Forum RPG sur l'univers de BSD !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Yokohama :: Centre ville :: Hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi ça ne se passe jamais comme prévu ? •• Sei/Doppo

avatar
Messages : 12
Pages : 39
Date d'inscription : 22/12/2017
Ven 5 Jan - 17:40
Petite visite à l'hôpital…

Doppo
Kunikida

Sei
Shônagon

On lui a dit, à Kunikida, que la victime du cas dont il doit s'occuper a fini à l'hôpital. Génial. Sûrement encore un coup de la mafia… Il aurait dû s'en douter. Enfin. S'en douter avant. Cette fois-ci, il semblerait que c'est l'adversaire qui ait un coup d'avance, et ça ne lui plaît pas. Vraiment pas.

La seule chose qu'il peut faire pour le moment, c'est s'assurer qu'elle est en vie, et trouver le plus d'informations possibles quant au combat, à la blessure, aux agresseurs… Alors il est déjà à l'hôpital, le détective. Pas de temps à perdre. Qui sait ce qui va encore pouvoir arriver s'il ne se dépêche pas…

Il soupire. Finalement on lui a dit d'attendre que la chirurgienne en charge de la victime se libère pour pouvoir répondre à ses questions. Évidemment, il aurait dû s'en douter… C'est toujours comme ça, les hôpitaux. Eh bien tant pis, il attend, comme n'importe qui d'autre, dans la salle d'attente.

Récapitulons l'affaire. Une série de cambriolages et d'enlèvements dans un quartier non loin du port. Le lien a très vite été fait entre tous les cas et on avait prévu le prochain. La victime a pu être prévenue et tirée hors d'affaire avant que le drame ne se produise… Et on a cru l'affaire close car certains suspects ont été arrêtés. Mais les choses semblent être plus complexes que ça, puisque ladite victime a subi une agression pas plus tard que cette nuit, malgré les précautions prises auparavant.

Alors Kunikida réfléchit. Quels sont son rang, sa place dans la société ? Pour quelles raisons la mafia peut-elle lui en vouloir ? Se pourrait-il qu'elle détienne une capacité, ou des informations ou des biens importants ? Peut-être que tous les cas précédents, mineurs comparés à celui-ci, n'étaient qu'une couverture, ou une diversion, pour minimiser l'importance de celui-ci ?

Perdu dans ses réflexions, il n'entend pas l'infirmière qui l'appelle. Et qui réitère. Plusieurs fois. "… Oh, euh, excusez-moi !" Ça commence bien, cette histoire. Il suit donc la dame jusqu'au cabinet de la chirurgienne, et prend soin de réajuster sa tenue avant d'entrer.

Et puis il rentre. "Bonjour, je suis Doppo Kunikida, membre de l'Agence des détectives armés. Vous devez être au courant, mais j'aimerais vous poser quelques questions concernant une opération récente…", qu'il dit, simplement. Efficace, cordial, Kunikida. Il travaille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Pages : 50
Date d'inscription : 05/08/2017
Ven 5 Jan - 18:38
Une journée tranquille.
Enfin.
C'était... relaxant.

Du moins autant qu'un hôpital pouvait être relaxant. Les dossiers à traiter n'étaient pas les plus joyeux, comme on s'en doute, aussi la jeune femme trouvait du réconfort dans les nouvelles des rétablissements de ses patients. Pour le moment, elle restait en chirurgie générale, aussi autant dire que beaucoup de cas différents passaient devant elle.

Aujourd'hui était avant tout consacré à des consultations pré et post opératoires ainsi que quelques consultations entre pairs. La matinée passa rapidement et à midi tapantes, Sei sortit enfin de son bureau prendre son déjeuner avec deux collègues. Elle fit toutefois attention à ne pas prendre trop son temps pour ne pas être en retard.
La chirurgien retourna dans son bureau une bonne dizaine de minutes avant son prochain rendez-vous pour se préparer. Chose étrange, parmi les rencontres purement médicales se glissait une autre moins ordinaire: la présence d'un détective. Voilà qui était curieux. C'était sans doute la première fois qu'on demandait à la voir à cause d'une affaire. Cela dit, elle se souvenait aussi avoir dû opérer quelqu'un en urgence pour des blessures à l'arme blanche.

*toc toc toc*

Le bruit la sortit de ses pensées tandis que l'infirmière ouvrit la porte pour laisser entrer le détective. Sei se leva pour l'accueillir.

- Bonjour, je suis Doppo Kunikida, membre de l'Agence des détectives armés. Vous devez être au courant, mais j'aimerais vous poser quelques questions concernant une opération récente…
- Oui bien sûr, on m'a prévenue de votre arrivée. Je vous en prie.

Elle lui désigna la chaise face à son bureau pour qu'il puisse s'asseoir puis fit de même dans son propre fauteuil.

- On a dû vous le dire mais je suis Sei Shônagon, la chirurgien de garde qui a opéré l'homme qui vous intéresse. J'espère que je pourrai vous être utile dans votre enquête. Toutefois, avant de commencer j'aimerais qu'il soit clair que je suis tenue par le secret médical. Si je sens que certaines questions peuvent poser problèmes au patient, je me réserve le droit de ne pas y répondre. Autrement, vous pouvez poser toutes les questions que vous souhaitez.

Elle allait l'inviter à poser ses premières questions quand un détail dans la présentation du jeune homme lui revint... Le nom de l'agence pour laquelle il travaillait.

- L'Agence des Détectives Armés... vous êtes un collègue d'Akiko Yosano alors?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Pages : 39
Date d'inscription : 22/12/2017
Ven 5 Jan - 20:34
Petite visite à l'hôpital…

Doppo
Kunikida

Sei
Shônagon

Voilà donc le blond dans le bureau de la chirurgienne, qui l'accueille tout aussi cordialement. C'est une jeune femme à l'apparence quelque peu surprenante pour une asiatique. Blonde aux yeux bleus, on n'en croise pas souvent, ici… Enfin, Kunikida ne peut pas vraiment parler, niveau couleur de cheveux. Et de toute manière ce n'est pas le propos.

Invité à s'asseoir, il ne se fait pas plus prier pour s'exécuter. Il se tient droit sur sa chaise alors qu'il écoute le médecin avec attention. Ah, bien sûr, le secret médical, la loi… Voilà qui pourrait bien lui compliquer la tâche. Bah, il essayera de faire avec, de la convaincre si jamais une information semble vitale. C'est que cela pourrait sauver des vies…

"Bien sûr, je suis au courant de tout cela. J'espère que vous serez en mesure de m'aider, et que vous aurez suffisamment confiance. Enfin, je ne pense pas que mes interrogations en arrivent à poser problème pour le patient…" Ou plutôt, il n'espère pas. Soupir intérieur.

Mais voilà que c'est elle qui pose une première question. Plutôt… inattendue. "L'Agence des Détectives Armés... vous êtes un collègue d'Akiko Yosano alors ?" Pendant quelques secondes, son expression change. La surprise est lisible dans son regard, ou bien à ses sourcils qui se haussent. Mais il se rattrape bien vite. "Eh bien, oui. Vous la connaissez ?" En voilà une surprise… À vrai dire, ses collègues ne cesseront jamais de le surprendre. Pas toujours en bien, certes… mais ils le surprennent.

Et cette femme aussi. Cette affaire pourrait bien prendre une tournure… inattendue. Le blond n'est certainement pas au bout de ses surprises…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Pages : 50
Date d'inscription : 05/08/2017
Sam 6 Jan - 14:48
Une pensée qui ne lui ressemblait pas traversa l'esprit de Sei. Quelqu'un d'aussi jeune pouvait déjà être détective? Lui avait-on alors envoyé un vrai détective ou un stagiaire encore en formation? Bon, un âge trop jeune n'était pas forcément synonyme d'inexpérience mais la question émergea malgré tout. Elle s'amusa discrètement de sa surprise à sa question mais fut contente de constater qu'elle avait eu raison. S'il était collègue de son amie alors la chirurgien pouvait croire que la personne face à elle était fiable, auquel cas elle irait voir son amie et demanderait des comptes... ce que personne sain d'esprit ne souhaiterait quand on connaissait Akiko.

- Oui bien sûr, nous avons fait une grande partie de nos études ensemble et je l'ai revue récemment. C'est à ce moment-là qu'elle m'a annoncé travailler pour une agence de détectives quelque peu particulière.

Elle taira les raisons de cette visite puisque ça ne le regardait pas mais quelque chose lui disait qu'elle devrait y retourner. Le fait est qu'elle trouvait toutefois formidable que tous ceux qui composaient cette agence soient détenteurs de pouvoirs. Enfin peu importe, elle se doutait qu'ils avaient tous deux mieux à faire et beaucoup de travail à accomplir encore après cet entretien.

- Enfin, pour revenir à votre homme, je n'ai pas vraiment quelque chose à dire en plus que ce que j'ai déjà révélé à la police. On l'a amené aux urgences, inconscient suite à la perte importante de sang. Il avait quatre blessures importantes au torse et à l'abdomen.

A ce moment-là, la blonde se leva pour se rendre près du mannequin anatomique qui se trouvait dans son bureau, pratique pour expliquer aux profanes ce qu'elle devait leur faire. Elle montra alors les quatre endroits des blessures.

- En raison de leur position, j'ai bien cru en toute franchise qu'il ne survivrait pas même en intervenant rapidement. Nous pensions que les organes vitaux comme les poumons et les reins avaient été touchés, mais en réalité il n'en était rien...

Et c'est bien ce point qui l'avait intriguée avec cette personne.

- J'ai déjà opéré des blessures en tout genre, y compris à l'arme blanche. Il y a déjà eu des cas où la personne est passée à deux doigts de la blessure fatale, mais ici... disons que ça n'arrive jamais à quatre reprises, encore moins dans le cas d'une agression.

Sei était persuadée que cette agression était un règlement de compte, sans doute, mais qu'on avait délibérément laisser vivre cette personne. Bien qu'elle n'ait jamais eu ce genre de pulsion, il lui semblait inconcevable qu'on s'acharne à poignarder quelqu'un quatre fois et se louper avec cette précision. Toute l'équipe s'était en effet trompée à l'arrivée du patient, tous avaient cru que les organes vitaux étaient touchés en raison de la proximité frappante des plaies et des organes, mais les faits étaient là...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Pages : 39
Date d'inscription : 22/12/2017
Dim 7 Jan - 17:07
Petite visite à l'hôpital…

Doppo
Kunikida

Sei
Shônagon

"Oh, je vois… " Surprenant. Tout à fait surprenant. Quand on y réfléchit, c'est vrai que la ville n'est pas si grande que ça et que dans chaque milieu, les gens doivent forcément se connaître, mais… Si on lui avait dit qu'un jour il aller rencontrer une ancienne camarade de classe de Yosano, il aurait probablement essayé d'y échapper. Pourtant, cette femme lui semble tout à fait… inoffensive, et même certainement charmante. Enfin, là n'est pas la question.

Les blessures de la victime, donc. Avant même qu'il n'ait à poser de question (ce pourquoi il était venu…), le médecin lui répond, donne des précisions sur la nature des blessures, de l'opération. Rapidement, il sort son carnet et commence à prendre des notes sur ce que dit la chirurgienne. Il note en premier les informations les plus importantes, notamment concernant la localisation des blessures, leur gravité, etc. Mais il note également les remarques faites par la dame, concernant son étonnement, son avis un peu plus personnel sur le sujet.

"Effectivement, c'est surprenant…" Voilà qui est étrange. Et le détective se dit que ça cache quelque chose. Que ça ne peut pas être aussi simple que ça. Si c'est la mafia qui est derrière tout ceci comme il le pense, ça cache forcément quelque chose. Alors il réfléchit, Kunikida. En jouant machinalement avec son crayon pendant quelques secondes. "Combien de temps s'est déroulé entre l'agression et son opération, exactement ?" Une petite pause, et puis une deuxième question. Pour confirmer des craintes, qui, il l'espère, ne seront que des craintes, et non la réalité. "Est-il possible de voir le patient ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Pages : 50
Date d'inscription : 05/08/2017
Lun 8 Jan - 16:55
Sei se demandait à quoi pouvait ressembler la journée d'un détective. L'imaginaire collectif les imaginait comme constamment en train de résoudre des affaires, être en danger à cause des "vilains" mais dans la réalité, qu'en était-il? Il en allait de même pour les chirurgiens dans une certaine mesure, on les pensait toujours en salle d'opérations, à être assistés par toute une équipe qui obéissait au garde-à-vous, sauf qu'on omettait souvent derrière les rendez-vous, les entretiens, les suivis des patients et la paperasse... tellement de paperasse à remplir.
Enfin, là n'était pas le propos, quoique la demoiselle était curieuse à propos de ce cas-là. Bien qu'elle ne l'ait pas dit ouvertement, elle pensait que cette agression était anormale et si le choix lui était donné, alors Sei aurait volontiers aimé participer pour connaître le fin mot de l'histoire, quitte à être "déçue".
Elle se rassit aux questions du détective et reprit le dossier car elle n'avait pas immédiatement la réponse.

- Mmh... vu l'heure à laquelle l'opération a commencé et la quantité de sang perdue... je dirais moins d'une heure, mais je ne peux pas être plus précise désolée. Il faudrait comparer l'heure de l'opération avec celle de la police.

En parlant de police, ils avaient déjà réussi, tant bien que mal, à interroger la victime, mais aujourd'hui...

- Vous pouvez le voir. Seulement en plus du reste, il a une commotion cérébrale suite à un coup, c'est moins grave que ça en a l'air mais il a fallu bander une partie de son visage. En raison des blessures que nous avons opéré, il est aussi fortement sédaté. Je doute que vous puissiez lui poser des questions. La police l'a déjà interrogée mais c'était visiblement très pénible pour lui de demeurer conscient et lucide à la fois. Je ne conseillerai pas un autre interrogatoire maintenant si c'est ce que vous avez en tête.

Peut-être désirait-il le voir pour des raisons qui lui échappaient, autres que lui poser des questions mais si c'était bel et bien le cas, cela risquait d'être difficile. Elle était désolée de ne pas être plus utile mais il lui était impossible de brusquer un patient, qu'importe les raisons.

- Si vous voulez, j'ai une copie du rapport de police. Médecin ou non, je reste une civile à leurs yeux, si j'y ai accès, je pense donc que vous pouvez le lire aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Pages : 39
Date d'inscription : 22/12/2017
Jeu 11 Jan - 13:39
Petite visite à l'hôpital…

Doppo
Kunikida

Sei
Shônagon

Il regarde la dame se rasseoir et se saisir calmement du dossier. Lui semble un peu plus nerveux, son esprit de détective sondant déjà toutes les possibilités de cette affaire, mais surtout leurs conséquences. Si ses doutes sont avérés, alors certaines personnes sont en danger immédiat, et il est de son devoir de les protéger. Mais il attend simplement des réponses, dans l'espoir de se tromper.

Et puis lorsque lesdites réponses arrivent, il acquiesce, prend encore des notes. Moins d'une heure selon le chirurgien… étrange. Ce laps de temps est à peu près le même que celui que la police lui a donné, même si celle-ci disait plutôt une heure, ni plus ni moins. Enfin, tout ça reste surtout très vague. Et c'est là que quelque chose cloche. "Je vous remercie, mais j'ai moi aussi le rapport de police. J'aimerais plutôt, comme vous l'avez suggéré, comparer les heures exactes qui sont inscrites dans le rapport et dans votre dossier… si vous me le permettez." Rien de bien extravagant dans cette demande, surtout pour un détective. Et rien qui ne semble dangereux pour le patient non plus.

Patient dont la condition lui semble plus embêtante qu'il n'y paraît. Si, en plus de ces faux coups assénés aux organes vitaux, il en a reçus au crâne… eh bien ça dissimule plus de choses qu'il ne le pensait. C'est-à-dire une fausse tentative de meurtre et surtout… le visage de la victime. C'est bien là ce qui embête Kunikida, plus que le fait de pouvoir l'interroger ou non. "Avant de lui poser des questions, j'aimerais simplement vérifier de qui il s'agit. J'espère me tromper, mais si son visage est bandé, et qu'en plus il est incapable de confirmer son identité, il est possible que tout ceci ne soit qu'une diversion…", qu'il explique, en tapotant son carnet du bout de son stylo. Et ce serait encore plus embêtant que tout le reste. Car ça lui aurait fait perdre un temps précieux. Précieux pour lui, mais surtout pour sauver la vraie victime, car qui sait ce qui qui peut lui arriver si elle n'est pas ici ?

Voilà, maintenant Kunikida stresse vraiment. Ce serait trop facile si toutes ses hypothèses étaient fausses. Et le temps court, court…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 12
Pages : 50
Date d'inscription : 05/08/2017
Sam 13 Jan - 12:23
Sei ne voyait aucune raison de refuser la requête du détective. Simplement comparer les heures n'était pas un problème, aussi elle lui donna sans attendre la feuille comportant l'information qu'il demandait. Toutefois, elle espérait qu'il garde à l'esprit que dans le cas d'une agression, il était difficile de connaître l'heure exacte sauf si la victime pouvait la fournir. Entre l'agression, si la personne perdait connaissance, il pouvait s'écouler énormément de temps jusqu'à ce qu'on la trouve et qu'on décide d'appeler les secours. Tout cela, sans oublier le temps que mettront les secours à venir et à repartir à l'hôpital. Bref, il y avait beaucoup de paramètres et ce que la médecin donnait comme information n'était que de son propre point de vue. Elle n'avait pas fait attention si dans le rapport de police, il était mentionné l'heure de l'appel pour signaler l'agression.

Le détective enchaîna ensuite sur une autre supposition qui inquiéta la jeune femme. En effet, s'il y avait usurpation d'identité, alors c'était très grave. Elle n'osait pas imaginer toutes les possibilités que cela impliquait, mais elle comprenait l'urgence de la situation. Seulement...

- Il a tout de même fourni un nom aux policiers. S'il a des antécédents médicaux, je pourrai être en mesure de confirmer son identité. Mais il y a tellement de paramètres à prendre en compte que je ne peux pas vous dire dans combien de temps vous aurez votre réponse. A la fin de la journée dans le meilleur des cas, dans plusieurs jours si vous êtes moins chanceux.

Si la personne présumée avait déjà été opérée, alors il serait possible de confirmer via la simple présence d'une cicatrice, ou d'une maladie chronique quelconque. Si ce n'était pas possible, alors peut-être que des analyses ultérieures pourraient l'aider. Malheureusement, il y avait aussi la possibilité qu'il ait été dans un autre hôpital, auquel cas il faudrait faire une requête auprès de ses collègues qui auront sans doute mieux à faire. Il y avait aussi la possibilité qu'il n'y ait aucune trace de lui dans un quelconque hôpital.
Il ne fallait pas oublier non plus que Sei avait ses propres patients. Il était impossible qu'elle les fasse passer après cette affaire, tout aussi tragique qu'elle soit. Peut-être que le détective désapprouverait mais elle serait intransigeante là dessus.
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Pourquoi ça ne se passe jamais comme prévu ? •• Sei/Doppo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Mon chien hurle comme un loup avec certains sons pourquoi ?
» utilisation de la paille comme isolant externe,avis conseil
» Gratte comme un forcené au carreau....
» Je crois que je me suis loupé ...
» Mes plantes ne bullent pas !?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama :: Centre ville :: Hôpital-
Sauter vers: