Bungou Stray Dogs
La guerre est déclarée...
Face à la défaite cuisante de la guilde, le conflit pour dominer Yokohama une bonne fois pour toute ne fait que commencer. Alors que chaque camp se bat pour ses valeurs, le chaos s'installe progressivement dans la ville, mêlant ainsi de simples citoyens au nombre de victimes. Cette guerre finira-t-elle par avoir une conclusion ? Et si cela est le cas, terminera-t-elle dans la peine et la souffrance ou bien une paix pourrait-elle être possible ? La réponse est entre vos mains.
En savoir plus.

Akutagawa

Fonda

Cocoa

Designeuse

Sophie

Admin

John

Admin


 :: Hors de Yokohama :: Le Monde :: Amérique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Flashback] L'a-Poe-calypse (Ft.Edgar)

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 188
Pages : 501
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Localisation : Dans le sud
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 0:45
Your intellect is a treasure for someone like me
Il pouvait voir, quand il croisait le regard de Poe, une lueur d’intelligence que l’homme semblait cacher et qui l’intriguait. Si rare, les personnes qui savaient penser. Et, comme les yeux du jeune homme avait vu sur les doigts qui tenait la cigarette du militaire qu’il écrivait souvent, il ne pouvait qu’éprouver de l'intérêt pour lui.  

« Oui, elle commencerait même à dominer le monde hm… »

Il eut un sourire en coin, clairement amusé par la conversation. Ce n’est pas comme s’il avait dit cela forcément sérieusement, mais… L’histoire était un sujet qui l’intéressait. Il écouta attentivement l’homme lui raconter sa vie sans lui avoir demander. Tant mieux, à vrai dire, Arthur n’aurait pas à déballer la sienne comme cela. Il n’avait pas besoin de savoir. L’homme était très travailleur… Le britannique voyait cela d’un très bon œil. Cela voulait dire qu’il était en face d’une personne assez têtu, motivé et clairement ambitieuse.

« La morale d’un militaire serait donc de ne pas travailler, à en croire ce que vous dites… »

Il jouait sur les mots, s’amusait de la manière dont la phrase pouvait être perçu, alors qu’il n’en était rien : il avait très bien compris ce qu’Edgar voulait dire par là. Mais il ne pouvait s’empêcher de taquiner cet homme, ayant envie de voir l’étendu de cette intelligence qu’il avait aperçu plus tôt. Mais allait-il seulement rentrer dans son jeu ? Arthur se sentait assez à l’aise avec l’homme pour avoir ce genre de comportement provocateur -aussi étonnant que cela puisse paraître, il avait tendance à se retenir avec ceux qui ne comprendraient jamais.
Il remarqua cependant qu’il n’avait pas répondu à sa question sur le raton laveur, et Arthur pouvait sûrement y comprendre deux choses : soit il n’en avait pas grand-chose à faire de ce qu’il disait -mais il en doutait vu que l’homme restait discuter avec lui- soit il était bien trop intéressé par la conversation pour penser à… Non il vaudrait mieux cesser les théories stupides.

« Je pense rejoindre l’armée un jour ou l’autre, je compte servir mon pays… »

Il haussa les épaules. En tant que fier Britannique, la question ne se posait même pas. Il prit une bouffée de sa cigarette, l'air pensif.

« Ou devenir président… »

Il rit doucement, laissant la fumée s'échapper de sa bouche. Cependant, cette fois, il ne plaisantait pas.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 50
Pages : 242
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Juin - 2:27
Fucking thunder.ft. Tutur

Pendant qu’Arthur parlait, Edgar observait, réfléchissait … Il leva un instant les yeux vers ce ciel, non pas car il était désintéressé de la conversation, mais aussi et surtout car il aimait regarder le ciel. Ici il avait l’impression que ça c’était complètement assombri, il fronça les sourcils, sentant comme une odeur familière, c’était orageux et il allait pas tarder à pleuvoir, alors qu’il y a cinq minutes il faisait beau. Comme quoi les choses avancent vite. Le brun dirigea de nouveau son regard vers son interlocuteur, qu’il écoutait attentivement.

A vrai dire il n’avait pas envie de débattre sur ce que les pays étaient devenus, il avait un peu la flemme Edgar, alors il lui adressa simplement un sourire amusé. Par contre, pour ce qui était de la morale militaire, son sourire était redevenu simple, peut-être même un peu fier.

- Peut-être, mais la morale d’un écrivain est de ne jamais abandonner ses idéaux.

Il en était fier de cette phrase, et du fait qu’il écrivait. Bon, à son goût ce n’était pas terrible, il trouvait ses scénarios trop simples et ses mots beaucoup trop désorganisés. Ses idées parfois n’avaient aucun sens mais il arrivait à en tirer quelque chose. Et ça pour Edgar, c’était l’idée de progression, de reconnaître ses erreurs afin de passer au niveau supérieur, de corriger ces fautes pour pouvoir écrire quelque chose de parfait. D’atteindre son potentiel au maximum mais pas trop, car peut-être qu’il s’ennuierait aussi.

Il avait complètement oublié la question sur le raton-laveur qu’Arthur avait posé à vrai dire. Il n’y avait pas vraiment pensé pour le moment et était beaucoup trop focalisé sur l’intelligence de ce jeune homme. Au passage, il avait éteint sa cigarette qu’il avait presque finie, en ayant déjà marre de fumer. Il envisageait même d’arrêter, car ça lui tiraillait beaucoup trop les poumons et ça pourrait le gêner quand il fera de l’écriture son métier. Se lever pour aller fumer à cause d’une stupide envie de nicotine, c’est absurde. Il perdrait du temps et peut-être même ses idées, non merci.

Edgar regarda Arthur d’un air surpris, il était peut-être fier de son pays, mais là il n’avait jamais vu ça, quelqu’un qui voulait autant servir la Reine .. Il méritait bien la légion d’honneur ou un Prix Nobel. Il sentait l’envie de le taquiner aussi, c’était plus fort que lui, après tout, c’est lui qui avait commencé à le chercher.

- Président de quel pays ? Car il me semble que c’est la monarchie qui domine au Royaume-Uni, et plus particulièrement en Angleterre, Arthur.

Il avait un sourire amusé, mais juste après, il se mit à pleuvoir, petites gouttes par petites gouttes. Edgar sentait l’averse arriver, alors il en alerta le jeune homme.

- Il va y avoir une averse je le sens. Je n’habite pas loin, si tu veux on peux s’abriter là b-

Et il ne pût terminer sa phrase qu’on énorme grondement retentit dans le ciel, le brun n’aimait pas ça, vraiment pas ça, c’était beaucoup trop vivace et lourd comme bruit pour lui. Alors sans plus attendre, il fit signe à Arthur de le suivre, courant chez lui alors que l’averse se déversait maintenant sur eux. En route il avait cherché les clés, mettant quelques secondes à rentrer celle-ci dans la serrure avant d’ouvrir la porte. La façade et la maison d’Edgar en elle-même faisait typiquement américaine, cependant à l’intérieur elle était un peu plus sombre. Peut-être à cause du ciel devenu noir et qu’il n’avait pas encore allumé la lumière.

Il alluma donc un peu toutes les pièces, n’ayant pas pensé que c’était idiot de sa part pendant un orage, puis enleva sa veste militaire qu’il crocha au porte-manteau, les cheveux trempés et ayant un air un peu paniqué, c’était sûr, il avait horreur de l’orage.

- Oh euh .. J’ai un sèche-linge, tu veux peut-être mettre quelque chose dedans ? … Il ne faudrait pas que tu attrapes froid, je m’en voudrais.

Avait-il dit alors qu’il partait à l’étage, redescendant ensuite avec une serviette qu’il laissa tomber sur la tête d’Arthur, sûrement pour sécher ses cheveux.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 188
Pages : 501
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Localisation : Dans le sud
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Juil - 15:57
Your intellect is a treasure for someone like me
Arthur avait les yeux qui brillaient en entendant l’écrivain parler. « Peut-être, mais la morale d’un écrivain est de ne jamais abandonner ses idéaux. ». Il aimerait bien écrire, lui aussi, c’était un fait, mais entendre quelqu’un d’autre défendre ses idéaux, c’était admirable. Il se sentit cependant rougir quand ce même homme évoqua la monarchie.

« Hm oui, c’est qu’un rêve de gosse après tout, pas besoin de réalisme… »

Il regardait ailleurs, gêné, écoutant l’écrivain d’une oreille distraite alors qu’il pouvait sentir l’odeur familière de la pluie qui commençait à tomber : l’orage n’allait pas tarder à gronder. Un bruit lourd confirma ses pensées, et il se retrouva à courir avec l’américain, rentrant rapidement chez lui. Il était devenu silencieux, observant les alentours qu’il trouva sombre, jusqu’à ce que les lumières furent allumées. Pouvait-il vraiment être ici ? Cet homme pouvait bien être un criminel… Non. Il n’en avait pas l’air – mais c’est le cas pour beaucoup de psychopathes. Il leva les yeux vers lui, et pu observer des signes de panique. Il n’aime vraiment pas l’orage…

«   N’aurais-je pas besoin de vêtements de rechanges, si je dois mettre ceux-ci au sèche linge… ? »

Répondit-il alors qu’il le regardait monter à l’étage. Il envoya un rapide message à Joseph pour le prévenir - il allait sûrement le tuer – et attendit le brun, qui redescendit avec une serviette qu’il…laissa tomber sur sa tête.

« …Merci ? »

Il l’attrapa et se sécha les cheveux, avant de relever la tête. Il fût parcouru d’un frisson, sentant ses vêtements trempés le coller.

« J’espère que je ne vous importune pas… Ah et… Merci en tout cas… »

Il regarda l’écrivain, avant de baisser les yeux.

« Je m’ennuierais moins ici qu’avec les idiots de ma classe… »

Il tremblait légèrement, le froid de la maison rendant l’eau de ses vêtements glacée.  



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 50
Pages : 242
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Aoû - 0:03
Fucking thunder.ft. Tutur

L’orage continuait de plus belle, tantôt c’était des petits grondements sourds, tantôt c’était aussi fort que des coups de feu et bien plus violent encore. En soi, Edgar n’avait rien à craindre chez lui, mais c’était bien plus fort que lui, et cela se voyait. Il était agité et allait d’une pièce à une autre, tout en se séchant les cheveux lui aussi avec une serviette qu’il avait prise à l’étage. C’est seulement lorsqu’Arthur avait reprit la parole qu’il s’arrêta plus ou moins et le rejoignit dans l’entrée. Il le regarda un moment puis fut comme gêné.

- Ah hum.. Oui pardon, attend, je vais aller te chercher quelques-unes de mes affaires en attendant, je n’ai que ça, désolé ..

Ce qu’il alla faire, mais avant ceci, il lui fit signe de le suivre à l’étage, rentrant dans sa chambre et fouillant dans son armoire, il lui donna une sorte de jogging et un t-shirt simple et son regard exprimait clairement un « pardon je n’ai que ça à te proposer » une deuxième fois. Après lui avoir donné ces affaires, il se retint de sursauter, un éclair venait de se faire particulièrement proche et violent. Le jeune homme qu’était Edgar prit une inspiration, se jetant sur la porte de la chambre, ou plutôt vers la sortie de cette pièce.

- Tu te changes et ensuite tu me donneras tes affaires, je les mettrais au sèche-linge.

Il adressa tout de même un sourire à Arthur avant de fermer la porte, le militaire se retrouvant dans le couloir et en ayant profité pour se prendre des affaires de rechange aussi, lui allant dans la salle de bain. Une fois changé d’un pantalon simple et d’une sorte de pull à manche longues, il retourna près de la chambre, n’osant pas entrer et s’appuya simplement contre le mur à côté de la porte.

- Tu m’avais dit deux fois merci sinon .. Et non tu ne me déranges pas du tout. Je ne suis pas vraiment doué pour mettre l’ambiance, voire pas du tout mais .. Si tu te sens bien c’est le principal.. je pense.

Edgar avait toujours été doué avec les mots écrits sur papier, mais par contre, quand il devait communiquer oralement avec quelqu’un c’était autre chose. Ayant toujours été quelqu’un d’assez timide sans le montrer, il avait du mal à s’exprimer, surtout ce qu’il ressentait. Il venait justement de penser qu’il pourrait montrer son bureau à Arthur, et quelques débuts d’écrits, car c’est toujours bien de le montrer à des personnes extérieures et avoir des avis. Il allait maintenant attendre que celui-ci sorte de la chambre, ou du moins savoir si ses affaires n’allaient pas être trop grandes.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 188
Pages : 501
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Localisation : Dans le sud
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Aoû - 1:47
Your intellect is a treasure for someone like me
Il suivit l’autre homme à l’étage, sans douter une seconde de ses attentions. Non, il était loin d’être malintentionné, il pouvait le voir. Et Arthur se trompait jamais – ou rarement, si l’on voulait ne pas être trop orgueilleux. Le jeune homme répondit à l’excuse silencieuse du brun par un regard qui disait « ce n’est rien ». Il n’eut aucune réaction quand le tonnerre frappa, regardant Edgar sortir en trombe de la pièce, non sans lui avoir rendu son sourire avant que la porte ne se ferme.

Une fois qu’il fût certain qu’il ne reviendrait pas, il se déshabilla et se changea. Les vêtements étaient légèrement plus grand que sa propre corpulence, mais au moins plus confortable que ceux qu’ils portaient. Alors qu’il enfilait le t-shirt, il pu entendre les pas du brun revenir vers la chambre, puis sa voix.

« Je peux parler de tout et n’importe quoi… Et, le silence n’est pas gênant non plus. »

Il récupéra ses affaires qu’il avait soigneusement plié, sa sacoche sur l’épaule, et sorti de la chambre. Après un moment d’hésitation, il lui tendit presque timidement ses vêtements.

« Tenez. Ou… Je…peux le faire moi-même ou sinon, je ne veux vraiment pas déranger. »

Il avait regardé ailleurs, les joues légèrement colorées. Plutôt embarrassé.

Il était habitué à aider sa mère au manoir familial, et malgré la mauvaise impression qu’il pouvait parfois donner – c’était l’âge qui faisait cela, sans doute – il n’oubliait jamais l’éducation qu’elle lui avait inculqué. Il l’aimait trop pour entièrement la décevoir.  


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 50
Pages : 242
Date d'inscription : 11/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 17 Aoû - 1:05
Fucking thunder.ft. Tutur

Il restait là, adossé au mur près de la chambre, c’est en voyant Arthur sortir avec ses habits qu’il se mit à rougir, ne pensant pas que ça lui irait bien comme ça. Mais il cachait son visage, faisant mine de regarder rapidement le mur.

- Ça va au moins comme ça tu auras bien moins froid. Je n’aurais pas envie que tu tombes malade par ma faute.

Il observa ensuite les vêtements trempés qu’Arthur lui tendu plus ou moins et il n’attendu pas plus longtemps pour les lui prendre, il voulait lui rendre service tout de même un peu, c’était en partie de sa faute si il était ici. Oui, Edgar prenait un peu trop les fautes pour lui, comme si c’était sa faute qu’il pleuvait, comme si c’était sa faute si Arthur avait fait des bêtises. Mais ça il ne s’en rendait pas compte.

Alors tout en écoutant son interlocuteur, il retourna dans la salle de bain et mit les affaires d’Arthur à sécher dans le sèche-linge. Puis il se tourna vers lui.

- Tu ne me dérange pas je t’ai dit, sinon tu serais encore sous la pluie à l’heure qu’il est.

Oui, Edgar n’aurait pas pris plus de temps que ça pour quelqu’un qu’il n’apprécierait pas, au contraire oui il aurait laissé cette personne sous la pluie se démerder, et puis de base il avait autre chose à faire. Oh, oui, montrer les écrits à Arthur.

- Viens, en attendant je vais te montrer un truc.

Oulah, ça faisait vieux pervers un peu. Ca l’avait fait sourire d’un air amusé malgré lui, et il se dirigea vers son bureau où étaient empilés une tonne de livres de toute sorte, puis le bureau était un peu en bordel c’était vrai. Il rassembla quelques feuilles en y accédant puis les tendu à Arthur.

- Tu .. veux les lire ? C’est.. Hrm.. Une nouvelle que j’ai commencée.. Avant-hier.


Et qui était très bien avancée d’ailleurs. C’était une nouvelle policière oui, dont il avait omis quelques détails exprès pour que le lecteur imagine à sa façon le déroulement des évènements et certains indices.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 188
Pages : 501
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 19
Localisation : Dans le sud
Voir le profil de l'utilisateur
Aujourd'hui à 0:18
Your intellect is a treasure for someone like me
Edgar finit par prendre ses affaires, et il saisit son propre bras droit, regardant ailleurs d’un air gêné avant de reprendre en entendant celui-ci s’excuser.

- Oh, parce-que vous arrivez à contrôler la pluie ? C’était donc votre plan de me tremper ainsi pour m’emmener chez vous, je vois… C’est bien pensé.

Il hocha la tête avec un sourire en coin, sarcastique à souhait. Poe semblait s’excuser bien trop, peut-être qu’ainsi il comprendrait qu’il n’y avait lieu de le faire. Le jeune homme lui demanda de le suivre, ce qu’il fit avec curiosité – ne faisant au passage aucun commentaire sur sa phrase, alors qu’il aurait pu.

- Merci…

Il prit délicatement les feuilles – il faisait toujours attention à ne serait-ce qu’un peu les froisser quand il les manipulait – touchant sans le vouloir le bout des doigts du brun. Il n’y fit pas plus attention, se reculant un peu pour se concentrer sur l’écrit sous ses yeux.
Il resta silencieux, plongé dans ce début de récit qui lui donnait déjà envie de savoir le dénouement. Il en voyait déjà plusieurs, son esprit cherchant rapidement les solutions, envisageant ce qui allait se passer. Mais il s’interdit d’en déduire la fin, préférant le suspense. Clairement, cela ruinerait ses lectures. Après un long moment de silence, où on pouvait voir son visage à la fois un grand intérêt et une admiration certaine, il releva le visage pour lui sourire.

- C’est bien dommage, je n’aurais probablement jamais la suite… Sauf si vous le publier. Vu la qualité du texte… Je suis sûr que cela aurait un grand succès. Même si je suis sûr que vous pouvez mieux faire encore.

Il les reposa sur le bureau, balayant les différents livres du regard dont il reconnu beaucoup de titres.

- Merci de me l’avoir fait lire…  


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Hors de Yokohama :: Le Monde :: Amérique-
Sauter vers: