AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 :: Yokohama - Port :: Le port :: Les Quais Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

You'll have to watch me struggle | Tsu ♥

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Messages : 82
Pages : 145
Date d'inscription : 09/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Oct - 21:40
I hate everything about Myself,
why do I love you ?
C’est que tu commençais vraiment à les multiplier, ces sorties, Charles. Tu ne savais même pas vraiment comment ni pourquoi même, un peu comme souvent. Trop souvent ? Certainement. Mais pour une fois dans ta vie, tu ne te posais pas trop de questions. C’était assez bizarre et en même temps bien plus agréable, il fallait bien l’admettre. Tu devrais carrément le faire plus souvent. Mais cela t’était bien trop impossible, tu en avais bien peur. Bien que là tout de suite, tu n’avais plus peur de grand-chose. Certainement pas de ça, non. T’étais bien, juste bien, à profiter du temps présent. Sans même un instant culpabiliser pour telle ou telle chose.

Bien sûr, ce n’était pas la même chose il y a quelques heures. Tsuraya t’avait proposé de faire une sortie un peu spéciale. Allez à la patinoire. Un lieu où tu n’avais jamais été bien évidemment. Quand. Et même pourquoi. Tu ne pouvais pas vraiment te le permettre. Bon. Maintenant tu pouvais totalement te le permettre, oui. Mais tu étais resté dans une optique de moindre dépense et de continuer à compter. C’était mieux pour tout le monde. On ne savait jamais ce qui pouvait arriver. Tu savais très bien qu’à chaque mission, elles pourraient être ta dernière. Auquel cas, tu avais pris soin de mettre tout en place pour que tout ton argent revienne à ta famille. Ils seraient bien obligés de l’accepter.

Soit. T’avais accepté sans même hésiter sur le coup, mais t’avais un peu regretté, parce que tu n’avais jamais mis les pieds de ta vie dans une patinoire. Alors en plus devoir patiner. Enfin, ce qui était certain, c’était que ça avait été mémorable. Et que tu avais récolté des bleus aussi, sans aucun doute. Des courbatures peut-être pour le lendemain. Ah, tu verrais bien. T’étais un peu trop préoccupé par autre chose. Par la marche que tu lui avais proposé de faire, sur le port en ta compagnie. La terre ferme t’avait quand même pas mal manquée. Et puis, il faisait nettement plus calme ici aussi. C’était bien m i e u x. Une toute autre ambiance aussi.

« ▬ Merci d’avoir été là, sans ça à l’heure qu’il est, je serais sans aucun doute encore étalé sur cette glace ! »

© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 232
Pages : 194
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Oct - 22:11

I'm glad you're here by my side tonight.

La chose dont était sûre Tsuraya, c’était qu’il faisait bien moins froid ici que là d’où ils venaient. Être obligés de s’équiper de gants et de ces patins c’était tout de même incroyable, et même cette sortie avait été incroyable. Elle avait du y aller une seule fois, avait failli tomber directement en entrant sur la piste mais s’était rattrapée à temps, pas comme Charles qui s’étalait comme à la plage, pendant cette sortie, elle avait eût l’impression qu’elle n’avait jamais autant ri, et été elle-même. Bien sûr qu’elle l’aidait à se relever, toujours même, quand elle avait fini de rire, même si à un moment ils étaient retombés sur le cul car elle n’arrivait pas à s’arrêter de rigoler. Le temps semblait passer si vite, il était déjà plus ou moins tard mais elle avait accepté la marche le long des quais avec lui, plus elle pouvait passer de temps avec lui, mieux c’était de toute façon.

La détective avait les mains plongées dans son manteau, marchant au bord du quai, regardant de temps en temps l’eau qui faisait parfois quelques remous, le vent doux, mais qui ne balayaient pas ses cheveux cette fois-ci, elle les avait attachés en tresse, comme la plupart du temps maintenant, il était certain qu’elle faisait plus adulte qu’auparavant, rien qu’en changeant de vêtements, de coiffure mais aussi avec un peu de maquillage, c’était parfait, elle se sentait bien mieux comme ça. Comme si elle avait changé. Elle commençait à se perdre dans sa réflexion mais il la tira de celle-ci bien vite, ce qu’il disait la fit un peu rire tout de même.

- Tu crois ? Tu aurais pu ramper, mais ça aurait été long ! Je crois qu’on va souffrir avec les courbatures demain mais on aura bien ri tout de même. Je t’assure que pendant un moment j’ai cru qu’on allait rester à terre jusqu’à la fermeture.

Elle riait même un peu plus, et eu un soupir, de contentement, car elle souriait, ça n’était pas rare du tout en ce moment. En le regardant de plus près, elle avait l’impression qu’il n’y avait pas aussi grand écart d’âge entre eux, que ce soit physiquement ou mentalement. Ils avaient des caractères à la fois différents et similaires sur certains points, comme le fait de n’avoir jamais parlé de leur passé remontant à moins de la majorité. Ou même de leur passé tout court. Est-ce qu’elle devait lui dire certaines choses ? Tsuraya avait une certaine confiance en lui qui semblait unique, ayant l’impression qu’elle lui dire énormément de choses. Si… Elle commençait par elle-même ? Dire deux trois trucs en faisant en sorte que ça paraisse naturel.

- Ce quai.. Je l’ai tellement emprunté avant que je ne travaille à l’Agence, ça fait bizarre. Tu veux essayer de deviner ?


Elle eût un sourire à la fois amusé et perplexe à la fois, est-ce que c’était une bonne idée, elle allait bien voir.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Pages : 145
Date d'inscription : 09/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Oct - 22:46
I hate everything about Myself,
why do I love you ?
T’étais certain que si là tout de suite, tu t’étirais, il y aurait au moins un de tes os qui craquerait. Ce n’était pas très compliqué à deviner. Mais t’avais pas tellement envie de briser le silence qui s’était installé pour ça. Même si tes articulations faisaient des leurs depuis des années. Depuis ton adolescence en fait. Ca ne t’avait jamais vraiment inquiété non plus. Alors ça ne commencerait pas aujourd’hui, non. Si tu devais te préoccuper de quelque chose, c’était plutôt de tes jambes qui avaient bien soufferts aujourd’hui. Mais ce n’était pas non plus comme si t’étais du genre à te casser quelque chose dès que tu tombais, heureusement. Et certainement que ta stature t’avais permis d’éviter pas mal de maux aussi. Soit. T’espérais que la brune n’en ait pas trop souffert non plus.

T’avais tourné ton regard vers elle, soi disant pour vérifier qu’elle n’avait rien. Plutôt une excuse pour la regarder une nouvelle fois, oui. T’avais arrêté de compter le nombre de fois où tu l’avais regardée. Ne serait-ce que depuis le début de votre sortie, c’était beaucoup trop. T’essayais quand même un minimum d’être discret, c’était un peu mieux. Parce que bon, la faire flipper, non merci. Ca serait surtout assez con. Surtout vu votre rapprochement durant ces dernières semaines.

« ▬ J’aurais surtout eu le temps de geler directement sur le sol, oui. Ah, j’en suis même certain ! La prochaine fois, je penserai à prendre des protections. C’est sûr, ça faisait depuis un bon bout de temps que je n’avais pas ri comme ça ! Mais non, seeulement jusque demain matin, ça aurait été nettement plus crédible vu notre haut niveau. »

Ou alors on vous aurait chassé avant, certes. Ce qui aurait pu être drôle aussi. Mais tu étais bien content de pouvoir passer un peu de temps calmement avec elle. Juste à deux, sans personnes d’autre. En espérant que personne d’autre d’ailleurs ne viendrait s’incruster. Ce serait pas mal. Du tout. Tu ne savais pas trop jusqu’où vous alliez étant donné que le bord se rapprochait quand même de plus en plus. Surtout que la discussion allait sans aucun doute durer. Du moins, tu espérais pouvoir passer le plus de temps possible en sa compagnie. Et que ça avait vaguement l’air…D’une confession ? Quelque chose dans le genre en tout cas.

« ▬ Pourquoi pas ! Vraiment ? Tu faisais du sauvetage d’ours polaires avant ? »

Tout, sauf drôle, vraiment. Pourtant t’arrivais à te faire sourire. Mais bon. T’étais assez vite redevenu sérieux, parce que t’avais envie de deviner et que ça semblait lui tenir à cœur dans un sens. Son sourire, n’était pas entièrement joyeux, il y avait quelque chose d’autre qui t’échappait.

« ▬ Mh…D’instinct, je dirais peut-être teneuse d’un stand de tir, ou professeur de tir ? Mais ça n’aurait strictement rien à voir avec le port par contre. »

Du t o u t. Donc ça devait être autre chose, mais peut-être qu’elle te donnerait une piste, alors autant attendre un minimum.

« ▬ Tu…Veux t’asseoir sur le bord ? On ne devrait pas avoir encore trop de vent. »

© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 232
Pages : 194
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Oct - 23:50

I'm glad you're here by my side tonight.

L’air frais faisait vraiment du bien aux poumons, d’ailleurs ça faisait un moment qu’elle n’avait pas vu Charles fumer depuis le début de la journée. Peut-être qu’il avait oublié, et ce serait très bien d’ailleurs, ça épargnerait ses poumons. Non pas que ses poumons d’ailleurs, sa vie même, et chaque minutes qu’elle passait avec lui comptaient, c’est bien maintenant qu’elle s’en apercevait. Le fait de s’être fait interrompre la dernière fois au restaurant l’avait pas mal refroidie, elle s’était même dit qu’elle avait peut-être été trop loin, que lui n’avait pas envie de ça, et qu’elle était simplement une bonne amie, voilà tout.

Elle avait envie d’écouter son instinct et de foncer tête baissée, mais à ce que ça lui avait coûté la dernière fois, la jeune femme n’en avait plus vraiment envie. Non. Ce n’était pas ça, elle avait simplement peur. Charles avait réussi à la faire passer au-delà de ça, pour que ça reste un mauvais souvenir, il n’en avait sûrement pas conscience, mais il l’avait énormément aidé sur ce plan là.

- Et dans un millier d’années tu serais devenu une sculpture « Regardez, c’est un Charles du 21ème siècle, très beau spécimen ». Oh oui bien sûr, on a un niveau de patineurs artistiques, on aurait pu faire croire qu’on faisait du patin à deux pour les compétitions ils y auraient vu que du feu, ces figures au sol, c’était magnifique !

Un nouveau rire résonnait dans le port, ils disaient vraiment n’importe quoi, mais ils ne se jugeaient pas sur leur humour, et ça c’était très intéressant. Elle n’avait plus envie de rire après ce qu’elle avait dit, mais il avait réussi à lui arracher un sourire bien plus enthousiaste que précédemment.

- Wow, tu as deviné ! Ils sont très communs à Yokohama, parfois ils se promènent dans la rue mais on ne les voit pas, c’est comme les baleines de terre.

O u i et ça faisait longtemps qu’avec Snicket ils n’avaient pas parlé de la chasse tiens, elle avait envie de lui envoyer un message mais en la présence de Charles ça ne se ferait pas tellement, elle ne voulait pas lui montrer qu’elle s’ennuyait ou quoi, car ce n’était pas du tout le cas. Il n’était pas bête, il avait deviné que ce n’était pas quelque chose de très joyeux, pourquoi, ça elle ne savait pas, mais il avait un bon instinct.

- Hmm.. Non, mais ça a un rapport avec les armes à feu plus ou moins. Et les quais. Donc si tu fais le rapprochement je pense que tu pourras trouver rapidement.


Elle ne souriait plus particulièrement à ce moment là, puis hocha de la tête quand il proposa de s’arrêter et s’asseoir au bord du quai. Elle s’exécuta, et vérifia rapidement, ils sont pas trop près d’un des hangars de la mafia, ça allait encore, et encore heureux qu’elle connaissait leurs emplacements, ça aurait pu être dangereux d’aller plus loin. Tsuraya avait relevé la tête vers lui, regardant si il s’asseyait lui aussi, mais encore un signe de confiance en lui, elle n’avait pas pensé une seule seconde qu’il aurait pu la pousser dans l’eau.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Pages : 145
Date d'inscription : 09/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Oct - 0:31
I hate everything about Myself,
why do I love you ?
Tu te disais assez souvent ça dernièrement, mais tu ne t’étais jamais senti aussi bien, du moins t’en avais l’impression. Pourtant, tu passais toujours du bon temps en sa compagnie, mais il y avait quelque chose de vraiment spécial là tout de suite. Quelque chose en plus. Tu n’arrivais pas à mettre de mot dessus, mais ça ne t’agaçait pas pour autant. Tu n’aurais pas vraiment voulu t’agacer non plus pour ça, qui plus est maintenant. Autant en profiter le plus possible. Et que sa voix te portait loin de tous tes problèmes aussi. Tu ne savais pas ce qu’elle utilisait comme magie, mais ça marchait extrêmement b i e n. Alors tu n’allais pas t’en plaindre, non du tout. T’avais juste envie de la faire sourire autant qu’elle arrivait à te faire sourire si possible. Ca pouvait être vraiment pas mal. Au moins tu réussirais quelque chose de bien dans ta vie. Si tu y arrivais, oui. Mais elle n’avait pas l’air malheureuse, du tout là tout de suite.

« ▬ Tu crois qu’ils m’auraient gardé jusque-là ? Ceci dit, ça sonne plutôt bien, tu me donnerais presque envie d’aller me ré-installer là-bas. Oui, totalement ! On invente une nouvelle catégorie, c’est différent. Mais je pense qu’on est un peu trop en avance sur notre temps, du coup ils n’arrivent pas à en saisir tous les aspects ! »

Et voilà, son rire était bien la preuve qu’elle ne se sentait pas non plus mal. Ou en tout cas pas trop. Bon, maintenant, ton but n’était pas non plus de la faire rire tout le temps. Ca ne vous ferait pas de mal de vous connaître encore un peu plus. Si t’étais quelqu’un d’extrêmement réservé sur ton passé, tu avais l’impression que c’était un peu la même chose du côté de la jeune femme. Voir même totalement, oui. Et tu ne lui en voulais pas du tout, c’était un peu normal.

« ▬ Aah, je me savais perspicace mais pas à ce point-là ! Je me disais aussi en avoir vus quelques-uns traîner par ici, certainement des jeunes qui n’ont pas encore trop la notion de discrétion. Des…Baleines de terre ? »

Pourquoi pas après tout, même si tu avais eu du mal à imaginer sur le coup. Enfin. T’avais aussi biien compris qu’il était inutile de continuer de blaguer là tout de suite. T’avais sérieusement réfléchi. Ah. Donc tu n’étais pas tellement loin de la réalité ? T’essayais de trouver, en fronçant légèrement les sourcils. Ce n’était pas si facile que ça non plus, surtout que tu n’arrivais pas à la voir faire quoique ce soit de mal en fait. Du tout même.

« ▬ Mh…Plus ou moins ? J’aurais bien tenté…trafiquante ‘armes, mais c’est nettement plus que mon, alor s j sèche un peu. »

Bon, tu avais bien une autre idée, oui. Mais elle te semblait un peu trop farfelue, surtout qu’elle travaillait à l’agence, alors la mafia portuaire ? Ca semblait totalement logique vu ce qu’elle te disait, oui, mais pas du tout logique avec ce qu’elle pouvait faire actuellement. Enfin. Tu pouvais toujours t’asseoir toi aussi, en laissant tes jambes pendre dans le vide et les balancer un peu, ça pourrait les dégourdir un peu aussi.


© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 232
Pages : 194
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Oct - 1:06

I'm glad you're here by my side tonight.

Charles, c’était un peu devenu la personne avec qui elle avait envie d’être tous les jours et de ne pas vouloir lâcher. D’ailleurs c’était bien assez difficile de se dire au revoir quand ils se quittaient, peut-être pour cela aussi qu’il avait proposé la promenade, qui n’était pas une mauvaise idée du tout. Assise au bord du quai, elle croisait ses jambes, posant ses bras croisés sur la jambe qui était la plus haute. Tsuraya était totalement à l’aise avec lui, et elle lui montrait bien que c’était vrai en souriant toujours, il y avait de quoi.

- Oui ! Tu aurais dû garder une belle pose, ça aurait été encore plus classe ! C’était du patin synchronisé au sol, oui c’était différent !


Un grand sourire amusé venu s’emparer de ses lèvres, regardant son interlocuteur autant qu’elle le pouvait, elle n’osait pas vraiment poser sa main au sol à côté, peut-être qu’il n’avait pas envie qu’elle soit aussi proche, même avec simplement une main. Mais… Elle allait décroiser les bras et essayer, posant sa main près de lui, mais en ayant gardé une distance suffisante pour ne pas non plus poser la main sur lui, il ne manquerait plus que ça.

- Exactement ! Et oui, mais ça, ce serait très long à expliquer le pourquoi elles sont là et ce qu’elles sont, mais ce qui est sûr, c’est qu’il faut les chasser !

Ça la rassurait toujours un peu de blaguer avec lui sur tout et n’importe quoi, l’ambiance était détendue, même si la nervosité de Tsuraya se faisait un peu plus ressentir, notamment ses mains qui se resserraient. Et si.. Il fuyait ? Il pourrait, elle comprendrait si il faisait ça. Elle n’avait tellement pas l’habitude de raconter sa vie comme ça que c’était peut-être ce qui la stressait le plus, mais elle voulait être honnête avec lui.

- Non, enfin pas dans cette branche là du moins. En fait… Je travaillais pour la Mafia Portuaire, et je peux te dire que je n’étais pas la personne la plus empathique que tu aurais pu croiser là-bas, pour te dire.. J’avais l’approbation du Parrain et était sous l’aile d’un Capitaine.. Voilà. Et .. En fait j’aurais tellement de choses à te dire qui pourraient te faire fuir, mais.. Je n’ai pas envie que tu partes.

C’était la dernière chose qu’elle voulait, le laisser partir, et puis si il n’était plus là, qu’est-ce qu’elle allait faire ? Tsuraya avait l’impression que si il partait, elle ne s’en sortirait pas, qu’il lui était presque vital. Elle ne savait pas si elle avait envie de pleurer ou non, c’était assez bizarre, elle ne voulais pas qu’il s’en aille, pas le moins du monde. Elle venait peut-être de commettre une énorme erreur.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Pages : 145
Date d'inscription : 09/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Oct - 1:38
I hate everything about Myself,
why do I love you ?
Finalement, vous étiez vraiment bien installés ici aussi. Avec de l’air frais, ça allait quand même mieux. Beaucoup même. Tu détestais les endroits confinés. Ou même simplement fermés. Tu laissais toujours une fenêtre ouverte, ne serait-ce qu’un tout petit peu, quand t’en avais l’occasion. Ce n’était pas non plus comme si tu étais quelqu’un de frileux. Même si tu avais ta veste sur toi là tout de suite, tu aurais très bien pu l’enlever aussi que ça ne t’aurais pas dérangé. Bon, tu l’avais fait en fait, tout simplement. En la posant derrière toi, et en remontant un peu les manches de ta chemise. Parfait. Tu pouvais encore mieux sentir la brise maintenant.

« ▬ Aah, c’est certain, mais ils n’ont pas à faire les difficiles non plus, c’est déjà compliqué de trouver une position confortable ! Oui, voilà e x a c t e m e n t. On devrait faire breveter ça, ça aurait peut-être du succès, qui sait ? »

Pas du tout. Mais c’était bien beau de rêver. Chose que t’osais pas faire d’habitude, mais visiblement, avec elle c’était totalement différent. Est-ce que ça ne l’avait pas toujours été en sa présence ? Tu l’avais vue poser sa main non loin de toi, tu l’avais regardée un moment en souriant, te rappelant de l’épisode du restaurant. Qui n’avait rien de drôle, certes, mais les quelques secondes où vos mains avaient pu se trouver avaient été vraiment agréables.

Si tu pouvais arrêter de t’imaginer des choses, ça serait pas plus mal. Pour tout le monde, Charles.

« ▬ Je veux bien te croire, ça m’a l’air d’être une longue histoire, mais je te fais confiance ! Si je peux être d’une quelconque aide dans cette chasse, n’hésite pas à me le dire ! »

Tu doutais de l’être, mais bon. Par contre, tu pourrais être utile en l’écoutant, c’était certain. Tu reconnaissais plutôt bien cette posture. Celle d’une personne qui hésitait peut-être un peu à parler avant d’avouer quelque chose. Quelqu’un qui avait gros sur le cœur en tout cas. Ou qui allait révéler quelque chose pour la première fois. Enfin, elle s’apprêtait certainement à faire une confession.

Ah. Aah ? Tu avais donc plutôt bien visé. Enfin, tu ne comprenais du coup vraiment pas comment elle avait pu arriver à l’Agence. Elle parlait bien au passé, donc c’était une époque révolue. Qu’elle préférait peut-être oublier. Tu l’avais regardée quelques secondes parler, avant de poser doucement ta main sur la sienne, la serrant assez légèrement, si jamais elle avait envie de la retirer. Tu ne souriais peut-être plus, parce que tu refusais de lui servir ce sourire habituel et plat que t’arrivais à tenir en toute circonstances, mais même si t’avais un peu du mal à ingérer les informations, t’étais…Heureux, oui, qu’elle te fasse autant confiance. En fait t’étais autant submergé d’une certaine surprise que d’une espèce de boulversement positif face à sa confiance.

« ▬ Je…Vois. J’imagine que ce n’était pas un choix totalement…voulu ? Enfin, tu as l’air d’avoir…pas mal changée et si…tu es à l’Agence maintenant ce…n’est pas un hasard non plus. Tu sais, si…tu veux parler ou quoique ce soit…Il n’y a pas de problèmes. Je ne partirai certainement pas tant que…Tu ne me le demanderas pas. Ca ne sert pas à grand-chose de…Juger une personne sur ce qu’elle a pu faire, alors qu’on ne sait pas ce qu’elle a pu vivre, ou ce qui l’a…Poussée à faire ça. »

Inconsciemment, ton pouce avait légèrement caressé le dos de sa main, mais uen fois que tu t’en étais rendu compte, t’avais préféré arrêter, paarce que ça ne se faisait pas spécialement en fait. Même si tu voulais lui montrer que t’étais là et pas prêt de partir, on allait un peu se calmer.

« ▬ On fini tous par faire quelque chose que…l’on rgrette ou que l’on préférerait oublier. »



© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 232
Pages : 194
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Oct - 2:10

I'm glad you're here by my side tonight.

Ah en effet il ne semblait pas avoir très froid lui, il enlevait sa veste et retroussait sa manche, pourtant le vent était… Non pas froid mais frais, et si il restait trop longtemps comme ça peut-être qu’il tomberait malade. Mais bon elle allait arrêter de s’inquiéter un peu, c’était pas sa mère non plus. Quoi que si elle pensait ça, c’est qu’elle tenait un minimum à lui. Et c’était le cas, bien plus que ça même, mais elle ne savait pas si ça serait possible, entre eux.

- Oui c’est vrai, c’est un peu comme quand on essaye de dormir, on trouve une position super confortable, on bouge d’un poil puis plus rien n’est pareil. Oh oui pas faux ! Il y aurait la discipline olympique et tout, ça aurait été génial de voir des gens faire ça, quoi qu’ils auraient un peu beaucoup froid aux fesses à force.


Exactement, les pauvres. De plus elle avait approuvé le fait qu’il puisse les aider pour la chasse, elle en parlerait à Snicket quand elle pourra, cette chasse promettrait d’être génial. Mais le harpon-banane était tout de même quelque chose de secret pour le moment donc elle n’en parlera pas tout de suite. Tsuraya n’était pas fière du tout de ce qu’elle venait de dire, c’était tout de même une des périodes de sa vie la plus sombre, quoi que.. Il y en avait aussi avant, au foyer, sa famille et.. Tout ça. Elle commençait à y repenser, à replonger un peu là-dedans, mais la main de Charles sur la sienne la fit réagir, et pas dans le mauvais sens du terme. Il venait encore de la tirer de tout ça. Elle lui jeta un regard, rassurée en sentant la chaleur de sa main sur la sienne. La détective bougea même un peu sa main pour pouvoir prendre la sienne, la serrant pas trop fermement non plus pour ne pas la lui broyer. Elle allait tout lui dire, t o u t, elle ne l’avait jamais fait de sa vie, et elle avait un peu de mal.

- Non, pas totalement en effet.. Si .. Je dois tout t’expliquer depuis le début, on va dire que… En fait mon pouvoir quand j’avais à peu près 5 ans a fait peur à mes parents, du genre « oh non un monstre, un poltergeist » ou je ne sais plus quoi et m’ont chassée de la maison, j’ai.. été longtemps en foyer du coup, jusqu’à mes seize ans, mais mon pouvoir prenait largement le dessus des émotions et donc.. Il a suffit qu’on vienne encore me faire une remarque et ce même pouvoir les as .. Tout tués, sans exceptions. Bien sûr ça a été compté comme homicide volontaire donc j’ai du fuir, car je n’avais pas envie de finir en laboratoire. Mais la mafia m’a trouvé avant et en échange que je travaille pour eux ils ont effacé tout ce passé souillé. J’y ai rencontré……… Une personne, le capitaine de la mafia, avec qui je suis toujours en contact, d’ailleurs c’est mon collègue encore aujourd’hui. On a réussi à fuir grâce à un gars du gouvernement mais c’était compliqué et on a du travailler à l’Agence, mais c’était toujours mieux que la mafia, et au final ils sont sympas. Quant au patron, son pouvoir permet aux membres de l’Agence d’avoir leurs pouvoirs sous contrôle, donc.. C’est bien mieux maintenant. Tu sais j’hésite à démissionner, pour vraiment rester en dehors de toutes ces guerres en dehors des organisations et de ces pouvoirs, mais.. SI je pars j’ai un peu peur que le pouvoir reprenne le dessus. Ca va te paraître dingue mais.. J’ai l’impression que .. Avec toi tout est possible.

C’était la première fois qu’elle déballait sa vie comme ça, tout d’un bloc et.. Elle se sentait étrangement légère. Elle voulait faire confiance à Charles, serrant un peu plus sa main et se rapprochant de lui aussi, même si c’était peut-être un peu bizarre après ce qu’elle venait de dire.

- Oui.. Et qui nous bouffe… Toi.. Aussi ?




_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 82
Pages : 145
Date d'inscription : 09/10/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Oct - 3:01
I hate everything about Myself,
why do I love you ?
Pourquoi tu ne prenais pas plus le temps de faire ce genre de choses. De juste prendre un peu de temps pour toi. Bon, tu n’en avais pas des masses de libre non plus . Tu ne t’en accordais ici pas exprès, pour éviter trop penser, de trop divaguer, de trop regretter. T’avais tellement de choses à regretter. Même sans y penser, tu pouvais déjà en énumérer quelques-unes de ces choses. Mais tu n’en avais pas le moins du monde envie. Tu préférais te concentrer sur le positif là tout de suite, oui.

« ▬ Voilà, exactement. Mais sur la glace c’est encore plus difficile j’ai l’impression, surtout en venant de tomber ! Ca aurait été impressionnant je pense ! Aah, oui c’est vrai. Mais vu comment ils s’habillent dans les compétitions aussi, ils ne font rien pour avoir chaud. »

Tu ne critiquais pas, noon, tu constatais. Génial, très pertinent aussi. Tu pouvais quand même faire mieux. D’ailleurs d’habitude, ce que tu pouvais dire était plus percutant et intéressant, oui. Mais pas spécialement drôle non plus. Caa ne l’était en fait pas tant que ça maintenant à mieux y réfléchir. Mais tu faisais du mieux que tu pouvais, c’était certain.

Soit. T’avais bien senti sa main se rapprocher, et tu n’avais pas hésité à la prendre totalement dans la tienne. Et tenter de lui sourire un peu en la voyant te regarder aussi, peut-être pour l’encourager ? Elle avait l’air d’avoir beaucoup à dire, et tu avais envie qu’elle aille mieux aussi. E qui ne se passerait pas si elle gardait tout pour elle, non.

C’était dans des moments pareils que tu te disais bien que ta vie n’était pas aussi merdique que ça, et que tu faisais tout un foin pour absolument rien. Qu’il y avait bien pire, comme la sienne. T’avais eu pas mal de chance qu’on te foute la paix avec ton pouvoir. Enfin. Tu ne les avais jamais mis au courant non plus. Et c’était sans doute une bonne décision. Peut-^tre une des seules que t’avais prises. S o i t. Si tu pouvais aussi arrêter de penser à ta petite personne et te concentrer sur elle. Sur son histoire. Une histoire qu’elle ne méritait clairement pas. Et tout en l’écoutant, tu t’étais un peu rapproché d’elle, assez pour pouvoir continuer de lui tenir la main et de pouvoir mettre ton épaule contre la sienne. Eet tu l’avais regardée tout le long, sauf vers la fin, où ton regard avait légèrement fui alors que tes joues s’étaient empourprées assez discrètement. Mais t’avais un peu resserré sa main.

« ▬ C’est…Affreux. Enfin, ça ne sert à rien de blâmer qui que ce soit mais… je ne comprends vraiment pas comment on peut…Chasser son propre enfant, à cet âge, et surtout pour cette raison, plutôt que…de t’aider. Sincèrement, je te trouvais déjà courageuse, mais tu l’es beaucoup plus que ce que je ne le pensais. Supporter tout ça…Peu de personnes auraient réussi. J’espère…j’espère vraiment que tu ne t’en veux pas, pour…Quoique ce soit. Enfin, je pense que c’est nettement mieux que vous ayez réussi à…Fuir. Je vois. Enfin, franchement…Il faut que tu t’écoutes plutôt que d’écouter qui que ce soit, ou quoique ce soit d’autres. C’est sûr que ça ne sera pas facile de te retrouver « seule » face à ton pouvoir, mais…Avec de l’entraînement et de la volonté, absolument tout est possible, et tu n’as pas l’air d’en manquer. C’est…Très gentil, merci…beaucoup. Ca me rassure aussi un peu, parce qu’avec toi, tout…Tout est mieux. »

Très construit comme phrase. Tu ferais mieux la prochaine fois si t’osais encore parler. T’avais entrelacés tes doigts avec les siens en regardant un peu l’horizon. On ne voyait plus grand-chose, si ce n’était les diverses lumières des bâtiments.

« ▬ Exactement. Et…On peut dire ça, oui. »

Bien sûr qu’on pouvait le dire. Tu passais plus des 90% de ton temps à te faires diverses remarques sur le sujet. A laisser ton esprit se faire bouffer par des idées noir dès que t’en avais l’occasion. Tu t’étais tus quelques instants, fixant juste l’au. T’avais envie de tout lui dire, comme elle l’avait fait. Elle méritait bien au moins ça. Et tu savais que tu pouvais lui faire confiance. Mais la dernière fois que t’avais autant fait confiance à quelqu’un, il était mort sous tes yeu, il était mort à petit feu, et t’avais rien fait pour le sauver non plus. Et même si elle n’avait pas l’air mourrante, t’avais un peu peur de t’attacher à quelqu’un.

Même si dans le cas de la brune, c’était déjà bien trop tard.

Ce n’était pas par hasard que t’essayais de l’inviter le plus possible, que tu répondais quasiement directement à ses messages. Que t’arrivais à être aussi proche et aussi franc avec elle. C’était même beaucoup trop tard. Et tu ne supporterais pas de lui presque mentir en ne lui disant rien. Mais tu te doutais pour le coup qu’elle aurait une réaction de dégoût sans doute ou quelque chose de semblable. Et que contrairement à ce qu’elle pensait, ce n’était pas toi, maisbien elle qui allait partir.

« ▬ …Je suis né dans une…Grande famill, mais on a toujours eu des problèmes d’argent, alors on faisait tous chacun comme on pouvait pour en garder le plus possible, ou…en gagner. Dès que j’ai pu, j’ai enchaîné des jobs d’étudiants, mais…ça ne rapportait pas grand-chose alors j’ai… »

Bien sûr que tu bloquais maintenant. A quoi tu t’attendais, à ce que ce serait si simple que ça ? Ta main, tes mains avaient légèrment tremblées, alors que t’avais fermé les yeux. Tu ne le connaissais que trop bien ce sentiment qui t’envahissait là tout de suite. Ce sentiment de pur dégoût. Ce sentiment qui t’avait poussé à quelques reprises de te gratter bin trop souvent jusqu’au sang pare que tu te sentais beauoup trop sale. Tu te révulsais totalement, même bien plus que ça.

« ▬ D-…Désolé, je mérite pas que tu passes autant de..temps avec moi, que tu me parles, ou...tout. Tu mérites nettement mieux et -»

T’avais juste resserré la mâchoire, sans vraiment pouvoir continuer tes lamentations. Depuis quand tu te plaignais oralement à quelqu’un ? Depuis quand tu laissais tomber ce masque, ce sourire pour être délibérément aussi pathétique.

© 2981 12289 0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 232
Pages : 194
Date d'inscription : 19/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Oct - 13:14

I'm glad you're here by my side tonight.

Là tout de suite, elle aurait pu se sentir mal ou seule ou même les deux en même temps, mais ce n’était pas le cas du tout. Au contraire, c’était comme si il était la personne qui lui manquait dans la vie, il comblait un énorme vide même si il ne s’en rendait pas compte, mais elle si. Leurs doigts entrelacés la rassuraient d’avantage, elle avait un peu froid aux mains, mais plus maintenant, et on pouvait en dire de même de son cœur. Le léger rire qu’elle eût face à ce qu’il disait n’avait rien de faux du tout, au contraire.

- Oui total ! Mais je pense qu’ils s’habillent comme ça car le patin reste du sport quand même et faire des démonstrations pendant une dizaine de minute ça doit être très fatigant, et ils ont sûrement chaud après, d’où le fait qu’ils sont à moitié à poil.


Elle avait bien remarqué le rapprochement qu’il y avait eu, que ce soit physiquement parlant ou même tout court, durant ces dernières semaines elle ne s’était pas sentie aussi proche de lui que maintenant, c’était assez étrange, mais il n’y avait vraiment rien de désagréable à cela. Leurs épaules qui se touchaient presque et sentir sa présence à quelques centimètres seulement était quelque chose de très rassurant. Ce qu’elle disait n’avait absolument rien d’évident, elle avait eu peur qu’il parte ou qu’il fasse une mine dégoûtée, mais il n’en fut rien, au contraire, elle admirait le sang-froid qu’il pouvait avoir dans certaines situations.

- J’ai toujours pensé qu’ils étaient juste fâchés et qu’ils reviendraient me chercher au bout de quelques jours, mais non, ils étaient dégoûtés, purement et simplement. Après maintenant ça me blesse moins qu’auparavant, si je les recroisais dans la rue je passerais à côté, comme si ils n’avaient existé donc. Et ce serait te mentir que je ne m’en veux pas, pas énormément mais quand même un peu…. Tu penses ? …. Je vais bien voir de toute façon, mais ça me démanges de partir, les collègues sont gentils mais.. Je sais pas, vouloir faire quelque chose de par soi-même c’est très bien aussi. Oh, les entraînements j’en avais fait à la mafia et ça avait bien marché, très bien même, mais là oui, il va bien falloir que je me détache de tout ça, j’avais pensé à faire quelque chose qui n’a rien à voir, c’est tu sais les assistantes dans les écoles maternelles.

A sa dernière phrase elle avait un peu plus ouvert les yeux, et rougi aussi, en regardant un peu ailleurs, c’était bien la première fois qu’on lui disait ça à vrai dire et elle ne savait pas trop comment réagir. Ensuite elle ne s’attendait vraiment pas à ce qu’il fasse de même, elle l’avait laissé parler, en le regardant et il semblait que lui aussi eu fait des choses qu’il regrettait toujours aujourd’hui, du moins c’est l’impression qu’il donnait, surtout avec ses paroles. La chose qu’il avait faite, il ne devait en être absolument pas fier, et c’est en sentant la main qui tenait la sienne trembler qu’elle la serra davantage. Peut-être même qu’elle allait faire plus que serrer sa main, elle posa son autre main sur celle qu’elle tenait, la caressant légèrement, pour au final passer croiser son bras avec le sien, se collant davantage à lui et poser la tête sur son épaule, fermant les yeux un moment.

- Si tu ne veux pas en parler ne te force pas Charles. Et tu crois peut-être que je pense te mériter ? Ce serait absurde. Mais… Tu sais que tout ça c’est derrière nous maintenant ? Et que.. Ce qui compte maintenant c’est le présent, je te dirais même qu’on se mérite amplement, et qu’on ne devrait pas s’arrêter pour des choses qui se sont passées il y a des années.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama - Port :: Le port :: Les Quais-
Sauter vers: