Forum RPG sur l'univers de BSD !
 

 :: Yokohama :: La Mafia Portuaire :: Logements de la mafia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lullaby of woe ~ Souvenons-nous de ces jours pas si lointains [Pv Chûya 'lil bro]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 56
Pages : 125
Date d'inscription : 25/03/2017
Ven 30 Juin - 11:48
Kôyô Ozaki et Chûya Nakahara
C'est douloureux...
Les sentiments sont des équations compliquées… Ils sont durs à définir comme ils sont complexes à décrire. Ils sont différents selon l’individu et l’objet des ressentis... Rien ne se ressemble, tous sont différents. Pas un n’a de semblable. On ne ressent pas la même chose. Oui, ce sont des calculs complexes mais cela reste une suite logique. Actuellement, on ne peut pas dire quel sentiment trainait dans la bouche de Chûya. Il était à la fois en colère mais avait cette amère sensation de mentir. Pourquoi ? Il l’ignorait. Cela faisait si longtemps qu’il se volait la face qu’il était devenu normal de mentir sur ce sujet même si ça lui laissait toujours cette sensation… Visqueuse… Aigre… Amer… Dégoutant... Oui, du dégout contre lui qui se mentait, contre lui qui fermait les yeux.

Il regarda la bouteille de vin qui vint près de lui. Il remercia Koyo d’un mouvement de tête avant de nouveau se servir en faisant tourner le liquide dans la coupe…Mais… Il avait essayé !!! Il était là pour le tuer, sauf que s’il mourrait des infos aurait été révélé au grand public !! C’est ce que personne ne voulait !!! Il n’avait pas eu le choix !! Il ne l’avait pas !!!

« -…Quoi ?! Il a des informateurs ?!?! »

…Il ne le savait pas et c’était grave. Surtout au vu de cette face qu’il abordait montrant bien sa bonne foi sur cette surprise. Il but sa gorgée de vin cul sec…Tss... Et en plus sa soeur continuait… Mais il n’y avait rien… Absolument rien !! Enfin si, il y avait quelques choses... Oui, en effet, Dazai lui avait sauvé la vie tant de fois. Tant de batailles où la présence du brun l’avait sauvé et l’avait empêché de sombrer à jamais dans les bras d’un dieu. Mais pas Morphée, loin de là, c’était ceux d’Hadès qui était constamment autour de lui, voulant le prendre dès qu’il activerait Corruption. Le pouvoir détruisant tout... Le corps, l’esprit et le monde. Les enfermant dans un trou noir... Aspirant le monde. Il savait trop bien qu’il lui a sauvé tous les jours de sa vie… Oui, cette confiance avait fini par développer un autre sentiment. Une autre équation. Derrière sa confiance aveugle se cachait le pire. C’était le plus dangereux. Lui aussi, il corrompt tout, détruit tout. Il était devenu amoureux. Il avait ressenti l’amour et l’avait laissé faire. Espérant qu’un jour, il pourrait lui dire…mais il était parti !!! Et la haine et la rage étaient venu mais si tout s’envola, l’amour et la confiance restèrent. Cruels sentiments.

Il allait de nouveau hurler qu’il n’y avait rien en se mentant à lui-même mais il se contenta de reprendre un verre de vin s’enfonçant un peu plus dans l’ivresse qui commençait à le prendre au vu de ses joues que plus rouges….Oda ? Lui ? Jaloux ? Hahahahahahaha ! La bonne blague !!! La bonne blague !!! Non…Il l’était..jaloux…Oui, il l’était..Terriblement. Même après tout ce temps…Il ne pouvait oublier ses sentiments..Il ne pouvait juste pas le fait !! C’était impossible. Il se prit un autre verre, achevant peu à peu son esprit..Sa soeur voulait vraiment qu’il arrive à son retranchement. Hein ? Il la regarda, ce regard énervé…Oui, qu’elle essayait de lui faire cracher le morceau l’agaçait et pourtant, elle réussit.

« -Ouais !! J’suis jaloux de ce mec !! D’où il pouvait avoir cette relation avec Dazai !! Ok !! J’ose le dire !! Mais c’est bordel de douloureux……C’est putain de douloureux grande soeur !!!!!!! »

Aaah..L’alcool l’avait achevé et il avait tout déballé..Aaah…Les sentiments, équation complexe et résultat d’une dure réalité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 173
Pages : 270
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 26
Localisation : Dans sa résidence
Voir le profil de l'utilisateur




Kôyô Ozaki
闇に咲く花
Dim 2 Juil - 12:42
img_rp
Lullaby of woe
En famille

*SLAP*

La réaction de Kôyô avait été brusque, sans appel, un réflexe incontrôlé. Au bruit de la gifle s'était ajouté le bruit de la théière se brisant au sol, balayée par la manche du kimono lorsque la jeune femme avait frappé Chûya du dos de la main. Aux mots du jeune homme, sa peau déjà blanche était parvenue à pâlir encore plus.
Elle avait espéré avoir tort, elle l'avait sincèrement espéré, avec ferveur mais en vain. Même s'il ne l'avait pas dit à haute voix, même s'il n'avait pas dit les mots qu'on aurait pu attendre pour un tel aveu, Kôyô avait compris. Elle le connaissait trop bien pour comprendre ce qu'il voulait dire, elle connaissait également trop bien ce qu'était ce sentiment pour savoir que oui, c'était effectivement douloureux, de toutes les manières possibles.

- Douloureux... que crois-tu qu'il arrivera lorsque ça se saura? Là tu sauras à quel point c'est douloureux.

Sa voix était soudainement devenue tremblotante, hésitante. Si la cadre était réputée pour son sang froid, autant dire qu'aujourd'hui on aurait eu du mal à le croire. Elle venait tout simplement de perdre pied. Toutes ses barrières entre elle et ses émotions venaient d'éclater.
Pour la première fois depuis des années, Kôyô Ozaki était... fragile.

- Ce qui m'est arrivé ne t'a rien appris? Comment as-tu pu tomber aussi... bas?

L'esprit un peu plus clair, elle aurait pu regretter d'avoir poussé Chûya à en parler. A vrai dire, elle y pensa. Mais ce qu'elle retint fut seulement que s'il n'avait pas bu maintenant avec elle, s'il n'avait pas tout révélé, alors elle n'aurait rien su. Depuis combien de temps cela durait-il? S'il était jaloux d'Oda à l'époque, alors cela remontait à plus de quatre ans... probablement au moment où Dazai et lui ont commencé à accomplir des missions ensemble.

Et elle n'avait rien remarqué. Et il aurait continué à la garder dans l'ignorance...

De tous ceux auxquels elle tenait, il fallait que lui, Chûya, la déçoive aussi. Kyôka venait de les trahir, de l'abandonner, et maintenant c'était à son tour de la poignarder dans le dos? Car oui, la jeune femme ressentait cette nouvelle ainsi, rien de moins. Bien qu'elle adore Kyôka et aurait souhaité l'élever comme Chûya, ce dernier demeurait le seul en qui elle avait une confiance aveugle, le seul pour lequel elle était capable de ressentir la peur.
Pour avoir vécu avec lui et lui avoir tout enseigné, pour les épreuves qu'ils avaient traversées, Kôyô était persuadée qu'ils partageaient les mêmes convictions. Même si son 'petit frère' avait toujours été plus expressif, comme le démontre tous les jours son impulsivité, elle ne pensait pas qu'il aurait pu tomber dans le piège de "l'amour"...
La jeune femme repensa aux premiers temps du jeune homme ici. Elle avait douté parfois qu'il soit vraiment fait pour leur monde. Il y avait quelque chose en lui qui le rendait un peu plus humain qu'elle-même ou des autres... Et voilà qu'il éprouvait ce genre de sentiments... Déjà influencée par la fuite de Kyôka, cette révélation fit germer dans l'esprit de la cadre une pensée basée sur sa propre expérience et qui ne partirait plus:

*Il va partir lui aussi*


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 56
Pages : 125
Date d'inscription : 25/03/2017
Dim 23 Juil - 19:49
Kôyô Ozaki et Chûya Nakahara
J'ai mal...Grande soeur..
La surprise, sentiment spécial… Tellement étrange… Après tout, elle est à la fois amère tout comme elle peut être enivrante de joie et de bonheur. Personne ne peut savoir sous quelle forme elle se manifestera. Mais une chose est sûre. Si elle peut être la meilleure des émotions, elle est aussi la plus douloureuse et celle qui détruit tout sous son passage.
Comment fut la surprise pour sa soeur ? Il ne le savait pas. Après tout comme lui en vouloir . Son pouvoir était juste utile pour contrôler la gravité et se mettre en danger, pas pour lire dans le coeur des gens. Mais il ne fallut pas longtemps pour qu’une chose plus utile qu’un pouvoir lui révéla comment sa soeur l’avait pris. Il avait avoué sa jalousie sans penser à ce qu’allait ressentir celle qu’il appelait sa soeur. Mais la douleur qui le transperça à ce moment ne put que lui faire comprendre qu’elle n’était rien face à sa douleur.

Sa joue devenait petit à petit rouge alors que les vaisseaux sanguins contenus dans celle-ci répandaient leurs maigres et faibles contenus de sang dans la peau de cette joue lui donnant la même teinte que ses cheveux. Elle avait résonné dans son oreille, cette claque. Il posa en tremblant sa main sur sa joue. Lui qui derrière une façade forte pouvait se révéler sensible venait de perdre ses moyens. Cette claque, son bruit et celui de cette théière avec ce thé qui s’écoulait sous le parquet, métaphore du sang du coeur de cette fausse famille qui allait couler de cette trahison mutuelle. Tous étaient là pour faire comprendre que les sentiments du jeune homme n’avaient pas de place dans ce lieu ou depuis ce jour, l’amour avait été banni. Il se mordit la lèvre pour cacher sa douleur autant physique que mentale. C’était la première fois pour lui. Et autant son premier baiser et tout autre première fois pouvaient être attendus avec hâte mais sa première baffe de la part de celle qui l’avait sauvé…C’était aussi amer que douloureux. Un fin filet de sang coulait de cette lèvre maltraitée par cette canine qui la serrait.

Plus il écoutait sa soeur plus il se maudissait de lui avoir dit. Bien sûr,’il aurait dû garder ses sentiments ! Mais le vin et l’instant… Tout avait fait qu’il n’avait pu se retenir de gueuler sa pensée. Douloureux ? Ça l’était déjà… Il n’avait jamais prévu de le dire… Il n’avait jamais voulu le dire… Surtout depuis que Dazai avait rejoint ce groupe… Cette agence… Ces fichus hommes et femmes ne voyant le monde que d’une façon binaire sans voir le côté humain des mafieux et autres… Si ! Ça lui avait appris un truc, c’était pour ça qu’il avait ravalé ses sentiments !…….. « Bas » ?

Peut-être était-ce le ton ou la manière dont Kôyô le prononça voire le mot en lui-même mais là, Chûya écarquilla les yeux, lui qui avait toujours été d’un naturel expressif…Alors là, c’était le pied. Au moins, il n’était plus au pas de la porte nommé ivresse…Bordel, il voulait être ivre là..

« -..C’est pour ça que je voulais pas le dire…..Bas ? Ouais, pour être tombé amoureux de ce con, faut vraiment avoir atteint le fond…Sauf que…..C’est la vérité grande soeur… »

Non, il ne pouvait pas s’emporter là... Pas du tout... Son sang restait froid comme la glace et ne voulait pas devenir aussi chaud, bouillant et brulant telle la chevelure rousse semblant terme avec cette luminosité et l’attitude du roux... Il serra le poing et d’un coup, il renversa la bouteille de vin valant sans doute un mois de salaire avant de prononcer un hurlement s’étouffant à moitié. Un magnifique bordel ne voulant pas sortir. Et sans se gêner, il commença à marcher vers la sortie de cette maudite pièce entendant le flic ploc du vin contre le parquet avant de rejoindre le thé. Voilà comment se brise une famille unie. À cause du passé et du présent.
Revenir en haut Aller en bas
Lullaby of woe ~ Souvenons-nous de ces jours pas si lointains [Pv Chûya 'lil bro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Elle me suit PARTOUT
» après combien de jour pouvons nous consommer le lait
» Bonjour (Nous sommes une famille anglaise) (tips)
» il nous lèche sans arrêt...
» Nôtre petit chez nous !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama :: La Mafia Portuaire :: Logements de la mafia-
Sauter vers: