Forum RPG sur l'univers de BSD !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Yokohama :: Centre ville :: Hôpital Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Beautiful Internship [Flash Back ] ▬ Pv : Yosa

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Messages : 150
Pages : 375
Date d'inscription : 12/06/2017
Lun 3 Juil - 14:30




New apprentice?On verra ce que ça donnera, mais franchement je suis pas plus motivé que ça.
Ton humeur s’était nettement améliorée depuis ce matin même. Ce que tu considérais presque comme un véritable miracle. Après tout, tu te savais d’un tempérament extrêmement calme, mais si jamais, par malheur, tu te retrouvais à être froissé ou quoique ce soit d’autre de négatif, ça pouvait durer un bon bout de temps. Et heureusement que tu avais réussi à désamorcer ce début de mauvaise humeur. Tu aurais nettement moins bien accueilli cette stagiaire si cela n’avait pas été le cas. Mais tout avait l’air de plus ou moins bien se passer. Oh tu savais aussi que cela aurait pu être nettement mieux, mais le but n’était certainement pas d’en faire une amie. De toute manière ce n’était pas ton genre. Et ce, même si elle se montrait intéressante d’une manière ou d’une autre. Ca ne t’empêchait pas d’avoir une certaine hâte de découvrir ce dont elle était capable. Tu osais encore espérer qu’on ne t’avait pas non plus mis n’importe qui à ta charge.

Déjà, même si c’était rapidement, la jeune fille semblait porter attention aux papiers. Une chose logique, simple, mais que les gens ne prenaient parfois pas la peine de faire. Peut-être par flemme, ce qui était ridicule. N’importe quoi pouvait se cacher entre deux lignes. Même si ce n’était pas le cas ici. En tout cas, rien d’étonnant pour quiconque comptait faire un stage dans l’hôpital. En attendant, tu ne pouvais pas faire grand-chose d’autre que d’observer son comportement. Pas spécialement intéressant pour le moment. Mais étant donné que ça avait l’air d’être rapide, ce n’était pas ça qui allait te tuer.

Une fois qu’elle eut fini, tu remarques son effort, ou simple geste, de remettre le bic à sa place. Appréciable. Parce que repasser derrière les gens pour des choses aussi futiles, ce n’était pas du tout ton truc. Surtout que suivant la personne en question tu pouvais te permettre ou non de faire des remarques. Et là tu te contentes simplement de garder ce sourire qui serait peut-être un jour mystique. Tu n’en savais rien au fond, tu ne le voyais même pas en fait, à moins de vivre avec un miroir constamment en main, cela te serait assez difficile.

Apparemment, elle se trouvait être quelqu’un d’assez logique. Et qui allait droit au but. De toute manière, faire absolument tout l’hôpital n’aurait eu aucun intérêt. Pas non plus comme si elle allait avoir besoin de savoir où se trouvait chaque placard à balai. Sans doute que tu ne le savais même pas toi-même. A quoi bon s’encombrer l’esprit de telles futilités.

Tu ne tardes donc pas à te relever, assez tranquillement, une fois les papiers rangés. Histoire de ne pas les perdre. Ce qui serait plus que ridicule. A ta connaissance, jamais tu n’avais réussi à en semer. Autant s’en occuper tout de suite et être parfaitement en ordre. Moins de problèmes.

« ▬ En soi, il n’y a pas énormément de choses, surtout que vous vous retrouverez souvent en ma compagnie que cela vous plaise ou non. Enfin, si vous avez d’ores et déjà retenu le chemin de l’entrée jusqu’ici, c’est un très bon début. Vous ne serez pas autorisée à rentrer dans un quelconque bloc seule. Enfin, les communs ne sont pas très nombreux ni difficiles à trouver. D’ailleurs, si jamais vous avez un trou de mémoire, il y a un plan en bas à l’accueil. Quoiqu’il en soit, vu l’heure, autant aller voir à la cafétéria, il ne devrait pas y avoir trop de monde. »

Inutile de chercher le monde. Parce que c’était absolument tout sauf passionnant.



© 2981 12289 0


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 272
Pages : 1215
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 15
Ven 7 Juil - 0:36
Alors que Mori se relevait, Akiko récupéra ce qu'elle avait à récupérer et rangea ce qu'elle avait à ranger. Une fois cela fait, elle se redressa à son tour. Elle n'avait pas été trop lente, ni n'avait fait tombé toutes ses affaires à cause d'un quelconque stress. Pas comme si elle était inquiète, elle savait qu'elle avait largement les moyens de réussir cette carrière. Des connaissances plus que suffisantes, une maîtrise habile des scalpels et autre instruments médicaux (du moins à ce qu'elle avait pu juger avec le peu d'examens pratiques qu'elle avait eu), et surtout, elle ne craignait pas la vue du sang. Non, en fait, la seule chose qui l'effrayait c'était l'idée que son pouvoir soit découvert et qu'elle perde le contrôle de la situation. Bon, pas comme si elle contrôlait grand chose, étant donné que c'était plus le Docteur qu'elle-même qui orientait la conversation, mais elle avait une vue claire sur ce qui se passait. C'était ce qui importait.

- En soi, il n’y a pas énormément de choses, surtout que vous vous retrouverez souvent en ma compagnie que cela vous plaise ou non. Enfin, si vous avez d’ores et déjà retenu le chemin de l’entrée jusqu’ici, c’est un très bon début. Vous ne serez pas autorisée à rentrer dans un quelconque bloc seule. Enfin, les communs ne sont pas très nombreux ni difficiles à trouver. D’ailleurs, si jamais vous avez un trou de mémoire, il y a un plan en bas à l’accueil. Quoiqu’il en soit, vu l’heure, autant aller voir à la cafétéria, il ne devrait pas y avoir trop de monde.
- J'espère bien, je n'apprendrais pas grand chose en étant seule et interdite d'accès aux blocs.

La chose lui paraissait tellement logique qu'elle n'avait pas pu tenir sa langue. Bien heureusement qu'elle serait la plupart du temps avec lui. Que ferait-elle sinon, si ce n'est se tourner les pouces, assise dans une salle d'attente ?

- Oui, jusque-là, j'ai bel et bien retenu le chemin.

Si elle ne le formulait pas, on pouvait deviner dans son ton et son regard ce qu'elle pensait : ce n'était pas bien compliqué. Akiko n'avait jusque-là presque jamais rencontrer de difficultés dans ses études, ni de réel obstacle. Bien sûr, elle avait déjà eu quelques problèmes mais rien d'insurmontable. Les rares inconvénients qui avaient croisés sa route pouvaient être qualifiés d'insignifiants. Il faut dire qu'elle était brillante. En tout, se plaisait-elle à penser. Même si elle savait mieux que personne qu'elle avait bien plus d'un défaut. A commencer par cette arrogance dont elle n'arrivait pas à se départir. Elle savait bien que ce n'était pas une attitude à adopter mais... tout était tellement simple, aussi... Certains auraient jugés sa vie de relativement surprenante, mais pas elle. Elle n'avait rien d'extraordinaire à part peut-être ce pouvoir mystérieux.

Une vie ennuyante. Certes, elle était passionné par la médecine et animée par le désir de sauver des vies... Mais... Cette voie déjà toute tracée et déblayée de toute embûche était... lassante, à force. Elle fixa un instant le Docteur. Peut-être réussirait-il à la tirer de ce quotidien trop monotone malgré lui ? Après tout, il avait l'air d'être une personne particulière, différente. Et qui disait différente disait forcément intéressante.

- Je vous suis, indiqua-t-elle d'un hochement de tête.

Son ton était redevenue calme, neutre et son regard se faisait pensif. Qu'est-ce que ce stage apporterait à sa vie ? Le piquant qu'elle attendait depuis des décennies, lui semblait-il ? Elle n'était pourtant pas femme à trop penser à l'avenir, préférant d'abord penser au présent. A quoi lui servirait ses plans d'avenir si elle mourait avant à cause d'une simple et bête maladresse ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Pages : 375
Date d'inscription : 12/06/2017
Sam 29 Juil - 18:57




New apprentice?On verra ce que ça donnera, mais franchement je suis pas plus motivé que ça.
Ton propre stage, tu t’en souvenais à peine. Peut-être qu’en faisant un petit effort, tu y arriverais. Mais tu n’en avais pas spécialement envie. Ce n’était pas le genre de choses auxquelles tu décidais de porter une énorme attention. Tu les recluaient en tout cas dans un coin de ta mémoire, là où elles ne risquaient pas de te déranger dans un moment inopportun. Et puis bon. Ça ne t’avait pas plus intéressé que ça, autant tout dire. Le stage n’avait été qu’une simple étape pour en arriver là. Pour toi, les trajets importaient peu, tant que tu arrivais à ton but. A quoi bon s’attarder sur l’inutile ou en tout cas peu intéressant.

« ▬ Certains préfèrent miser sur la débrouillardise totale. Aucune idée par contre de comment ils arrivent à s’arranger pour les accès dans ces cas-là. »

Pas du tout ta manière de faire. Tu ne voulais même pas savoir ce qui pouvait leur passer par la tête pour en arriver là. D’habitude, tu y aurais juste vaguement pensé. Mais tu avais simplement eu envie de répondre. Pas spécialement dans ton habitude. Il fallait bien faire quelques exceptions de temps à autres. Et là, c’était un très bon moment pour en faire une.

« ▬ Je suis face à un véritable génie dites-moi. »

Peut-être que tu avais eu besoin de faire ressortir l’exaspération que tu avais emmagasinée depuis le matin même. L’ironie ne t’étais pas du tout étrangère, ceci dit, tu la gardais pour tes pensées bien généralement. Premièrement parce que tu risquais de les vexer, et de au final, perdre ton temps. Deuxièmement, ils ne méritaient pas tant d’attention de ta part. Peut-être que personne ne le méritait. Et bien là, c’était sorti. Tu le sentais juste bien avec cette stagiaire. Elle pourrait bien passer au-dessus de ça quand même. Et puis bon, c’était le genre de moment qui avaient vite le désavantage de t’ennuyer. Presque tout arrivait à t’ennuyer si tu réfléchissais. La vie était ennuyante à tes yeux. Même si tu avais quelques idées pour la pimenter. Tu n’avais pas du tout l’intention de t’ennuyer comme un rat mort jusqu’à ton dernier jour.

« ▬ Il vaudrait mieux pour vous. Sauf si vous préférez déambuler au hasard dans des couloirs parfois douteux jusqu’à retrouver un endroit familier. »

Bon. Ce n’était pas non plus totalement un labyrinthe. Et retrouver l’entrée était toujours quelque chose de facile. Soit. Tu passas rapidement une main dans tes cheveux avant de te mettre à marcher, les mains dans tes poches totalement vides, si ce n’était un bic. C’était toujours utile. Et tu ne voyais pas l’intérêt de porter énormément de choses. Tu savais où se trouvaient toutes tes affaires et t’en sortais nettement mieux que si tu avais un amas de choses qui chacune essayerait de se faufiler entre tes doigts, en se mélangeant de préférence aux autres, histoire d’être sûrs que tu n’arrives pas à les reconnaître.

« ▬ Etant donné que je ne compte pas vous tenir la main dès que vous voudrez aller aux toilettes, et même pas vous y accompagner en fait, inutile d’insister, il sera plus simple de vous indiquer directement leurs emplacements. Peut-être qu’il s’agit d’une simple coïncidence, mais aux étages pairs elles sont toujours à gauche, deuxième ou troisième porte lorsque vous faites face à la fenêtre du fond. Aux impairs, cinquième ou sixième porte à droite. Enfin, est-il vraiment utile de vous montrer la cafétéria, ou vous êtes plutôt du genre à craindre peste et choléra, et ramener vous-même de quoi vous sustenter ? »

Ah, si tu n’étais pas obligé de faire un détour, ce serait toujours ça de gagné. Et puis mine de rien, cela te permettait même de la connaître un peu mieux que simplement en parcourant des papiers à son sujet.



© 2981 12289 0


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 272
Pages : 1215
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 15
Mer 2 Aoû - 20:23
Comment un stagiaire seul pouvait avoir accès au bloc ? Oui, c'était une bonne question. Mais Akiko ne se fatigua pas à chercher une réponse. D'abord parce que même le docteur, qui était bien plus habitué qu'elle aux affaires de l'hôpital n'avait pas la réponse. Et ensuite parce que cela ne lui serait d'aucune utilité parce qu'elle comptait apprendre dans les règles, elle. Certes, elle avait sa fierté qui la poussait à vouloir se débrouiller d'elle-même, mais parfois c'était juste idiot. Pure perte de temps. La société était faite pour que l'aîné instruise le jeune. Une personne qui progressait d'elle-même devenait plus débrouillarde, certes, mais parfois il fallait se plier aux règles. Surtout dans une situation aussi sérieuse. N'en faire qu'à sa tête dans un hôpital c'était un coup à provoquer un accident, et blesser des patients, et peut-être même du personnel. Pas du tout le but d'Akiko.

- Je suis face à un véritable génie dites-moi.

Akiko capta l'ironie. Pas comme si elle était masquée, ce ne serait pas vraiment de l'ironie, sinon. Mais elle ne se sentit pas vexée. Pas comme s'il l'avait vraiment insulté. Une ironie de temps en temps n'était pas méchant en soit. Et surtout, ce n'était pas le genre de choses qui blessait facilement Akiko, elle était la première à en faire. Et elle n'était pas du style "fais ce que je dis, pas ce que je fais". Enfin, à quelques exceptions près, sans doute. Tout fait a son exception. Elle eut donc pour simple réaction de d'abord lever les yeux au ciel puis de laisser échapper un petit rire avant de lâcher simplement, quelques secondes plus tard :

- J'aurais bien aimé.

La demoiselle était très arrogante, mais elle savait qu'elle n'était pas parfaite. La perfection... Ce n'était pas forcément ce qu'elle souhaitait. Avoir dix milles qualités, exceller dans chaque domaine n'avait aucune utilité si elle ne se servait pas de ses compétences. Non, ce qu'elle voulait, c'était atteindre les sommets dans ce qui l'intéressait, dans ce qu'elle voulait faire de sa vie. A commencer par la médecine. Et elle le ferait. Elle avait l'ambition pour. Ambition que certains qualifieraient d'arrogance. Et quelque part, ils n'auraient pas faux. Mais ce n'était pas vraiment ça, d'un autre côté. Elle se donnait les moyens, elle faisait tout pour réussir, et jusque-là, la vie et surtout ses résultats lui avaient bien prouvés que c'était la bonne technique.

- Il vaudrait mieux pour vous. Sauf si vous préférez déambuler au hasard dans des couloirs parfois douteux jusqu’à retrouver un endroit familier.

Akiko ne répondit pas, aucune réponse n'était nécessaire. Discuter c'était bien, mais quand c'était intéressant. Parler pour rien dire, c'était... inutile, bête, idiot, ennuyant. Akiko détester les discussions sans intérêt, et n'hésitait pas à le faire savoir. Mais pour l'instant, ce n'était pas encore arrivé. Tant mieux. Rien ne pourrait gâcher sa première journée de stage, jour si important pour elle, qui signait en quelque sorte le début de sa carrière, mais si elle était tombé sur un médecin qui avait les critères des gens qu'elle ne supportait pas, cette journée aurait quand même était assombrie. La seule chose qui l'agaçait c'était qu'elle n'arrivait pas à cerner Mori. Mais ça apportait une touche de "piment". Mori était un personnage intéressant.

- Etant donné que je ne compte pas vous tenir la main dès que vous voudrez aller aux toilettes, et même pas vous y accompagner en fait, inutile d’insister, il sera plus simple de vous indiquer directement leurs emplacements. Peut-être qu’il s’agit d’une simple coïncidence, mais aux étages pairs elles sont toujours à gauche, deuxième ou troisième porte lorsque vous faites face à la fenêtre du fond. Aux impairs, cinquième ou sixième porte à droite. Enfin, est-il vraiment utile de vous montrer la cafétéria, ou vous êtes plutôt du genre à craindre peste et choléra, et ramener vous-même de quoi vous sustenter ?

Dans un hochement de tête, elle nota l'endroit où étaient situées les toilettes. Intérieurement, Akiko soupira. Elle aurait aimé savoir où était cette cafétéria, mais pas besoin d'une grande perspicacité pour comprendre que Mori n'avait pas particulièrement envie de lui montrer le lieu. Et puis, de toute façon, la demoiselle comptait apporter elle-même son repas. Mais c'était un lieu important, utile à connaître, fréquentait comme il devait être. Et justement... s'il était fréquenté, il ne serait certainement pas difficile à trouver sans aide. Et il y avait ce fameux plan au pire des cas, et elle pourrait toujours arrêter quelqu'un pour lui demander le chemin. Et plutôt que perdre du temps, elle préférait profiter de ses heures de stage pour plus intéressant. Une visite qui entrait plus dans le cadre médical, en l'occurence.

- Ca ira, j'amène mon propre repas. Et je pourrais toujours me débrouiller si je tenais à y faire un tour, un jour, déclara-t-elle simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Pages : 375
Date d'inscription : 12/06/2017
Jeu 3 Aoû - 20:42




New apprentice?On verra ce que ça donnera, mais franchement je suis pas plus motivé que ça.
Au moins, tu ne pouvais pas te plaindre de cette monotonie qui d’habitude t’exaspérais intérieurement au plus haut point. Bon. Ce n’était pas pour ça maintenant que tu allais apprécier cette séance de remplissage de papiers. Qui était de toute manière d’ores et déjà finie. Tu avais tout fait aussi pour qu’elle ne s’éternise pas. Et pour que tout soit quand même en règle.

Même si pimenter leur vie en même temps que la tienne ne pouvait pas être mauvais, pour qui que ce soit. Sauf qu’ils ne comprendraient pas. Une certaine subtilité devait leur échapper. Et pas qu’un peu. Enfin, cela leur ferait perdre du temps. Et le temps était quelque chose de plus que primordial ici. Et visiblement, ils te faisaient confiance. Donc autant ne pas les trahir. Pas tout de suite en tout cas. Et puis bon, ils ne t’avaient pas donné la pire des stagiaires.

Qui d’ailleurs avait légèrement rigolé. Au moins elle le prenait plutôt bien. Pas comme si tu t’en serais fait énormément. Du tout même. Ça t’aurait peut-être même encore plus amusé. Certainement en fait. Tu regrettais presque qu’elle n’ait pas réagi autrement. Malheureusement, tout ne pouvait pas tourner comme tu le souhaitais. Un jour peut-être. Soit. Tu n’allais pas rester là à simplement la regarder et voir si elle allait réagir plus ou non. Parce que tu connaissais déjà la réponse en fait. Et que tu avais autre chose à faire dans la vie aussi.

Même si la visite pouvait être intéressante, elle aurait aussi tout le temps de visiter par elle-même l’hôpital un jour ou l’autre. Après tout, tu avais réussi à le connaître presque par cœur. Mais évidemment, ce que tu savais faire n’était pas non plus à la portée de tout le monde. Loin de là. Sans vouloir trop te jeter de fleurs.

« ▬ Parfait. Au pire, la plupart des gens ici connaissent l’endroit. »

Insinuer que tu ne le lui dirais pas ? Peut-être. Pourquoi pas t’accompagner si jamais tu devais y aller. Peut-être le lui dire vaguement oralement lorsqu’elle le demanderait. Mais certainement pas se bouger expressément pour ça. Enfin. Du coup, rien ne servait de t’y rendre maintenant.

« ▬ Eet bien, il faut croire que cette visite ô combien longue et éprouvante est terminée. Sauf s’il y a encore un endroit en particulier qui vous intéresse. Dernière demande. »

Tu pourrais jouer les guides en fait. Mais tu n’en avais ni l’envie ni la formation. Tu ne voulais pas cracher sur ce métier qui ne t’intéressait absolument pas. Pas pour cela qu’il était à dénigrer. Passant rapidement une main dans tes cheveux, tu haussas légèrement un sourcil.

« ▬ Simple curiosité, vous avez déjà vos propres outils ? »

Ce n’était pas obligatoire. Du tout. Peu d’étudiants en avaient. Mais ce n’était pas non plus inexistant. Et c’était toujours bon à savoir aussi au final. Même si le fonctionnement était logique, tu devrais lui expliquer un minimum l’emprunt des affaire au cas où elle n’en avait pas. Normalement, tu serais toujours dans la pièce, mais faire le concierge n’était pas non plus dans tes intentions. Autant qu’elle apprenne ça tout de suite. Et tu ne doutais même pas qu’elle y arriverait. Comme c’était sympathique de ta part.


© 2981 12289 0


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 272
Pages : 1215
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 15
Ven 4 Aoû - 22:31
- Parfait. Au pire, la plupart des gens ici connaissent l’endroit.
- Je suppose. Et puisque je suis un "génie", je ne devrais pas avoir de difficultés à trouver.

Il l'avait dit lui-même après tout. Elle avait énoncé la première phrase mécaniquement, tant c'était une évidence pour elle. Elle se doutait bien que la cafétaria était un lieu plus fréquentait que la chambre n°223 attitrée à elle-ne-savait-quel-patient, à moins qu'elle ne soit libre.

- Eet bien, il faut croire que cette visite ô combien longue et éprouvante est terminée. Sauf s’il y a encore un endroit en particulier qui vous intéresse. Dernière demande.

La visite se clôtura donc relativement rapidement aux yeux d'Akiko. D'autres personnes se seraient embêtés à la conduire à chaque lieu, mais Mori lui avait seulement montré certains lieux, se contentant de résumer l'emplacement d'autres lieux. Et si cela n'aurait pas plu à certaines personnes, ça ne dérangeait pas la nouvelle stagiaire. Bien au contraire. C'était plus simple. Mais le docteur semblait avoir trouvé ça plus éprouvant qu'elle. La vieillesse, pensa Akiko avec ironie. Même si elle savait que c'était faux, il n'avait pas l'air si vieux que ça. Ou sinon il faisait très jeune par rapport à son âge. Un dernier endroit à visiter. Hum. Ce n'était pas vraiment une pièce ou une salle, mais une sortie. Ou plutôt des sorties, et pas n'importe lesquels.

- Hum.. Rapidement les sorties de secours ? En tant que médecin, je suppose après tout que vous êtes bien placé pour savoir qu'un accident est vite arrivé.

En fait, il fallait avouer que c'était plus une petite pique, comme ça, elle n'avait pas pu s'en empêcher. Car en réalité, elle avait sans doute vu quelques panneaux indiquant une sortie. Mais, malgré tout, ça lui paraissait important. Mori aura it pu les lui indiquer rapidement aussi. Pas parce qu'il s'agissait d'un hôpital qu'un incendie ne pouvait pas se déclencher, par exemple. Et si ça devait arriver, il valait mieux qu'elle sache par où fuir le plus rapidement possible. Et surtout par où évacuer les patients le plus rapidement possible. Très important. Avant que le docteur ne réponde, elle s'empressa d'ajouter.

- Je pense avoir vu les principales, de toute façon, je pourrais toujours aller le garder le plan plus tard, laissez tomber.

Pourquoi demander en ce cas ? Eh bien parce qu'elle était Akiko, et que parfois c'était plus fort qu'elle. En rajouter une couche lorsque quelque chose se terminait enfin, au soulagement des intéressés.

- Simple curiosité, vous avez déjà vos propres outils ?

Le bras qu'elle tenait contre son sac se serra, par réflexe, à sa question. Oui elle avait des outils. Evidemment. Certes, ce n'était pas obligatoire, mais une stagiaire digne de ce nom et réellement motivée en apporterait forcément. Sauf peut-être si, une histoire de problèmes financiers intervenait. Mais les études de médecine coûtent leurs prix, alors la plupart de ceux qui s'y lancent ont les moyens, à quelques exceptions près. Dans le cas d'Akiko, disons qu'elle économisait depuis longtemps, et avait aussi fait quelques petits boulots pour amasser de l'argent.

- Disons que j'ai le matériel de base, stéthoscope et tout ce qui va avec.

Et un couteau, ajouta-t-elle mentalement en resserrant encore sa prise contre son sac. Car elle avait beau craindre que son pouvoir ne soit découvert, elle préférait avoir ça sur elle pour.. peut-être l'utiliser en cas de nécessité ? Non ce n'était pas vraiment ça, car elle ne savait pas si elle oserait. Surtout que si elle venait à s'avancer d'un blessé, un couteau à la main en déclarant qu'elle comptait le soigner, on risquait surtout de la prendre pour une folle et de l'en éloigner. Mais elle en prenait quand même un, car au moins, si ce genre de situation venait à arriver, elle ne regretterait pas de ne pas avoir pris ce couteau. Au moins, devant un blessé, elle aurait le choix. Prendre le risque de le laisser souffrir de séquelles toute sa vie, ou le soigner de manière "radicale" quitte à s'attirer ses foudres.
Bref, aucun outil qui lui permettrait d'aller bien loin. Juste le minimum.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 150
Pages : 375
Date d'inscription : 12/06/2017
Ven 18 Aoû - 11:55




New apprentice?On verra ce que ça donnera, mais franchement je suis pas plus motivé que ça.

Une vitesse plus qu’éclair, ça c’était sûr et certain. Mais était-ce un problème ? Non, sans doute pas. Après tout tu étais convaincu qu’elle n’aurait que faire de connaître chaque couloir par cœur, en tout cas dans l’immédiat. Il valait même peut-être mieux. Ce qui pourrait pousser certains à te suivre plutôt que de vivre leur vie de leur côté. Et même si c’était loin de t’amuser d’avoir l’équivalent d’un petit chien à dresser en quelque sorte, tu préférais qu’il reste à ton pied plutôt que tu aies à devoir le chercher partout parce qu’il avait décidé de se rendre à tel ou tel autre endroit qui lui parlait plus. Même si au fond, tu n’irais pas le chercher et le laisserais faire sa vie, en espérant qu’il soit renvoyé au plus vite et que l’on te redonne ton poste d’antan sans avoir à partager un quelconque savoir.

Mais bon au risque de te répéter, ça n’avait pas l’air aussi éprouvant que tu avais pu l’imaginer. En tout cas, face aux quelques autres stagiaires que tu avais eu l’occasion de rencontrer, voir même parler de temps à autres, elle semblait d’un tout autre niveau. Coïncidence ? Ou alors simplement, ils te connaissaient un minimum et savaient bien que tu n’y aurais pas mis totalement du tiens dans le malheureux cas où cette personne ne t’avais pas plu ? Même si tu faisais ton possible pour paraître poli, tu n’irais pas non plus jusqu’à t’aplatir et accepter tout et n’importe quoi. Certainement pas.

« ▬ Vous déjouez en plus mon plan de vous laisser dans l’ignorance et espérer vous voir faire une opération commando afin d’éviter d’être incinérée ? Enfin. Il y en a deux par étage en bout de couloir. Et même si l’on est à l’abri de rien, il y a de grandes chances pour que vous assistiez à un exercice avant qu’un quelconque accident n’arrive. »

Sinon c’est qu’elle n’avait pas beaucoup de chance. Ou alors qu’elle avait usé tout ton stock en t’ayant comme maître de stage. Ce qui était totalement possible aussi. Enfin, même si elle t’avait dit de laisser tomber, tu avais quand même répondu. Parce que strictement personne ne te donnerait d’ordre. En tout cas pas elle. Pourquoi en aurait-elle l’occasion ? A moins que sa remarque ne soit totalement pertinente.

En tout cas, même si tu n’avais pas spécialement fait attention à ses faits et gestes, tu remarquas le mouvement qu’elle eut envers son sac. Avait-elle peur de quelque chose ? Qu’on les lui prenne ? Ou alors quelque chose à cacher ? Totalement son droit. Tant qu’on ne te mêlait pas à ça. Mais il semblait vraiment y avoir quelque chose. Le découvrir en temps voulu ? Certainement. Tu ne savais pas comment mais tu n’aimais pas rester dans l’ignorance. Même si tu devrais mettre des années pour le découvrir, tu aurais la patience. Mais tu y arriverais.

« ▬ Bien, très bien même. Autant vous familiariser tout de suite avec vos propres outils. Et généralement ça vous apporte des soucis en moins aussi. Si l’un d’entre eux est mal rangé, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même, idem si quelque chose manque. Ca vous dérange si l’on jette un coup d’œil au contenu de votre sac ? Histoire d’être certains que vous avez le matériel nécessaire. »

En tant qu’adulte responsable tu te devais de vérifier, n’est-ce pas ?


© 2981 12289 0


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 272
Pages : 1215
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 15
Ven 18 Aoû - 20:48
- Vous déjouez en plus mon plan de vous laisser dans l’ignorance et espérer vous voir faire une opération commando afin d’éviter d’être incinérée ? Enfin. Il y en a deux par étage en bout de couloir. Et même si l’on est à l’abri de rien, il y a de grandes chances pour que vous assistiez à un exercice avant qu’un quelconque accident n’arrive.

Oui c'est ça, qu'il plaisante. Très drôle. Certes, c'était peu probable, mais pas impossible. Et puis justement, ce serait utile de savoir ça s'il y avait un exercice, non ? Parce que suivre les gens c'était bien, mais ce n'est pas comme ça qu'on aidait à évacuer les patients, exercice ou pas. Et il suffisait qu'un idiot se trompe et que certains fassent les moutons et le suivent pour qu'une erreur survienne. Et Akiko n'avait pas l'intention d'être l'un de ces moutons si ça devait arriver. Au moins, le docteur avait répondu bien qu'elle lui ait ensuite dit de laisser tomber.

- C'est ce que ce serait dommage de mourir maintenant, surtout ainsi.

Ce serait même assez ironique. Akiko avait attendu ce jour toute sa vie, ce jour où elle pourrait enfin avancer d'un grand pas dans son avenir de médecin (car elle arriverait à atteindre ce but, elle n'avait aucun doute, ou presque), et voilà qu'un misérable accident se déclenchait et qu'elle en mourrait. Sans avoir pu sauver une vie. En plus mourir brûlée n'était pas une mort des plus douces. Quoique... En réalité une personne prise dans un incendie périra d'abord par asphyxie et non pas par les flammes. Mais ça ne devait pas être agréable non plus. Et rapide ou pas, mourir est irréversible. Oui, ce serait vraiment dommage que son "brillant" avenir soit gâché aussi facilement.

- Bien, très bien même. Autant vous familiariser tout de suite avec vos propres outils. Et généralement ça vous apporte des soucis en moins aussi. Si l’un d’entre eux est mal rangé, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même, idem si quelque chose manque.

Jusque-là, rien d'anormal. Une précision pas forcément utile, mais pas inutile non plus. Plus comme une prévention qu'on dit par usage, pour la forme, mais qui n'est pas forcément nécessaire. Akiko se contenta donc d'hocher la tête, distraitement. Elle n'en était pas moins attentive, mais ce n'était pas ça qui allait susciter son intérêt. Cette simple "mise en garde" là pour faire jolie. Ou pour... dériver vers autre... en l'occurence.

- Ca vous dérange si l’on jette un coup d’œil au contenu de votre sac ? Histoire d’être certains que vous avez le matériel nécessaire.

Un bref instant, Akiko se figea. Cela ne dura qu'une seconde pas plus. Mais elle se maudit intérieurement, c'était une seconde de trop. Peut-être permettrait-elle à Mori de deviner qu'elle cachait quelque chose si ce n'était pas déjà fait. Elle se reprit aussitôt, tentant de se rattraper avec tout le naturel du monde. Mais ce qui était fait était fait.

- Pas que ça me dérange... Mais je pense qu'il vaudrait mieux que je me pose mieux pour pouvoir le vider moi-même. Vous savez le sac à main d'une femme contient un désordre où seules les femmes peuvent s'y retrouver. Et aux dernières nouvelles... vous n'en êtes pas une.

Elle sourit, poliment. Semblant presque gentille (pas qu'elle méchante dans le fond) et parfaitement innocente. Elle jouait la femme superficielle, et quelque part, ce rôle collait à son image. Mais... on pouvait imaginer ça, certes, mais seulement d'un point de vue extérieur. Mori ne la connaissait pas depuis longtemps, certes, mais c'était suffisant pour qu'il comprenne qu'elle cherchait une excuse, malgré ses talents de comédie. Sauf s'il était idiot ou naïf, mais ça n'avait malheureusement pas l'air d'être le cas. Et elle ne voulait qu'il tombe "par hasard" sur son couteau, ce serait... embarrassant... Et à part dire qu'une femme devait avoir de quoi se défendre, elle ne voyait pas trop comment justifier ça. De plus, s'il n'était pas mis en évidence dès l'ouverture du sac, il n'était pas non plus particulièrement caché. Et ce n'était pas un petit couteau de rien du tout, mais un vrai, gros couteau de cuisine, parfait pour commettre un meurtre. Ce qu'elle ne ferait jamais, soyons clair. Mais mieux valait éviter les ennuis. Même si Mori accepté de l'écouter, la seule excuse valable c'était justement la vérité. Or, elle essayait (et avait réussi, jusque-là) de cacher son pouvoir.

Elle aurait peut-être du se contenter des ciseaux de médecin et de scalpels en armes... Elle en avait d'ailleurs une jolie collection, mais... Un beau couteau comme celui qu'elle avait... Elle préférait, disons. Plus rapide ? Pas forcément. Mais peut-être qu'avec tous ses cours, elle s'était ancré dans la tête que les ciseaux, les scalpels, c'était pour soigner. A la manière civilisée, donc pas à celle que demandait son pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Beautiful Internship [Flash Back ] ▬ Pv : Yosa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Flash Back du Bois d'Eden, chiot YORK LOF [A trouvé sa famille]
» Diffuseur ou...flash annulaire ??
» Back to malawi - retour aux m'bunas dans 360l
» Flash dogue argentin de 5ans SNPA Rouen
» Back to nature

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Yokohama :: Centre ville :: Hôpital-
Sauter vers: