, point.

_________________
« Crime and punishment are closes friends, borders disappear, pieces awaken
 - and doing violence as your instincts desire»

 
Sausage:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Pages : 106
Date d'inscription : 11/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Sep - 21:11
This life is filled with hurt when happiness doesn't workFyodor & Lewis
Pain without love, pain can't get enough, pain I like it rough 'cause I'd rather feel pain than nothing at all. ••• Ta respiration s’était ralentie, mais pas spécialement approfondie. Parce que tu étais…Impressionné ? Possiblement. Cet homme, tu l’avais déjà rencontré. Et tu avais déjà remarqué cette aura, son aura. Celle qui te dictait actuellement de rester assez loin, même debout. Ce n’était même plus la politesse que l’on t’avait inculquée depuis le début, il y avait même une once de méfiance. Mais ne mieux vaut-il pas inspirer la crainte que l’amour ? C’est ce qu’il prétend, le valet de cœur. Et il est plutôt de bon conseil. Tu n’aurais certainement pas respecté une personne trop avenante, trop proche, trop faible ? Tu regardes quelques secondes ce pouce qu’il vient de sortir de sa bouche, la légère traînée rouge qui en sort. Et bien au moins tu sais maintenant que tu n’es pas le pire dans le domaine. Information parfaitement inutile.

A sa prise de parole, tes sourcils se froncent très légèrement. D’incompréhension. Il y a un temps pour tout. Celui de se balader, celui de se travailler. Deux moments foncièrement différents. Vous n’êtes sans doute pas sur la même longueur d’onde, mais ça Charles, tu le sais depuis longtemps. Tu as bien pu le constater, que ces gens différaient bien trop de tes habitudes. La remarque qui consisterait à lui dire qu’il était inconscient d’agir comme ça, que c’était une preuve de négligence, te brûle les lèvres, la langue. Mais à la place, tu serres les doigts, à t’en blanchir les articulations. Tu les crispes sur cette farde où tu as pris la peine de mettre le cœur des informations à donner. Tu sens le papier se froisser légèrement sous cette pression. Tes lèvres finissent quand même par s’entrouvrir, et tu viens presque à avoir peur de ce qu’elles peuvent lâcher.

« ▬ D-d’accord, j’espère q-que vous avez pu a-apprécier ce que vous y avez v-vu. »

Un long soupir mental s’ensuit. Un soupir de soulagement. Tu y es arrivé, à ravaler tes remarques. Tu en serais presque fier, si ce n’était pas le tout début de la conversation. Si tu ne savais pas qu’il y aurait encore des tonnes d’efforts comme celui-ci à fournir. Faisons semblant. Faisons semblant que tout allait bien, que ce n’était pas déjà le chaos total dans ton esprit. Tu avais la chance d’avoir appris à fermer ton visage dès ton plus jeune âge. Ou plutôt, tu n’avais peut-être même jamais sû comment exprimer correctement des expressions à travers lui. Et tant mieux. Cela pouvait te sauver la vie dans des moments comme celui-ci. A moins que ce ne soit ton monde, tes idées, ombres glissants sous les cieux, invisibles aux yeux éveillés.

Il s’installe sur le banc, tu observes consciencieusement sait-on jamais que cela puisse t’apprendre quelque chose. Mais tu préfères poser ton regard dans le sien, et t’humectes légèrement les lèvres. Une préparation comme un autre à parler, mais si ça restera toujours éreintant, éprouvant, ridicule. C’est le dernier, le pire des moment même, pour penser que tu es ridicule dès l’instant où tu essayes de mettre des mots sur ce que ton esprit peut vouloir dire.

« ▬ J-Je ne sais p-pas si c’est s-spécialement b-beau, m- »

Tu t’arrêtes déjà, ta concentration est pourtant à son maximum, mais elle en fait peut-être justement un peu trop, elle est déjà à la fin de la phrase que tu veux construire, le milieu, il s’est perdu, disparu, envolé, enfui ? Ca t’agace, ça t’énerves, tu ressers les papiers, tu retombes quand même sur ce qu’il t’as dit.

« ▬ T-Trois minutes, c’est d-difficile de dire s-si c’est long o-ou non. Le l-lapin blanc il p-prétend que p-parfois une seconde est t-toujours. S-s’il a raison, t-trois minutes s-sont bien p-pires qu’une é-éternité. »

© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Pages : 187
Date d'inscription : 11/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Sep - 22:40
Dit moi tout~
Confortablement installé sur le banc, vous écoutiez tout le baratin de votre interlocuteur anglais. Si les informations qu'il doit transmettre ne sont pas "belles", ça ne vous dérangerait pas. Du moins, tant que ce ne sont pas de mauvaises nouvelles telle que "le livre a été prit par l'ennemi", ça, ça vous agacerait énormément. Mais par contre, si il s'agit d'une perte d'un membre d'une quelconque organisation alliée, c'est triste à dire, mais vous vous en moquez. Quoi que, non, ce n'est pas triste. Au contraire, ça montre que ces personnes sont incapables. Incapables de se défendre, incapables.. incapables de rester en vie. En soit, vous espériez quand même que ce qu'il vous dira sera intéressant pour vous. 

- Les secondes, les minutes... Voilà un moyen bien ennuyant de calculer l'heure.

Vous retiriez votre pouce de votre bouche, vous relevant. Approchant votre pâle visage de votre interlocuteur.

- Si ce lapin blanc a le temps de savoir que les secondes sont longues, c'est qu'il ne s'est jamais fait poursuivre par un loup. Étrangement, quand la mort est bientôt à notre porte, les minutes deviennent rapides, et les secondes ne sont que des brides qui séparent cet espace temps. ~

Assez satisfait, le regard perçant, vous redressiez votre tête jusqu'à être complètement droit. Remettant votre Ouchanka correctement, vous leviez une main vers votre visage pour en discerner les pouces. Le saignements s'était stoppé. Tant mieux. Le regard toujours figé vers ces mains pâles, vous prononciez enfin quelque chose après ce petit instant de silence qui s'était déposé.

- Cependant, je ne  me suis pas déplacé pour apprendre les histoires sordides d'un lapin laiteux. Venons-en aux faits.

Un large sourire se dessinait sur vos lèvres. Vos cheveux corbeaux bougeaient légèrement en suivant le rythme du vent.

-Que veut me transmettre cette demoiselle Christie?

_________________
« Crime and punishment are closes friends, borders disappear, pieces awaken
 - and doing violence as your instincts desire»

 
Sausage:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Pages : 106
Date d'inscription : 11/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Sep - 14:00
This life is filled with hurt when happiness doesn't workFyodor & Lewis
Pain without love, pain can't get enough, pain I like it rough 'cause I'd rather feel pain than nothing at all. •••Ton froncement de sourcil s’intensifie, en même temps que tes réflexions s’accélèrent, se superposent, se mélangent. Tu n’as pas vraiment l’habitude d’avoir un interlocuteur qui répond franchement à ce que la plupart nomment de divagations. Est-ce un mal ? Tu n’en as aucune idée, après tout, le mal, le bien, ce ne sont que des futilités. Comme si tout pouvait être aussi clair, limpide. Mais au-delà de ces notions, ses paroles restent dans ton esprit, elles sonnent légèrement faux parce qu’elles ne viennent tout simplement pas de toi. Mais elles sont à prendre en compte, mine de rien. De toute manière, tu ne pourrais pas juste passer au-dessus très longtemps.

« ▬ C-C’est peut-être ennuyeux p-pour certaines p-personnes, mais t-totalement i-indispensable. C-C’est un des repères les plus basiques q-qui puisse e-exister. Même s-si ça peut être bien plus u-utile aux gens qu’à la p-personne elle-même. C-C’est la même chose q-que pour les noms. Ça ne leur s-sert à rien, à eux, mais j-je suppose que c'est u-utile aux gens qui leur donnent d-des noms. Sans ça, les ch-choses n’auraient pas de nom. »

Au fond, peut-être que le monde était fait pour être plus agréable à l’entourage qu’à la personne elle-même. Une question existentielle qui méritait d’être retenue. Mais de toute manière, tu savais très bien que peu importait la réponse, elle ne ferait que ternir un peu plus ton image de ce monde, de ce monde qui te lassait, que tu abandonnais de plus en plus au détriment d’un autre. Peut-être tellement détaché que le rapprochement de ton interlocuteur ne t’avais pas fait bouger d’un cil. La proximité, tu n’en avais pas grand-chose à faire. Et puis, vous faites la même taille, à quelques centimètres près, ce n’est pas si dérangeant que ça pour le regarder.

« ▬ I-Il est constamment en r-retard. Il c-court après le T-Temps. J-je ne crois p-pas qu’il ait d-déjà été p-poursuivi p-par un l-loup, m-mais il l’est p-par la R-Reine, c’est e-encore pire. »

Elle n’hésiterait pas un seul instant à lui couper la tête. Ce serait bien dommage pour lui. Fatal même. A ton tour, tu regardes la main que lève l’homme en face de toi, anormalement pâle. Mais tu n’es pas la meilleure personne pour juger. Peut-être même l’une des pires en fait, mais soit. Tu ne comptais pas le lui faire remarquer non plus. A quoi bon. Ce n’était pas non plus une information importante, pas comme celles que tu devais lui donner, à la base. Il te le rappelle, tu hoches la tête en faisant preuve d’un mutisme durant quelques secondes. Coupé dans tes idées, il faut le temps de retomber, de reprendre la réalité. Tout ce que tu peux faire actuellement, c’est lui tendre le dossiier.Tu le desserre un peu au passage.

« ▬ U-une nouvelle s-sombre, tragique. Mr H-Hobbes est m-mort. V-Vous avez toutes les i-informations d-détaillées ici. M-Miss D-Dahl nous a q-quittés, i-il semblerait qu’ell en soit la r-responsable. »

© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Pages : 187
Date d'inscription : 11/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Sep - 21:36
Dit moi tout~
Votre attention séparée en deux. Écoutant l'anglais d'un côté, observant votre main d'un autre. Pâle, blanche. Couleur que vous aviez l'habitude de voir. Vous haussez les épaules, mettant votre main levée plus tôt sur votre menton. Air pensif, « Dois- je attendre avant de re-mordre mes pouces? Ou  puis je le faire maintenant ?» Des songes bien... inutiles peut être, vu la situation présente. Enfin, pas pour vous. Tout songe est utile pour vous. Mais... assez parler. Ou penser. Plantant votre regard violet sur votre interlocuteur.


- Pourquoi se fatiguer à calculer les heures, les minutes et les secondes aussi précisément. Ahh, notre monde est fait d'une manière dont la compréhension m'échappe parfois.

Ou tout le temps, entre autre. Vous plissiez les yeux, scrutant Lewis Carroll avant de faire tomber vos bras le long de votre corps, lâchant un léger soupire tandis que votre regard se déposait sur les dossiers que tenait le fameux britannique. Alléchantes informations. Des choses sur le Livre? Une faille qui vous permettra de mettre la main dessus? Tant de possibilités s'offraient à vous. Vos yeux semblaient briller. Mais, vous vous contenter de garder votre masque d'impassibilité.


- Dans ces cas là, considérons que la Reine soit le loup, ennemi du lapin. Celui qui n'en fera qu'une bouchée. Cependant, même si on a jamais rencontré un autre de nos rivaux, celui qui nous fait face peut toujours prendre la place d'un autre rival. Donc votre lapin aux couleurs de neige a déjà rencontré un loup, et c'était la Reine.

Vous vous êtes perdu dans ce que vous avez dit? Sans doute, mais dire à l'oral ce qui se balade dans votre tête est un exercice assez complexe. Mais, pour vous, ça avait du sens. Si il ne comprenait pas, tant pis pour lui, vous ne lui expliquerez pas. Voilà, qu'enfin, il daigna a vous dire ce dont pourquoi vous vous trouviez ici.  Un tragique événement? Oh.

Mr. Hobbes? Décédé? Vous esquissiez un sourire. Incapable, et encore incapable. Seulement ces mots résonnent dans votre esprit, rien d'autre. Vous preniez cependant les dossiers liés à cette mort. Dahl liée à tout ça? Partie de l'Ordre? Ceci devient intéressant. La tournure que prends cette après-midi vous plaît grandement. Bien que la mort du membre ne vous faisait rien, comme vous l'aviez dit. Mais, que cette Dahl soit une fugitive. Ça, ça peut potentiellement excuser le peu d'informations au goût sucrées que vous avait amené l'homme qui bégaie.


-Hm.. Je vois, fort regrettable.

Non, fort amusant en fait.

- Ça doit être une grande perte pour Miss Christie.

Non, vous l'aviez vu dans son message, elle ne semblait pas affectée, juste peut être énervée.


- J'espère que votre organisation se remettra de cette douloureuse expérience.

Grosse farce. Vous vous en fichiez complet de comment se portait l'Ordre, ou la Guilde. Mais, laissons les croire que vous êtes un allié sur lesquels ils peuvent compter. Ne serais-ce que pour votre propre but.

-Sinon, rien d'autre? Rien en lien avec ... d'autres choses plus alléchantes? Je m'attendais à mieux, et plus...

_________________
« Crime and punishment are closes friends, borders disappear, pieces awaken
 - and doing violence as your instincts desire»

 
Sausage:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Pages : 106
Date d'inscription : 11/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Oct - 16:07
This life is filled with hurt when happiness doesn't workFyodor & Lewis
Pain without love, pain can't get enough, pain I like it rough 'cause I'd rather feel pain than nothing at all. •••Est-ce que seulement, il t’écoutait ? Il avait plus l’air de regarder sa main. Mais tu ne pouvais pas décemment lui poser la question, même si tu ne mourrais d’envie. Et puis, il prenait souvent la peine de te répondre. Donc c’est qu’il écoutait. Et que ce serait quand même une très mauvaise idée sans doute que de le faire. T’avais quand même bien compris que ce n’était pas non plus n’importe qui. Et que malgré tes sautes d’humeurs, ton égo triplement trop grand et étouffant, il valait mieux que tu retiennes toutes sortes de commentaires que tu aurais l’habitude, ou envie de sortir. Et il te donne aussi du fil à retordre, dans ses réponses, il arriverait presque à déstabiliser ton avis pourtant inébranlable.

« ▬ P-Pour que t-tout l-le monde p-puisse se mettre d-d’accord, e-et qu’il y a-ait moins d-de qui-quipr-pr… »

Tu t’arrêtes un instant, quelques secondes, en finissant par fermer les yeux et froncer les sourcils. Tu refuses de lâcher l’affaire, même si tu sais qu’il fait partie des mots totalement imprononçables pour toi. Ou en tout cas, pas du premier coup. Ce n’était visiblement pas aujourd’hui non plus que tu y arriverais apparemment. Tu prends la peine de respirer correctement et profondément, ça pourrait déjà être pas mal.

« ▬ Q-Qui-q-quiproquos. »

Ah bah voilà, quand tu veux. Par contre t’as totalment abandonné l’idée de lui répondre plus que ça pour cette phrase, c’était bien trop éreintant. Et bizarrement, tu n’avais même plus tellement envie de parler tout court. Mais il faudrait bien. Tu n’allais pas simplement lui indiquer par geste ce que tu voulais non plus. Ce serait encore plus difficile que de parler.

« ▬ D-Du coup , l-le Temps p-peut aussi t-très bien être le l-loup pour l-le l-lapin blanc a-alors, m-même en m-même temps que l-la R-Reine ? »

Ca commencerait à faire beaucoup pour le pauvre animal. Même si tu n’avais pas grande compassion pour lui. Il pourrait faire un peu plus d’efforts pour être à l’heure aussi en fait. Et tout irait mieux pour lui, c’était certain. Enfin non. Rien ne pouvait être certain. Peut-être qu’être à l’avance lui serait nocif aussi. Aah. C’était difficile à savoir. Tant que ça ne serait pas le cas.

Tu le laisses prendre les dossiers, tu remarques son léger sourire, alors qu’il n’y a rien de sympathique, ni drôle. Tu fronces légèrement les sourcils. Tu comprendrais que ça ne lui fasse rien. C’était un peu ton cas. Même totalement en fait. Tu ne le connaissais pas vraiment après tout. Et ce n’était pas non plus dans ton genre de t’épancher durant des heures. Et même quelques secondes.C’était contre productif.

« ▬ J-J’imagine ,o-oui. »

Tu ne pouvais pas non plus parler en son nom. Surtout que ce n’était pas le genre de personne non plus à vraiment être attristée, mais soit. Autant aller dans son sens, ça serait plus simple pour tout le monde. Quoiqu’il en soit, face à sa remarque suivante, tu ne fais qu’hausser les épaules. Une nouvelle fois, tu ne peux pas vraiment répondre, même si ça ne fait pas de doutes pour toi, l’Ordre s’en est déjà remis. Bon, un peu perturbé peut-être, mais pour toi, ça ne changeait pas grand-chose. Tu relèves le regard vers lui. Il en voulait encore plus ? Serait-il une personne impatiente ? Visiblement, il n’était pas spécialement satisfait de ces informations. Tu le regardes quelques secondes, avant de lui répondre.

« ▬ P-Pas pour le m-moment. N-Nous sommes s-sur q-q-quelques p-pistes, m-mais r-rien de bien a-abouti. »


© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Pages : 187
Date d'inscription : 11/09/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Oct - 19:16
Dit moi tout~
C'était évidant que ces informations ne vous satisfaisaient guère. Ce n'était que de la lecture sans grand intérêt, ou au pire, comme chaque dossiers que l'on vous avait remit, vous lirez trois lignes avant de deviner le fin mot de l'histoire et abandonner la lecture pour reprendre vos séquences de violoncelle. Qui vous avait dit que vous étiez obligé de lire chaque mot de ces dossiers, de remarquer chez petite ponctuation dans les nombreuses phrases qui composent chaque feuille? Personne. Donc vous n'alliez pas vous obliger vous-même à quelque chose d'aussi futile. Vous haussez simplement les épaules en réponse à l'autre homme quant-à l'utilité des heures ect. A quoi bon continuer sur ça, alors que vous aviez déjà votre avis bien dessiné sur ça. Encore une fois, aucune utilité. Comme le temps s'écoule... Semblable à un fleuve, voilà que vous reveniez au début de ce fleuve avec la reprise des paroles avec ce lapin. Lapin aux couleurs albinos, aussi blanc que vous et votre pâleur de lait.

- Deux ennemis? C'est fort fâcheux pour ce lapin.

Point. Pouvons nous parler de l'Ordre dorénavant? Car cela vous faisait bien rire. Leur situation était à la limite d'être hilarante même. Cependant, vous gardiez votre masque de froideur, ne rien faire paraître pour éviter d'être suspect. Vous vouliez juste plus d'amples informations sur cette traîtresse, si tant bien même elle serait... intéressante? Qui sait. Vous pensez bien connaître la blonde pour vous dire que la traîtresse ne restera pas longtemps en vie dans ces conditions. Mais, malheureusement, l'Ordre n'était apparemment que très peu renseigné sur le sujet. Dommage, toujours aussi  déçut, vous plantiez vos yeux dans ceux du britannique.

- Hm... espérons que vous trouviez vite les informations  qui vous manquent. Ne serais-ce que pour clôturez l'affaire en tout cas.

Sans doute que vous auriez pu proposer votre aide. Leur dire qu'avec tout vos informateurs et autres, peut être que vous auriez pu leur apporter quelques choses utiles qui pourraient les aider. Mais... ils n'ont  cas venir vers vous directement. Après tout, vous, vous n'avez pas de soucis avec votre organisation. Pas de traîtres -auquel cas, ils seraient déjà tués.-, pas d'embrouilles -vous les auriez vite réglé- tout est parfait. Alors pourquoi est-ce que ce serait vous qui irait les voir pour savoir si ils veulent un peu d'aide, et en parler autour d'une tasse de thé. Jamais.

- Hmmm~

Vous haussiez les épaules, vous approchant de Lewis Carroll avant de reculer d'un pas.

- Sinon, dois-je moi-même faire un rapport sur mes activités? Ou alors votre supérieur s'en moque  ? A vrai dire, j'ai un fort doute là dessus.

_________________
« Crime and punishment are closes friends, borders disappear, pieces awaken
 - and doing violence as your instincts desire»

 
Sausage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama - Centre Ville :: Zone Résidentielle :: Parc-
Sauter vers: