Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Sophie

Admin

John

Admin


 :: Hors de Yokohama :: Le Monde :: Amérique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Flashback] L'a-Poe-calypse (Ft.Edgar)

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 146
Pages : 520
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 0:45
Your intellect is a treasure for someone like me
Il pouvait voir, quand il croisait le regard de Poe, une lueur d’intelligence que l’homme semblait cacher et qui l’intriguait. Si rare, les personnes qui savaient penser. Et, comme les yeux du jeune homme avait vu sur les doigts qui tenait la cigarette du militaire qu’il écrivait souvent, il ne pouvait qu’éprouver de l'intérêt pour lui.  

« Oui, elle commencerait même à dominer le monde hm… »

Il eut un sourire en coin, clairement amusé par la conversation. Ce n’est pas comme s’il avait dit cela forcément sérieusement, mais… L’histoire était un sujet qui l’intéressait. Il écouta attentivement l’homme lui raconter sa vie sans lui avoir demander. Tant mieux, à vrai dire, Arthur n’aurait pas à déballer la sienne comme cela. Il n’avait pas besoin de savoir. L’homme était très travailleur… Le britannique voyait cela d’un très bon œil. Cela voulait dire qu’il était en face d’une personne assez têtu, motivé et clairement ambitieuse.

« La morale d’un militaire serait donc de ne pas travailler, à en croire ce que vous dites… »

Il jouait sur les mots, s’amusait de la manière dont la phrase pouvait être perçu, alors qu’il n’en était rien : il avait très bien compris ce qu’Edgar voulait dire par là. Mais il ne pouvait s’empêcher de taquiner cet homme, ayant envie de voir l’étendu de cette intelligence qu’il avait aperçu plus tôt. Mais allait-il seulement rentrer dans son jeu ? Arthur se sentait assez à l’aise avec l’homme pour avoir ce genre de comportement provocateur -aussi étonnant que cela puisse paraître, il avait tendance à se retenir avec ceux qui ne comprendraient jamais.
Il remarqua cependant qu’il n’avait pas répondu à sa question sur le raton laveur, et Arthur pouvait sûrement y comprendre deux choses : soit il n’en avait pas grand-chose à faire de ce qu’il disait -mais il en doutait vu que l’homme restait discuter avec lui- soit il était bien trop intéressé par la conversation pour penser à… Non il vaudrait mieux cesser les théories stupides.

« Je pense rejoindre l’armée un jour ou l’autre, je compte servir mon pays… »

Il haussa les épaules. En tant que fier Britannique, la question ne se posait même pas. Il prit une bouffée de sa cigarette, l'air pensif.

« Ou devenir président… »

Il rit doucement, laissant la fumée s'échapper de sa bouche. Cependant, cette fois, il ne plaisantait pas.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 36
Pages : 176
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Juin - 2:27
Fucking thunder.ft. Tutur

Pendant qu’Arthur parlait, Edgar observait, réfléchissait … Il leva un instant les yeux vers ce ciel, non pas car il était désintéressé de la conversation, mais aussi et surtout car il aimait regarder le ciel. Ici il avait l’impression que ça c’était complètement assombri, il fronça les sourcils, sentant comme une odeur familière, c’était orageux et il allait pas tarder à pleuvoir, alors qu’il y a cinq minutes il faisait beau. Comme quoi les choses avancent vite. Le brun dirigea de nouveau son regard vers son interlocuteur, qu’il écoutait attentivement.

A vrai dire il n’avait pas envie de débattre sur ce que les pays étaient devenus, il avait un peu la flemme Edgar, alors il lui adressa simplement un sourire amusé. Par contre, pour ce qui était de la morale militaire, son sourire était redevenu simple, peut-être même un peu fier.

- Peut-être, mais la morale d’un écrivain est de ne jamais abandonner ses idéaux.

Il en était fier de cette phrase, et du fait qu’il écrivait. Bon, à son goût ce n’était pas terrible, il trouvait ses scénarios trop simples et ses mots beaucoup trop désorganisés. Ses idées parfois n’avaient aucun sens mais il arrivait à en tirer quelque chose. Et ça pour Edgar, c’était l’idée de progression, de reconnaître ses erreurs afin de passer au niveau supérieur, de corriger ces fautes pour pouvoir écrire quelque chose de parfait. D’atteindre son potentiel au maximum mais pas trop, car peut-être qu’il s’ennuierait aussi.

Il avait complètement oublié la question sur le raton-laveur qu’Arthur avait posé à vrai dire. Il n’y avait pas vraiment pensé pour le moment et était beaucoup trop focalisé sur l’intelligence de ce jeune homme. Au passage, il avait éteint sa cigarette qu’il avait presque finie, en ayant déjà marre de fumer. Il envisageait même d’arrêter, car ça lui tiraillait beaucoup trop les poumons et ça pourrait le gêner quand il fera de l’écriture son métier. Se lever pour aller fumer à cause d’une stupide envie de nicotine, c’est absurde. Il perdrait du temps et peut-être même ses idées, non merci.

Edgar regarda Arthur d’un air surpris, il était peut-être fier de son pays, mais là il n’avait jamais vu ça, quelqu’un qui voulait autant servir la Reine .. Il méritait bien la légion d’honneur ou un Prix Nobel. Il sentait l’envie de le taquiner aussi, c’était plus fort que lui, après tout, c’est lui qui avait commencé à le chercher.

- Président de quel pays ? Car il me semble que c’est la monarchie qui domine au Royaume-Uni, et plus particulièrement en Angleterre, Arthur.

Il avait un sourire amusé, mais juste après, il se mit à pleuvoir, petites gouttes par petites gouttes. Edgar sentait l’averse arriver, alors il en alerta le jeune homme.

- Il va y avoir une averse je le sens. Je n’habite pas loin, si tu veux on peux s’abriter là b-

Et il ne pût terminer sa phrase qu’on énorme grondement retentit dans le ciel, le brun n’aimait pas ça, vraiment pas ça, c’était beaucoup trop vivace et lourd comme bruit pour lui. Alors sans plus attendre, il fit signe à Arthur de le suivre, courant chez lui alors que l’averse se déversait maintenant sur eux. En route il avait cherché les clés, mettant quelques secondes à rentrer celle-ci dans la serrure avant d’ouvrir la porte. La façade et la maison d’Edgar en elle-même faisait typiquement américaine, cependant à l’intérieur elle était un peu plus sombre. Peut-être à cause du ciel devenu noir et qu’il n’avait pas encore allumé la lumière.

Il alluma donc un peu toutes les pièces, n’ayant pas pensé que c’était idiot de sa part pendant un orage, puis enleva sa veste militaire qu’il crocha au porte-manteau, les cheveux trempés et ayant un air un peu paniqué, c’était sûr, il avait horreur de l’orage.

- Oh euh .. J’ai un sèche-linge, tu veux peut-être mettre quelque chose dedans ? … Il ne faudrait pas que tu attrapes froid, je m’en voudrais.

Avait-il dit alors qu’il partait à l’étage, redescendant ensuite avec une serviette qu’il laissa tomber sur la tête d’Arthur, sûrement pour sécher ses cheveux.


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Hors de Yokohama :: Le Monde :: Amérique-
Sauter vers: