Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Mori

Admin

John

Admin


 :: Le personnage :: Présentation :: Présentations validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ray Bradbury | It was a pleasure to burn

avatar
Messages : 111
Pages : 308
Date d'inscription : 20/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Déc - 22:48
Etrangers
Raymond Bradbury


Surnom: Ray
Age: 35 ans
Sexe: Masculin
Nationalité: Américain
Métier/Rôle dans l'organisation: Kiosquier
Orientation sexuelle: Asexuel
Signes distinctifs: Des brûlures aux mains et aux bras
Robert Lutece, Bioshock

Caractère & Physique

Ray est quelqu'un de plutôt solitaire. Peut-être est-ce parce qu'il se trouve dans un pays qui n'est pas son pays d'origine et qu'il n'y connais personne, oui. Mais il faut dire que même avant, dans l'Illinois, il ne sortait pas, n'avait pas beaucoup d'amis. Parce que ça ne l'intéressait pas, il était très bien tout seul à réfléchir et lire. Ou à vendre des journeaux, comme il le fait aujourd'hui. Ca lui permet d'observer les passants, ce qu'il aime bien. Parce qu'il se plaît à observer tout ce qui se passe autour de lui, quitte à l'analyser. Il a du temps à perdre de toute façon, et lorsqu'il ne fait aucune recherche ou qu'il ne travaille pas, il s'assoit sur un banc et observe tout ce qui peut bien se passer autour de lui, et pourquoi ça se passe ainsi.

Pour ses recherches d'ailleurs, il sait bien qu'il veut trouver le Livre oui, mais ça ne veut pas dire qu'il doit se précipiter. Il préfère prendre son temps, ne pas en faire la seule préoccupation de sa vie. Même si c'est un peu le cas, il ne veut pas s'en occuper durant tout son temps libre. Parce qu'il a peur de ne penser plus qu'à ça, ce qui n'est absolument pas ce qu'il souhaite. Il veut juste trouver ce Livre, et s'en débarasser. Le brûler, le faire disparaître.

Parce que Ray n'abandonne pas facilement les idées qui lui viennent. Sauf si quelqu'un arrive à le raisonner, il est vraiment très rare que Ray n'abandonne ce qu'il a en tête. Que ce soit par rapport à quelque chose qu'il souhaite faire, souhaite dire. Une simple idée. Il est têtu, peut-être borné, parce que jeune on avait peur de lui alors on lui cédait tout.

Si ça fait des années qu'il possède un calme olympien, il lui arrive de plus en plus souvent d'être sujet à des accès de colère où, pour ne faire aucun dégat, il doit s'isoler par peur de blesser quelqu'un. Car ce n'est pas parce qu'il est susceptible et ne supporte pas la moindre remarque désobligeante, ou bien qu'il ne supporte non plus pas de voir une quelconque injustice qu'il souhaite se montrer violent. Il ne veut de mal à personne, dans l'ensemble. Sauf s'il se retrouvait face à un dangereux criminel, là il est possible qu'il lui souhaite beaucoup de mal. Mais généralement, même s'il a tendance à rapidement s'emporter, il ne veut que les autres n'en patissent que le moins possible.

Il n'a pas facilement peur, non plus. A vrai dire il n'a qu'une seule peur, tout le reste le laisse de marbre. La mort, les araignées, le sang, tout ça le laisse de marbre. Mais ce qui lui fait peur, c'est lui même. Ce qu'il est capable de faire lorsqu'il perd le contrôle l'effraie depuis son plus jeune âge, et encore plus aujourd'hui parce qu'il ne veut pas de nouveau tuer quelqu'un d'innocent involontairement comme ça, il ne veut, encore une fois, blesser personne qui ne l'aurait pas mérité. Et il n'aime pas quand son pouvoir prend le dessus, il a l'impression d'être poussé par quelque chose, quelqu'un qui n'est pas lui et qui ne le sera jamais. Ca le terrifie d'y penser, penser à ce qu'il pourrait faire s'il n'avait pas été quelqu'un de réfléchi et d'un minimum moral.

Ray ne s'aime pas. C'est presque s'il se déteste, à vrai dire. Que ce soit au niveau de son physique, ou de son mental. Il s'en veut pour avoir tué sa femme, bien sûr. C'était un accident oui, mais il l'a quand même fait. Et il se déteste pour ne pas avoir su se contrôler. Il déteste son pouvoir, qu'il a peut-être appris à contrôler un minimum avec le temps mais qu'il n'a pas su apprivoiser lorsqu'il le fallait. Et on n'a beau ne jamais lui avoir dit qu'il était laid ou quoi que ce soit, il se trouve tout bonnement horrible. Son nez trop droit, sa voix trop rauque et ses oreilles trop petites, ses bras et mains couverts de brûlures, son odeur de tabac froid dû, tout comme sa voix, à sa mauvaise habitude de fumer comme un pompier... Et peut-être parce qu'il se voit comme un monstre, oui. Mais aussi parce qu'il déteste tout de lui. Ses yeux ternes à la limite du vitreux, ayant perdu leur bel éclat qui faisait ressortir leur couleur bleue. Bleu qui autrefois contrastait beaucoup avec ses cheveux roux vifs, aujourd'hui plus cuivrés qu'autre chose mais toujours aussi bien coiffés. Et aujourd'hui son tent n'a plus rien de lumineux non, il a plutôt l'air simplement blême, peut-être même livide. C'est qu'il ne se sent pas vraiment bien depuis la mort de sa femme. Ses tâches de rousseur ? Il les a toujours trouvées dérangeantes. Alors il fait ce qu'il peut, en s'habillant bien. Très bien, il privilégie la marque car c'est important d'être bien habillé. D'avoir des vêtements résistants.


Histoire

Raymond n'a pas eu une enfance difficile, ni une enfance facile. Il eut une enfance banale, et ne se souvient pas de grand chose quand il essaie d'y repenser. Sa famille ? Des parents, pas trop sévères, pas trop laxistes. Gentils. Des revenus assez élevés, et enfant unique, il ne manqua jamais de rien. C'est qu'il ne demandait pas grand chose, en fait. C'est ce qu'on lui raconte, du moins, parce qu'il ne commença à avoir des souvenirs plus précis qu'à l'age de treize ans. Treize, un nombre qui ne lui porta pas chance. Mais c'était certainement une coïncidence, Ray n'a jamais été quelqu'un de très superstitieux, même petit. Un après midi, sa cousine et les parents de cette dernière étaient venus leur rendre visite. Le jeune garçon n'était pas ravi. Il n'avait jamais aimé sa cousine, elle n'avait qu'un an de plus que lui et pourtant se croyait tout permis, ele croyait pouvoir en faire son petit esclave. La goutte d'eau qui fit déborder le vase, ce fut lorsqu'elle cassa son jouet préféré, un petit robot. Ah, il n'était pas content Ray, non. Alors il s'était emparé de la peluche de sa cousine, dans l'espoir de lui faire connaître le même sort que celui de son pauvre robot. Mais tout ce qu'il réussit à faire, ce fut de l'enflammer. Comme ça, sans rien demander. la peluche avait tout simplement pris feu lorsqu'il s'en était emparé. Ca l'avait choqué, sur le coup. La petite aussi. Ils étaient restés là, à regarder la peluche s'enflammer alors que Ray la tenait toujours. C'était jusqu'à qu'il se rende compte que ça brûlait. Belle constatation. Le feu, ça brûle. Et ça fait mal. Alors il l'avait lâchée, et avait courru. Hors de sa chambre, hors de la maison. Avec ses mains qui le faisaient terriblement souffrir.

Personne n'avait compris ce qui s'était passé, et pourquoi ça s'était passé. Mais ils avaient peur. Si bien qu'on ne revit plus jamais cette branche de la famille. Les parents de Ray essayèrent de ne pas changer leur attitude face à leur fils, parce que c'était leur enfant et qu'ils se devaient de l'aimer. C'était bien ça le problème, ils devaient l'aimer. Ils continuaient de le faire par obligation. Parce que le fait est qu'ils avaient peur de lui. Ils avaient peur que cet incident inexplicable ne se reproduise. Et il se reproduit. Avec plusieurs choses. Un livre, un dessin raté, ses couverts. Ca arrivait à chaque fois qu'il laissait ses émotions prendre le dessus. Alors il avait du apprendre à se contrôler, pendant un bon moment. Tout son adolescence. C'était long, très long, trop long. Mais il avait finit par s'y faire, aux légers tremblements de ses mains brûlées lorsqu'une chose le contrariait, le rendait triste ou quoi que ce soit d'autre, Il avait appris à devenir plus calme, avec le temps. Moins stressé. Les accidents se faisaient de plus en plus rares, jusqu'à totalement disparaître. Il menait de nouveau une vie banale et normale, et avec ça, il était heureux. Il avait finit l'école, avait commencé des études supérieures. Il voulait devenir professeur, c'était un beau métier d'après lui. Et il réussit à devenir professeur, dans l'école où il avait passé toutes ses années à étudier, en plus. Et c'est là qu'il la rencontra.

Clarisse, qu'elle s'appelait. Elle était belle, incroyablement belle. Si belle qu'en entrant dans la salle des professeurs lors de son premier jour de travail, il avait senti ses mains à nouveau trembler, ce qui ne s'était plus passé depuis des années. Il avait tout de suite voulu apprendre à la connaître, bien sûr. Et il put découvrir qu'en plus d'être belle, elle était très intelligente. Et il n'y avait pas que ça. Elle était drôle, surtout le matin lorsqu'elle sortait de son lit, avec ses cheveux tous décoiffés et son air tout endormi, et la moue qu'elle tirait jusqu'à avoir bu son café. Et elle était très touchante lorsqu'elle regardait l'album photo qui contenait des photos de sa famille, dans son fauteuil à côté de sa cheminée, enroulée dans sa couette. Vraiment, elle était parfaite et ils tombèrent très vite amoureux l'un de l'autre. Il n'aurait jamais pu savoir à quel point elle était aussi merveilleuse, sinon. Il se marièrent vite, aussi. Et ils étaient inséparables. Heureusement qu'ils avaient le même emploi, du coup. Emploi auquel Ray n'accorda plus tant d'importance, parce que tout ce qui comptait pour lui c'était Clarisse, maintenant. Il la couvrait d'attentions, de cadeaux divers et variés. C'était devenu sa routine. Et il en était heureux. Mais elle, était-elle heureuse ?

Il le pensait. Mais encore aujourd'hui, il n'en sait rien. Elle en avait l'air, après tout. Car il avait finit, assez tôt, par lui faire part de cet étrange pouvoir qu'il considérait plutôt comme une malédiction. Et elle n'avait pas pris peur, elle avait l'air plutôt fascinée par ce qu'il disait. Elle lui avait même proposé de l'aider à un peu mieux contrôler son don, ce qu'il avait fini par accepter. Elle avait aussi commencé à faire des recherches, pour savoir s'il était le seul dans ce cas là. Et il semblerait que non, il y avait plusieurs personne possédant un pouvoir. Pas un pouvoir comme le sien, mais un pouvoir. Ca n'intéressait pas beaucoup Ray en fait, mais ça avait l'air de fasciner Clarisse. C'était jusqu'à ce qu'elle n'apprenne l'existence d'un livre, un mystérieux livre qui faisait que tout ce qui était écrit à l'intérieur se réalise. Elle trouvait ça génial, fascinant, et croyait sincèrement à l'existence de ce livre. Elle voulait même le trouver, car avec ce livre, ils pourraient faire de grandes choses. Elle pourrait faire de grandes choses en fait, car Ray s'en fichait éperduement. Il pensait que ça lui passerait, mais pas du tout. Tous les jours, elle parlait de ce livre. Ses nuits, elles les passaient à faire des recherches. Elle avait même fini par démissionner pour pouvoir consacrer plus de temps à ses recherches. Elle changeait, devenait fatiguée, fatiguante, irritable et irritante. Ce n'était plus la Clarisse dont Ray était tombé amoureux non. Il avait essayé de lui en parler, plusieurs fois. Mais à chaque fois elle le rejetait, elle l'envoyait balader. Au début il se disait que ce n'était pas grave. Et à force, ça devint insupportable. Alors, après six ans de mariage éclata leur première dispute. Au début, il avait voulu rester calme. Mais elle s'était braquée, et énervée. Le ton montait, Ray s'énervait aussi. Parce qu'après tout c'était de sa faute à elle, non ? Alors qu'elle voulait partir, il l'avait prise par le bras. Juste prise par le bras. Et là, elle l'avait giflé. Alors il n'avait pu s'en empêcher. Il avait essayé, mais il n'avait pas pu le retenir. Sa main s'était crispée, et avait tremblé. Encore plus que les fois précédentes. Et il avait d'abord vu les flammes, avant de l'entendre crier. Elle était en flammes, et il ne pouvait rien faire que de la lâcher pour ne pas s'enflammer aussi. Ray avait donc reculé de deux pas, puis un troisième, et il s'était appuyé sur la table car il était perdu, il ne comprenait pas ce qui se passait et pourquoi c'était en train d'arriver. Alors la table aussi avait pris feu, une partie de son bras avec. Il avait voulu fuir pour ne plus entendre les cris de Clarisse, mais n'avait plus aucun équilibre, devait s'appuyer sur les murs de son appartement qui prenaient petit à petit feu, et une fois dehors il ne fit que courir, loin de sa femme et de leur appartement en feu. Qu'est-ce qu'il allait faire, maintenant ?

Il n'en savait rien, sur le coup. Il était seul, terriblement seul. Il n'avait plus rien, juste un peu d'argent et l'héritage de son grand-père. La réponse lui parut claire après environ une semaine. Le Livre. Il devait le trouver, ce maudit livre, celui qui avait tant fait changer sa Clarisse, et qui avait poussé Ray à commettre l'irréparable, accidentallement certes mais impardonnable. Oh, il ne voulait pas faire revenir Clarisse, non. Il voulait détruire ce Livre. Il savait que s'il le touchait, il s'enflammerait, comme tout ce qu'il avait touché auparavant. Il allait devoir faire les mêmes recherches que Clarisse, et faire attention à ne pas devenir aussi dépendant qu'elle. Il le devait, pour un minimum la venger. Tout ce dont il se souvenait, c'est qu'elle lui avait parlé de la supposée localisation du Livre. Une ville portuaire au Japon, Yokohama. Est-ce qu'il allait y partir, du jour au lendemain ? Oui. Il devait quitter le pays, avant qu'on ne se rende compte qu'il n'était pas mort dans l'incendie et qu'on ne l'accuse. Il avait des notions de japonais et de toute façon, aprennait très vite. La semaine suivante, Ray était parti pour Yokohama. Il y est depuis maintenant près de six mois, et s'est trouvé un petit emploi en tant que kiosquier. Ce n'est pas spécialement bien payé mais avec l'héritage, il peut se payer un petit logement. Et il n'a toujours aucune idée d'où peut bien se trouver le livre, non. Mais il ne perd certainement pas espoir.

Talent

Fahrenheit 451

Le principe du pouvoir de Ray est plutôt simple. Ce qu'il touche atteint son point d'auto-inflammation. Le point d'auto-inflamation, c'est lorsqu'un matériau s'enflamme sans être rentré en contact avec une quelconque flamme. Ray n'a qu'à toucher quelque chose comme un habit, une brique, n'importe quoi et la chose s'enflammera immédiatement. Bien sûr, ça n'arrive pas avec tout ce qu'il touche. Il faut que Ray le touche, pour ça. Qu'il le touche, et qu'il veuille vraiment le brûler, ou bien qu'il ne soit pas dans son état normal. Qu'il soit en colère, triste, qu'il ai peur, quelque chose qui lui fasse perdre le contrôle de ses émotions et par conséquent de son pouvoir. On peut aussi dire que tout ce qu'il touche s'enflamme, à moins qu'il ne fasse l'effort constant de rester calme. Cette version se rapprochant plus de la réalité, oui.Et ce pouvoir lui fait peur, très peur oui. Parce qu'il a bien vu ce qu'il était capable de faire. Tuer des gens, lui laisser des séquelles physiques et mentales assez violentes. C'est plus une malédiction qu'autre chose, d'après lui. Une malédiction qui prend de plus en plus souvent le dessus sur lui, comme s'il était habité d'une deuxième personne. Car il n'a pas l'impression d'être lui même lorsqu'il fait usage, volontairement ou non, de ce pouvoir destructeur qu'il essaie toujours tant bien que mal de maîtriser. Mais le feu n'est pas un élément qui se laisse tranquillement faire. Mais il est sur la bonne voix et ne s'arrêtera pas avant un bon moment.

Pseudo: Cc c john encore
Age: 18 aaaans
Double-compte? Steinbeck oui
Comment avez-vous découvert le forum?: Je me le demande
Votre premier avis sur le forum?: Prout
Votre premier avis sur le forum ? Quelque chose à améliorer/modifier/supprimer ?: Prout
Avez-vous lu le manga/regardé l'anime ? Si oui, jusqu'où êtes-vous rendus: Prouuuut

Code by Frosty Blue de never Utopia



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 107
Pages : 371
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Déc - 23:49
J'AIME TON ECRITURE ET LES FEELS QU'ELLE TRANSMET

Et je me répète mais: Arthur et lui vont sûrement bien s'entendre. J'ai hâte de rp avec ce beau monsieur roux~ Sauf si tu veux pas de moi, j'comprends *renifle*

Voilà.
Prout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ryūnosuke Akutagawa
L'emo tsundere
Messages : 312
Pages : 1375
Date d'inscription : 01/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 23 Déc - 13:48
Re bienvenue beautey

Que dire de plus ? rip Clarisse et allumez le feu ?
Ta présentation est géniale, comme d'habitude ??

Comme pour Mori, je te laisse te recenser toi-même, parce que c'est beaucoup plus drôle ^^
Amuses-toi bien avec ce p'tit roux~

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Le personnage :: Présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: