AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Derniers sujets

Fermeture de BSDparArthur C. Doyle
Mar 19 Fév - 0:34
Moi venir en paix promisparRyūnosuke Akutagawa
Lun 18 Fév - 13:23
[TOP] Yasashi KojiparInvité
Dim 10 Fév - 18:37
QuederlaparInvité
Dim 10 Fév - 17:47
PrismverparInvité
Dim 10 Fév - 17:03
[TOP] Love PistolsparInvité
Mer 6 Fév - 21:04
Peek A Boo!parInvité
Lun 4 Fév - 14:06
Death NoteparInvité
Sam 2 Fév - 10:18
Shingeki no Kyojin RebirthparInvité
Ven 1 Fév - 15:38
 :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

until dawn •• Arthur & Doppo

Doppo Kunikida
Messages : 146
Pages : 536
Date d'inscription : 22/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Déc - 22:10
@Tutur || la pls continue
Il a d'abord été réveillé. Ce n'est pas en plein milieu de toutes les nuits qu'on reçoit un coup de fil. Et puis, il a été perturbé. Il a mis du temps à comprendre, à sortir du pays des rêves pour regagner celui des mortels. La Mort, justement, elle lui a mis comme une claque en pleine gueule - terrible avertissement qu'il a bien entendu. Enfin, il a paniqué. Retour forcé à la nocturne réalité, il s'est précipité. Élancé. Inquiété.

Tiens bon, encore un peu. S'il te plaît. J'arrive, Arthur.

Et il l'a repêché. Sanguinolent et ruisselant, mort et vivant. Il a crié, il a senti son coeur s'ouvrir en deux. Il l'a porté, emmené jusque chez lui comme demandé. Il l'a séché, réchauffé, il a bandé ses plaies. Et il a prié pour que la vie le garde encore un peu dans son cruel royaume.

"Arthur… S'il te plaît, reste avec moi…", se surprend-il à murmurer, le coeur et la gorge serrés. C'est dans ce moment de silence et de répit qu'il s'essuie les yeux d'une main - l'autre serrant celle de son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur C. Doyle
Messages : 389
Pages : 78
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 25
Localisation : quelque part entre la terre et l'enfer
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Déc - 16:48
Ami sais-tu que les mots d'amour
Voyagent mal de nos jours
Tu partiras encore plus lourd
Tout était devenu sombre après le départ de Dahl. Pourtant, il s'accrochait pour ne pas se laisser complètement aller à la noirceur. Juste un peu... Le temps que Doppo arrive. Il aurait pu appeler quelqu'un d'autre. C'était sûrement terrible de faire du mal au blond pour protéger quelqu'un d'autre. Mais quand respirer était devenu difficile, que le sang l’étouffait et qu’il ne sentait plus ses os cassés, il était sûrement trop tard pour l'introspection.
Il entendit des pas, des cris. Deux bras forts qui le portaient. Il essayait d'ouvrir le yeux, mais ne pouvait pas. Il était coincé dans cette limite qui séparait la vie et la mort.

Il faisait soudainement chaud, tout est moelleux sous lui. Mais il n'était que douleur. Il émit un léger bruit, ses sourcils se fronçant. Une inspiration plus forte que les autres. Des regrets quand tout devint trop vif. Il serra les dents et se força à entrouvrir les yeux. Il distingua, avec ce flou qui gênait sa vision, une figure familière. Arthur osa lever une main pour tenter de se frotter les yeux d’un geste maladroit. Il abandonna quand son torse protesta contre le mouvement.

- hm…

Une gêne au fond de sa bouche, toujours ce goût métallique sur la langue. Il n'osa tousser, son esprit s'éclaircissant assez pour savoir que c'était une mauvaise idée.
Il réalisa que son autre main était tenu. Baissant les yeux, le jeune homme fixa ces doigts longs et fins. Ils étaient chauds, et rassurant. Doucement, les siens se refermèrent dessus.

- Doppo…

Ce n'était qu'un faible murmure. Il était fatigué. Il aimerait se rendormir.

- w...water...?

Il avait soif. Il avait trop chaud. Et mal. Mal mal mal mal mal mal.
Entre ses dents serrés passa une longue plainte. Make it stop. please. Make it stop.

- please… Doppo...

Il devait se calmer. Il devait respirer plus doucement. Mais ses côtes...
Panique. Qu'il, il s'en rendait compte, transmettait au blond.

- please…

Un sanglot, qui déclencha cette toux redoutée mais qui le libéra de la gêne. Le goût métallique envahit sa bouche, il voulait s'en débarrasser. Ses côtes lui faisaient toujours mal.
Rien n'était sous contrôle. Il avait pourtant appris à se remettre de la douleur. Il avait appris à la supporter, c’était son devoir et... Et...
Il referma les yeux, dormir serait mieux. Il n'aurait plus mal en dormant.
©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Doppo Kunikida
Messages : 146
Pages : 536
Date d'inscription : 22/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Déc - 13:58
@Tutur || la pls continue
Une seconde. Un souffle. Un mot - son nom. Doppo n'aurait jamais pensé un jour être aussi heureux d'entendre quelqu'un l'appeler. Les yeux humides encore se relèvent pleins d'espoir et de soulagement vers le visage d'Arthur. Oh, une larme coule encore. Contrairement aux autres, elle est chaude. Il sent ses doigts qui se referment imperceptiblement sur les siens et s'il y a des dieux qui existent dans cet univers - merci.

"Bien sûr…" Et il se lève pour apporter de l'eau à son ami. Ses plaintes répétées précipitent ses mouvements tremblants et il manque de pleuvoir sur le sol de l'appartement. Mais le revoilà déjà. "Shh, je suis là Arthur. Je vais t'aider…" Ses gestes sont doux, comme s'il craignait de briser encore plus ce corps qui se tient péniblement entre vie et mort. "Ne te rendors pas, s'il te plaît… J'ai… Je t'ai apporté de l'eau."

Délicat, il porte le verre aux lèvres ensanglantées et l'aide à boire - un peu, bois ne serait-ce qu'un petit peu. Et reste avec moi, je t'en prie. Mille questions rongent cet homme de l'intérieur mais aucune n'est suffisamment forte pour prétendre s'imposer.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur C. Doyle
Messages : 389
Pages : 78
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 25
Localisation : quelque part entre la terre et l'enfer
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Jan - 18:47
Ami sais-tu que les mots d'amour
Voyagent mal de nos jours
Tu partiras encore plus lourd
Il ne s’était pas rendu compte que cette main chaude et rassurante l’avait quitté un instant, mais il entendit les pas précipité de Doppo revenir. Puis sa demande, prononcée en japonais. Son esprit fatigué comprit tout de même la supplication, et il entrouvrit les yeux quand il sentit le verre à ses lèvres.
Il bu quelques gorgées.
Une, le goût métallique disparu. Deux, il avait oublié à quel point cela faisait du bien de boire. Trois, il en avait vraiment besoin. Quatre, c’est tout ce qu’il pu avaler alors qu’il commençait à ressentir du dégoût. Il tourna alors sa tête au front brûlant, lentement, ne voulant plus du liquide.
Arthur chuchota un remerciement. Il décida de se concentrer plutôt sur le le canapé -son esprit remarqua qu’il était assis et non allongé- et la couverture chaude sur lui. Le monde des vivants. Le moment présent. Le temps s’est arrêté.
Malgré la douleur, il se sentait apaisé pour la première fois depuis longtemps.

Mais comme toujours, cet apaisement fût de courte durée quand il réalisa qu’il devait tout expliquer à Doppo.
Sa voix n’était que murmure, un souffle faible. Un chuchotement fantomatique.

- Je suis... si désolé.

Hontou ni gomen ne.
Je suis un traître.

- Je... te dois...des explications.

Il était encore difficile de parler. Plus que d’habitude. Une douleur supplémentaire s’installa dans son ventre, qui n’avait rien à voir avec les blessures que lui avait infligé Dahl. Il n'avait pourtant plus de larmes à verser.
Je n’ai pas envie de te perdre…
Je veux remonter le temps, et tout recommencer. Je n’aurais jamais dû me rapprocher de toi.


Je savais que c’était voué à l’échec.
Ce n’est pas nouveau.

L’aveu restait aux bords de ses lèvres, impossible à prononcer. Je devrais juste fermer les yeux, passer de l’autre côté. Je n’ai qu’un pas un faire et je serais libérer.

I won’t have to face the truth.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Doppo Kunikida
Messages : 146
Pages : 536
Date d'inscription : 22/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Jan - 13:26
@Tutur || la pls continue
Un soupir et ses muscles qui se détendent quand l'autre avale quelques gorgées d'eau, quelques gorgées de vie. Il pose délicatement le verre non loin d'eux et observe son ami. N'a-t-il pas l'air fiévreux ? Faut-il lui donner un médicament ? Il faudrait surtout l'emmener voir Yosano.

Et quand il s'apprête à le suggérer… Des excuses ? Et des explications ? Pourquoi donc ? Doppo est surpris, patient. Est-ce vraiment le moment…? Quelque chose lui intime pourtant que ça l'est. Son inquiétude et ses doutes ensevelis lentement refont surface tels les monstres qui se cachent sous le lit des enfants tourmentés.

Mille autres questions et peut-être des réponses qui s'annoncent. C'est presque un haut le coeur et un noeud dans son estomac. Est-il prêt ? "Des explications…?" Une pointe d'incrédulité au milieu de cette mer d'appréhension. Que se passe-t-il donc, à la fin…? Voyant qu'Arthur semble bloqué : "Prends ton temps…" Doucement sa main saisit encore celle de l'autre. Je suis là.

Cette nuit risque d'être bien longue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bungou Stray Dogs :: Habitations-
Sauter vers: