AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Derniers sujets


 :: Flood :: Alternate Universe RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[1944] Til War do us part | Edgar

avatar
Messages : 358
Pages : 5
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Localisation : Dans le sud
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Sep - 16:41

I'll never forget you...


1944, quelque part en Europe.

Assis à côté d'un lit au fond d’une tente, Arthur était occupé à enrouler un bandage autour du bras d'un homme inconscient. Des gestes qu'il avait mainte fois répété, qu’il faisait maintenant par automatisme, le visage impassible. Il en avait vu des blessés depuis le début de la guerre. Certain ne ressortait pas de cette tente vivant, et d’autres, dont les bombes avaient emportés une partie de leur corps, auraient préféré que la mort les emporte entier.

Ce n’était pas l’unique tente servant aux soins présente sur le camp, mais le jeune homme était seul dans celle-ci. Travaillant dans le mutisme, parlant parfois calmement pour rassurer comme il pouvait, voyant rarement la lumière du jour. Même quand il pouvait se reposer, les plaintes des blessés et malades résonnaient dans son esprit. Comme le bruit de bombes. Comme le bruit des armes. Il retournait alors à leurs côtés, faisant tout pour les sauver, même en les sachant condamnés. Il ne pouvait tout simplement pas abandonner, espérant à chaque fois se tromper.

Comme tous, il se demandait quand cette guerre allait cesser. Pas pour lui, esprit trop torturé pour espérer un jour vivre à nouveau dans un semblant de normalité malgré sa jeunesse, mais pour les générations futures.



_________________
Merci Fyfy et Tsu <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 66
Pages : 205
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Sep - 12:04

I'll love you, despite this war, despite the prohibitions, forever.

Times are hard... Our feelings too.

La guerre durait déjà depuis cinq ans, cinq ans de souffrance, de pertes, mais l’humanité n’abandonnait pas. Ils savaient que si ils continuaient, ils y arriveraient, leur arme la plus puissante étant l’espoir. A l’époque, personne ne se doutait de ce qui allait se passer en cette année 1944, et Edgar Allan Poe non plus, ne savait pas que sa vie allait prendre un tournant, et pas seulement pour lui.

Le Sergent-Major Allan Poe était un gradé respecté de l’armée américaine. Il était fin stratège et ses plans avaient conduits à plusieurs petites victoires qui ne faisaient que les avancer vers la fin de cette guerre, même si ils ne le savaient pas encore. Lui aussi allait sur le terrain et combattait les allemands qui faisaient rage sur les terres anglaises, d’ailleurs, on l’avait appelé en renfort, d’où sa présence ici. Et cet homme grand et brun, les yeux visibles mais bientôt cachés par une frange épaisse, revenait d’une mission confiée, et s’était blessé à la main, ce qui justifiait son entrée dans la tente d’Arthur Conan Doyle. Dans un léger sourire malgré la douleur vive parcourant l’endroit blessé, il s’avança vers le médecin, attendant un petit peu avant de prendre la parole.

- Bonjour Arthur, est-ce que tu aurais le temps de jeter un œil à ça ?

Il lui montra rapidement sa plaie qui n’était pas très belle à voir, n’étant pas spécialement fier de lui. Mais outre la douleur, il observait d’un œil intrigué ce que son interlocuteur faisait. Il se doutait bien que ça ne devait pas être facile tous les jours pour lui, de voir des blessés toute la journée. Cependant ce n’était pas vraiment sa profession qui l’intéressait, c’était l’homme en question. Edgar ne détournait pas les yeux de lui, il n’y arrivait pas. Cela faisait un moment qu’ils se connaissaient tous les deux, et le brun avait malgré lui développé un sentiment qui à l’époque était très mal vu, voire condamné. Il ne voulait pas mettre Arthur dans l’embarras, ni lui attirer des ennuis, alors malgré le temps qui avait passé, il ne lui avait pas fait part de ses sentiments qui brûlaient dans sa poitrine.
ft.Arthur

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 358
Pages : 5
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Localisation : Dans le sud
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Oct - 23:27

I'll never forget you...



Le jeune homme était tant plongé dans ses pensées qu’il ne fit pas attention quand la tente s’ouvrit, et qu’on entra. Il entendit cependant les bruits de pas venir dans sa direction, et termina de bander le bras du blessé avant de tout ranger. Il leva la tête pour demander ce que le visiteur désirait, mais son coeur loupa un bond et les paroles restèrent coincés dans sa gorge. Il resta un moment stupéfait devant le Sergent-Major, alors qu’il s’empressa de saluer rapidement comme les ordres le demandaient -bien que ce n’était pas forcément nécessaire avec Edgar. Il arriva à arrêter de regarder son visage pour sa main. Il fronça les sourcils.

- Bonjour… Oui bien sûr, je n’ai pas d’autre patient.

Il se leva et lui intima de le suivre jusqu’à un lit plus loin avant de s’asseoir à la chaise à côté de celui-ci.

- Comment avez-vous fait cela… ?

Malgré l’envie de le tutoyer, il restait professionnel par habitude. Ignorant son coeur qui battait rapidement sans raison (mensonge) alors qu’il lui saisit délicatement la main. Il entreprit de désinfecter la plaie.

- Elle nécessitera des points… J’espère que vous ne comptiez pas vous “amuser” ce soir, je vous interdit toute activité qui nécessite l’usage de votre main.

Il rit doucement, puis prit du fil et une aiguille, avant de commencer à recoudre. Il se mordit la lèvre dans sa concentration, mais pas que pour cette raison. Son coeur ne voulait toujours pas se calmer alors que la main du brun qu’il tenait toujours diffusait une étrange chaleur dans sa poitrine. Il mit cela sur le compte de la fatigue. Bien sûr, il avait pensé à la possibilité d’avoir des sentiments pour le Sergent-Major. Mais il ne se permettrait jamais… C’était mal vu, et il était certain qu’il trouverait une femme ravissante pour l’épouser et fonder une famille avec lui à la fin de la guerre. Il suffisait de voir comment elles le regardaient.

- J’espère que cela ne vous fait pas trop mal.

Dit-il dans un murmure alors que sa poitrine se serrait douloureusement.
C’est idiot d’avoir ce genre de pensées pour un homme que je ne reverrais probablement jamais de ma vie après tout cela… Si l’on est toujours vivant, qui plus est.



_________________
Merci Fyfy et Tsu <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Flood :: Alternate Universe RP-
Sauter vers: